Partagez | 
 

 [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Je suis : Keira Daravyn, marchande de jour, sang-visage de nuit, résidente d'Embuscade Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Vari-Vigilante sur Deviantart

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ 1m75, 60kg, fine et musclée, cicatrices dans le dos.
→ Yeux bleus gris, longs cheveux roux, tâches de rousseur.
→ 3ème don : Peau dure (peau qui devient dure comme du granit)
→ Franche, directe, patiente, claustrophobe, sans attaches, combattante très expérimentée.
→ A toujours au minimum deux dagues et une rapière sur elle.

→ Surnom d'assassin : Éclair écarlate.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 2 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 2 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
436


MessageSujet: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Lun 23 Juil - 21:48

L’angoisse brille sous les étoiles - 7 Allune 1100, Forêt des Embrumes


Après ses précédentes aventures à Lotte quelques jours auparavant, il avait bien fallu que Keira se décide à repartir. Elle comptait rentrer au village d’Embuscade, mais avait encore un détour à faire avant. En plus de ce contrat qu’elle avait dû clôturer en prenant la vie de Serge, elle avait également prévu de rejoindre les abords de la prison de Vissomort pour livrer une commande un peu spéciale. Son « père » lui avait demandé de rapporter à son cousin travaillant à la prison ce qu’il avait qualifié de « remèdes un peu particuliers ». Elle n’avait pas posé de questions, s’était contentée de prendre le sac contenant une petite boite en bois à l’intérieur de laquelle se trouvaient sans doute les fioles. Elle n’avait pas besoin de savoir de quoi il retournait exactement, mais elle avait facilement compris que si la livraison lui avait été confiée, c’était parce qu’il ne pouvait pas laisser la marchandise entre les mains de n’importe quel livreur.

Après s’être éloignée du village lacquois, elle avait donc pris le chemin vers l’un des passages de la montagne qu’elle connaissait bien. Manque de chance, alors que le soir commençait à tomber, elle se retrouva nez-à-nez face à une pile de roches de toutes tailles acoquinées les unes aux autres. Il y avait visiblement eu un éboulement, et personne n’avait encore pris la peine de dégager le passage.
Elle devrait donc faire un détour pour rejoindre l’autre chemin praticable de la Chaîne des Alles, en passant par la Forêt des Brumes. Et cela ne la réjouissait guère. Elle aurait bien refait le chemin inverse pour passer une dernière nuit à Lotte, mais le Garde de Saphir qu’elle avait rencontré lui avait déjà fait perdre assez de temps comme ça. Elle prit donc la décision de traverser la forêt de nuit, et s’arrêterait pour faire halte une fois la marée d’arbres passée.

Ainsi se retrouva-t-elle à marcher dans cette forêt. Si elle avait pu donner son avis à celui qui l’avait nommée ainsi, elle lui aurait sans doute indiqué son désaccord quant au choix. L’ayant déjà empruntée de jour, elle savait qu’il y régnait une brume qui semblait ne jamais s’en aller. C’était cependant la première fois qu’elle y allait de nuit. Et de nuit… La brume persistante alliée au manque certain de luminosité rendait la forêt encore plus lugubre qu’elle ne l’était. La progression s’avérait complexe, car n’étant malheureusement pas née nyctalope, elle ne voyait pas clairement le sol sur lequel elle marchait.

Elle s’enfonçait dans le bois depuis une vingtaine de minutes déjà, et si elle avait ignoré les mugissements étranges de ses habitants jusque-là, elle ne put en revanche pas faire l’impasse sur les cris contigus qui venaient d’envahir les arbres. Elle aurait pu passer outre simplement, oui, si les cris ne se rapprochaient pas de manière fulgurante, devenant de plus en plus fort au fur et à mesure qu’ils étaient échappés. Là, quelque part entre les branches, un groupe de makicores fusait. Et à en juger leur empressement, mieux valait ne pas rester sur leur passage. Sans plus attendre, elle resserra la prise de son paquetage et se mit donc à courir.

Mais la rapidité couplée au manque évident de visibilité finit par avoir raison de son jeu de jambes habile, et alors qu’elle tournait après un arbre aux branches étonnamment menaçantes, elle trébucha sur quelque chose.
Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Daud Emerat, historien et chercheur, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Faramir, par Magali Villeneuve

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Historien itinérant, mène des recherches sur les Temps Oubliés. Appel aux sources fiables et aux témoignages, non sérieux s'abstenir !

- Présentation
- Fiche d'avancement

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 4 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 5 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
478


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Mar 24 Juil - 0:48

Le 7 Allune 1100 dans la Forêt des Embrumes


En sa qualité d'historien et des enquêtes de terrain qu'il devait réaliser régulièrement, Daud était un habitué des routes. Monter à cheval ne lui posait aucun problème – son assiette était excellente – et il avait développé un très bon sens de l'orientation. Tous ces talents mis ensemble faisaient que le jeune homme se perdait très peu. S'il lui arrivait bien parfois de rater une sortie ou de se tromper à un croisement, cela restait rare. C'est donc confiant – trop peut-être – que le chercheur avait quitté Mornepierre quelques jours plus tôt pour se rendre au Creux-Lac. Si sa visite au Gravorn n'avait rien donné, Daud était bien décidé à mettre son voyage à profit, sans compter que l'idée de rentrer directement à Albatra ne l'enchantait guère. Il aimait la ville, et encore plus l'Académie, mais l'historien préférait de loin les missions sur le terrain plutôt que s'enfermer dans un bureau, aussi confortable soit-il.

Les vallons et quelques rares bosquets avaient peu à peu laissé place à un paysage plus forestier. Des arbres de plus en plus grands bouchèrent la vue du voyageur, qui soupira. Chevaucher dans une forêt n'était pas le plus pratique.

Le soleil amorçait déjà sa descente quand Daud se fit la réflexion que cela faisait un sacré bout de temps qu'il n'avait pas vu le moindre panneau. La route bien dessinée était remplacée par un sentier à peine visible, sinuant à travers les arbres. L'air circonspect, l'historien balaya le décor de ses yeux. Des arbres, des arbustes, encore des arbres, et… oh ! Un arbre. Quelle surprise. Cela ne ressemblait pas du tout au chemin dégagé que le boulanger de Mornepierre lui avait suggéré de prendre pour aller jusqu'au Creux-Lac.

Daud ne se rappelait pas avoir déjà traversé une forêt aussi touffue. Une brume épaisse masquait le sol, si bien qu'il ne distinguait pas les sabots de sa monture. Le hongre avançait paisiblement, mais ses oreilles s'agitaient assez pour que le jeune homme comprenne que quelque chose le dérangeait. L'air allait fraichissant. Daud frissonna en resserrant les pans de sa cape de voyage autour de lui. Il n'était pas homme à s'inquiéter facilement, et son esprit cherchait toujours à rationaliser avant de paniquer. Cela marchait. Dans la plupart des cas. Mais il devait avouer ne pas être très rassuré à l'idée de se retrouver seul, perdu, et au milieu d'une forêt inconnue…

Il faisait totalement nuit désormais. Daud réalisa qu'il ne voyait plus à un mètre devant lui, et s'obligea au calme. S'il continuait à avancer tout droit, il finirait sans doute par arriver quelque-pa…

Un cri le fit sursauter. Quelle créature terrifiante pouvait bien en être à l'origine ? Sans doute une avec une grosse mâchoire et plusieurs rangées de dents... Sa monture dut se faire la même réflexion, car l'animal fit un brusque écart. Daud ne resta en selle qu'en se raccrochant de justesse à sa crinière. Il entreprit de calmer la bête, mais un autre cri retentit. Plus proche. Cette fois-ci sa monture partit au grand galop, et Daud se retrouva par terre. Il atterrit sur le flanc et eut le souffle coupé. Il resta étendu sur le sol, grommelant sans oser bouger. Ses côtes le faisaient souffrir, et il craignait de s'être fêlé quelque chose. Le bruit de la course de son cheval finit par s'éteindre au bout d'un instant, remplacé par un silence inquiétant. Celui-ci n'était rompu ça et là que par quelques cris rauques et autres hululements suspects. Quelle délicieuse journée.

Il rassemblait son courage pour se redresser quand des pas précipités attirèrent son attention. Il y eut un poids lourd et soudain sur son dos qui chassa à nouveau l'air de ses poumons, puis un bruit étouffé, comme la chute de quelque chose – ou quelqu'un. Daud se roula par terre en happant de grandes goulées d'air.

Toussant, crachant, il finit par se redresser sur un coude, les yeux embués par la douleur. Les cris des créatures étaient plus proches que jamais, mais une forme à peine visible dans la brume l'intriguait davantage. Une silhouette humaine, celle d'une femme de toute évidence. Il distinguait une longue chevelure rousse, unique touche écarlate dans cette forêt aux teintes grises ou azurées par la brume. L'historien cligna des yeux pour en chasser les larmes et siffla d'une voix rauque :

« Bonsoir à vous aussi... »


Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Voilà voilà ! Je ne savais pas trop comment Daud pouvait interpeler Keira après ça, j'espère que ça t'ira :')
Je suis : Keira Daravyn, marchande de jour, sang-visage de nuit, résidente d'Embuscade Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Vari-Vigilante sur Deviantart

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ 1m75, 60kg, fine et musclée, cicatrices dans le dos.
→ Yeux bleus gris, longs cheveux roux, tâches de rousseur.
→ 3ème don : Peau dure (peau qui devient dure comme du granit)
→ Franche, directe, patiente, claustrophobe, sans attaches, combattante très expérimentée.
→ A toujours au minimum deux dagues et une rapière sur elle.

→ Surnom d'assassin : Éclair écarlate.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 2 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 2 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
436


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Mar 24 Juil - 19:30

L’angoisse brille sous les étoiles - 7 Allune 1100, Forêt des Embrumes


Il avait fallu qu’elle trébuche. Ce qui en soit était déjà assez rageant. Mais en plus de cela, il avait fallu qu’elle trébuche sur quelqu’un ! Pourquoi ?! Comment se faisait-il qu’un homme se trouvait là, comme par hasard, empiétant sur sa route, pile à ce moment-là ?!
Le choc physique avait été rude, mais elle fut davantage surprise de trouver quelqu’un ici. Ses yeux clairs se posèrent sur le visage de l’intrus aux membres trop longs – elle ignorait si c’était à ses jambes qu’elle s’était accrochée – et ses lèvres s’entrouvrirent, prêtes à formuler quelques mots.

Qui restèrent muets et figés dans sa gorge, puisque déjà les cris des makicores lui cassaient les oreilles. D’instinct, elle rabattit ses bras au-dessus de sa tête, pour peu que ces fichues bestioles fassent tomber on ne savait quoi sous leur passage dans les arbres. Elle ne parlait pas le singe, mais on aurait clairement dit qu’ils avaient le feu aux fesses. Avec la faible luminosité, elle ne le vit pas tout de suite, mais une ombre sembla tomber des branches pour s’échouer en un « pouf » lourd à deux mètres de l’historien et d’elle-même.

Dans la foulée, ils purent en revanche observer l’un des makicores qui avait fait demi-tour et s’était approché de ce que l’un des siens avait échappé. La bestiole sembla constater une évidence, avant de pousser un cri alarmé et de se barrer rapidement dans la direction qu’avaient prise ses semblables.

Vous avez compris quelque chose à ce qu’il vient de se passer ? interrogea-t-elle l’obstacle vivant en se relevant enfin.

Elle épousseta ses genoux et remit l’anse de son sac sur son épaule. Sa longue cape sombre dissimulait la plupart de son attirail, comme ses armes, ou une partie de sa tenue. La chose échouée près d’eux gigota en poussant un couinement faible et plaintif. Au loin, comme en réponse directe à la complainte discrète, un rugissement éclata. Keira s’immobilisa sur place, chassant le frisson désagréable qui lui avait parcouru l’échine.

Son regard passa alors de l’inconnu, à la petite ombre au sol. Elle s’approcha de cette dernière avec prudence, et s’accroupit pour pouvoir mieux la détailler. Elle se redressa presque automatiquement et recula de quelques pas, avant d’observer la direction – contraire à celle qu’avaient prise les makicores – d’où semblait avoir provenu le rugissement.

J’espère que vous courez vite, lâcha-t-elle en resserrant l’attache de son sac.

Là, juste à côté d’eux, les makicores avaient visiblement relâché maladroitement un morggon. Comment et pourquoi ils l’avaient emmené ? Bonne question. En revanche, il y avait une réponse limpide à ce qui se rapprochait dangereusement d’eux dans les fourrées : au moins un morgg venait chercher son petit.
Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Je n’aide pas à la conversation, je sais, mais je trouvais ça amusant de les mettre un peu dans le pétrin XD. J’espère que ça t’ira !
Je suis : Daud Emerat, historien et chercheur, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Faramir, par Magali Villeneuve

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Historien itinérant, mène des recherches sur les Temps Oubliés. Appel aux sources fiables et aux témoignages, non sérieux s'abstenir !

- Présentation
- Fiche d'avancement

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 4 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 5 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
478


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Mar 24 Juil - 20:45

Le 7 Allune 1100 dans la Forêt des Embrumes


S'il avait compris ce qui venait de se passer ? Et bien il savait au moins que cette inconnue l'avait piétiné sans même s'excuser – ce qu'il trouvait très impoli, soit dit en passant. Mais quelque chose lui soufflait que la jeune femme ne voulait pas parler de ça.

Daud se redressa en époussetant ses vêtements, grimaçant en sentant ses côtes s'enflammer sous l'effort. Il ouvrait la bouche pour répondre à l'inconnue, mais cette dernière ne lui laissa pas le temps d'aller au bout de son idée et l'interrompit sans ménagement. L'historien fut brutalement ramené à la réalité par des cris – toujours plus proches – ainsi que l'arrivée de créatures. Des singes… des makicores, comprit-il en avisant la fine membrane qui reliait leurs bras. Daud s'accroupit et protégea son visage de ses bras en un geste instinctif. Une attitude peu courageuse, certes… mais le chercheur n'avait pas franchement envie de perdre un oeil dans cette histoire.

Les bêtes ne firent que les survoler toutefois, mais l'un d'eux dut mal calibrer son saut et il chuta non loin d'eux. L'inconnue s'en approcha et son visage blêmit aussitôt. De là où il était, Daud ne distinguait que peu de chose de l'animal. Les faibles cris qu'il poussait ne ressemblaient pas à ceux des makicores cependant, et cela lui mit la puce à l'oreille.


« Si je sais… ? »

Daud jeta un oeil sur la bête qui gémissait au sol, et réalisa son erreur. Cette chose n'avait rien d'un singe. C'était plutôt un bébé. L'historien l'associa aussitôt à un croquis visionné dans un bestiaire de l'Académie. Par Namaâl, songea-t-il. C'est un…

« Morgg. Un jeune. »

Une partie de la description de l'animal lui revint en tête. Prédateurs. Carnivores. Rapides. Et sans doute très à même de déchirer les membres d'un homme de bonne taille.
Daud sentit son coeur s'accélérer mais s'obligea au calme :

« Nous pourrions essayer de monter dans un arbre... »

Mais il abandonna aussitôt cette idée, se rappelant ses piètres talents de grimpeur. Cette femme avait raison : leur meilleure chance de s'en tirer était de courir. Et vite.

C'est ce qu'ils commencèrent à faire. Daud n'avait jamais été un grand sportif, et très vite un point de côté le fit souffrir. Cela, ajouté à son flanc qui l'élançait à chaque foulée, faisant de sa course un véritable calvaire. Il serra les dents et accéléra néanmoins. Les cris des fauves se rapprochaient-ils ? Ou bien tout cela n'était-il que le fruit de son imagination ? Difficile de savoir. Le vent sifflait à ses oreilles. Il courait sans savoir où il mettait les pieds tant la brume dissimulait le paysage. Le jeune homme manqua de percuter un arbre à plusieurs reprises et s'efforçait de ne pas se laisser distancer par l'inconnue. Ses cheveux de feu étaient comme un repère dans ce labyrinthe.

Son pied heurta une racine et lui fit perdre l'équilibre. Daud s'effondra subitement et mordit la poussière pour la seconde fois. Un tapis de feuilles mortes avait amorti sa chute cependant, mais cela ne le rassurait pas pour autant : les bêtes le rattraperait vite s'il ne reprenait pas sa course…

Pour la énième fois, il maudit la couardise de sa monture qui avait mis les voiles sans lui. Alors qu'il se relevait, Daud crut distinguer la forme d'un tertre à quelques pas de là. Il héla la jeune femme pour l'avertir et boita jusqu'à la butte de terre, espérant que l'odorat des bêtes ne suffirait pas à leur signaler sa présence. L'historien ne connaissait pas grand chose en zoologie, mais son instinct lui soufflait que son espoir était vain...

Là, il s'obligea au calme. Réfléchir. Voilà ce qu'il devait faire. Il finirait dans l'estomac d'un morgg avant la fin de la soirée s'il espérait les prendre de vitesse.

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Ta réponse était parfaite ! J'espère que la mienne t'ira aussi Smile Est-ce que tu sais si tu veux/vas faire un lancer de dé pour que le don de Keira se réveille ? J'aimerais bien le faire pour Daud, mais on peut le faire toutes les deux ! Y a assez de danger pour tout le monde xD
Je suis : Keira Daravyn, marchande de jour, sang-visage de nuit, résidente d'Embuscade Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Vari-Vigilante sur Deviantart

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ 1m75, 60kg, fine et musclée, cicatrices dans le dos.
→ Yeux bleus gris, longs cheveux roux, tâches de rousseur.
→ 3ème don : Peau dure (peau qui devient dure comme du granit)
→ Franche, directe, patiente, claustrophobe, sans attaches, combattante très expérimentée.
→ A toujours au minimum deux dagues et une rapière sur elle.

→ Surnom d'assassin : Éclair écarlate.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 2 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 2 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
436


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Mar 24 Juil - 21:35

L’angoisse brille sous les étoiles - 7 Allune 1100, Forêt des Embrumes


L’expression qui passa sur les traits de la rousse fut sans doute facilement déchiffrable. Monter dans un arbre, sérieusement ?

À vous l’honneur, rétorqua-t-elle d’un ton ironique, un léger sourire narquois au coin des lèvres.

Elle savait gravir des montagnes, s’en sortirait normalement sans trop de problèmes avec un arbre. Cependant, elle doutait sincèrement que ce soit la meilleure idée qui soit. S’il s’agissait bien de morggs, ne sauraient-ils pas eux aussi escalader les grands bois feuillus pour les cueillir comme des cerises mûres ? Ils avaient davantage de chance de s’en sortir en prenant la fuite, se réfugier dans un arbre bloquerait toutes les autres issues.

Dans tous les cas, elle n’attendit pas son accord et le précéda dans la course. Elle tâchait de slalomer au mieux entre les troncs, ignorant ce sol sur lequel elle ne voyait même pas ses pieds fouler la terre, espérant sincèrement ne pas tomber sur un nouvel obstacle humain, ou sur tout autre obstacle quel qu’il soit, accrochant malgré elle sa cape à certains endroits, jusqu’à perdre un morceau qui se déchira et resta virevoltant sur une branche basse.

Si c’est bien leur petit ils devraient s’arrêter en tombant dessus, non ? lança-t-elle toujours en course.

Et comme elle n’obtint pas de réponse, elle jeta un coup d’œil en arrière. Et eut la magnifique vision du brun la tête dans les feuilles. Un soupir exaspéré lui échappa. Durant quelques secondes, elle s’apprêta sans doute à aller l’aider à se relever. Mais les nouveaux rugissements émanant de la parcelle de forêt qu’ils avaient laissée derrière eux la firent hésiter. Heureusement il se redressa rapidement et put même repérer une belle bosse de terre un peu plus loin.
Elle suivit son indication, songeant sur l’instant que se cacher derrière la butte pouvait être une bonne idée.

Une fois qu’elle y fut, elle reprit son souffle, priant Nâame pour que ces saletés de morggs poursuivent leur chemin droit devant en les ignorant simplement. C’est là qu’elle remarqua le morceau de cape manquant. Elle ne connaissait pas grand-chose aux animaux de ce genre, et ne pouvait donc pas statuer sur leurs instincts. Mais elle savait qu’un morceau de cape était une signalisation olfactive suffisante pour certaines bêtes.
Alors, juste au cas où elle aurait le malheur de les attirer jusqu’à eux, elle détacha sa cape après avoir posé toute affaire encombrante comme son sac, et dégaina discrètement l’une de ses rapières.

Si jamais ils se pointent par ici, planquez-vous sous la cape, et attendez qu’ils soient assez loin, murmura-t-elle à son attention.

Du reste, elle ferait ce qui s’avérerait nécessaire.
Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Réponse nickel aussi ! Je ne compte pas faire de lancer de dés pour le moment, la situation n’y est pas propice pour K pour le moment, donc je t’en prie, fais-toi plaisir ! Et je te laisse décider de ce qu’il advient de nos amis poilus =D
Je suis : Daud Emerat, historien et chercheur, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Faramir, par Magali Villeneuve

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Historien itinérant, mène des recherches sur les Temps Oubliés. Appel aux sources fiables et aux témoignages, non sérieux s'abstenir !

- Présentation
- Fiche d'avancement

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 4 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 5 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
478


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Jeu 26 Juil - 12:05

Le 7 Allune 1100 dans la Forêt des Embrumes


A en juger par son souffle court, l'inconnue avait grand besoin d'une pause elle aussi. Tapis sous la butte de terre, ils y restèrent pendant de longues secondes, haletants. Daud n'osait plus esquisser le moindre geste.

Il avait acquiescé lorsque la jeune femme lui avait tendu sa cape – déchirée, d'ailleurs, ce détail ne lui avait pas échappé. Il fallait toujours qu'il focalise son attention sur les choses les plus inutiles, même dans un moment aussi mal choisi.

Daud n'était certes pas très compétent en matière de zoologie, mais il en savait autant que tout le monde sur les chiens. Et vus d'un certain angle, les Morggs n'étaient rien de plus que de gros chiens sauvages. De très, très gros chiens. Alors que les hurlements des bêtes se rapprochaient, l'historien se rapetissa davantage. Il serait volontiers rentré dans le sol s'il l'avait pu. Daud jeta un coup d'oeil en biais à la jeune femme. Il ne connaissait ni son nom, ni son histoire, mais une chose était sûre : cette personne était bien plus athlétique que lui. Si l'un d'eux avait une chance de s'en sortir, c'était bien elle. Il fut reconnaissant et soulagé de constater que l'inconnue ne l'avait pas laissé derrière elle sans se retourner. Au moins, ils étaient tous deux dans le même bateau.

Un détail sur les canidés lui revint en mémoire, et il fronça les sourcils :

« Je croyais que les chiens avaient une vue médiocre, et un très bon odorat ? Ne serait-ce pas un peu risqué de rester sous cette cape – qu'ils vont sans doute associer à vous – en attendant qu'ils nous gobent ? »

Daud conserva quand même la cape. Ce morceau de tissu déchiré lui donnait au moins l'impression de n'avoir rien sur quoi compter pour se défendre. Piètre bouclier, néanmoins. Il eut l'idée d'attraper la sacoche qui pendait toujours à sa taille, et réussit à ignorer l'élancement dans ses côtes. Le jeune homme vida le contenu du sac à ses pieds, espérant y dénicher une lame qu'il aurait oublié… un couteau à beurre, à fromage… n'importe quoi, au point où il en était. Mais tout ce qu'il trouva fut un briquet d'amadou, une carte de la région, un rouleau de parchemin vierge et du matériel d'écriture. Rien qui puisse menacer les Morggs.

Il allait dire quelque chose quand des pas lourds l'interrompirent. Quelque chose de pesant approchait, encore, encore… des mottes de terre se détachèrent du plafond du tertre. Daud leva la tête par réflexe, mais s'obligea au silence. Ses mains étaient moites. Etait-ce la peur qui faisait trembler ses mains ?... Il y eut un grognement rauque, auquel répondit un grondement un peu plus loin. Daud riva ses yeux dans ceux de l'inconnue, paniqué. Il y avait plusieurs Morggs. Au moins trois, à en juger les ronflements qui se rassemblaient au-dessus d'eux. L'un d'eux huma l'air à quelques pas, cherchant à retrouver la piste de ceux qui leur avaient pris leur petit.

Comme les bêtes ne s'éloignaient pas, Daud chuchota à la jeune femme

« Si ces choses ne partent pas, nous ne pourrons pas bouger non plus. »

L'idée même de rester immobile à attendre son sort, vulnérable et inutile, lui était insupportable. Son instinct lui hurlait de prendre ses jambes à son cou, si bien que seule la peur mêlée à une part de prudence fut assez forte pour le raisonner. Alors qu'il était encore en pleine lutte interne, le plafond du tertre s'affaissa légèrement. Le Morgg qui les surplombait devait être trop lourd. Daud eut tout juste le temps de bondir avant que la butte de terre s'effondre totalement.

Il roula dans les fougères jusqu'à ce que sa chute soit arrêtée par une souche. Sonné et ébloui par les lumières qui dansaient devant ses yeux, il peina à se redresser sur ses coudes. Quand sa vision fut revenue à la normale, le spectacle qui s'offrait à lui lui glaça le sang. Trois Morggs adultes et menaçants les encerclaient. Et ils n'avaient plus d'endroit où se cacher désormais.


Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Je pense utiliser le lancer de dé pour l'activation du don de Daud dans mon prochain post ! Je n'ai pas décrit comment Keira s'échappe du tertre vu qu'on n'en a pas parlé toutes les deux !
Je suis : Keira Daravyn, marchande de jour, sang-visage de nuit, résidente d'Embuscade Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Vari-Vigilante sur Deviantart

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ 1m75, 60kg, fine et musclée, cicatrices dans le dos.
→ Yeux bleus gris, longs cheveux roux, tâches de rousseur.
→ 3ème don : Peau dure (peau qui devient dure comme du granit)
→ Franche, directe, patiente, claustrophobe, sans attaches, combattante très expérimentée.
→ A toujours au minimum deux dagues et une rapière sur elle.

→ Surnom d'assassin : Éclair écarlate.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 2 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 2 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
436


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Mer 1 Aoû - 18:54

L’angoisse brille sous les étoiles - 7 Allune 1100, Forêt des Embrumes


Keira avait déjà son ouïe focalisée ailleurs, comme son attention. Cependant, elle prit soin de porter son regard vers l’inconnu quand celui-ci la questionna.

Si vous restez immobile et dissimulé dessous, il n’y a pas de raison qu’ils s’y attardent, se contenta-t-elle de répondre.

Autrement dit, elle ne comptait pas se cacher avec lui bien longtemps, et peut-être même sous-entendait-elle qu’elle ferait diversion.
S’il n’en voulait pas, libre à lui de laisser la cape de côté, elle ne lui imposait rien. Mais très honnêtement, il n’avait rien d’un combattant, alors elle l’imaginait mal partir à l’assaut au besoin.

Elle se tut et se reconcentra sur les bruits environnants, quelque chose venait de se rapprocher, dangereusement. Contrairement à son compagnon d’infortune, la rouquine ne broncha pas. Aucun tremblement de corps, aucun trait d’inquiétude sur son visage, juste l’impassibilité de celui qui est plus que concentré. On lui avait appris à ne pas craindre, ou plutôt, à ignorer la peur.
Sa poigne se resserra légèrement sur la garde de la rapière qu’elle avait dégainée à l’entente du hurlement. À l’écho des suivants, elle remarqua bien le regard du brun, mais l’ignora simplement, toujours prostrée dans sa concentration.

Je sais, chuchota-t-elle à son tour pour lui signifier quand même qu’elle l’avait au moins entendu.

Elle tira l’une de ses dagues qu’elle lui tendit au passage, puisqu’elle l’avait vu chercher en vain quelque chose d’utile dans son sac.

Et puis, le plafond menaça de leur tomber sur la tête. D’un mouvement agile, Keira s’extirpa de la butte en bondissant avant de faire une roulade pour se relever et s’éloigner rapidement. Elle s’immobilisa, les genoux légèrement fléchis, et suivit des yeux le chemin de l’homme jusqu’à la souche.

Alors que son regard se reportait tour à tour sur les morggs, elle glissa lentement sa main libre au fourreau de sa seconde rapière. Les sons émanant des grosses bêtes n’annonçaient rien de bon.

Si vous en avez l’occasion, courez aussi loin que vous le pourrez, lança-t-elle à l’aventurier tout en continuant de fixer les prédateurs.

L’un d’eux se jeta en premier en avant, elle dégaina sa seconde lame longue et asséna un coup filant qui le fit reculer en arrière sans le toucher. Rapidement, alors qu’elle faisait deux pas en arrière, l’arme à gauche passa en double à sa droite, sa main libre extirpa alors une dague qui fusa droit dans la gorge d’un second morgg qui bondissait. Puis la rapière repassa dans sa paume d’origine.

Qu’ils viennent, elle était prête à en découdre.
Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
C’est partiiiiii ! Tu peux considérer que Keira fait diversion et les tient à l’écart de Daud pour le moment, ça te laisse le temps d’utiliser ton pouvoir et de trouver une solution :p
J’espère que ma réponse t’ira, désolée d’avoir tardé !
Je suis : Daud Emerat, historien et chercheur, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Faramir, par Magali Villeneuve

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Historien itinérant, mène des recherches sur les Temps Oubliés. Appel aux sources fiables et aux témoignages, non sérieux s'abstenir !

- Présentation
- Fiche d'avancement

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 4 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 5 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
478


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Jeu 2 Aoû - 11:27

Le 7 Allune 1100 dans la Forêt des Embrumes


Les lumières continuaient de danser devant ses yeux. Un son sourd résonnait dans sa tête, si bien qu'il n'entendit que tardivement les mots de la jeune femme. Courir ? Pour aller où ?... Daud observa les silhouettes musculeuses de créatures qui les encerclaient. Non, fuir c'était se résigner à une mort certaine. Ces bêtes le rattraperaient en un instant. Désespéré, l'historien commençait à perdre tout espoir, quand l'inconnue tira une lame. Elle asséna un coup violent à la créature la plus proche, laquelle recula en grognant. Cette femme pourrait les tenir à distance un moment, mais pas indéfiniment. En plus de la force, de la rapidité – et des crocs – les bêtes avaient l'avantage du nombre. Sans compter que lui-même ne lui serait pas d'un grand secours.

Daud se redressa à demi, espérant être camouflé par les fougères et la pénombre. Quelques rayons de lune perçaient à travers les frondaisons, diminuant de beaucoup la visibilité. Son coeur battait la chamade. Il se sentait inutile, mais ce sentiment désagréable fut vite remplacé par une peur terrible. Une bête s'avançait vers lui. La jeune femme était déjà occupée à tenir les autres en respect. Mais ce morgg semblait trouver l'historien plus à son goût...

« Gentil petit...»

Souffla-t-il en levant ses mains vides. Qu'espérait-il ? Rassurer l'animal, que celui-ci décide subitement que ça ne valait pas la peine de s'offrir un quatre-heure si maigrichon ? Le grondement sourd qui s'échappait de sa gorge n'augurait rien de bon. Daud recula lentement, jusqu'à ce que son dos touche l'écorce d'un tronc. L'animal retroussa ses babines et se tassa. Daud avait déjà vu les chats errants de l'Académie agir de la même manière, juste avant de bondir sur leur proie. Et ici, il n'y avait aucun doute quant à savoir qui tenait le rôle de la souris.

Le morgg bondit vers lui, et l'historien eut juste le temps de rouler sur le côté. Il ignorait quel réflexe miraculeux lui avait permis de s'en tirer. Plaqué au sol sous la végétation, il commença à ramper vers une direction qu'il estimait être à l'opposé du danger. Haletant, il espérait que le morgg n'aurait pas l'idée de le chercher. Le son que son crâne avait produit en percutant le tronc avait été très réconfortant, mais le jeune homme doutait que cela suffise à le dissuader de poursuivre la chasse.

Son coeur battait si fort. Comme s'il tentait de se frayer un passage dans sa cage thoracique. La gorge nouée, Daud sentait la panique l'envahir. Mourir. Il allait mourir ici, comme un idiot. Il aurait dû rebrousser chemin depuis longtemps : quelle idée de s'engouffrer dans une forêt inconnue ? Quel manque de prudence rudimentaire ! Et s'il…

Ses doigts effleurèrent quelque chose. Un tissu. La cape de l'inconnue ?... Non, son sac de voyage. Celui-ci avait été projeté hors de leur cachette en même temps que lui, mais avait dû voler un peu plus loin.

Un grognement fut audible, à quelques mètres de là. Trouve un truc. Fais quelque chose. Trouve un truc.

Mais aucune idée géniale ne lui venait. Le grognement se rapprocha. Les larmes embuèrent ses yeux en même temps que sa peur grandissait. Qu'espérait-il pouvoir faire contre ces morggs ? Ils comptaient parmi les pires prédateurs des Trois-Lieux !... un autre grognement. Très proche. Suivi d'un rugissement de frustration. Etait-il furieux d'avoir perdu la trace de sa proie ?... Daud se remémora quelques informations lues dans le bestiaire de l'Académie. Les morggs détestaient renoncer à une traque. Il n'y avait rien d'étonnant à ce que ces bêtes les aient pris en chasse : la protection de leur territoire – et celle de leurs petits – était bien la seule chose à laquelle ils tenaient. Il n'y avait rien qui puisse empêcher un morgg de chasser quand il l'avait décidé. Parce que ces créatures ne craignaient rien, hormis le feu.

Il y eut comme un tintement de cloche. Une lueur rouge se diffusait légèrement sous son pull. Sa pierre de vie venait de s'illuminer.

Le feu.

A tâtons, l'historien fourrailla dans son sac, espérant que son contenu ne se soit pas dispersé. Par chance, ses doigts attrapèrent le briquet qu'il cherchait. Il retourna le sac afin que la partie intérieure – sèche – se retrouve à l'extérieure. Le morgg fut alerté par le bruit de son effort et s'approcha : il pouvait presque sentir son souffle, à quelques pas de là. Daud attrapa un bâton à la hâte, et enroula le sac tout autour. Il actionna le briquet.

Rien.

Terrifié, priant Naâme, il l'alluma de nouveau. Rien. Paniquant, il réitéra son essai, et… une flammèche minuscule – mais une flammèche tout de même, en sortit.

Le tissu du sac mit quelques secondes à s'enflammer en raison de l'humidité. Mais quand Daud se redressa, tremblant et mort de peur, il tenait une torche de fortune à la main. Une torche embrasée, diffusant une chaleur réconfortante… menaçante pour le morgg. La créature se tapit au sol en grognant, mais ce son était différent. C'était un grondement de peur. Daud prit son courage à deux mains et fit un pas en avant, agitant la torche devant lui : la réaction du morgg ne se fit pas attendre car il recula en couinant.

Le jeune homme en aurait presque pleuré de soulagement. Ils allaient peut-être s'en tirer après tout. Daud chercha la jeune femme des yeux : dans la panique il n'avait pu vérifié comment elle s'en sortait. Il marcha vers elle, s'obligeant au calme, très satisfait en voyant les bêtes reculer sur son passage. Il ramassa même la cape de l'inconnue : après tout, ils auraient peut-être besoin de plusieurs torches pour sortir de cette satané forêt.

Information lancers de dés : Information hors-RP :
J'ai effectué un lancer de dé pour utiliser le 3e don de Daud, et il était positif : son advictâme s'active donc dans ce post.
Haha pas de soucis pour le retard (qui n'en est pas un d'ailleurs) ! Tu prends le temps que tu veux il n'y a pas de soucis ! ^^ Voilà voilà, il a utilisé son petit don ! J'espère que ça t'ira ! \o/
Je suis : Keira Daravyn, marchande de jour, sang-visage de nuit, résidente d'Embuscade Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Vari-Vigilante sur Deviantart

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ 1m75, 60kg, fine et musclée, cicatrices dans le dos.
→ Yeux bleus gris, longs cheveux roux, tâches de rousseur.
→ 3ème don : Peau dure (peau qui devient dure comme du granit)
→ Franche, directe, patiente, claustrophobe, sans attaches, combattante très expérimentée.
→ A toujours au minimum deux dagues et une rapière sur elle.

→ Surnom d'assassin : Éclair écarlate.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 2 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 2 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
436


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Sam 4 Aoû - 12:53

L’angoisse brille sous les étoiles - 7 Allune 1100, Forêt des Embrumes


Se battre contre des hommes était plus facile. La plupart du temps, il y avait comme une certaine logique à leurs gestes, une sorte de continuité dans leurs réactions. Mais une bête sauvage était imprévisible. Oh, elle avait bien la certitude qu’elle était devenue une cible de prédilection, mais les morggs devaient avoir mille idées pour l’atteindre. Et la lame courte qu’elle venait d’envoyer dans la gorge de l’un d’eux ne ravissait visiblement en rien ses congénères.

Un grognement lourd venait d’émaner de la gorge du plus imposant. Il avait l’air très en colère, et bien décidé à se venger. Ses déplacements la contraignirent à se mouvoir à l’opposé du jeune homme, et très vite l’un d’eux le prit en chasse. Pour sa part elle devait se concentrer sur celui qui la lorgnait d’un air mortel. D’abord, le tenir à distance, rapières en mains pour le dissuader d’approcher. Considérant qu’elle avait donc de plus longues griffes que lui à ce moment, le morgg enchaîna une série de bonds rapides pour la surprendre de côté.

Elle arrivait à peu près à s’en sortir avec lui, quand un coup de patte griffue chassa le plat d’une des rapières, l’obligeant à lâcher l’arme. Elle eut à peine le temps de le voir surgir sur elle, il s’était jeté en avant, s’entaillant volontairement le flanc gueule toute ouverte vers son visage. Les yeux de Keira s’écarquillèrent alors qu’elle insufflait un mouvement de recul à son propre corps, basculant en arrière. Le temps que son dos embrasse le sol, sa pierre de vie s’était mise à rougeoyer fortement, et brillait toujours une fois à terre. Les dents du prédateur buttèrent sur sa peau devenue dure comme de la pierre sans arriver à la transpercer. De rage, il se mit alors à gratter ses bras et son torse de ses griffes acérées, arrachant plus de tissu que de chair. Ses lames de rasoir ne faisaient que ricocher sur sa nacre, mais l’éraflait petit à petit comme on lime un mur à l’aide de papier de verre. La lueur de la pierre de vie allait commencer à faiblir. Dans un geste désespéré, la rousse porta ses mains vers la grosse tête du morgg, et quand ses doigts trouvèrent à tâtons l’un de ses yeux, elle y enfonça violemment index et majeur.

Le morgg eut un mouvement de recul en échappant un râle de douleur. La lueur de la pierre fut bientôt remplacée par une lumière plus vive. En quelques secondes, K avait vu le second morgg presque rampant vers son congénère, avait profité de cette ouverture pour récupérer sa rapière et rabattre sur sa poitrine comme elle le pouvait ses vêtements en charpie.

Elle ressentit un intense soulagement en voyant la torche de fortune s’agiter. Les langues de feu étaient visiblement plus dissuasives que sa propre hargne, et elle remercia de façon muette le vagabond d’avoir eu cette idée salvatrice. À première vue, il allait bien, et ce fut suffisant pour qu’elle se relève enfin et récupère ses propres effets personnels. Elle retourna aux côtés du brun, conservant une rapière en main tout de même.

Barrons-nous d’ici vite fait.

Elle jaugerait des dégâts que le morgg avait pu faire plus tard, une fois qu’ils se seraient définitivement mis hors de leur portée.
Information lancers de dés : Information hors-RP :
Dés lancés pour activer le 3ème don d’éveillé ! Succès obtenu, il s’active donc dans ce passage.
J’ai lancé à mon tour pour la survie de Keira x). Une fois de plus, j’espère que ça t’ira !
Je suis : Daud Emerat, historien et chercheur, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Faramir, par Magali Villeneuve

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Historien itinérant, mène des recherches sur les Temps Oubliés. Appel aux sources fiables et aux témoignages, non sérieux s'abstenir !

- Présentation
- Fiche d'avancement

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 4 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 5 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
478


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Mer 8 Aoû - 11:34

Le 7 Allune 1100 dans la Forêt des Embrumes


Daud ne réalisait toujours pas qu'il allait s'en tirer. Il ne mourrait pas cette nuit, dans cette forêt lugubre, dévoré par ces crocs acérés… la lueur de sa torche, rassurante, gardait les bêtes à bonne distance. Les morggs eurent beau grogner dans l'ombre, l'éclat de leurs prunelles jaunes seul témoin de leur frustration, ils n'osèrent pas s'approcher. La menace du feu les gardait en respect : voilà un adversaire qui ne craignait pas leurs mâchoires imposantes.

L'historien balayait l'air de sa torche devant lui à intervalles réguliers, rappelant aux prédateurs qu'il n'hésiterait pas à se servir de cette arme improbable. Précaution inutile : aucun d'eux ne vint titiller ses nerfs. Ils purent donc traverser la zone de l'affrontement sans encombre, et s'enfoncer davantage dans les bois. Espérant en sortir rapidement néanmoins.

Les morggs les suivirent de loin pendant un moment, mais bientôt leurs grondements disparurent. Le silence s'installa, seulement entrecoupé par le son de brindilles que l'on écrase, ou la respiration difficile de l'historien. Maintenant que le danger était passé, ses blessures se rappelaient à lui : ses côtes le faisaient atrocement souffrir. Il devait s'être fêlé quelque chose, mais cela attendrait d'être sorti des bois. Cela aurait pu être bien pire.

Clopinant et plaquant un bras contre son flanc pour en atténuer les élancements, Daud coula un regard vers l'inconnue. Elle semblait s'en être bien tirée, elle aussi : ses vêtements étaient déchirés, mais étrangement elle ne semblait souffrir d'aucune blessure. Aucune plaie ne la défigurait ou ne marquait ses bras, pourtant ses manches pendant en lambeaux. Daud ne poussa pas la curiosité assez loin pour l'interroger à ce sujet. Songeant que la jeune femme pouvait peut-être avoir un peu froid compte tenu de la brume, de la nuit, et de ses vêtements troués, il lui tendit sa cape, qu'il avait ramassée :

« Cela vous appartient, je crois. Je pensais en faire une deuxième torche au cas où, mais vous lui trouverez peut-être une utilité moins exotique… »

Il esquissa un sourire qui se mua en grimace : son pied venait de buter contre une racine et le choc était remonté jusque dans ses côtes.
Les flammes éclairaient les visages en leur conférant une aura rougeâtre, creusant les ombres. Daud songea qu'il devait avoir l'air en piteux état : il sentait que l'une de ses pommettes était égratignée, ses cheveux devaient être en bataille, et il devait avoir de la terre collée sous le menton. Mais il n'avait pas le courage de frotter pour l'enlever tout de suite.

« Au fait, je m'appelle Daud » , poursuivit-il en lui tendant une main aimable. « Merci de ne pas avoir déguerpi sans moi tout à l'heure, je suis sûr que vous auriez pu semer ces bêtes : vous avez l'air bien plus agile et sportive !»



Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler !
Ouiiii ils s'en sont sortis vivants ! Hourra ! \o/ Elle était très bien ta réponse voyons ! ^^
Je suis : Keira Daravyn, marchande de jour, sang-visage de nuit, résidente d'Embuscade Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Vari-Vigilante sur Deviantart

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ 1m75, 60kg, fine et musclée, cicatrices dans le dos.
→ Yeux bleus gris, longs cheveux roux, tâches de rousseur.
→ 3ème don : Peau dure (peau qui devient dure comme du granit)
→ Franche, directe, patiente, claustrophobe, sans attaches, combattante très expérimentée.
→ A toujours au minimum deux dagues et une rapière sur elle.

→ Surnom d'assassin : Éclair écarlate.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 2 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 2 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
436


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Sam 18 Aoû - 1:51

L’angoisse brille sous les étoiles - 7 Allune 1100, Forêt des Embrumes


Elle s’assura de n’avoir rien oublié avant de s’éloigner de façon plus sécurisée. Qu’elle laisse le sac contenant la commande aurait pu passer au besoin, mais il ne fallait surtout pas qu’elle laisse son sac de voyage. Son masque était dissimulé à l’intérieur, dans l’une des doublures, et si quelqu’un le trouvait, malgré toutes les précautions qu’elle avait pu prendre, on remonterait sans doute jusqu’à elle.

Elle accueillit le nouveau silence agréablement, n’entendre plus que le bruit de leurs propres pas la rassuraient sur l’abandon des morggs de les suivre. Ils n’iraient pas plus loin cette fois. Elle avait du bol que son don se soit déclenché au bon moment, les éraflures laissées par les griffes du morgg commençaient à la lancer, elles faisaient l’effet de brûlures, et elle n’osait imaginer dans quel état elle aurait pu finir.

Elle reporta son attention sur le vagabond qui lui tendait sa cape, qu’elle récupéra sans dire un mot. Malgré la bonne figure qu’il tentait de conserver, sa grimace en disait long. Elle ne savait pas où exactement, ni de quelle façon, mais il avait dû se faire mal plus que ça ne se voyait.
Elle replia la cape sur l’un de ses bras, alors qu’il reprenait en lui tendant une main amicale.
Ses prunelles claires se posèrent sur la paume tendue par le voyageur, avant de remonter pour se poser un instant dans ses propres yeux d’un air… hésitant ? Elle regarda de nouveau sa main, avant de soupirer doucement.

Evidemment que j’aurais pu les semer, surtout en vous laissant en guise de souris pour les divertir, répondit-elle d’abord d’un calme olympien.

Mais bon, vous vous êtes aussi montré utile, à votre façon, alors, pas la peine de me remercier, je n’ai rien fait de particulier au fond, ajouta-t-elle du même ton avant de suspendre ses pas.

Elle prit le temps d’écouter un peu plus les sons de la forêt, puis regarda dans une direction en particulier avant de reprendre sa marche et de bifurquer vers le son qui l’intéressait.

Il y a un cours d’eau pas loin, indiqua-t-elle.

Inutile de préciser qu’ils pourraient se débarbouiller et panser leurs éventuelles blessures, n’est-ce pas ?
Quelques minutes suffirent pour arriver près du cours d’eau en question. Elle observa rapidement les alentours avant de s’agenouiller et de déposer ses affaires à côté d’elle. Elle fouilla dans l’une des poches de son sac de voyage et sortit les différents onguents et fioles qu’elle tâchait toujours d’avoir sur elle.
Là, elle lia une corde fine autour de ses cheveux en un chignon malhabile et se débarrassa de ce qu’il restait de son haut en charpie sans se soucier d’exposer son dos nu et couvert de cicatrices. Elle se pencha vers le ru pour prendre plusieurs paumes d’eau et nettoyer la crasse sur ses bras et son visage.

Qu’est-ce qu’un… vagabond, fait dans une forêt pareille en pleine nuit ? l’interrogea-t-elle tandis qu’elle finissait sa toilette improvisée.

Elle fouilla de nouveau dans son sac et sortit un haut sans manches qu’elle enfila.
Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Eh bien j’espère que celle-ci t’ira également !
Je suis : Daud Emerat, historien et chercheur, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Faramir, par Magali Villeneuve

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Historien itinérant, mène des recherches sur les Temps Oubliés. Appel aux sources fiables et aux témoignages, non sérieux s'abstenir !

- Présentation
- Fiche d'avancement

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 4 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 5 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
478


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Sam 18 Aoû - 15:00

Le 7 Allune 1100 dans la Forêt des Embrumes


De toute évidence, cette inconnue n'appréciait guère le bavardage. Daud attendit qu'elle réponde à ses salutations ainsi qu'à sa poignée de main… il n'en fut rien. L'historien l'écouta confirmer ce qu'il avait supposé en plaisantant, et bientôt son sourire se figea en une grimace. Il fut contraint de ranger son bras, comme aucune poigne ne venait répondre à sa main tendue. Pour tenter de camoufler cet échec un peu gênant, il se passa la main dans les cheveux, espérant faire illusion. Peu probable néanmoins, vue la manière dont l'inconnue – car elle ne lui avait pas dit son nom – l'avait fixé. Le calme avait lequel la jeune femme confirmait qu'elle aurait pu l'abandonner sans remord n'était pas plus rassurant. Daud préféra oublier tout cela, mettant cet échange désagréable sur le compte de la fatigue et de leurs nerfs mis à rude épreuve. Mieux valait cela plutôt que s'imaginer comme une souris entre les pattes de ces morggs…

Namaâl soit loué, un cours d'eau se fit entendre, et la jeune femme suggéra de s'en approcher. Daud avait perdu sa gourde dans sa fuite, et il réalisa tout à coup combien il était assoiffé. Il s'accroupit au bord de l'eau et plongea une main dans le ruisseau, reniflant le liquide avec méfiance. Il n'était pas très rassuré à l'idée de boire directement au ruisseau, mais avait-il vraiment le choix ? Le jeune homme but tout son saout, espérant juste ne pas attraper de maladie. Quand il se releva, il avisa le dos nu de la jeune femme et se retourna très vite. S'éloignant derrière des roseaux afin de lui laisser un peu d'intimité, il entreprit d'ôter sa propre chemise pour inspecter ses blessures.

Se déshabiller lui demanda de lever les bras au-dessus de sa tête, et ses côtés le firent grommeler de douleur. A coup sûr, le résultat ne serait pas beau à voir… seulement éclairé par sa torche qu'il tenait à bout de bras, Daud se tortilla pour tenter de mieux voir son flanc. Une marque violacée s'étendait déjà au niveau de sa cage thoracique, mais il ne remarqua aucune chaleur ou enflure inquiétante en se palpant. C'était déjà ça : rien ne devait être cassé là-dessous. Songeant combien cela aurait pu être bien pire si les mâchoires des morggs s'étaient refermées sur lui, Daud décida de relativiser.

Il se débarbouillait le visage quand la voix de l'inconnue lui parvint à travers les roseaux. Elle avait manifestement choisi ses mots avec soin, mais Daud fut quand même scandalisé. C'est donc d'une voix un peu plus aiguë que d'ordinaire qu'il répondit :

« Un… vagabond ? Je suis un érudit d'Albatra, madame-mystère. Un historien. »

Le sarcasme lui avait échappé avant qu'il puisse tenir sa langue. Mais tout de même… un vagabond ?! Comment une telle erreur était-elle même ne serait-ce… qu'envisageable ?!

« Je mène des enquêtes sur le terrain, je me rendais à quelques kilomètres plus au sud. Je n'avais pas prévu de traverser cette forêt. » Il ajouta en grommelant dans sa barbe, à peine audible : « Et je me suis perdu. »

Daud râla encore pour lui-même et se rhabilla en boudant. Il sortit des roseaux d'un air sombre et s'adossa à un arbre en croisant les bras.

« Et vous ? Vous êtes drôlement bien équipée pour être une simple voyageuse. Vos lames prouvent que vous êtes habituée à croiser des ennuis. »

Il s'en fichait d'être rude ou malpoli désormais. Tout de même… un vagabond ?


Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler !
UN VAGABOND ?!
Je suis : Keira Daravyn, marchande de jour, sang-visage de nuit, résidente d'Embuscade Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Vari-Vigilante sur Deviantart

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ 1m75, 60kg, fine et musclée, cicatrices dans le dos.
→ Yeux bleus gris, longs cheveux roux, tâches de rousseur.
→ 3ème don : Peau dure (peau qui devient dure comme du granit)
→ Franche, directe, patiente, claustrophobe, sans attaches, combattante très expérimentée.
→ A toujours au minimum deux dagues et une rapière sur elle.

→ Surnom d'assassin : Éclair écarlate.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 2 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 2 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
436


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Sam 18 Aoû - 16:15

L’angoisse brille sous les étoiles - 7 Allune 1100, Forêt des Embrumes


Une légère mimique, partagée entre la surprise et l’incompréhension, vint déformer le centre de son front, tortillant faiblement la pointe interne de ses sourcils alors qu’elle tournait son visage vers les roseaux derrière lesquels était dissimulé le brun.
Qu’avait-elle dit de si indécent pour qu’il se sente offensé de la sorte ?

Un érudit, rien que ça, souffla-t-elle pour elle-même.

Elle continua à l’écouter tout en sentant les différentes fioles qu’elle avait sorties, avant d’en conserver une et de ranger les autres. Elle avait gardé le haut en lambeaux aussi, il allait pouvoir servir. Elle n’était pas certaine d’avoir bien entendu la fin de sa phrase mais un sourire amusé étirait légèrement l’un des coins de sa bouche.

Elle reporta son regard dans le sien après s’être relevée tandis qu’il poursuivait, visiblement toujours embêté. À aucun moment elle n’avait émis l’hypothèse d’être une simple voyageuse, et pour sûr c’était loin d’être le cas. Sortant l’une des lames en question – à savoir, une dague – elle commença à lui répondre.

J’ai une livraison à faire à la prison de Vissomort. Manque de bol, le chemin que j’emprunte d’habitude s’est retrouvé victime d’un éboulement. Ne bougez pas, dit-elle sur le ton de la conversation.

Quant aux ennuis, il arrive que j’en croise effectivement, ne bougez pas, et on ne sait jamais sur qui on peut tomber, ou sur quoi, poursuivit-elle avant d’envoyer sa dague droit vers l’historien.

La lame alla se planter dans l’écorce du tronc juste au-dessus de sa tête, empalant au passage un énorme serpent dont le corps devenu soudainement amorphe glissa le long du tronc pour trouver refuge sur l’épaule de Daud.

Ce n’est pas prudent de voyager sans armes, même un vagabond sait ça, ajouta-t-elle alors en faisant une légère moue et en haussant les épaules, comme si de rien n’était.
Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Krkrkr
Je suis : Daud Emerat, historien et chercheur, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Faramir, par Magali Villeneuve

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Historien itinérant, mène des recherches sur les Temps Oubliés. Appel aux sources fiables et aux témoignages, non sérieux s'abstenir !

- Présentation
- Fiche d'avancement

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 4 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 5 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
478


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Sam 18 Aoû - 17:19

Le 7 Allune 1100 dans la Forêt des Embrumes


Cette dame faisait beaucoup de cachoteries. Beaucoup trop pour être une simple voyageuse, Daud en avait la conviction désormais. Elle le traitait comme un malpropre, se payait sa tête, refusait de décliner son identité, allait jusqu'à l'insulter en le traitant de vagabond (et qu'y avait-il de plus indélicat que parjurer l'honneur ou la respectabilité de quelqu'un ?!). Et à présent qu'elle expliquait avoir une livraison à effectuer (Daud aurait bien aimé savoir quel drôle de paquet elle devait transmettre, tiens !) le mystère qui l'entourait ne faisait que s'épaissir. Quel genre de chose pouvait-on livrer à une prison ?...

D'étranges images traversèrent la tête de l'historien. Aucune n'était très encourageante. Il écouta la jeune femme décrire son métier et les ennuis qu'il lui arrivait de rencontrer, l'air peu convaincu. Avant qu'il puisse faire le moindre mouvement, l'inconnue lança quelque chose vers lui. Quelque chose qui vint se planter à quelques centimètres au-dessus de son crâne, faisant vibrer l'écorce dans son dos. Dire que Daud resta de marbre serait un sacré mensonge. Il tressaillit et s'accroupit instinctivement, plaçant les mains devant son visage. Quand il se releva, quelque chose de froid et de lisse se colla à son oreille. Le jeune homme fut passablement horrifié de constater qu'il s'agissait du corps sans vie d'un serpent. L'animal remuait encore, parcouru par de derniers spasmes convulsifs. Daud retint un cri de dégoût et s'efforça de retrouver une contenance après s'être écarté de l'arbre à la hâte. Il mourait d'envie de hurler. Hurler contre la sensation écoeurante des écailles entre ses doigts, et hurler contre la folie de cette femme. Une folle dangereuse, rien de moins. Il fallait qu'il déguerpisse, et vite, avant qu'elle lui tranche la carotide et abandonne son cadavre dans un coin. Cloué à un arbre, comme ce reptile. Quelle chienne de vie.

Intérieurement, le jeune homme était en pleine panique. Nul ne sait comment ni pourquoi il parvint à conserver un sang-froid de façade et lâcher d'un ton peu convaincant :

« Je l'avais vu venir, bien sûr. Je… testais… vos réflexes. C'est cela. »

Il s'efforça de calmer les battements saccadés de son pauvre coeur et déglutit péniblement :

« Je n'avais jamais eu le moindre problème jusqu'à présent. Je voyage à cheval, et je ne sors jamais des routes. Aujourd'hui est… exceptionnel. Les armes ne sont bonnes que pour les brutes qui savent s'en servir de toute façon » , ajouta-t-il d'un ton pompeux. Puisque l'inconnue ne semblait pas faire d'effort pour être agréable ou polie, il ne se sentait plus obligé de surveiller sa langue. Au diable la bienséance et les ronds de jambe. « On m'a toujours dit que seuls les gens peu fréquentables avaient besoin d'être dangereux. J'imagine que je ne vous apprend rien, on dirait que vous en savez déjà long sur le sujet. »

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler !
feusfhsugyqfqty

Je suis : Keira Daravyn, marchande de jour, sang-visage de nuit, résidente d'Embuscade Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Vari-Vigilante sur Deviantart

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ 1m75, 60kg, fine et musclée, cicatrices dans le dos.
→ Yeux bleus gris, longs cheveux roux, tâches de rousseur.
→ 3ème don : Peau dure (peau qui devient dure comme du granit)
→ Franche, directe, patiente, claustrophobe, sans attaches, combattante très expérimentée.
→ A toujours au minimum deux dagues et une rapière sur elle.

→ Surnom d'assassin : Éclair écarlate.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 2 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 2 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
436


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   Sam 18 Aoû - 18:25

L’angoisse brille sous les étoiles - 7 Allune 1100, Forêt des Embrumes


Elle y avait peut-être été un peu fort cette fois. Après réflexion, elle aurait même pu lui suggérer de simplement s’écarter du tronc d’arbre avant d’envoyer danser sa dague. Mais c’était l’un de ses plus gros défauts malheureusement, Keira agissait bien trop souvent avant de réfléchir. Elle fonctionnait à l’instinct, et lancer sa lame était la façon la plus rapide de faire. Qui sait la réaction qu’aurait pu avoir le serpent face à un mouvement brusque de Daud ! Là, il n’avait eu le temps de se rendre compte de rien (on parle bien évidemment du reptile).

Elle arqua un sourcil en l’observant tenter de conserver un calme imperturbable. Ce fut à son tour de croiser les bras sur sa poitrine. Quel intérêt avait-il à vouloir paraître détaché au juste ? Elle avait bien vu qu’il avait flippé, un peu plus et il s’en serait presque pissé dessus. Presque, parce qu’on extrapole, bien entendu. Mais bref, il sembla enfin comprendre que ses manières et ses pincettes étaient tout sauf utiles en la présence de la rouquine. Elle nota dans un coin de sa tête qu’une bonne frayeur pouvait visiblement ôter le balai dans le cul d’un érudit d’Albatra, dixit l’historien.

Oh, vous seriez surpris de la douceur dont je peux faire preuve, même avec une lame, murmura-t-elle en esquissant un sourire énigmatique.

Un sous-entendu qui avait bien évidemment tout un véritable sens pour elle. Car contrairement à ce que Daud pensait, la jeune femme n’avait sans doute de la brute que l’apparence, au fond elle était délicate et précise, et d’une douceur… mortelle.

Si l’on vous a bien renseigné, puisque je suis effectivement une personne peu fréquentable, vous auriez tout intérêt à ne pas trop traîner dans le coin, n’est-ce pas ? rétorqua-t-elle avec un nouveau sourire, mutin cette fois.

Elle s’avança pour aller décrocher le serpent du tronc et revint près de ses affaires. Elle déchira un morceau de vêtement sur le haut troué et le fixa sur le goulot de la fiole. À l’aide de sa dague, elle écarta les crochets du serpent avant de les planter l’un après l’autre dans le tissu tendu pour les vider de leur venin.

Si elle constatait que Daud était toujours là en relevant son regard, le sien se ferait sans doute interrogateur et hautain à la fois, et elle l’aiderait en lui indiquant sans plus de considération que s’il souhaitait rejoindre la Chaîne des Alles, il n’avait qu’à suivre le courant inverse du cours d’eau, et que pour rester en Creux-Lac, il lui suffirait au contraire de suivre le sens du courant.
Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
On va renommer le sujet en « Comme chien et chat » XD
Je suis : Contenu sponsorisé,


MessageSujet: Re: [7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|   

 
[7 Allune 1100] L’angoisse brille sous les étoiles |Quête – Daud|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'amour brille sous les étoiles ▬ Shumdario
» Progression syndicalisation RSG
» [ Divers - Les classiques ] LE CROISEUR SOUS-MARIN SURCOUF
» Un sous-marin chinois heurte un sonar remorqué US
» quelqu'un a un model de reçu sous Excel (ou autre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Advictâme-RPG :: Zone de jeu :: Le Creux-lac : Le duché du Sud :: Sujets en cours-
Sauter vers: