Partagez | 
 

 [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Je suis : Rehan Renard, cordonnier, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
DocWendigo by Zhilla

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔ se fait appeler Azurin Alissair
➔ don de syntonie
➔ bi-polaire
➔ cordonnier itinérant et fuyard évoluant dans le Creux-Lac jusqu'au sud du Gavorn
➔ tente d'éviter le plus possible d'aller en Marvier
➔ 22ans, 1m82, 76kg, musculeux
➔ longue estafilade sur la joue droite

fiche de présentation
fiche de liens & de RPs

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
200


MessageSujet: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Jeu 26 Juil - 14:19

24 allune 1100
Village du Crâne d'Argent, à quelques lieux de la prison de Vissomort

Le premier mois du printemps touchait bientôt à sa fin et les vents de pollen traversaient les trois duchés sans se préoccuper des chaînes montagneuses qui ne les arrêtaient nullement. Rehan avait ainsi subit déjà trois tempêtes de poudre jaune et en était recouvert de la tête aux pieds. Ses cheveux paraissaient ainsi plus vert que bleu et ses vêtements en était tout autant tachés. Pourtant, rien, pas même la quinte de toux qui l'avait prit depuis quelques heures ne pouvait entacher son humeur qui était des plus joyeuses.

- Semelles et clous ! Lanières neuves ! Travail du cuir pour bottes, bottines et souliers ! Réparations de trous en tout genre ! Même dans vos sacoches équestre ! Venez gentes dames et messieurs ! De bons prix pour vous ! criait-il à l'envolée alors qu'il marchait entre les passants de la place du marché, agitant sous leur nez des semelles neuves dont l'odeur du cuir embaumait autour de lui

Cela faisait déjà deux jours qu'il était arrivé au village du Crâne d'Argent et il avait déjà fait un assez bon chiffre d'affaire la veille, en a peine quelques heures. Il fallait dire que sa fougue était des plus avenantes et que son travail de qualité avait vite fait de faire du bouche à oreille. Et c'était d'ailleurs le bouche à oreille qui avait amené les pas de Rehan jusqu'ici, lui qui ne s'aventurait que très rarement aussi loin après les montagnes des Alles qui séparaient le Gavorn du Creux-Lac, sa patrie de cœur.

Le village du Crâne d'Argent avait ce de particulier qu'il était, en premier lieu, l'un des rares villages à s'être établit aussi proche de la réputée si effrayante prison de Vissomort. Mais c'était surtout sa légende qui était parvenue aux oreilles curieuses de l'enfant du savoir.

La petite bourgade tenait en effet son nom des ossements humains qui avaient été retrouvés quelques mois avant que les premières bicoques ne se dressent aux alentours. Bien loin d'être en argent pur, comme le démontrèrent les expériences menées par des érudits du Marvier qui avaient fait le déplacement à cette époque, les dits ossements avaient été trempés dans un alliage qui semblait fait d'argent et d'étain, une fois, appriori, avoir été débarrassés de toute la chair qui les en recouvrait.

Évidemment, le mystère restait à ce jour encore entier et rien de plus n'avait été retrouvé avec ces ossements, qui puisse donner une indication sur les raisons de cet acte, la période où il avait été fait et encore moins qui avait été la personne à qui appartenait le squelette. Des recherches étaient à ce jour toujours en cours mais rien n'avait été encore élucidé.

Ou bien les secrets découverts sont bien gardés du commun des petites gens... avait pensé Rehan alors qu'il était allé admirer les ossements exposés dans une dépendance extrêmement bien gardée de la maison du maire du village

Toujours était-il que le jeune cordonnier avait entendu parler de ce village au détour d'une conversation quelques jours auparavant, alors qu'il était côté Creux-Lac, dans une petite bourgade sans histoire. Et son changement d'humeur aidant, il s'était harnaché, avait fait provisions et était passé de l'autre côté des montagnes...

L'euphorie que ressentait le jeune homme depuis ces quelques jours était plutôt la bienvenue au vu des événements qu'il avait vécu récemment. Sa maladie avait beau être des plus pénibles lors des phases d'intense déprime, elle avait toujours ce revers de la médaille que Rehan accueillait toujours avec autant de joie que d'appréhension... Autant la joie qui se distillait en lui ravissait son cœur, son corps et son esprit, autant une légère angoisse subsistait toujours tout au fond de lui, alors qu'il savait pertinemment qu'il lui arrivait de prendre des risques, relativement inconsidérés, et qu'il lui était arrivé de se mettre en réel danger.

Bah, que peut-il m'arriver dans un si mignon petit hameau ? Ça n'est pas comme si j'étais aux abord de Vissomort ! Oooooh mais oui ! Voilà où j'irais demain !!! Il faut à TOUT PRIX que je la vois de mes yeux ! Après tout ce que j'ai entendu, se serait trop idiot de repartir sans y être passé ! Ça va être une virée des plus passionnante ! J'espère rencontrer un détenu tout juste relâché ! Oh oui, ça serait merveilleux...!! pensa-t-il tout en continuant d'arpenter la place du marché en gueulant ses annonces, sans se rendre compte le moins du monde du danger que pouvait représenter une telle expédition

Informations hors-RP : comme dit par MP, attend d'avoir la confirmation de Zhilla pour répondre Wink
Je suis : Vitala Rochefer, duchesse du Gravorn, résidente de Borderoc Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
GerryArthur (DeviantArt)

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
- Devenue duchesse du Gravorn il y a peu.

- 27 ans, mariée à Orlion Rochefer.

- Peau brune, yeux marron, longue chevelure noire. 1m76, 80 kilos, large d'épaules et de hanches, carrure plutôt imposante couplée à une musculature moyenne.

- Froide, solitaire, hautaine, inaccessible, effrayante. Déterminée, patiente, réfléchie, fidèle. Dégage une aura de puissance qui impressionne et force le respect.

- Troisième don : le pouvoir de la voix, une capacité qui lui permet de plonger dans un état de peur viscérale ses vis-à-vis d'un simple éclat de sa voix.

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 3 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
158


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Mar 31 Juil - 5:02

Un 24 Allune 1100 dans le village de Crâne d'Argent, à quelques lieues de la prison de Vissomort


« Madame, il ne vous est pas nécessaire de vous déplacer jusqu’à Vissomort,
signala le conseiller. Je vous garantis que cette histoire d’agrandir la prison n’est qu’une lubie du garde en chef. Ce n’est absolument pas nécessaire.

- J’ignorais que vous aviez tant de connaissances au sujet de la criminalité des Trois-Lieux et de la configuration de Vissomort »
, répondit Vitala sans lever les yeux de la missive qu’elle lisait.

Le conseiller garda le silence quelques secondes.

« Enfin... Non, ce n’est pas ce que je dis, Madame... Mais... Une entreprise d’une telle envergure aurait des impacts importants sur les finances du duché.


- Rien n’est gratuit, Monsieur Ardorn. De plus, que je sache, il n’y a pas que les criminels du Gravorn qui viennent séjourner dans nos geôles. Si nécessaire, soyez certain que j’exigerai du Marvier et du Creux-Lac qu’ils paient leur juste part.


- Peut-être ne voudront-ils pas payer, Madame.

- Alors peut-être devront-ils se débrouiller avec leurs criminels les plus dangereux à l’avenir, et peut-être les menacerai-je de relâcher quelques-unes des ordures qui leur appartiennent sur leurs territoires respectifs s’ils se montrent avares. Un petit incitatif ne fait parfois pas de mal. »

Le conseiller observa silencieusement la duchesse, ne sachant pas quoi ajouter. Après environ une minute, Vitala releva finalement ses yeux sombres sur lui et afficha un air agacé.

« Que faites-vous encore là ? Allez préparer le voyage. »

***

C’est ainsi que quelques jours plus tard, Vitala, accompagnée d’Orlion et de quelques gardes, se mit en route vers l’endroit le plus lugubre des Trois-Lieux, celui où l’on entrait généralement avec la certitude de ne jamais en sortir. Le chemin se déroula sans embûches, l’emblème ducal arboré par le convoi attirant les regards curieux dans les régions plus populeuses, sans que quiconque n’ose toutefois approcher de trop près. La réputation de Vitala la précédait et, bien souvent, elle suffisait à refroidir les ardeurs des grands fouineurs et des âmes téméraires, tout comme celle d’Orlion, qui était bien connu pour ses exploits à l’épée.

Le soleil était haut dans le ciel lorsque le convoi pénétra dans le petit village de Crâne d’Argent, une bourgade qui devait son nom aux ossements étranges qui y avaient été retrouvés. Vitala connaissait l’histoire, mais n’avait jamais vu les ossements puisqu’il s’agissait de son premier passage dans cette petite municipalité qui se trouvait dangereusement près de Vissomort. Si elle avait été véritablement intéressée, elle aurait pu profiter de cette courte visite pour aller jeter un œil aux reliques. Néanmoins, elle n’avait pas l’intention de jouer les touristes, son objectif étant de se délier les jambes et de se restaurer vite fait, bien fait pour se rendre rapidement à Vissomort et aller vérifier d’elle-même les dires du garde en chef.

La jeune femme profita de cette brève escale pour faire quelques pas à l’écart du groupe, comme elle en avait souvent l’habitude lors des déplacements. Seul Orlion restait à ses côtés, discutant tranquillement avec elle en s’étirant.

« ... une épée magnifique, je te la montrerai
, racontait-il. Je suis certain que tu... Qu’y a-t-il ? »

Le visage de Vitala, auparavant calme, venait de prendre une expression profondément agacée, voire colérique. Elle regardait l’une de ses bottes, encore à moitié immergée dans une flaque d’eau à laquelle elle n’avait pas fait attention.

« J’ai... un trou dans ma botte,
dit-elle, la mâchoire serrée. Mon pied est trempé.

- Tu les as usées à la corde, Vitala, je t’ai déjà dit qu’elles semblaient vouloir rendre l’âme bientôt,
répondit Orlion avec nonchalance. Je ne comprends pas ton affection pour ces bottes, tu en as mille autres paires...

- Ce sont mes bottes préférées ! Elles sont confortables, ai-je besoin d’une autre raison ?
commença-t-elle à s’énerver.

– Non, mais tu n’as qu’à en enfiler d’autres.

- Je n’en ai pas d’autres. Je ne porte que celles-ci pour les voyages, tu le sais très bien. »

Orlion considéra sa femme, qui paraissait être sur le point d’exploser. Vitala détestait avoir les pieds trempés. Et assurément encore plus parce qu’elle avait été trahie par ses bottes préférées...

Alors qu’il cherchait activement une solution pour tempérer l’humeur de son épouse, qui ne tarderait pas à devenir massacrante, le duc entendit au loin la voix d’un jeune homme, qui parlait de semelles, de clous, de cuir et d’autres choses toutes aussi palpitantes les unes que les autres. Croyant pratiquement à une intervention divine, il fit signe à Vitala qu’il revenait et se dirigea d’un bon pas vers ce type à la chevelure bleue, les gardes le suivant attentivement des yeux.

« Salutations, cordonnier, lança-t-il, joueur malgré la situation. Dites-moi : combien de temps vous faudrait-il pour réparer la semelle bien éprouvée d’une botte en cuir de bonne facture ? Peu de temps ? Bien, c’est ce que je souhaite entendre. Suivez-moi, on ne fait guère attendre une duchesse, je le crains. »

Il n’avait bien entendu pas laissé au pauvre homme le temps de répondre, car la requête ne connaissait qu’une véritable réponse, évidemment. D’un geste subtil, il désigna Vitala, qui les observait froidement à quelques mètres de là, l’air de se demander ce qu’Orlion faisait à parler sans raison avec cet inconnu.

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Rehan Renard, cordonnier, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
DocWendigo by Zhilla

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔ se fait appeler Azurin Alissair
➔ don de syntonie
➔ bi-polaire
➔ cordonnier itinérant et fuyard évoluant dans le Creux-Lac jusqu'au sud du Gavorn
➔ tente d'éviter le plus possible d'aller en Marvier
➔ 22ans, 1m82, 76kg, musculeux
➔ longue estafilade sur la joue droite

fiche de présentation
fiche de liens & de RPs

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
200


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Mar 14 Aoû - 12:59

24 allune 1100
Village du Crâne d'Argent, à quelques lieux de la prison de Vissomort

Tandis que Rehan continuait d'arpenter le sol terreux et boueux du marché à ciel-ouvert, il fut stoppé net dans son avancée par un type qui semblait faire sa taille, aux cheveux noir et au regard d'un bleu profond, presque nuit, à l'allure téméraire d'un guerrier aguerri. Sa vêture semblait d’excellente facture et le jeune cordonnier se demanda ce qu'un homme de sa trempe pouvait bien faire dans ce village aussi paumé que renommé. Peut-être était-il lui aussi venu pour voir les ossements argentés... Mais Rehan ne put vaquer plus loin à ses interrogations alors que l'homme s'était adressé à lui de manière vive, lui assenant plus qu'il demandait, s'il était en mesure de réparer dans les plus brefs délais la semelle d'une botte. Et puis il avait parlé d'une duchesse et lui avait intimé, de manière assez formelle, de le suivre avant de montrer derrière lui une grande femme à la peau d'ébène et à l'allure sévère d'une dame de haute naissance.

Figé de surprise quelques instants, l'esprit de Rehan n'en fut pas moins vif et dynamique, réalisant quasi instantanément qu'il se trouvait face à Dame Rochefer, duchesse de Borderoc et régnant sur le Gavorn.

Cillant, il mit une fraction de seconde avant d’emboîter le pas à l'homme qu'il n'avait pas encore identifié et c'est avec obséquiosité qu'il ploya l'échine dans un geste un peu maladroit mais sincère devant la Dame.

- Je vous souhaite le bonjour grande duchesse, dame de Borderoc et du Gavorn, je me nomme Azurin et suis votre humble serviteur. Votre compagnon que voilà il désigna Orlion toujours sans savoir à qui il avait à faire vient de m'informer semble-t-il d'une tragédie ! L'une de vos semelles semble requérir mes services et je serais honoré d'apporter mon concours afin que votre journée se déroule dans de meilleures conditions qu'elle semble avoir débuté...!

Se redressant alors, il croisa le regard marron de la duchesse et lui offrit son plus beau sourire, ses propres yeux pétillants tant de malice que d'admiration. Jamais il n'aurait pensé un jour rencontrer l'un des plus hauts dirigeants de cette belle contrée des Trois-Lieux.

- J'ai en ma possession multiples cuirs et semelles, embraya-t-il sans laisser la parole à la dame, tout en posant au sol son sac-à-dos-atelier et en ouvrant un tiroir peaux de bœuf, de cheval et de chevreuil, il en sorti les dites peaux mais je vois que votre botte est d'une qualité bien supérieure à ces matières basiques et sommes toutes bien moins résistantes qu'on en dit ! il jeta derrière lui les trois morceaux animaliers qui atterrirent dans une flaque de boue non sans un flop qui éclaboussa les pieds d'Orlion sans que Rehan ne s'en aperçoive Aussi je vous propose ce cuir de sanglier, il en sorti un beau morceau d'un autre tiroir ou cette magnifique pièce de cuir de morgg ! il lui montra de son autre main le dit cuir qui semblait miroiter au soleil tant son tannage était de qualité Je peux vous assurer qu'en trente petites minutes j'aurais taillé ce morceau à l'ajustement exacte de votre superbe botte ! Et si le cœur vous en dit, et que vous en aimez le confort, pour trente minute de plus mais pas un sous, je ferais l'exacte même semelles pour votre autre botte! lança-t-il avec enjouement Et je pourrais même y clouer ces extraordinaires talons en os de mange-corps, sculptés comme vous pouvez le voir avec un raffinement digne de votre rang... Je ne vous en demanderez seulement le prix qu'ils m'ont coûté : 30 lieutons ! ajouta-t-il tout en lui mettant sous le nez les dit morceaux d'os Mais si vous préférez quelque chose de moins raffiné mais de toute aussi bonne facture j'ai ces deux talons, un peu plus bas, réalisés avec le fémur d'un morgg dont la résistance est tout aussi bonne que ceux en os de mange-corps !

Il avait bien entendu aussi sorti les dits talons et les avait de-même exposé sous le nez de la duchesse avant de les poser, avec les os de mange-corps et les cuirs de morgg et de sanglier, sur la tablette qu'il avait fait coulisser de son petit atelier qui recelait encore de bien d'outils tout aussi pratique...

- La taille, la réparation et la pose des talons ne vous en coûtera que 38 lieutons, 30 si vous choisissez les talons en os de morgg, et je ferais ce travail avec la rapidité d'un drakalon, je vous le promet ! reprit-il toujours aussi rapidement Mais Ma Dame, si vous le permettez, pendant que vous faite votre choix, je m'en vais quérir un espace au sec et confortable à l'auberge que je vois là-bas, afin que vous puissiez vous reposer dans le calme tandis que je m’attelle à ma besogne... il s'inclina de nouveau, encore plus bas, et ses cheveux verdâtre de pollen glissèrent de ses épaules si bien que leurs pointes frôlèrent la terre humide et fangeuse à ses pieds
Je suis : Vitala Rochefer, duchesse du Gravorn, résidente de Borderoc Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
GerryArthur (DeviantArt)

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
- Devenue duchesse du Gravorn il y a peu.

- 27 ans, mariée à Orlion Rochefer.

- Peau brune, yeux marron, longue chevelure noire. 1m76, 80 kilos, large d'épaules et de hanches, carrure plutôt imposante couplée à une musculature moyenne.

- Froide, solitaire, hautaine, inaccessible, effrayante. Déterminée, patiente, réfléchie, fidèle. Dégage une aura de puissance qui impressionne et force le respect.

- Troisième don : le pouvoir de la voix, une capacité qui lui permet de plonger dans un état de peur viscérale ses vis-à-vis d'un simple éclat de sa voix.

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 3 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
158


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Sam 25 Aoû - 0:07

Un 24 Allune 1100 dans le village de Crâne d'Argent, à quelques lieues de la prison de Vissomort


Si le dénommé Azurin se montra dynamique et enthousiaste dès les premiers mots qu'il adressa à la duchesse, celle-ci ne fit pas le moindre effort pour afficher un sourire ou même donner l'impression que le prenait pour autre chose qu'un miséreux. Pourquoi Orlion était-il aller chercher cet énergumène, qui le traitait d'ailleurs comme s'ils avaient élevé des cochons ensemble? Certes, il semblait avoir une quelconque compétence pour l'aider avec sa botte trouée, mais... pourquoi parlait-il autant, pourquoi lui expliquait-il le détail de son métier, dont elle n'avait absolument rien à faire? Impassible, elle jeta un regard à Orlion, qui venait de se faire malencontreusement éclabousser les pieds par le nouvel arrivant. Bien attentif à ce qu'offrait ce dernier, il ne semblait pas s'en être rendu compte ou y porter réellement attention, contrairement à Vitala, qui en grinça presque des dents.

Le cordonnier se mit alors à lui mettre des morceaux d'os sous le nez, un geste de mauvais goût devant lequel elle ne se gêna pas de reculer. Elle voulut l'interrompre, lui intimer de se taire qu'il lui provoque une migraine, mais n'en eut pas l'occasion, car il se remit aussitôt à débiter un flot incessant de paroles et à lui présenter – de bien trop près – sa marchandise. Lorsqu'il se tut enfin, Vitala ne prit même pas la peine de répondre immédiatement et se contenta de fixer son interlocuteur dans un silence pesant.

« Eh bien, merci pour ces renseignements fort... instructifs, Monsieur Azurin,
intervint finalement Orlion. Les options sont nombreuse et je crois que ma femme a besoin d'un instant de réflexion pour évaluer ce qui lui conviendrait le mieux. »

Orlion avait subtilement mis l'accent sur les mots « ma femme » pour signaler au jeune homme qu'il n'avait pas devant lui le premier venu, mais bien le duc du Gravorn, prenant de l'avance sur Vitala, qui ne se serait pas gênée pour reprocher la grossière erreur bien plus sèchement.

« Je n'ai pas besoin de réfléchir,
dit finalement Vitala à l'adresse d'Orlion, avant de se tourner vers le cordonnier pour poser son regard sur lui, son air et son ton étant toujours aussi glaciaux. Contentez-vous de réparer cette botte le plus rapidement possible. Je me fiche de ce que vous utilisez et du prix qu'il en coûtera, tant que la botte tient le temps du trajet jusqu'à Vissomort, puis du voyage du retour, jusqu'à Borderoc. »


La duchesse marqua une pause, puis continua :

« Vous dites trente minutes. Réparez la botte en vingt et vous aurez quarante lieutons. Exécutez-vous en silence et vous en aurez cinquante. »

Orlion eut un sourire en coin et se sentit presque désolé pour le pauvre Azurin, qui semblait plein de bonne volonté, mais se heurtait à la mauvaise humeur – presque perpétuelle, il fallait l'avouer – de Vitala. Pour indiquer au cordonnier que son épouse acceptait son offre malgré son attitude peut avenante, il lui fit signe qu'aller quérir cet espace au sec à l'auberge. La duchesse n'ajouta rien, signalant ainsi son assentiment. Qu'est-ce qu'il ne fallait pas pour ne plus avoir les pieds mouillés...

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Rehan Renard, cordonnier, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
DocWendigo by Zhilla

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔ se fait appeler Azurin Alissair
➔ don de syntonie
➔ bi-polaire
➔ cordonnier itinérant et fuyard évoluant dans le Creux-Lac jusqu'au sud du Gavorn
➔ tente d'éviter le plus possible d'aller en Marvier
➔ 22ans, 1m82, 76kg, musculeux
➔ longue estafilade sur la joue droite

fiche de présentation
fiche de liens & de RPs

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
200


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Lun 27 Aoû - 11:56

24 allune 1100
Village du Crâne d'Argent, à quelques lieux de la prison de Vissomort

Fixant les yeux sombres de la duchesse, Rehan était bien trop excité à la pensée qu'il se tenait face à la Dame de Borderoc pour se rendre compte à quel point il avait été familier, pour ne pas dire grossier, dans ses actes. Au moins avait-il fait un effort sur sa manière de parler... Mais il détourna le regard à l'entente de la voix de l'homme qui l'avait conduit jusqu'à Dame Rochefer. Et il écarquilla tout grands ses yeux océaniques lorsqu'il intégra les mots du dit homme.

- Seigneur Rochefer ! Pardonnez mon ignorance, je ne vous avez pas reconnu ! s'empressa-t-il de dire accompagné d'une courbette qui lui fit de nouveau frôler la boue de ses cheveux

Mais il se redressa bien vite alors que la duchesse avait finalement laissé entendre sa voix, et ses désirs.

Oh, ils vont à la prison...!! s'exclama-t-il intérieurement, pensant de nouveau à son projet d'aller voir de ses propres yeux l'édifice tant décrit et décrié Si je fais bien mon travail, peut-être me laisseront-ils les accompagner... La route n'en sera que plus intéressante...!

Il aurait sans doute du penser « moins dangereuse » mais il n'était toujours pas psychiquement stable pour raisonner en ces termes.

Pinçant alors soudainement les lèvres, il se redressa comme un piquet, hocha fortement la tête en guise d'acquièsement, referma rapidement son atelier et le bazarda sur son dos avant de se précipiter vers l'auberge.

- Place ! Faites place ! se mit-il à hurler tout juste la porte passée Dame Vitala Rochefer et son époux le duc Orlion Rochefer ont besoin d'un espace confortable, au sec et où ils ne seront pas dérangés !

Presque tous les clients se retournèrent vivement vers lui et l'un d'eux tomba même de son tabouret sous la surprise. Se retenant de rire aux éclats, Rehan s'avança vivement jusqu'au bar où l'aubergiste le regardait avec une mine suspicieuse.

- Ils vont passer la porte d'un moment à l'autre, dépêchez vous ! dit-il d'un ton un peu moins fort mais avec verve et fermeté, ne laissant pas le temps à l'homme d'énoncer son doute

Mais les clients qui s'étaient précipités aux fenêtres et à la porte pour vérifier les dires du cordonnier ôtèrent tout doute au tavernier qui se rua hors de son comptoir et fit signe à Rehan de le suivre par l'escalier qui menaient aux chambrées aux étages. Montant jusqu'au troisième, il poussa vivement la porte la plus au fond, talonné par Rehan qui entra dans la pièce et ce dirigea vers la fenêtre pour y poser son fratrac.

Il n'avait pas pris le temps de regarder son environnement qui se résumait, somme toute, à une chambre assez spacieuse, qui semblait propre et qui ne sentait pas le renfermé. Elle disposait d'un fauteuil en tissu épais, d'une coiffeuse en bois verni où avait été disposé cruchon et bassine en porcelaine ainsi que d'un grand lit aux draps bien blancs et à l'édredon rebondit qui semblait attester d'avoir été rempli de plumes, et non de paille comme beaucoup d'auberges de la région. L'aubergiste avait appriori compris l'importance de ses nouveaux clients et mettait ainsi à disposition sa plus belle chambre.

Installant son attirail et ses différentes marchandises, il ne prêta aucune attention au fait que Vitala et Orlion l'avaient suivi ou non. Il prenait soin de choisir le meilleur cuir, en auscultant les aspérités, à le recherche de la moindre craquelure qui pourraient se fragiliser avec le temps. Ainsi il opta pour le cuir de morgg et pour l'os provenant du même animal. C'était somme toute ce qu'il pouvait proposer de plus résistant et qui présentait le moins de défaut.

Sûr de son choix, il se redressa et alla chercher le fauteuil de la coiffeuse afin de le tirer devant la fenêtre, l'orientant de façon à ce que lorsque Vitala s'y assoira, elle n'aura pas trop de soleil dans les yeux mais les jambes et pieds en pleine lumière pour que Rehan puisse travailler aussi confortablement installé qu'elle.

Satisfait, il regarda alors autour de lui à la recherche de la duchesse et du duc du Gavorn.

Informations hors-RP : finalement je n'utiliserais les lancers de dé de hasard que j'ai fait seulement à mon prochain poste ^^
[/font]
Je suis : Vitala Rochefer, duchesse du Gravorn, résidente de Borderoc Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
GerryArthur (DeviantArt)

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
- Devenue duchesse du Gravorn il y a peu.

- 27 ans, mariée à Orlion Rochefer.

- Peau brune, yeux marron, longue chevelure noire. 1m76, 80 kilos, large d'épaules et de hanches, carrure plutôt imposante couplée à une musculature moyenne.

- Froide, solitaire, hautaine, inaccessible, effrayante. Déterminée, patiente, réfléchie, fidèle. Dégage une aura de puissance qui impressionne et force le respect.

- Troisième don : le pouvoir de la voix, une capacité qui lui permet de plonger dans un état de peur viscérale ses vis-à-vis d'un simple éclat de sa voix.

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 3 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
158


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Jeu 30 Aoû - 3:28

Un 24 Allune 1100 dans le village de Crâne d'Argent, à quelques lieues de la prison de Vissomort


D'un vague geste de la main, Orlion fit signe au cordonnier qu'il ne lui tenait pas rigueur de son faux pas. Issu d'une famille très modeste, le duc du Gravorn pardonnait bien plus les impairs des moins nantis que ceux de ses comparses de la noblesse. Azurin était de toute évidence enthousiaste et bien intentionné, et il semblait plutôt embarrassé par l'erreur commise. Rien ne servait de la lui reprocher davantage.

C'est avec la vélocité d'une flèche tirée par un puissant archer que le jeune homme se précipita ensuite vers l'auberge située non loin de là. Vitala et Orlion avaient à peine esquissé un pas dans la même direction qu'ils entendirent la voix du cordonnier hurler pour annoncer l'arrivée du couple ducal dans l'établissement. Vitala se passa une main désespérée sur le visage.

« Cet homme est hystérique.

- On dirait bien, oui. Mais il sait réparer des bottes. A priori.

- Je l'espère pour toi. »

Vitala jeta un regard noir à Orlion, qui, de son côté, rit de bon cœur. Elle sourit alors en coin à son mari avant de reprendre son air froid et hautain. La voix du cordonnier s'était finalement estompée, mais pour ne rien arranger, Vitala se voyait maintenant épiée par les trop nombreuses paires d'yeux curieux qui s'accumulaient dans les fenêtres de l'auberge. Pour la subtilité, on repasserait.

La duchesse et le duc marchèrent vers l'auberge sans trop se presser. Ils n'étaient pas nés de la dernière pluie et savaient bien que le chaos devait régner à l'intérieur. Par la fenêtre, Vitala venait de voir l'aubergiste s'élancer dans l'escalier comme si sa vie en dépendait. Elle ne prêta néanmoins pas davantage attention à ce qui pouvait se tramer entre les murs de l'établissement, bien occupée qu'elle était à éviter soigneusement les flaques d'eau se trouvant sur sa route.

Lorsque le couple pénétra dans l'enceinte de l'auberge, la clameur fut rapidement remplacée par les murmures. Si Orlion jeta un œil autour de lui, Vitala, hautaine, n'accorda aucun regard aux gens présents dans la salle principale et se contenta de suivre les indications nerveusement offertes par le propriétaire des lieux. Troisième étage, au fond du couloir. Voilà tout ce qu'elle voulait savoir. Elle acquiesça, peut-être une façon de le remercier, et coupa court au discours qu'il allait lui servir sur l'honneur de la recevoir dans son humble établissement en s'engouffrant dans l'escalier, talonnée par Orlion, bien plus nonchalant et détendu qu'elle.

Le cordonnier avait terminé d'installer son atelier temporaire quand Vitala arriva. La jeune femme parcourut la chambre de son regard sombre et sceptique, mais ne s'y intéressa pas plus qu'il le fallait, son but ultime étant de faire réparer sa botte et de reprendre au plus vite sa route vers Vissomort.

Remarquant le fauteuil, qui avait visiblement été tiré près de la fenêtre pour elle, s'approcha de cet endroit, où se trouvait également le dénommé Azurin. Ses yeux passèrent ensuite sur les morceaux de cuir et d'os sélectionnés par le jeune homme et s'y arrêtèrent pour les étudier longuement.

« Bien, lâcha-t-elle finalement en prenant place dans le fauteuil. Faites ce que vous avez à faire, cordonnier. »

Orlion fit quelques pas dans la chambre, touchant un peu à tout par curiosité, puis revint se poster près de sa femme et posa son regard sur Azurin.

« Réparez cette précieuse botte à notre satisfaction, Monsieur Azurin, et votre nom circulera dans tout le Gravorn,
promit-il, plus avenant que son épouse. On s'arrachera vos services aux quatre coins du duché! »

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Rehan Renard, cordonnier, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
DocWendigo by Zhilla

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔ se fait appeler Azurin Alissair
➔ don de syntonie
➔ bi-polaire
➔ cordonnier itinérant et fuyard évoluant dans le Creux-Lac jusqu'au sud du Gavorn
➔ tente d'éviter le plus possible d'aller en Marvier
➔ 22ans, 1m82, 76kg, musculeux
➔ longue estafilade sur la joue droite

fiche de présentation
fiche de liens & de RPs

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
200


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Dim 2 Sep - 19:17

24 allune 1100
Village du Crâne d'Argent, à quelques lieux de la prison de Vissomort

La duchesse et son époux étaient là mais Rehan ne put croiser le regard de sa noble cliente qui était venue rapidement vers lui pour réévaluer la marchandise. Et elle en sembla satisfaite alors qu'elle s'était installée dans le fauteuil sans rien en redire, l'invitant même à se mettre à la tâche.

Se fut donc sans une parole de plus, à part un brusque mais franc hochement de tête, qu'il se mit au travail. Commençant par mesurer la taille de la semelle, il commença à découper le cuir dans une forme approximative et un peu plus grande que la botte. Il fit de même avec la botte qui n'avait pas besoin de réparation. Puisque Dame Rochefer comptait grassement le récompenser pécuniairement parlant, autant rendre le meilleur travail possible.

Concentré à sa tâche, il sorti du plus grand tiroir de son atelier sac-à-dos une espèce de pince avec une manivelle sur le côté ainsi qu'un minuscule établi où il pouvait coincer la botte semelle vers le haut. Ceci fait, il se retourna vers la duchesse et se mit à lui délasser sa botte, sans lui demander son avis, oubliant de nouveau qu'il faisait face à une grande dame et non pas une paysanne lambda.

Il était en train de la retirer lorsque la voix du duc raisonna et le fit légèrement sursauter. Posant la botte sur l'établit, il attrapa un coussin qu'il avait posté non loin et y posa doucement le pied de la dame. Puis il leva son regard océan vers Orlion Rochefer.

- Je n'en demande pas temps, messire. répondit-il, oubliant de même que la duchesse lui avait promis 40 lieutons seulement s'il tenait sa langue.

Se retournant vers son établit, il y coinça la botte puis s'attela à arracher les clous qui scellait la semelle avec une dextérité étonnante. Il avait en main un outil de son invention qui glissait sous le clou pour le retirer facilement et sans abîmer le cuir de la chaussure. La semelle ainsi ôtée, il la plaqua sur le morceau de cuir de morrg pré-découpé et en traça les contours en s'en servant comme pochoir grâce à une craie blanche. En à peine 5 minutes il avait terminé le découpage au millimètre près et commençait déjà à la clouer sur la bottine.

Tout concentré qu'il était il ne pouvait empêcher son cerveau de turbiner à toute vitesse. Ses gestes étaient presque devenus réflexes avec le temps. Alors soit, ce travail là méritait un soin tout particulier, dans un délais pour le moins court mais le jeune cordonnier ne doutait pas de ses capacités. Aussi il laissait libre arbitre à son esprit qui vagabondait déjà vers une nouvelle aventure.

Cette rencontre, aussi fortuite que Rehan ne croit pas au hasard, faisait espérer au jeune homme autant de merveilles qu'une jeune personne croit en l'amour. L'ancien Enfant du Savoir ne croyait pas aux choses qu'il qualifiait de futile comme l'amour, mais il pensait que chaque rencontre avait toujours sa part d'utile. De positif, même si certaines se soldaient par une fuite ou pire, le jeune homme en retirait à chaque fois au moins une leçon. Mais cette fois-ci, Rehan comptait bien en profiter au maximum.

Oubliant totalement la promesse sonnante et trébuchante, et alors qu'il avait clouté la semelle en un rien de temps avec sa pince à manivelle qui enfonçait les clous comme par magie, et fixé le talon en os avec un ingénieux système de crochets, il laissa sa langue se délier tandis qu'il relaçait la botte au pied de la duchesse.

- J'ai cru comprendre que vous alliez à Vissomort ? Est-ce aussi lugubre qu'on le prétend...? demanda-t-il sur un ton qu'il se força à prendre le plus calme possible alors que son cœur tambourinait sous l'excitation à la simple évocation de la prison

Il releva ses yeux azurs vers la Dame de Borderoc, un sourire enchanté sur les lèvres et l'envie transfigurant sa figure déjà mutine. Il espérait fortement pouvoir s'incruster au convoi et profiter de la protection du nombre pour visiter ce lieu intriguant de mystères. Mais n'en oubliant pas son travail il continuait de regarder Vitala tout en délaçant sa 2ème botte.

Je suis : Vitala Rochefer, duchesse du Gravorn, résidente de Borderoc Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
GerryArthur (DeviantArt)

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
- Devenue duchesse du Gravorn il y a peu.

- 27 ans, mariée à Orlion Rochefer.

- Peau brune, yeux marron, longue chevelure noire. 1m76, 80 kilos, large d'épaules et de hanches, carrure plutôt imposante couplée à une musculature moyenne.

- Froide, solitaire, hautaine, inaccessible, effrayante. Déterminée, patiente, réfléchie, fidèle. Dégage une aura de puissance qui impressionne et force le respect.

- Troisième don : le pouvoir de la voix, une capacité qui lui permet de plonger dans un état de peur viscérale ses vis-à-vis d'un simple éclat de sa voix.

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 3 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
158


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Mar 4 Sep - 1:23

Un 24 Allune 1100 dans le village de Crâne d'Argent, à quelques lieues de la prison de Vissomort


Assise dans le fauteuil, Vitala suivit les moindres faits et gestes d'Azurin de son regard froid et scrutateur. Même si elle n'y connaissait absolument rien en cordonnerie, elle ne manqua pas un seul mouvement de cet homme sorti de nulle part, jugeant sans complexe sa façon de travailler. À première vue, il semblait compétent, mais elle ne le saurait que lorsqu'elle aurait sa botte réparée dans le pied. Elle soupira avec une visible irritation quand il la déchaussa sans lui demander son avis, se disant que ce paysan n'avait aucunes manières. Elle claqua légèrement sa langue contre son palais pour manifester sa désapprobation, mais fut enterrée par la voix d'Orlion, qui s'était approché après un tour d'horizon de la chambre. Si Azurin parla, Vitala ne fut pas assez de mauvaise foi pour lui retirer les dix lieutons supplémentaires promis s'il se taisait. Après tout, le duc venait de s'adresser à lui et, dans un cas pareil, le silence n'était pas de mise, du moins, pas en ces circonstances.

Posant brièvement une main affectueuse sur l'épaule de sa femme, Orlion se plaça de façon à observer le travail d'Azurin. Se faisant moins intimidant que Vitala, il étudiait le tout avec un certain intérêt, curieux de voir à l'œuvre ce cordonnier déniché par la bonté de Naâme. Au fil des minutes, il dut admettre être impressionné par la dextérité du jeune homme, et un simple coup d'œil vers Vitala suffit à lui indiquer que, sous cette expression impassible, elle aussi était satisfaite de ce qu'elle voyait. Elle avait troqué son regard inquisiteur pour un regard attentif et quiconque la connaissait bien savait que c'était une forme subtile de compliment.

Tout se déroulait sans anicroche lorsque, comme oubliant sa promesse ou n'y tenait plus, le cordonnier, qui laçait la botte de la duchesse, s'osa à une question sur la destination du convoi en provenance de Borderoc. Si Azurin souriait et paraissait presque envieux de savoir que le couple ducal se rendait à la prison la plus terrible des Trois-Lieux, Vitala ne lui retourna évidemment pas cette expression avenante et le fixa plutôt avec sérieux, les sourcils légèrement froncés.

« Oh, non, ce n'est pas si mal,
ironisa-t-elle. Certains en ressortent même en disant qu'il s'agit de la destination vacances parfaite pour la famille. »

Elle soupira avec exaspération et reprit son ton sec, dans des propos crus et directs :

« Il n'y a de pire endroit que Vissomort sur les terres des Trois-Lieux, et les pourritures qui y sont enfermées maudissent leur mère de leur avoir donné le jour. Est-ce assez lugubre pour vous, cordonnier? Peut-être aimeriez-vous une visite guidée après avoir terminé votre travail? »

Elle était bien entendu sarcastique et loin de se douter que c'était exactement ce que le jeune homme souhaitait...

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Rehan Renard, cordonnier, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
DocWendigo by Zhilla

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔ se fait appeler Azurin Alissair
➔ don de syntonie
➔ bi-polaire
➔ cordonnier itinérant et fuyard évoluant dans le Creux-Lac jusqu'au sud du Gavorn
➔ tente d'éviter le plus possible d'aller en Marvier
➔ 22ans, 1m82, 76kg, musculeux
➔ longue estafilade sur la joue droite

fiche de présentation
fiche de liens & de RPs

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
200


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Lun 10 Sep - 9:17

24 allune 1100
Village du Crâne d'Argent, à quelques lieux de la prison de Vissomort

Lorsque leur regards se croisèrent Rehan ne compris absolument pas qu'il était allé trop loin. Emporté par sa fougue et la verve de son état psychique, il s'était senti bien trop à l'aise qu'il n'aurait du l'être en présence ducale. Mais en même temps, il savait aussi pertinemment que cela ne servait à rien de lutter contre sa nature avenante, badine et curieuse. Du moins, pas quand il était en phase maniaque, de toute façon il était bien trop excité pour véritablement se rendre compte des risques qu'il prenait...

Lâchant un rire franc, mais pas non plus tonitruant, sa bouche affichait un large sourire tandis que ses yeux pétillaient de délices. A dire la vérité il était très sensible à l'humour, sous toute ses formes, et le comprenait d'autant plus que son esprit alambiqué turbinait à plein régime depuis plusieurs jours. Sa bibliothèque mentale était sans dessus dessous et pourtant il n'avait aucun problème à y trouver les informations souhaitées.

- Pardonnez moi Duchesse, loin de moi l'idée de croire que l'endroit est une parfaite destination de villégiature. Ma question était maladroite, je m'en rend compte, bien entendu que c'est un endroit aussi lugubre que déplaisant. Mais oui, j'avoue volontiers que s'il m'est donné la possibilité d'y pénétrer pour m'en rendre compte de mes propres yeux j'accepterais sans hésitation. Dusse-je faire des cauchemars pendant des semaines, je pense avoir vécu pire pour ne pas vous mentir. s'égara-t-il une fraction de secondes avant de secouer légèrement la tête Peut-être pourriez vous m'introduire... ? J'imagine que vous en connaissez l'administrateur, comment ça fonctionne d'ailleurs, est-ce vous qui le nommez ? Est-ce un militaire ou un gestionnaire ? Et les gardes, se sont des Lames de Saphir ou de simple roturiers payés au lance pierre...?

Il avait dut hausser un peu la voix alors qu'il était en train d'arracher les clous de la deuxième semelle. A aucun moment il n'eut la présence d'esprit de se dire qu'il allait, une fois de plus, trop loin.

Sa curiosité se transformait en vilain défaut qui à défaut de lui faire perdre10 lieutons allait peut-être tout aussi bien lui coûter un séjour à Vissomort... Pour le coup il visiterait la prison de l'intérieur... Espérons que ça ne soit que pour quelques jours, histoire de lui donner une leçon... ! Sûr qu'il en tirerait des enseignements...

Je suis : Vitala Rochefer, duchesse du Gravorn, résidente de Borderoc Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
GerryArthur (DeviantArt)

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
- Devenue duchesse du Gravorn il y a peu.

- 27 ans, mariée à Orlion Rochefer.

- Peau brune, yeux marron, longue chevelure noire. 1m76, 80 kilos, large d'épaules et de hanches, carrure plutôt imposante couplée à une musculature moyenne.

- Froide, solitaire, hautaine, inaccessible, effrayante. Déterminée, patiente, réfléchie, fidèle. Dégage une aura de puissance qui impressionne et force le respect.

- Troisième don : le pouvoir de la voix, une capacité qui lui permet de plonger dans un état de peur viscérale ses vis-à-vis d'un simple éclat de sa voix.

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 3 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
158


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Lun 17 Sep - 3:35

Un 24 Allune 1100 dans le village de Crâne d'Argent, à quelques lieues de la prison de Vissomort


Quelque chose ne tournait vraiment pas rond avec cet homme. D'abord ce rire malvenu, qui n'avait aucunement sa place après les sarcasmes de la duchesse, puis cette demande de visiter Vissomort, qui avait encore moins sa place, et ce, peu importe les circonstances. Quelle personne saine d'esprit pouvait souhaiter, en apparence sans raison valable, visiter l'endroit le plus craint des Trois-Lieux? Pourquoi tant de curiosité morbide? Lorsque le cordonnier mentionna qu'il avait probablement vécu pire, Vitala renifla avec un amusement sarcastique. Il fallait bien n'avoir jamais mis les pieds à Vissomort pour s'oser à une telle déclaration.

L'air de ne pas se rendre compte qu'il dépassait toujours un peu plus les limites de la bienséance – il ne fallait pas en demander trop à un bouseux, mais tout de même – , le jeune homme lança une pluie de questions à la duchesse, haussant même la voix pour s'assurer qu'elle l'entende malgré le bruit des clous qui étaient en train d'être arrachés de la deuxième semelle. Vitala en grinça des dents, incertaine si la voix du cordonnier lui était plus insupportable que le bruit de son travail ou l'inverse. Ce ne fut que le dénommé Azurin se tut qu'elle eut sa réponse : cet arrachage de clous, avec le silence pour toile de fond, sonnait comme une véritable mélodie à ses oreilles.

« Cessez avec toutes ces questions,
ordonna-t-elle aussi fermement que froidement. Vous m'étourdissez et je vous ai explicitement demandé de vous taire. Si j'entends une seule autre interrogation de votre part, soyez assuré que j'utiliserai votre matériel pour vous clouer le bec, cordonnier. »

Cette fois, son ton trahissait non seulement son agacement, mais aussi une colère naissante qu'il valait mieux ne pas éveiller. Elle avait été plus que patiente avec ce paysan impertinent, qui devait apprendre à reconnaître sa place, une place qui se trouvait tout en bas de l'échelle sociale.

Comme pour apaiser sa femme, Orlion déposa une nouvelle fois sa main contre son épaule. Bien moins hautain que Vitala, il semblait, pour sa part, plutôt amusé par l'enthousiasme démesuré du cordonnier pour un endroit aussi terrifiant que Vissomort.

« Vous pouvez suivre le convoi si vous le souhaitez, Azurin,
offrit-il, non sans se prendre un regard noir de Vitala. S'il accepte de vous laisser pénétrer dans la prison, vous pourrez poser toutes vos questions au garde en chef, qui en sait assurément bien plus que nous sur les rouages de Vissomort. Mais dites-moi... Pourquoi autant d'intérêt pour cette prison? »

Orlion jeta un œil à Vitala, qui lui lançait des couteaux du regard. Il pensait faire d'une pierre deux coups avec sa proposition, c'est-à-dire éviter que le cordonnier assomme sa femme de mille et une questions et provoque sa colère, tout en le récompensant de son travail, qui paraissait exceptionnel même effectué ainsi sous pression. Et puis, venant lui-même d'un milieu plus que modeste, il aimait bien, de temps en temps, rendre service aux petites gens, même si cela déplaisait presque toujours à Vitala. Tandis qu'il observait brièvement sa douce moitié, Orlion eut l'impression que cette nuit-là, il ne serait pas le bienvenu dans le lit ducal, et qu'il dormirait plutôt sur le divan ducal...

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Rehan Renard, cordonnier, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
DocWendigo by Zhilla

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔ se fait appeler Azurin Alissair
➔ don de syntonie
➔ bi-polaire
➔ cordonnier itinérant et fuyard évoluant dans le Creux-Lac jusqu'au sud du Gavorn
➔ tente d'éviter le plus possible d'aller en Marvier
➔ 22ans, 1m82, 76kg, musculeux
➔ longue estafilade sur la joue droite

fiche de présentation
fiche de liens & de RPs

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
200


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Jeu 20 Sep - 16:18

24 allune 1100
Village du Crâne d'Argent, à quelques lieux de la prison de Vissomort

La réponse ne se fit point attendre. Froide et acerbe, digne de toutes les rumeurs que Rehan avait put entendre au sujet de la duchesse... Tout à son travail qu'il continuait d'effectuer avec sérieux, étant présentement en train de correctement tailler la nouvelle semelle, il étouffa un pouffement de rire qu'il transforma en un étrange raclement de gorge ma fois fort disgracieux. On aurait pu jurer qu'il allait cracher un énorme glaviot juste à côté, au mieux utiliser cette écœurante salive pour lustrer le cuir qu'il était en train de travailler... Mais non, il ravala sa sialorrhée tandis que dans son esprit, loin d'être apeuré, jubilait d'éclat de rire.

Il fallait garder en tête que présentement la maladie du cordonnier lui influait un état d'euphorie continuel et que ses capacités de discernement étaient des plus émoussées... Heureusement pour lui, Sieur Orlion semblait veiller au grain. En tout cas était-il des plus affable avec le jeune homme qui somme toute aurait mérité au moins quelques coups de fouets...

Bravant une fois de plus l'interdit, pourtant de nouveau énoncé par la duchesse, Rehan lui répondit avec la fougue audacieuse d'un enfant.

- Vous ne pourriez pas me faire plus beau cadeau monseigneur... ! Enfin, est-ce une réelle invitation... ? Parce que s'il me faut réparer les chausses de vos gardes et soldats je n'y voit aucun inconvénient ! C'est un prix que j'estime correcte à payer pour avoir l'honneur et le plaisir de suivre votre convois...! c'était après tout exactement ce qu'il souhaitait, il aurait été très impoli de ne pas montrer qu'il était prêt à être redevable Cette prison est un tel mystère... continua-t-il sans laisser le temps à Orlion de répondre A travers les trois duchés je ne crois pas qu'il y est mystère plus grand à mes yeux... A part les ruines de Sytovia mais elles sont une énigme pour tout le monde pas seulement pour moi... ! Non, la prison de Vissomort c'est... C'est comme une grande boite, une vieille boite en bois, peinte en noire vous voyez... ? On peut la prendre, la toucher, on nous a dit ce qu'elle renfermait mais, tant qu'on ne peut pas l'ouvrir, on n'est certain de rien et on ne peut que croire celui qui nous informe de son contenu. Et ce dernier nous a dit une multitude de choses, toutes plus affreuses les une que les autres, toutes plus folles même... ! Je veux voir de mes propres yeux, je veux savoir, je veux rencontrer ces personnes enfermées, savoir ce qu'elles subissent, écouter ce qu'elles ont à dire elles qui sont oubliées de tous... Savoir si au monde il existe pire torture de l'esprit que celle que je vis moi-même... Et voilà Duchesse c'est terminé!

Il s'était redressé promptement, puis c'était tout aussitôt agenouillé, tendant à Dame Rochefer sa botte, n'ayant cette fois pas eu l'audace de la lui enfiler au pied. A dire vrai il était trop accaparé par ses paroles pour y penser...

Le visage baissé vers le sol en une révérence plus timide que celles déjà faite, sa voix s'était tue soudainement. Il n'y avait dans la pièce plus aucun bruit, pas même une mouche...

Je suis : Vitala Rochefer, duchesse du Gravorn, résidente de Borderoc Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
GerryArthur (DeviantArt)

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
- Devenue duchesse du Gravorn il y a peu.

- 27 ans, mariée à Orlion Rochefer.

- Peau brune, yeux marron, longue chevelure noire. 1m76, 80 kilos, large d'épaules et de hanches, carrure plutôt imposante couplée à une musculature moyenne.

- Froide, solitaire, hautaine, inaccessible, effrayante. Déterminée, patiente, réfléchie, fidèle. Dégage une aura de puissance qui impressionne et force le respect.

- Troisième don : le pouvoir de la voix, une capacité qui lui permet de plonger dans un état de peur viscérale ses vis-à-vis d'un simple éclat de sa voix.

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 3 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
158


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Dim 23 Sep - 18:34

Un 24 Allune 1100 dans le village de Crâne d'Argent, à quelques lieues de la prison de Vissomort


Vitala aimait Orlion de tout son cœur, vraiment. Cependant, à ce moment précis, l'envie de l'étranger ne manquait pas. Chaque fois qu'il s'adressait au cordonnier, celui-ci se lançait dans une interminable tirade dont ni le début, le milieu ou la fin intéressaient la duchesse. Ainsi, après la proposition et la question d'Orlion, Azurin se mit à expliquer de long en large – en travaillant, au moins – les raisons pour lesquelles il s'intéressait tant à Vissomort. Si Vitala tentait de les ignorer, les mots du cordonnier lui parvinrent tout de même et elle ne sut cacher son exaspération. Cet homme vivait véritablement dans un autre monde. Comment pouvait-on être sain d'esprit et faire montre d'une fascination aussi morbide pour un endroit connu pour voir mourir en ses murs la majorité des prisonniers?

Le cordonnier signalant qu'il avait terminé son travail, Vitala se saisit de la botte qu'il lui tendait et qu'il avait eu le bon sens de ne pas lui enfiler sans demander son avis. Elle observa le travail d'un regard scrutateur avant de poser ses yeux sombres sur son interlocuteur.

« Ces "personnes", cordonnier, sont les pires criminels des Trois-Lieux,
martela-t-elle d'un ton froid alors qu'elle rechaussait elle-même sa botte. Ces ordures ont trompé, pillé, violé, torturé, tué, et vous, vous désirez prendre le thé avec elles un après-midi pour "écouter ce qu'elles ont à dire" et savoir si leur esprit est aussi  persécuté que le vôtre? »

Calmement, Vitala se releva et regarda Azurin de haut, la mâchoire serrée.

« Mais que croyez-vous exactement? Que sont envoyés à Vissomort les hommes ayant commis quelque petit larcin? Non, cordonnier. Sont envoyés à Vissomort les hommes ayant mis des villages à feu et à sang pour s'enrichir, ayant fait subir mille supplices à leurs pairs par simple soif de violence, ayant violé des femmes et tué des enfants seulement pour ne pas laisser de témoins de leurs crimes derrière eux. »


Elle marqua une brève pause, pendant laquelle l'atmosphère de la pièce devint tout simplement hivernale.

« Si vous pensez être capable de comprendre de telles pulsions, compatir avec de tels individus, vous pouvez nous accompagner jusqu'à Vissomort comme vous l'a aimablement proposé mon mari. Mais vous n'en ressortirez pas, Azurin. »

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Rehan Renard, cordonnier, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
DocWendigo by Zhilla

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔ se fait appeler Azurin Alissair
➔ don de syntonie
➔ bi-polaire
➔ cordonnier itinérant et fuyard évoluant dans le Creux-Lac jusqu'au sud du Gavorn
➔ tente d'éviter le plus possible d'aller en Marvier
➔ 22ans, 1m82, 76kg, musculeux
➔ longue estafilade sur la joue droite

fiche de présentation
fiche de liens & de RPs

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
200


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Lun 24 Sep - 12:00

24 allune 1100
Village du Crâne d'Argent, à quelques lieux de la prison de Vissomort

Le cordonnier ne releva les yeux que lorsqu'il senti, ou plutôt ne senti plus, la botte sur la paume de sa main. Il n'avait pas vu le geste qu'avait fait la duchesse mais il avait cru percevoir un vif saisissement de la part de Dame Rochefer. Cillant subrepticement des paupières, il commença à ranger son matériel mais fut coupé dans son élan tandis que les paroles qu'avait commencé à prononcer la duchesse se mettait à sonner gravement à ses oreilles.

Restant agenouillé sur le parquet, il suivit des yeux la Dame se relever, non sans s'être rechaussée elle-même au préalable, Rehan aurait pourtant juré qu'elle était du genre à se faire mettre et lacer ses chaussures... Soit il s'était trompé, soit elle n'avait pas envie d'attendre que son époux aille quérir sa camériste... Elle ne lui en avait rien dit d'ailleurs... Quoique, il aurait très bien pu s'en charger lui-même, était avis à Rehan qu'il avait déjà du le faire, sans doute à plusieurs reprises et peut-être même bien lorsqu'il était encore un simple garde en train de courtiser sa maîtresse... Mais là s'égarait bien trop l'esprit maniaque du jeune homme qui secoua légèrement la tête pour remettre de l'ordre dans sa bibliothèque mentale sans dessus dessous et se reconcentrer sur les paroles de la duchesse.

- Prendre le thé non, ça serait exagérer... dit-il en réaction à la remarque, mais cependant pas assez fort pour couvrir les paroles de Dame Rochefer qui n'avait pas fini de parler

Son ton était des plus calme, des plus plats... Et l'état mental du jeune homme ne pouvait en aucun cas dénoter l'ambivalence de cette intonation au vu des paroles toutes plus cinglantes les une que les autres, et ce pourtant à son encontre... Vitala eut été ironique qu'il n'aurait pas non plus sut le discerner, « prendre le thé » en est un parfait exemple... Cependant, il fallait avouer qu'en son fort intérieur il senti un léger malaise lorsqu'elle s'était tue l'espace de quelques secondes... Il avait fortement inspiré, comme s'il avait voulu parler mais ses lèvres s'étaient scellées et la duchesse avait repris la parole.

Cette fois il fut indéniable pour le cordonnier qu'elle le menaçait... Maiiiiiis là encore, l'ambivalence des propos ne pouvait que sonner la cloche de l'optimisme dans l'esprit torturé du pauvre fou...

- … A l'évidence je ne suis qu'un pauvre gueux, ma Dame, commença-t-il par dire mais je ne suis pas un sot né de la dernière pluie, je sais ben que ces hommes et ces femmes ont commis les pires atrocités, les crimes les plus impensables pour se retrouver à Vissomort mais... il marqua une légère pause alors qu'il avait repris son rangement Sans pour le moins du monde éprouver de la pitié pour eux je reste curieux de leur sort... On dit que les sévisses subit dans cette prison dépasse l'inimaginable, pour ma part j'imagine qu'ils sont simplement à la hauteur des crimes perpétués et je suis très intrigué, non pas par ces divers châtiments, quoique, les connaître ne pourrons qu'enrichir ma culture personnelle, mais plutôt de ce que peuvent ressentir ceux qui les subisse... il releva son regard océan droit dans celui de la duchesse, marquant une pause dans ses gestes Votre grâce a sans aucun doute du remarquer ma propension à l'absurdité, je me dois de lui avouer ne pas être au meilleur de ma forme mentale en ce jour aussi peut-être qu'un séjour à Vissomort pourra peut-être apaiser le feu de mon esprit... Je ne souhaite en aucun cas compatir du sort des prisonniers, s'ils y sont c'est pour de bonnes raisons mais, mon propre esprit étant perturbé je cherche simplement à rencontrer d'autres forme de... Disons, souffrance morale...?

C'était bien la première fois que Rehan parlait de sa maladie à une inconnue. Bon, il n'en donnait pas non plus les détails mais il y faisait allusion sans langue de bois ni subtilement. Et puis il fallait avouer qu'il était tout de même en présence de l’administratrice du Gavorn, elle n'était pas une simple paysanne... ! Au fond de lui Rehan savait qu'il valait mieux être franc.

Il n'avait aucun contrôle sur sa maladie alors au moins pouvait-il avoir celui d'en parler...
Je suis : Vitala Rochefer, duchesse du Gravorn, résidente de Borderoc Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
GerryArthur (DeviantArt)

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
- Devenue duchesse du Gravorn il y a peu.

- 27 ans, mariée à Orlion Rochefer.

- Peau brune, yeux marron, longue chevelure noire. 1m76, 80 kilos, large d'épaules et de hanches, carrure plutôt imposante couplée à une musculature moyenne.

- Froide, solitaire, hautaine, inaccessible, effrayante. Déterminée, patiente, réfléchie, fidèle. Dégage une aura de puissance qui impressionne et force le respect.

- Troisième don : le pouvoir de la voix, une capacité qui lui permet de plonger dans un état de peur viscérale ses vis-à-vis d'un simple éclat de sa voix.

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 3 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
158


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Sam 29 Sep - 18:53

Un 24 Allune 1100 dans le village de Crâne d'Argent, à quelques lieues de la prison de Vissomort


À  l'évidence, je ne suis qu'un pauvre gueux, ma Dame. Voilà les paroles les plus sensées que ce pauvre hère avait prononcées depuis le début de cette rencontre. Malheureusement, il ne s’arrêta pas là et, au grand déplaisir de Vitala, tomba de nouveau dans une logorrhée verbale où il tenta de se justifier comme si ce qu’il avait à dire était essentiel, qu’elle devait absolument l’entendre. Et plus il parlait, plus il s’enfonçait, car la duchesse ne comprenait aucunement comment quelqu’un pouvait se trouver curieux de savoir ce que ressentaient les prisonniers de Vissomort. Et elle comprit encore moins pourquoi il lui expliquait, non, pourquoi il lui avouait ne pas être au meilleur de sa forme mentale. Pourquoi se vidait-il le cœur ainsi comme si cela revêtait un quelconque intérêt à ses yeux? Elle se fichait bien de l’état mental de ce paysan, qui pensait qu’un petit séjour à Vissomort apaiserait peut-être le feu de son esprit. Tout ce discours était ridicule à ses oreilles.

« Je constate en effet que votre esprit est perturbé, car, autrement, il ne vous viendrait pas d’idées aussi absurdes,
répondit-elle, cassante. Et je n’ose imaginer lesquelles vous viendront en tête si vous mettez les pieds à Vissomort. Car personne ne ressort intact de Vissomort. »

Vitala marqua une pause alors qu’elle toisait longuement le cordonnier.

« Contentez-vous de votre atelier de cordonnerie et de vos souffrances, quelles qu’elles soient. Vous seriez bien malavisé de vous imposer celles des autres, surtout celles des pires criminels des Trois-Lieux. Vous me semblez bien assez troublé ainsi. »

Orlion plissa presque imperceptiblement le nez, comme par subtile compassion pour le cordonnier. Il avait bien pensé que Vitala ne serait pas enchantée de la proposition qu’il avait faite à Azurin, mais, maintenant, il pouvait voir qu’elle la rejetait d’emblée et qu’elle ne le laisserait nullement se joindre au convoi. Bien sûr, rien n’empêchait le jeune homme de les suivre et de tenter sa chance auprès des gardiens de la prison, mais c’était risquer de provoquer, si elle se rendait compte de sa présence, la furie de la duchesse, et ce, une bonne fois pour toutes. Et en général, « une bonne fois pour toutes » signifiait un risque d’activation du troisième don de la noble. Rien de bien réjouissant pour celui ou celle vers qui sa colère était dirigée…

« Avez-vous entièrement terminé votre ouvrage, cordonnier? »,
demanda finalement Vitala, désireuse de se débarrasser de cet homme.

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Rehan Renard, cordonnier, itinérant Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
DocWendigo by Zhilla

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔ se fait appeler Azurin Alissair
➔ don de syntonie
➔ bi-polaire
➔ cordonnier itinérant et fuyard évoluant dans le Creux-Lac jusqu'au sud du Gavorn
➔ tente d'éviter le plus possible d'aller en Marvier
➔ 22ans, 1m82, 76kg, musculeux
➔ longue estafilade sur la joue droite

fiche de présentation
fiche de liens & de RPs

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
200


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   Mar 2 Oct - 15:06

24 allune 1100
Village du Crâne d'Argent, à quelques lieux de la prison de Vissomort

Toujours agenouillé au sol, le cordonnier fixait la duchesse avec son franc sourire sur le visage. Au contraire de la Dame qui le surplombait, on pouvait dire que Rehan avait tout de l'avenant et charmant jeune homme qui ferait sans doute choir nombreuses damoiselles. Mais la duchesse était loin d'être une pucelle en mal d'amour et, outre son caractère trempé d'acier vornois, elle était, somme toute, une politicienne émérite quoi qu'éhontée.

Malgré tous les sourires, la franchise et l'avenance du monde, il n'était pas né celui qui ferait craquer le masque d’intransigeance certitude de la duchesse. Encore moins un ver-de-terre insignifiant tel que Rehan... Quoique, la place était sans doute déjà prise et le gueux tourna alors son regard vers le duc, Orlion Rochefer, aussi connu pour ses frasques belliqueuses que pour avoir conquis le cœur de pierre ferrugineux de la Demoiselle de Borderoc alors qu'il n'était lui-même qu'un roturier...

L'esprit de Rehan se mit donc à vaquer à d'importantes interrogations, se demandant le plus sérieusement du monde comment Orlion s'y était-il prit alors qu'il était indéniable que le petit peuple n'avait aucunement de valeur au yeux de la duchesse. L'avait-elle traité comme elle le traitait à présent alors qu'il avait simplement fait son travail... ? Certes, il avait beaucoup parlé alors qu'elle lui avait intimé de se taire, lui promettant même plus d'argent mais, il était resté des plus polis, affable et respectueux alors vraiment, elle n'avait aucune raison de lui parler ainsi... ! Mais là ne s'arrêta pas l'esprit tortueusement torturé du cordonnier alors que son attention était toute à ses hypothèses sur Orlion.

Sa question présenté portait sur la nature qu'il soupçonnait d'être un peu masochiste du duc. Dans un sens,ça ne le regardait pas et sincèrement, il avait acquis la tolérance et la bienveillance lacquoise bien avant de venir s'y réfugier mais quand même, ça le démangeait fortement de poser la question... Son regard figé sur le duc, qu'il vit faire un léger tortillon du nez sans en comprendre la raison, il écoutait la duchesse d'une oreille distraite.

- Oui oui duchesse, j'ai terminé. dit-il dans un cillement, reportant son attention sur la dame Si mon travail ne vous apporte pas satisfaction vous aurez une raison valable de m'envoyer quelques temps à Vissomort, quoi que je doute fortement que vous ayez de nouveau besoin de mes services pour ces bottes avant deux ou trois ans...! s'entendit-il dire sans mesure le moins du monde la porté de ses mots

Il était ainsi Rehan, lorsque la dépression ne le figeait pas au fond d'une grotte et que son bon sens n'avait pas de poids face à l'exaltation de ses ressentis. L'humour dont il faisait preuve ne pouvait pas être au goût de tous et, présentement, la petite voix au fond de Rehan ne criait pas assez fort alors qu'elle lui disait qu'il avait, peut-être, signé là, un acte de guerre à l'encontre de Vitala Rochefer, Dame de Borderoc, régente et protectrice du duché du Gavorn, réputé pour son peuple guerrier et dont la devise « force et ambition » était à prendre au pied de la lettre... Et, à moins que la duchesse accède finalement à son humour ou l'ignore plus simplement, la petite voix au fond de l'esprit de Rehan priait à sa place pour que le duc lui soit réceptif à cette blague des plus inadaptés...
Je suis : Contenu sponsorisé,


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir   

 
[24 Allune 1100] Tiare d'argent et souliers de cuir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'Argent-Dette
» Où placer son argent ?
» mes souliers sont rouges
» Le beurre et l'argent du beurre
» L'argent de poche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Advictâme-RPG :: Zone de jeu :: Le Gravorn : duché de l'Est :: Sujets en cours-
Sauter vers: