21 résultats trouvés pour 3F2C23

AuteurMessage
Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 Flasnn10Sujet: [8 Bellune 1097] Cœur de tonnerre
Athina Aerys

Réponses: 11
Vues: 404

Rechercher dans: Sujets terminés   Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 Rien10Sujet: [8 Bellune 1097] Cœur de tonnerre    Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 EmptyLun 29 Oct - 19:25

Cœur de tonnerre

Point de vue d'Athina Aerys
Ilgor. Curieux prénom, c'est pourtant celui de l'inconnu. Il retire sa main avec une certaine précipitation, mais Athina ne s'en offusque pas. Si la situation était inversée, il ne fait aucun doute que la jeune femme aussi se serait méfiée. A s'en fier à son apparence, Ilgor était dans la rue depuis un bon moment, et pour survivre dans la rue, il fallait sans aucun doute se montrer suffisamment méfiant pour ne pas se faire bouffer à la première épreuve. Et bien qu'il lui affirme qu'il ne souhaitait pas la voir partir, Athina ne pouvait s'empêcher de s'interroger. Faisait-elle bien de prendre ainsi du temps pour tenir compagnie à cet homme ? En avait-il seulement réellement envie ? S'il y avait une chose que la solitude de la forêt lui avait appris, c'est qu'on s'y fait, mieux même, on s'y attache, on s'y retrouve. Et parfois, elle peut être salvatrice. Atti n'est cependant pas femme à faire taire son instinct. Elle reste donc ainsi, assise aux côtés d'Ilgor. Elle esquisse un sourire mutin.


Je n'avais pas prêté attention à votre odeur. Il en faut de toute manière bien plus pour me faire fuir, les langes sales d'un enfant en bas âge anesthésie les narines rapidement à toute odeur un tant soit peu désagréable.


Mais maintenant qu'elle y fait attention, il était vrai qu'une odeur peu engageante se dégageait de cet homme. Quelle tristesse. Depuis combien de temps n'avait il pas connu la douceur d'un bain bien chaud ? Bien que la générosité de la jeune femme lui hurle de proposer des ablutions revigorantes à Ilgor, elle était devenue trop méfiante, elle aussi. Elle ne pouvait décemment pas ouvrir sa porte à un inconnu, qui sait ce qui pourrait arriver ? Après tout, il s'agissait peut être là d'un criminel.

Les deux jeunes gens restèrent de longues minutes ainsi, assis côte à côte sans mot dire. Ilgor n'avait pas l'air bavard, de son côté Athina appréciait également la compagnie du silence. Se contentant d'être là, elle savait d'expérience qu'une simple présence pouvait parfois faire beaucoup. Elle même avait passé de longues heures silencieuses aux côtés de sa mère. Se contentant d'être là, sans prononcer le moindre mot.
Le temps passant, Athina redresse la tête et scrute un instant le ciel. Il lui fallait rentrer, Echo avait besoin de sa maman. La jeune femme se redresse donc, se lève et rajuste sa besace, replaçant son outre à l'intérieur.

Tâchez de survivre une nuit de plus, Ilgor. Je reviendrai demain. J'espère vous retrouver au même endroit.


Elle lui adresse un rapide sourire avant de s'en retourner dans sa chaumière, à l'orée de la forêt. Le soir même, elle préparait déjà son sac pour le lendemain. Prenant soin d'y déposer le reste de pain - une miche de belle taille, elle choisissait également deux morceaux de viande séchée de belle taille, et remplie son outre. Et puis le lendemain, en fin de matinée, la jeune femme s'était rendue à nouveau à Lackness, espérant profondément retrouver Ilgor, vivant si possible. Il était toujours à la même place, et elle s'était de nouveau assise à ses côtés, tâchant de respecter une distance respectable pour ne pas envahir son espace, et de conserver le sien. Elle lui offrit généreusement le beau morceau de pain et la viande séchée à manger. Le regardant se nourrir en silence, avec la satisfaction personnelle de tendre la main à quelqu'un. Dans son travail de reconstruction et depuis la veille, elle avait l'impression que c'était vitale. Les minutes s'écoulaient, ils échangeaient parfois quelques mots, mais restaient la plupart du temps silencieux. Et puis lorsque le moment était venu, elle lui répétait les mêmes mots que la veille.

Tâchez de survivre une nuit de plus, Ilgor. Je reviendrai demain.


Et puis, finalement, elle passa tous les jours par cette rue. Bien sûr, elle n'arrêtait pas ses activités. Elle continuait de chasser, continuait de tisser. Elle continuait de taner les cuirs, et de vendre ses produits au marcher. Mais chaque jour, elle apportait pitance à Ilgor. Chaque jour, elle passait de belles minutes à ses côtés, elle tâchait d'apporter un maigre confort à cet homme qui, le temps passant, commençait à devenir doucement indispensable à la jeune femme. Elle ne le connaissait pas réellement, malgré les longues heures passées à ses côtés, on ne pouvait pas dire qu'ils avaient appris à se connaître, ni à se confier. Et finalement, une bonne semaine s'était écoulée. Jour après jour, Athina revoyait Ilgor prendre force. Légèrement, bien sûr, mais il commençait à reprendre des couleurs plus humaines - malgré la couche de crasse indéniable recouvrant sa peau, ses cheveux, et ses vêtements - et il semblait à mesure bien moins amaigri également.

Ce jour là, elle s'était levée avec un objectif bien précis. Une envie, un challenge personnel, peut être, mais c'est son bon coeur qui parlait. C'était décidé, ce jour là, elle allait lui proposer de l'accompagner à sa chaumière afin de lui prêter eau chaude, baquet et surtout la douceur d'un feu de cheminée. Elle le trouve, comme à leur habitude, adossée à un mur en pierre. Entre temps, il avait changé de ruelle mais la jeune femme l'avait facilement retrouvé. Il n'était pas allé bien loin, avait surement simplement eu envie de ne pas se terrer toujours au même endroit. Elle lui tend sa dose de nourriture, cette fois ci Hestia avait pris soin de faire sécher un gros saucisson et Athina l'avait chipé pour le lui offrir. Elle avait évidemment pensé à prendre un peu de pain pour accompagner. Dans les yeux d'Ilgor, elle pouvait voir cette étincelle qui la faisait toujours revenir. Ce plaisir, ce bonheur peut être de ne pas être insignifiant, un simple clochard dans une grande ville. Cela touchait chaque jour la jeune femme. Prenant place à côté du jeune homme, elle n'attend pas qu'il termine son repas - elle risquerait de changer d'avis.

Ilgor, je ne voudrais pas vous effrayer ni vous sembler envahissante, et si c'est le cas sachez que je m'en excuserai immédiatement. Vous m'avez fait une remarque, le jour de notre rencontre, sur votre odeur qui pourraient me faire fuir. Cela fait plus d'une semaine, et cette odeur ne m'a pas faite fuir, mais elle me rappelle chaque jour les difficultés de votre situation. S'il vous plaît, acceptez de m'accompagner chez moi, je vous ferai couler un bain chaud et vous pourrez ainsi vous y relaxer, vous y revigorer, et surtout vous y décrasser.


Sachant sa proposition quelque peu étrange bien que généreuse, elle avait pris soin d'afficher un visage certain, elle ne voulait pas qu'il pense qu'elle lui faisait une mauvaise blague ou qu'elle avait de mauvaises intentions à son égard. Non. A la vérité, elle avait simplement envie de l'aider. C'était devenu vital pour elle, elle se rendait compte, à aider cet inconnu miséreux dans le besoin, que sa propre âme était en train doucement de se reconstruire. Elle dépassait ses craintes, elle affrontait ses peurs et ses angoisses. Elle prenait le risque de faire confiance à un homme.


Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 Flasnn10Sujet: [6 BELLUNE 1100] Alors, affaire conclue ? |Athina|
Athina Aerys

Réponses: 12
Vues: 281

Rechercher dans: Sujets en cours   Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 Rien10Sujet: [6 BELLUNE 1100] Alors, affaire conclue ? |Athina|    Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 EmptyLun 22 Oct - 18:30

Alors, affaire conclue ?

Point de vue d'Athina Aerys
Jour de marcher à Lackness ! Athina attendait toujours ces instants avec la plus grande impatience. En effet, elle adorait chasser, mais il fallait bien gagner sa vie, et au delà des contrats qu'elle pouvait décrocher, elle vendait également régulièrement ses peaux de bêtes et cuirs au marcher. On pouvait dire que cela marchait plutôt bien, car elle ne vendait sur son étale que ses plus jolies pièces, celles qui n'avaient pas été abîmées et qui reflétaient au mieux ses talents de trappeur et de tanneuses. On ne savait jamais, peut être qu'un artisan en recherche de matière première pourrait craquer sur ses talents et la qualité de ses produits.

Ce matin là, elle est guillerette, c'était assez rare pour le souligner. Elle avait laissé Echo avec Ilclaste, ce qui ravissait la jeune enfant. Quant à Athina, elle s'était levée aux aurores pour tout préparer et être sur la place le plus tôt possible. Elle avait rapidement installé ses tréteaux et avait soigneusement rangé son étale. Ce matin, c'est fourrures au menu ! Ses derniers jours avaient été propices à la chasse de proies au pelage soyeux et à la peau dure. Un matériau parfait pour être exposé tel quel aux acheteurs. Rapidement d'ailleurs, le marcher s'était rempli et beaucoup passaient devant son étale, s'attardaient un instant sur ses fourrures, et repartaient faire leur petit tour. Athina ne s'en formalisait plus. De temps à autre, une mère de famille ou un tisserand lui prenaient une ou deux fourrures. Ils étaient ravis. Elle l'était également, elle adorait voir les gens toucher ses peaux, et acceptait les compliments avec un sourire chaleureux.

A cet instant d'ailleurs, une femme d'un âge incertain s'attarde sur son étale et observe attentivement ses fourrures, avec une certaine attention. Se rendant adorable, Athina se pare du plus charmeur des sourires, mais elle est coupée dans son élan avant même de pouvoir ouvrir la bouche par un homme qui rejoint sa cliente. Ne perdant pas son sourire, elle a cependant un léger mouvement de recul, presque imperceptible devant la carrure imposante de l'inconnu, et soudain elle se sent de nouveau frêle et fragile. C'est un homme grand, et sa corpulence visiblement musclée impose un certain respect. Chassant de son esprit ses sombres pensées, elle se ressaisi bien rapidement tandis que la cliente s'échappe. Zut, elle pensait vraiment pouvoir lui vendre une peau. Pourtant, l'homme se tourne vers elle et désigne la peau que la femme observait avant de s'en aller.


Bonjour monsieur ! Pour cette fourrure, cela fera 20 lieutons.


Parfois, ses clients haussaient les sourcils lorsqu'elle annonçait le prix de ses peaux. Trouvaient-ils cela trop cher ? Athina ne pensait pas. Il ne s'agissait pour la plupart du temps que du pelage de loups ou de lièvres car c'était ce qu'elle trouvait le plus facilement dans la forêt, mais elle prenait un soin indéniable à dépecer correctement les créatures, et estimait son prix en accord avec cela. Parfois, elle montait même à 40 lieutons lorsqu'elle parvenait à dégoter une fourrure plus rare, comme celle d'une griffière - ce qui n'était arrivé qu'une fois ou deux et avait valu à la jeune femme de jolies blessures.


Mais je peux peut être vous la faire à 15 lieutons, elle avait l'air de plaire beaucoup à votre femme, et cela me ferait plaisir de vous faire un petit prix pour que vous puissiez la lui offrir.


Généreuse, Athina savait faire des gestes commerciaux lorsqu'elle était de bonne humeur, ou que les clients la touchaient. Aujourd'hui, elle avait envie de faire plaisir, et puis sa mère lui disait souvent "mieux vaut 15 lieutons que zéro ma chérie". Athina se lève et passe de l'autre côté de l'étalage, se plaçant à côté de son client. Leur différence de taille est soudain frappante, elle ne mesurant qu'un mètre 53, et cet homme qui avoisinait sans problème les 2 mètres. Tâchant de ne pas laisser l'angoisse tordre ses entrailles, la jeune tanneuse se focalise sur son produit.


Il s'agit de la peau d'un gros loup gris qui avait la peau dure, cette pièce ferait un couvre lit fabuleux, à moins que vous ne vous y connaissiez en couture, auquel cas elle sera parfaite pour rendre un vêtement bien chaud.



Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 Flasnn10Sujet: [5 Ellune 1098] Les arbres sont aussi muets qu'ils sont sourds
Athina Aerys

Réponses: 8
Vues: 326

Rechercher dans: Sujets terminés   Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 Rien10Sujet: [5 Ellune 1098] Les arbres sont aussi muets qu'ils sont sourds    Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 EmptyLun 15 Oct - 15:53

Les arbres sont aussi muets qu'ils sont sourds

Point de vue d'Athina Aerys
La réponse de la gamine eut l'effet d'une gifle. Piquée au vif, la première réaction d'Athina aurait été de faire taire cette insolente en plantant son imposant couteau de chasse dans la jambe, la main, ou même encore la gorge de l'ingrate. Pourtant, pour une fois, Athina ne laissa pas parler son impulsivité. Elle fit preuve d'un sang froid sans borne et se contenta de baisser le bras. Elle ne souhaitait pas se présenter ? Grand bien lui en fasse, mais il était hors de question de la laisser utiliser la proie que la chasseuse avait traqué et abattu. C'était son métier, et elle n'allait pas si facilement se faire voler le fruit de son travail. Il était hors de question qu'elle ne tue un autre animal. Celui ci suffirait.

Apprenez, jeune fille, qu'un simple "merci" n'écorche pas la langue, que vous avez bien aiguisée. Quand bien même votre jeune esprit ne comprendrait pas le respect dû aux création de la nature, sachez pour votre gouverne que la prédation n'empêche en aucune façon le respect des autres êtres vivants. Vous le comprendrez surement plus tard, j'ose espérer.


Piétinant d'un pas le demi cercle tracé par la rouquine, Athina posa sa main sur son bras alors qu'elle entaillait la peau de la dépouille.

Ne vous méprenez pas sur ma présence en ces lieux, je ne parcours pas les bois à la recherche de la moindre frêle demoiselle en détresse prête à se faire dévorer par un prédateur affamé afin de la sauver de cette mort barbare. Je ne fais que travailler, je vous demanderai donc de me laisser finir ce pourquoi je suis venue.


Elle la repousse doucement, de manière à ne plus l'avoir dans les pattes et s'agenouille à côté du corps sans vie du canidé. Avec son couteau de chasse, elle se sert de l'entaille préalablement faite par son interlocutrice et dépèce la créature avec tout son savoir faire, prenant soin de ne pas entailler la viande. Rapidement, la peau de bête fini par se détacher complètement de la carcasse.

Ne vous en faites pas, je n'en veux pas à votre cerveau chétif d'avoir pensé que je laisserai toutes ces denrées se perdre. Après tout, la sagesse s'acquiert avec les années, vous avez encore le temps de prendre en maturité. Cependant, il est vrai que la carcasse est grande, je pourrai éventuellement vous laisser emporter quelques grammes de viande comestible. Quelle ironie, vous aurez dans l'estomac la viande de l'animal qui souhaitait se régaler de la votre.


Elle marque une pause, et se tourne vers la jeune femme. Elle n'aimait pas réellement l'humiliation, mais savait d'expérience qu'avec ce genre de personne, il ne servait à rien de vouloir la jouer cool. Et il était hors de question de se laisser aimablement marcher sur les pieds.

Souhaitez vous que je vous montre comment faire cela correctement ? Cela vous empêcherait, la prochaine fois, un si piètre travail de dépeçage. Je devine que vous n'avez pas l'habitude, peut être pourriez vous apprendre de mon savoir faire.


Athina fouille dans sa sacoche et lui tend sa pierre à aiguiser.

Commencez par aiguiser votre couteau, cette lame émoussée ne fera qu'abimer la chair.



Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 Flasnn10Sujet: [8 Bellune 1097] Cœur de tonnerre
Athina Aerys

Réponses: 11
Vues: 404

Rechercher dans: Sujets terminés   Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 Rien10Sujet: [8 Bellune 1097] Cœur de tonnerre    Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 EmptyMar 2 Oct - 15:25

Cœur de tonnerre

Point de vue d'Athina Aerys
L'inconnu se jette si brusquement sur le modeste morceau de viande séchée que lui tendait Athina que cette dernière en sursaute. Depuis combien de temps n'avait-il rien avalé ? N'écoutant que son bon coeur, la jeune femme s'empresse de sortir un autre morceau de viande séchée, plus gros que le précédent. On ne pouvait pas dire que la trappeuse était un cordon bleu. Oh non, loin de là ! Elle faisait sécher soigneusement chaque morceau de viande qu'elle récupérait des animaux qu'elle chassait et tentait parfois de les assaisonner avec des plantes mais c'était un fait : elle n'avait aucun don pour la cuisine. Les maigres morceaux qu'elle trimbalait n'avaient quasiment aucun gout, pourtant cet homme l'avait avalé avec une telle émotion qu'Athina ne peut se résoudre à le laisser se contenter d'un seul petit morceau. Affamé comme il semblait l'être, cela n'aurait été que torture de le laisser là comme ça.

Fouillant à nouveau dans sa besace, Athina en sort une outre artisanale - qu'elle avait réalisé elle même - remplie de l'eau provenant de son puit. Une eau claire et douce au gout délicat qu'elle aromatise à l'aide de feuilles de menthe. Elle la lui tend.

Tenez, vous devez être assoiffé.


Elle reste ainsi accroupie face à cet homme quelques instants. Un chien passant par là s'arrête à leur hauteur et renifle la besace de la jeune femme. Le molosse est bien gras, il semble manger plus que de raison et sa gourmandise ne fait aucun doute. Pataud, d'un coup de hanche il déséquilibre la jeune femme qui tombe sur le côté, déversant le contenu de son petit sac sur les pierres fraîches de la ruelle. Le chien se jette sur son contenu mais Athina le chasse de la main.

Va t'en, ce n'est pas pour toi. Allez, oust !


Agacé par ce manque de courtoisie, le chien s'enfuit sans demander son reste, s'emparant au passage du dernier morceau de viande séchée que la jeune femme gardait dans son sac. Étouffant un juron, Athina prend place à côté de l'inconnu, s'adossant au mur en prenant soin de ne pas s'approcher de trop - elle est toujours un peu mal à l'aise même si la pitié prend le dessus sur la crainte -.

J'imagine que peu de personnes prennent le temps de s'arrêter à votre hauteur. Je ne veux pas m'imposer, si vous souhaitez que je disparaisse, un mot et je vous laisse à votre sort. Mais personne ne mérite d'être ainsi ignoré de ses pairs. Je m'appelle Athina. Athina Aerys... Et vous ?


Elle le regarde, attendant une réponse en espérant profondément qu'il ne la rejettera pas. Elle avait du mal à s'ouvrir aux autres, alors s'il l'envoyait bouler, elle savait que cet effort n'aura eu pour effet que de la faire reculer un peu plus dans sa sociabilité. Le regard d'Athina est doux et bienveillant, elle tend timidement sa main vers l'inconnu.


Commentaire HRP
Désolée pour l'attente, j'espère que ça te conviendra ! Et ouiii c'était mon premier rp posté ici, je voulais faire le clin d'oeil à Lëxi *^*

Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 Flasnn10Sujet: [5 Ellune 1098] Les arbres sont aussi muets qu'ils sont sourds
Athina Aerys

Réponses: 8
Vues: 326

Rechercher dans: Sujets terminés   Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 Rien10Sujet: [5 Ellune 1098] Les arbres sont aussi muets qu'ils sont sourds    Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 EmptyMar 18 Sep - 18:54

Les arbres sont aussi muets qu'ils sont sourds

Point de vue d'Athina Aerys
A tout à l'heure, chérie. Maman part chasser, tu seras sage avec mamie, n'est ce pas ?
- Mais maman, peux pas venir vec toi ?


La petite regarde Athina de ses grands yeux violets dont elle lui a hérité. Athina, attendrie, s'agenouille auprès de son enfant et lui caresse tendrement la joue. Elle est si mignonne, et elle sait bien en profiter malgré son jeune âge. Mais Athina n'est pas une maman qui cède aux caprices d'Echo. Elle n'est pas non plus une maman autoritaire, elle s'efforce simplement de l'élever convenablement, de lui inculquer de bonnes valeurs. Au grand jamais elle ne souhaite reproduire ce que ses parents avait fait avec elle, à lui donner des rêves de grandeurs et des envies luxueuses. Oh, elle n'avait pas été mal élevée, mais Athina ne pouvait parfois s'empêcher de se demander si sa vie, son passé et les actes qu'elle avait pu subir avaient eu lieu si elle n'avait pas eu dans la tête toutes les ambitions que ses parents avaient pu lui souffler durant sa tendre enfance.

Elle prenait bien soin de ne pas en faire autant avec Echo, et bien que voulant la préserver, elle tentait de lui faire comprendre que dans la vie, il fallait beaucoup travailler pour avoir sa liberté, qu'elle ne devait jamais prendre quoi que ce soit pour acquis et encore moins compter sur la fortune des autres pour faire la sienne. Qu'une vie modeste de chasseuse était bien plus agréable et satisfaisante qu'une vie mondaine pleine d'obligations sociales. Oui, Athina s'efforçait d'apprendre de bonnes choses à sa fille, et bien qu'elle rêvait très régulièrement de la première fois où elle pourrait l'emmener chasser, la petite était encore bien trop jeune pour pouvoir l'accompagner.

Echo, je te l'ai déjà dit. Quand tu seras plus grande, tu pourras m'accompagner, mais pour le moment tu restes sagement à la maison.
- Grande comment ? Quand je serai assez grande pour sacher ?
- Chasser, ma chérie. Je ne sais pas, disons pour ton anniversaire à tes douze ans.
- C'est quand douze ans ? La semaine prochaine ?


Athina esquisse un petit rire d'attendrissement.

Non, ma chérie. Pas la semaine prochaine.
- Et jpeux pas rester avec Ilclaste ? Je l'aime bien Ilclaste, il est gentil et il fait bien le cheval.
- Echo, aujourd'hui c'est mamie qui s'occupe de toi. C'est comme ça, et pas autrement. Mais si tu es bien sage, peut être pourrions nous inviter Iclaste à manger avec nous ce soir ? Mais seulement si tu es bien sage.
- Promis maman ! Je t'aime


La petite dépose un baiser sur la joue d'Athina et file rapidement jouer dans la salle. Athina se redresse et sourie. Elle ne serait définitivement plus rien sans ce petit ange dans sa vie. D'ailleurs, elle ne serait probablement plus de ce monde s'il n'y avait eu sa fille. Refusant de repenser à de noirs souvenirs, la jeune femme rajuste rapidement ses vêtements en tissu - il fait décidément trop chaud pour son pourpoint en cuir - et s'empare de son arc avant de quitter la demeure. A quelques mètres de là, un veilleur est couché près du puits. Il redresse la tête en entendant Athina claquer la porte. Cette dernière soupire.

Elle ne craint rien, Yeuyeur, tu peux t'en aller.


La créature fixe Athina un instant, puis elle repose sa tête sur ses pattes et ferme les yeux. La jeune femme lève les yeux aux ciel. Décidément, ces bestioles sont têtues. Echo n'avait que deux ans lorsque Yeuyeur s'est lié à la petite. Elle s'était perdue dans les bois alors qu'elle suivait un papillon - Hestia s'en était fortement voulu, c'était elle qui devait la surveiller ce jour là, mais elle avait sous estimé le talent pour la marche de sa petite fille - et avait fini par tomber par terre. Elle pleurait, le genou égratigné lorsqu'il était apparu dans les fourrés, attiré par les gémissements de la jeune fille. C'est d'ailleurs elle qui le surnomma ainsi. Depuis, il était toujours dans les parages, il rodait aux alentours de la petite chaumière des Aerys, montrant parfois les dents lorsque Athina grondait sa fille. Il ne s'était pas lié à la mère, simplement à la petite. Et parfois, Athina se sentait légèrement vexée qu'il vienne à ce point voir si tout allait bien pour Echo, comme si elle n'était pas en sécurité.

S'enfonçant dans la forêt, Athina se décide finalement sans grande conviction d'abord à rechercher la piste d'un animal. On lui avait, quelques jours plus tôt, demandé de ramener une fourrure de qualité pour un cadeau d'anniversaire. Elle hésitait encore entre la peau d'un loup ou celle d'un ours, elle verrait bien en fonction des empreintes dans l'humus. Furtivement, elle prend soin à ne pas faire de bruit, à rester silencieuse. Après de longues minutes, elle finit par s'accroupir. Des empreintes de loup assez fraîches se dirigeant vers une petite clairière attirent son attention. A la taille de ses pattes, Athina devine qu'il doit s'agir d'un mâle plutôt robuste. Cela fera parfaitement l'affaire. Se dirigeant vers la clairière, Athina est subitement distraite par des bruits anormaux non loin. Tendant l'oreille, elle tente de définir l'origine de ce son mais elle n'y parvient. De nature plutôt curieuse - ou plutôt devant sa tendance maladive à devoir désormais avoir le contrôle sur la totalité des événements autour d'elle - elle se faufile entre les arbres pour finalement se planquer derrière un gros chêne et observer à loisir sans se faire repérer.

Alors que la jeune femme se trouvant devant elle glisse et se retrouve les quatre fers en l'air, Athina aperçois au loin un canidé de belle taille surveillant elle aussi la demoiselle désarmée. Certainement dans son monde, elle ne se rend compte qu'il s'approche alors qu'elle se met en boule comme une enfant contrariée. Athina dégaine sans un bruit une flèche, sans quitter l'animal des yeux. Alors qu'il s'élance pour attaquer l'étrangère, Athina décoche sa flèche qui vient se loger dans le flanc du loup, lui arrachant un couinement déchirant. A l'agonie, Athina s'approche rapidement, ne prêtant pour le moment attention à l'inconnue. Comme à son habitude lorsqu'elle ne parvient à tuer un animal du premier coup, elle s'accroupie à ses côtés. Il grogne, essayant de bouger. Elle s'empare de son couteau de chasse et pose la main sur l’encolure de l'animal.

Je suis désolée, mon ami. Soit sûr que ta dépouille sera respectée et honorée. Puisses tu trouver la paix en terres célestes.


Elle enfonce ensuite son couteau droit dans le coeur de l'animal, l'achevant ainsi. Comme souvent, une certaine tristesse s'insinue dans son coeur alors qu'elle commence à dépecer la dépouille. Puis elle s'arrête un instant, se souvenant subitement qu'elle n'est pas seule. Elle se tourne vers l'inconnue qui n'avait prononcé mot. Embarrassée, elle brise le silence.

Navrée pour le désagrément, mademoiselle. Mais il semble bien que cet animal avait l'intention de se régaler de votre jeune chaire. J'espère que vous ne m'en voudrez pas de l'avoir tué devant vous.


Elle s'essuie la main brièvement sur son pantalon pour essuyer le sang de l'animal, avant de la tendre vers la jeune femme.

Je m'appelle Athina



Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 Flasnn10Sujet: [8 Bellune 1097] Cœur de tonnerre
Athina Aerys

Réponses: 11
Vues: 404

Rechercher dans: Sujets terminés   Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 Rien10Sujet: [8 Bellune 1097] Cœur de tonnerre    Tag 3f2c23 sur Advictâme-RPG - Page 2 EmptyJeu 23 Aoû - 21:56

Cœur de tonnerre

Point de vue d'Athina Aerys
Lackness. La cité n'a plus la même saveur depuis que c'est arrivé. Athina soupire et passe sa main sur son ventre. Cela fait maintenant deux ans que le cauchemar a pris fin, et pourtant parfois la jeune femme a l'impression qu'hier encore elle subissait des ruades dans l'abdomen. Un homme pressé chargé de lourdes palettes la bouscule un instant, marmonnant un bref "pardon" avant de continuer sa route. Athina se fige, un frisson lui parcours l'échine un instant, et un écoeurement lui prend. Elle retient une nausée et s'engage dans une ruelle adjacente, moins fréquentée. Elle s'adosse à un mur en pierre.

Ressaisis toi, ma grande.


Elle pensait pourtant en avoir fini avec ces angoisses, mais de jour comme de nuit, cette omniprésence ne la quittait jamais. C'était une ombre, un fantôme qui la suivait chaque jours depuis des années. Même la naissance de sa fille n'avait su effacer ses terreurs nocturnes, pourtant c'était la seule étincelle de bonheur qui éclairait sa vie depuis la condamnation de Lothaire. Non. En fait, depuis bien avant cela. Toutes ces années de souffrances muettes, sourdes et aveugles qui avaient fait de sa vie un véritable enfer n'avaient eu aucune éclaircie. Cette souffrance était devenue une amie fidèle, prévisible mais impossible à se défaire. C'était devenu son quotidien, et elle n'avait eu le choix que de tenter de l'apprivoiser. En vain. Oh, bien sûr, depuis qu'elle était revenue vivre à Creux-Lac et qu'elle avait trouvé cette petite chaumière dans la forêt, la souffrance semblait parfois s'éloigner quelques heures. Ces quelques heures de répit que lui procurait la chasse, cette adrénaline qui inondait ses veines lors d'une traque, c'était si précieux à ses yeux. Mais cela ne faisait qu'éloigner la peine, la douleur. Les séquelles sont comme une cicatrice à vif qui ne peut cicatriser. Et l'Advictame n'y peut malheureusement rien.

Son coeur se serre, elle prend sa pierre pourpre entre ses doigts, la pressant quelques instants avant de se redresser. Remontant sa besace pleine de chutes de fourrure, elle reprend la direction du centre de la ville. Prenant soin d'éviter soigneusement de croiser le regard ou la route d'inconnus, elle longe telle une louve furtive et délicate les murs de la ruelle. Elle n'aperçoit pas tout de suite le mendiant un peu plus loin, trop perdue dans ses pensées pour avoir le regard clair. Pourtant, lorsqu'elle arrive à sa hauteur, une fois de plus ses muscles se crispent, elle se fige.

C'est un homme maigre, habillé de guenilles qui ont l'air de n'avoir pas vu la couleur d'une fontaine depuis un moment. Il a l'air à moitié mort, et l'odeur désagréable qui se dégage de cet individu irait rapidement dans ce sens, si l'on ne l'entendait pas renifler ou changer de position occasionnellement. Il ne dit rien, et les gens se contentent de l'ignorer royalement. Ils passent devant, ne lui accordant même aucun regard, pas même lorsqu'une bonne âme lui tend une maigre pièce. Paix et tolérance, oui. Mais visiblement pas Aide et Bienveillance. Athina soupire. A Borderoc, elle aurait vu des gamins lui jeter des caillasses pour s'amuser. Finalement, il avait de la chance dans son malheur.

La jeune femme ne s'arrêta pas à sa hauteur, elle préféra continuer sa route. Cet homme tout dépenaillé ne lui rappelait que trop bien cette après midi là, il y a 2 ans. Le jour où ilétait rentré encore plus bourré que d'habitude. Le jour où il l'avait cognée tellement fort que son souffle s'était coupé un instant. Le jour où il l'avait violée durant de longues, de trop longues minutes. Et puis le moment où il s'était enfin assoupi et où la jeune femme avait enfin pu s'échapper de cette prison, ses vêtements déchirés et souillés de ce porc. C'était une vision bien similaire qu'avait dû avoir ce fantassin de la garde de Saphir lorsqu'elle l'avait abordé. Ou peut être pas, mais elle s'était pourtant senti tout aussi minable et démunie que l'apparence de l'homme qu'elle venait royalement d'ignorer. D'ignorer. Si ce garde avait choisi de l'ignorer, serait-elle encore là pour le dire ?

Elle tourna la tête, observant l'inconnu. Valait-elle réellement mieux que son ancien bourreau si elle se contentait de fermer les yeux et de laisser crever cet homme ? Maigre comme il est, il ne tiendrait pas une semaine de plus dans l'air frais de printemps. Etait-elle ce genre de personne ? Elle soupire une seconde, et fait demi tour. Non. Elle n'est pas ce genre de personne.

Arrivée à la hauteur de l'homme, elle s'agenouille à ses côtés et fouilles quelques secondes dans sa besace à la recherche d'un morceau de viande séchée qu'elle lui tend.

Mangez donc ceci.


Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers: