Partagez | 
 

 [25 Kallune 1093] Fleurs des villes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Je suis : Ashena Duval, soigneuse/Sang-Visage, résidente d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Ahua

État d'Advictâme :
État transcendant

Informations sur le personnage :
→ Soigneuse et assasin âgée de 23 ans, membre des Sang-Visage
→ 1m58 mais porte des talons pour se grandir, fine d’apparence mais plus musclée qu’elle n’y paraît
→ Originaire de Creux-Lac, habite actuellement à Albatra mais songe à rentrer chez elle
→ Souriante, serviable, presque toujours de bonne humeur
→ Souvent accompagnée d’une griffolette nommée Mélodie
→ Grande connaissance des plantes de leurs usages, que ce soit pour soigner ou tout le contraire…

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
132


MessageSujet: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Sam 28 Juil - 19:43

Ruelles de Lackness, Duché de Creux-Lac — 25 Kallune 1093


  Même s’ils n’en disent rien, elle sent bien que les Duval s’inquiètent. Elle n’a pas à proprement parler d’amour envers eux, ne les a jamais considéré comme ses parents, mais elle les apprécie néanmoins ; ils se sont toujours bien occupée d’elle. Pourtant cette fois, il n’y a pas grand-chose qu’ils puissent faire pour elle. Même dans son état, elle reste la plus à même de s’occuper de ses propres blessures — bien que l’aide de Rosalyne soit la bienvenue, surtout lorsqu’il s’agit de changer les bandages pour ses côtes — et pour le reste…

  Elle laisse échapper un soupir en lançant un regard à son sac de voyage, au fond duquel une poche secrète dissimule un masque immaculé, cause de son état. Non, si elle est honnête, elle est la seule coupable à blâmer. Elle n’a pas réfléchi aux conséquences de ses actions et a agi stupidement. Elle ne refera plus cette erreur. Croc d’Acier s’en est assuré. Sa punition a au moins l’avantage de lui avoir fourni l’excuse parfaite pour rentrer à Lackness. Elle n’aurait pas supporté de rester au Marvier après cette histoire, au milieu de tous ces intolérants bouffis d’orgueil qui pensent tout savoir mieux que les autres et se croient en droit de diriger la vie des autres !

  Une bouffée de colère, plus qu’inhabituelle chez elle, lui fait saisir le premier bibelot venu sur sa table de chevet, qui part à vive allure se fracasser contre le mur opposé. Puis, aussi rapidement qu’elle est arrivée, la rage disparaît, remplacée par un immense vide. Un nouveau soupir. Il faut qu’elle sorte d’ici. Elle n’en peut plus de tourner en rond à penser à Jolène et à ses monstres de parents, de répondre aux questions inquiètes d’Hubert et de Rosalyne qui ne comprennent rien, d’imaginer la déception sous le masque de Croc d’Acier quand il est venu la chercher… Elle a besoin d’air, et de se changer les idées.

  De toute façon elle a besoin de se réapprovisionner ; elle va bientôt arriver à court de bandages, et la tisane qu’elle se prépare pour atténuer ses douleurs fond comme neige au soleil. D’ailleurs elle ferait bien de ralentir un peu avec maintenant que ses côtes commencent à aller mieux, elle sait à quelle vitesse l’accoutumance voire la dépendance peuvent s’installer…

  Étant donné ses difficultés à s’habiller, elle fait l’impasse sur le corset, mais choisit une de ses tenues colorées dont elle a le secret, qui lui attirent souvent des regards en biais à Albatra mais qui ici ont plus tendance à amener des sourires sur le visage des passants. Elle opte pour son manteau préféré, en fourrure pour lutter contre le froid de l’hiver, le col orné de plumes. Munie de la canne que lui a prêtée son apothicaire préféré pour l’aider à se déplacer avec son attelle, elle se met en route.

  L’air froid lui rougit les joues et lui rafraîchit les idées. Malgré la température, le soleil brille agréablement, illuminant la ville d’une douce lumière d’hiver. Les rues sont pleines de vie et, comme à chaque fois qu’elle revient chez elle, elle se rappelle combien elle est plus à l’aise ici. Les lacquois lui sourient, ceux du quartier qui la connaissent de vue la saluent, et plusieurs personnes, remarquant sa canne, lui proposent leur aide qu’elle refuse poliment. Rapidement, son habituel chaleureux a repris place sur ses lèvres. Rien de tel qu’être à la maison.

  Elle prend son temps pour ménager sa jambe blessée, et le trajet jusqu’à la boutique de l’apothicaire lui prend deux fois plus de temps que d’ordinaire, mais elle apprécie cette flânerie calme, savourant le plaisir de retrouver ces rues familières. Arrivée à destination, il ne faut que quelques instants après que le carillon annonçant son entrée a retenti pour qu’elle soit accueillie par une voix amicale.

« Ça alors, Ashena ! Quel plaisir de te voir, ça faisait drôlement longtemps ! Mais tu es venue jusqu’ici dans cet état ‽ Tu aurais dû m’envoyer quelqu’un plutôt !
Bonjour Monsieur Belronde. Ne vous inquiétez pas, la promenade m’a fait du bien, et je fais attention. »

  Ils commencent à discuter, et la visite de la jeune femme se prolonge plus que prévu sans que ça la dérange. Ses emplettes se rassemblent petit à petit tandis qu’ils parlent, se complétant de quelques onguents « au cas où » et de la dernière trouvaille de l’apothicaire « tu vas voir, c’est stupéfiant ! ». Ce n’est qu’au moment de payer qu’elle réalise qu’elle a totalement oublié de prendre un panier pour rapporter ses achats… L’apothicaire lui propose gentiment de lui livrer le tout chez elle après la fermeture de la boutique, mais elle sait que c’est à l’opposé de son trajet et ne veut pas le déranger pour si peu. Il n’y a pas tant que ça, même avec sa canne elle devrait pouvoir se débrouiller seule. Elle rassemble tant bien que mal son butin, avec l’aide du commerçant, le remercie chaleureusement et prend le chemin du retour.

  Quand elle sort, le soleil commence à décliner vers l’horizon. Elle prend son temps pour rentrer, encore plus précautionneuse qu’à l’aller, mais son fardeau en équilibre périlleux l’empêche de voir assez tôt le mercenaire pressé marchant d’un pas vif dans la direction opposée dans la ruelle étroite qu’elle vient de prendre. En temps normal elle l’aurait évité aisément, mais son état la prive de son agilité habituelle. Le concerné semble pour sa part ne pas se soucier le moins du monde de sa présence, et la bouscule sans ménagement en la croisant. Cherchant à retenir son précieux chargement qui tangue dangereusement, elle laisse échapper sa canne, perd l’équilibre et se retrouve le nez sur le pavé, son cri de surprise et de douleur se mêlant au bruit sinistre du verre brisé tandis que le malotru continue son chemin sans même se retourner.

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés

Notons que je n’ai aucune imagination pour les titres…
Je suis : Alera Vaelken, cueilleuse, résidente de Lackness Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Cris Ortega, puzzle-art

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ Orpheline de base, ne reste que sa mère adoptive
→ La Louve est son surnom d'enfance à l'orphelinat, mais aussi le nom du vide qu'elle ressent constamment et qui la dévore
→ Cueilleuse itinérante
→ Don : Bond Spontané (capacité qui lui permet de s'évaporer et de s'éloigner d'une zone dangereuse sous le coup de l'émotion - essentiellement la peur. Peut être assimilée à de la téléportation)
Ma fiche de suivi
Ma présentation complète

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
328


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Sam 28 Juil - 20:43

25 Kallune 1093, rues de Lackness, Creu-Lac Information hors-RP :
Ahahah, ouais, les titres c'est galère, j'ai l'même souci xD En espérant que cette réponse t'inspire...
Information lancers de dés : Aucun lancer effectué pour l'instant.


Elle se souvenait de cet hiver-là en particulier pour de multiples raisons. La première parce que c'était bien l'un des rares connus à Lackness sans qu'il ne dépose son manteau de neige sur toute la ville, au grand dam de la jeune fille. Ces flocons avaient le don d'apporter de la beauté dans le monde, et de la sérénité dans les coeurs de tous. Instant magique où ces confettis de glace virevoltaient légèrement, au gré du vent, dans un silence cérémonieux, comme si chaque chute était un véritable spectacle de danse individuel, c'était ce qu'elle attendait d'un hiver à proprement parler. Et celui-là n'était pas à la hauteur de ses espérances. Même s'il restait plus d'un mois avant le printemps, elle n'avait pas vu l'ombre d'un seul flocon ce qui avait le don de la déprimer au plus haut point.

La deuxième raison était que Lore s'était entêtée à lui apprendre tout ce qu'elle savait sur l'auto-défense, et la faisait sortir de chez elle pour l'entrainer à manier la fourche dans l'étable du vieux Giraut. Alera ne pouvait céder aux caprices de son amie, et tentait de se persuader que, un jour, ça lui serait bien utile ... Tous les jours, elle rentrait éreintée, comme si elle revenait d'une rude journée de labeur. Et tous les jours, surtout, elle suscitait la colère de Giraut qui les chassait de chez lui, en les menaçant toutes les deux, une carotte ou un poireau à la main, selon ce qu'il préparait au moment où elles étaient démasquées.

Enfin, la dernière raison était cet instant, ce souvenir qu'elle chérissait tant, qui allait marquer le début de sa longue préparation vers l'indépendance parentale.

Une fois de plus, Lore et Alera s'étaient séparées au-delà de la place des mille spectacles, pour rentrer chacune de leur côté. La jeune rousse, d'ordinaire, aimait à prendre le chemin le plus long pour rentrer. En effet, moins elle se retrouvait en présence d'Ebelline, mieux elle se portait, et tout était prétexte à rentrer le plus tard possible. Mais là, peut-être avait-elle exagéré un peu car le soleil s'était couché bien plus vite que prévu, et le froid mordant était une excellente motivation pour courir s'abreuver d'une excellente boisson crémeuse et chaude à la maison. Décidée à ne pas trainer, elle opta pour prendre un raccourci, et passa dans les méandres des nombreuses ruelles de Lackness.

Rabattant le capuchon à fourrure de son manteau, elle se frotta les bras pour réchauffer rapidement, tout en pressant le pas pour être de retour avant que le soleil ne soit totalement couché. Elle souffla alors un halo de vapeur, le sourire aux lèvres. A défaut de neige, au moins, le froid était présent, et il n'y avait rien de plus revigorant. Oui, l'hiver resterait toujours sa saison préférée, aucun doute là-dessus.

Soudain, une force incroyable la propulsa en avant, la faisant vaciller. De peu, elle retrouva l'équilibre avant de lever les yeux devant elle. Un homme au pas décidé et lourd l'avait heurtée, et s'était à peine retourné. S'était-il seulement rendu compte d'avoir poussé une gamine avec rudesse et grossièreté ?

- Désolée d'avoir gêné votre passage ...., maugréa-t-elle, courroucée et les joues gonflées. Un manteau pourpre, c'est tellement difficile à voir, je vous comprends ...

Sous le choc, son épaule lui semblait endolorie, aussi, elle se dut de la masser en douceur. Ce faisant, elle décida que ce n'était pas cet impair qui allait lui gâcher sa bonne humeur, mais ses pensées furent interrompues par un bruit assourdissant. Levant les yeux une fois encore, elle vit détaler le grossier personnage tourner au coin de la rue, tandis qu'une masse de couleurs chatoyantes gisait au sol dans un amas de paquets.

Alera ne pouvait passer outre. Déjà, parce qu'il serait mal venu de passer tout à côté sans apporter son aide - que dirait son défunt père d'adoption s'il la voyait opter pour un tel comportement ? Mais aussi, parce qu'après un rapide examen, il était évident que cette personne rencontrait des difficultés à marcher de par la présence d'un bâton non loin. L'âme charitable, elle se précipita en avant pour apporter son aide.

Ce ne fut qu'à quelques enjambées près qu'elle remarqua cette masse de cheveux violets si reconnaissables, qu'elle avait déjà eu l'occasion de croiser dans la capitale. Elle avait déjà vu cette adolescente à plusieurs reprises, et l'avait toujours secrètement admirée pour son style vestimentaire. Arborant un sourire radieux un court instant, elle s'accroupit pour rassembler les commissions.

- Non mais quel rustre ! Aucune considération pour autrui ! Pff. Tout va bien ? demanda-t-elle en jetant un oeil en arrière.

Puis, se maudissant pour son étourderie, elle tendit la main vers la canne, la ramassa et la lui tendit avant de se saisir fermement de son bras et de la relever de toutes ses forces, sans lui demander son consentement.

- Voilààà. C'est mieux sur deux pattes, pas vrai ?

Une énergie incroyable la parcourait en cet instant. Le froid de l'hiver, l'énergie déployée lors de l'entrainement avec Lore qui n'était toujours pas calmée, allez savoir, mais en cet instant, Alera se mouvait avec rapidité, et excitation. Une fois avoir relevé la jeune fille, elle la rhabilla rapidement avec un grand sourire niais, avant de s'occuper de ses courses.

- Pfiiou... Ca en fait des commissions ... Tu es seule pour tout ramener ?

Je suis : Ashena Duval, soigneuse/Sang-Visage, résidente d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Ahua

État d'Advictâme :
État transcendant

Informations sur le personnage :
→ Soigneuse et assasin âgée de 23 ans, membre des Sang-Visage
→ 1m58 mais porte des talons pour se grandir, fine d’apparence mais plus musclée qu’elle n’y paraît
→ Originaire de Creux-Lac, habite actuellement à Albatra mais songe à rentrer chez elle
→ Souriante, serviable, presque toujours de bonne humeur
→ Souvent accompagnée d’une griffolette nommée Mélodie
→ Grande connaissance des plantes de leurs usages, que ce soit pour soigner ou tout le contraire…

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
132


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Dim 29 Juil - 13:46

Ruelles de Lackness, Duché de Creux-Lac — 25 Kallune 1093


  Un rappel peut-être un peu brutal que même à Lackness, l’entraide et la politesse ne sont pas non plus systématiques… Encore qu’il pourrait tout à fait s’agir d’un voyageur d’un autre duché. Ça ne l’étonnerait même pas. La jeune femme se tortille pour retrouver une position un peu plus confortable, mais préfère attendre de laisser un peu passer la douleur que la chute a réveillé dans ses côtes avant d’essayer de se relever. Elle lance un regard au coin de rue où le rustre a déjà disparu et marmonne pour elle.

« Non vraiment ne vous dérangez pas pour moi, tout va très bien, je vais me débrouiller toute seule… »

  Pour un peu elle se croirait revenue en Marvier… Impression vite dissipée par le visage souriant qui apparaît dans son champ de vision alors qu’elle se retourne pour vérifier l’état ses commissions.  Une jeune femme, un peu plus âgée qu’elle-même, s’est en effet arrêtée et commence à ramasser ses affaires, avant de s’adresser à elle. Ash retrouve son sourire pour lui répondre avec humour.

« Je suppose qu’il n’a pas dû me voir, je passe tellement inaperçu… Ça va je m’en remettrai. J’ai connu pire. » ajoute-t-elle non sans ironie en désignant l’attelle à sa jambe.

  Avant de comprendre ce qu’il lui arrive, la jeune femme a ramassé sa canne et tire sur son bras pour la relever. Lâchant un petit « Oh… » de surprise, elle accompagne de son mieux le mouvement en prenant appui sur sa jambe valide, tout en réprimant une légère grimace alors que la douleur dans ses côtes se ravive. La soigneuse en elle ne peut s’empêcher de remarquer que c’était loin d’être la meilleure chose à faire dans son état, mais il est difficile d’en vouloir à la rousse si pleine de bonne volonté, aussi se contente-t-elle de hocher la tête en souriant.

« Merci. »

  La tornade ne s’arrête pas là, et s’occupe également de ses vêtements avant de s’affairer à ramasser les affaires éparpillées au sol, tirant un petit rire amusé à la soigneuse. Quelle énergie ! Elle en profite pour examiner les dégâts, et constate que seul un pot d’onguent n’a pas survécu à la chute. Elle écarte du pied les morceaux de verre pour éloigner du milieu de la rue et réduire les risques que quelqu’un ou un animal ne se blesse en marchant dessus, ne pouvant pas faire beaucoup mieux en l’état actuel des choses. Si elle essayait de se baisser pour les ramasser, elle se retrouverait probablement de nouveau à terre… Elle répond avec un petit sourire gêné à la question de l’inconnue.

« Oui… Je crois que j’ai un peu surestimé ma capacité à tout rapporter sans encombre.

  Alors qu’elle s’apprête à libérer la jeune femme de son fardeau, elle remarque une coupure sur le dos de sa main, probablement récoltée en ramassant ses affaires au milieu du verre brisé. La blessure semble tout à fait superficielle, mais son instinct de guérisseuse prend immédiatement le dessus.

« Oh mais tu t’es coupée ! Il faudrait soigner ça, au moins la nettoyer pour ne pas que ça s’infecte. Je n’habite pas très loin, si tu veux m’accompagner je peux m’en occuper. En remerciement pour ton aide. Conclue-t-elle avec un sourire.

  Ça l’embêterait de la laisser repartir comme ça après la bienveillance dont elle a fait preuve, alors que c’est d’une certaine façon de sa faute si elle s’est blessée.

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
[Note de la rédaction : Les considérations sur les citoyens des différents duchés ne sont que l’expression de l’opinion d’Ash à ce moment de son histoire, et ne se veulent le reflet d’aucune réalité.]
Je suis : Alera Vaelken, cueilleuse, résidente de Lackness Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Cris Ortega, puzzle-art

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ Orpheline de base, ne reste que sa mère adoptive
→ La Louve est son surnom d'enfance à l'orphelinat, mais aussi le nom du vide qu'elle ressent constamment et qui la dévore
→ Cueilleuse itinérante
→ Don : Bond Spontané (capacité qui lui permet de s'évaporer et de s'éloigner d'une zone dangereuse sous le coup de l'émotion - essentiellement la peur. Peut être assimilée à de la téléportation)
Ma fiche de suivi
Ma présentation complète

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
328


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Dim 29 Juil - 14:45

25 Kallune 1093, rues de Lackness, Creu-Lac Information hors-RP :
Rien à signaler
Information lancers de dés : Aucun lancer effectué pour l'instant.


« Oui… Je crois que j’ai un peu surestimé ma capacité à tout rapporter sans encombre.

A regarder l'étalage de paquets, Alera sourit.

Un peu ?! C'est le cas de le dire ...

Pas peu fière de sa tâche accomplie, elle se relève, quelques mèches venant zébrer son visage. Un emballage sous le bras, Alera ne s'était même pas posé la question : il était évident qu'elle allait raccompagner la jeune fille jusque chez elle.

« Oh mais tu t’es coupée ! Il faudrait soigner ça, au moins la nettoyer pour ne pas que ça s’infecte. Je n’habite pas très loin, si tu veux m’accompagner je peux m’en occuper. En remerciement pour ton aide.

Hm ?!

Distraitement, elle porta sa main devant son visage pour constater de cette fine éraflure rougeoyante où deux minuscules gouttelettes plus sombres perlaient aux deux extrémités.

- Oh ?! Je n'avais même pas remarqué ! rit-elle joyeusement.

La jolie tête violette avait raison sur un point, nettoyer les blessures, même légères, était un excellent réflexe à prendre pour éviter des désagréments plus tard. En revanche, aussi sympathique et bienveillante était cette proposition de rester chez elle un peu plus pour qu'elle lui prodigue quelques rapides soins, Alera n'était que peu enchantée à cette perspective : il se faisait de plus en plus tard, et rien qu'à imaginer entendre hurler pendant des heures Ebelline, morte d'inquiétude, elle en frissonnait déjà ...

Cependant, après longue réflexion, cette invitation était des plus tentantes. En effet, elle n'était jamais contre les parfaites occasions pour faire connaissance devant une tasse de thé bien chaud, et maintenant qu'elle venait d'y songer ... il était déjà tard dans tous les cas : Ebelline allait forcément hurler. Alors qu'elle rentre d'ici peu, ou beaucoup plus tard, cela ne ferait pas la moindre différence.
Et puis, elle comptait de toutes façons l'escorter jusqu'à chez elle avec ses courses ...

- Très bien, conclut-elle dans un large sourire rayonnant, je t'accompagne. Ca te fera une paire de bras supplémentaire pour alléger ton fardeau, comme ça.

Alera suivit alors cette nouvelle rencontre, en prenant soin de se caler sur son rythme de progression, lui jetant de temps à temps quelques oeillades inquiètes mais bienveillantes. Au bout de la rue, elle joignit l'utile à l'agréable en démarrant la conversation.

- Je me nomme Alera Vaelken, j'habite pas trop loin non plus, quoi qu'un peu plus à l'est. Ce n'est pas la première fois que je te vois, tu sais ? J'ai déjà eu l'occasion de te croiser quelques fois. Tu ressembles beaucoup à une de mes amies, elle aussi attire les regards des passants.
Je suis : Ashena Duval, soigneuse/Sang-Visage, résidente d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Ahua

État d'Advictâme :
État transcendant

Informations sur le personnage :
→ Soigneuse et assasin âgée de 23 ans, membre des Sang-Visage
→ 1m58 mais porte des talons pour se grandir, fine d’apparence mais plus musclée qu’elle n’y paraît
→ Originaire de Creux-Lac, habite actuellement à Albatra mais songe à rentrer chez elle
→ Souriante, serviable, presque toujours de bonne humeur
→ Souvent accompagnée d’une griffolette nommée Mélodie
→ Grande connaissance des plantes de leurs usages, que ce soit pour soigner ou tout le contraire…

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
132


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Dim 29 Juil - 18:47

Ruelles de Lackness, Duché de Creux-Lac — 25 Kallune 1093


« Oh ?! Je n'avais même pas remarqué ! »

  Au moins c’est que ça ne lui fait pas mal, ce qui semble aller dans le sens de l’impression de la jeune soigneuse que la blessure est tout à fait bénigne. La jeune femme semble hésiter devant sa proposition, et Ash lui laisse le temps de la réflexion sans insister, patiemment. Après tout, elle a peut-être autre chose à faire et d’autres plans pour la soirée que de suivre une inconnue chez elle pour se faire rafistoler d’une coupure tout à fait superficielle… Elle a bien conscience que sa formation de soigneuse la pousse parfois à se montrer plus précautionneuse que ne le seraient la plupart des gens — ce qui agace d’ailleurs certaines personnes — mais c’est aussi parce qu’elle a vu par elle-même ce qui peut arriver avec une blessure non soignée, et à quelle vitesse les choses peuvent dégénérer…

  Finalement la jeune femme avec l’entrain qui semble lui être naturel, et propose même de porter une partie des affaires de la blessée. Dans un sourire ravi, elle la remercie chaleureusement.

« Oh merci beaucoup, c’est très gentil à toi ! Attends je vais t’en reprendre un peu, je ne vais quand même pas te laisser tout porter ! »

  Et sans lui laisser le temps ni l’occasion, Ash s’exécute et récupère une partie du fardeau — en veillant toutefois à ne pas se surcharger, cette fois. Elle indique le chemin et se met en route, essayant de ne pas trop traîner sans pour autant forcer sur ses blessures. Alors qu’elle s’apprête à se présenter, Alera — puisque c’est son nom — la prend de vitesse. Un sourire amusé éclaire son visage lorsque la jeune femme mentionne l’avoir déjà vue, et un éclair de reconnaissance passe dans son regard alors qu’elle mentionne son amie. Il lui semblait bien l’avoir déjà croisée aussi, mais désormais elle arrive à la resituer.

« Ashena Duval. Mes amis m’appellent Ash. Bien qu’implicite, l’invitation à en faire de même est assez manifeste. Avec un hochement de tête, elle reprend : Plus grande que toi, cheveux bruns-auburn assez courts, plutôt jolie, un peu garçon manqué ? Je vous ai déjà vues traîner ensemble. Ses parents ont une boutique pas très loin, non ? »

  Si Alera est très jolie à sa façon, son amie est davantage le genre de fille sur lequel Ash se retourne. Elle se souvient l’avoir admirée de loin quand elle était plus jeune. Bien sûr ce n’était jamais allé plus loin — elle ne lui a même jamais parlé — et elle doute que ce soit un jour le cas, mais elle apprécie toujours les rares occasions qu’elle a de la croiser.

  Quelques minutes plus tard, elles sont arrivées à destination. À peine la porte est-elle ouverte qu’une voix retentit depuis la cuisine.

« Ashena, c’est toi ? Tu aurais pu nous prévenir que tu sortais, je me demandais où tu étais passée. »

  Une seconde plus tard, Rosalyne apparaît devant les deux jeunes filles. Son visage affiche une expression surprise pendant quelques instants, avant de se faire plus cordial.

« Oh mais tu as ramené une amie ! Bonsoir, je suis madame Duval. Mais vous pouvez m’appeler Rosalyne. Elle tend la main machinalement avant de réaliser que la demoiselle ne peut guère répondre à son geste. Et vous êtes bien encombrées dis-moi. Tu es encore passée chez monsieur Belronde ? Il fallait me dire, je t’aurais accompagnée. Vous voulez que je vous débarrasse ?
Ça ira, on va juste aller poser ça dans ma chambre.
Comme vous voulez. Ton amie restera dîner ? Je n’ai pas encore commencé à préparer, je peux facilement ajouter une ration.
Ah, euh… »

  À la vérité, c’est une possibilité qu’elle n’a même pas envisagée. Elle n’a rien contre bien sûr, mais elle ne voudrait pas qu’Alera se sente obligée — ses propres parents l’attendent sûrement pour le repas —, ni au contraire lui donner l’impression qu’elle n’est pas la bienvenue, aussi se contente-t-elle de tourner vers elle un regard interrogateur en haussant les épaules.

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Aucun lancer effectuéJe me suis permis d’avancer un peu rapidement mais n’hésite pas à me dire si tu préférerais que je coupe plus tôt pour qu’on développe plus sur le trajet !
Je suis : Alera Vaelken, cueilleuse, résidente de Lackness Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Cris Ortega, puzzle-art

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ Orpheline de base, ne reste que sa mère adoptive
→ La Louve est son surnom d'enfance à l'orphelinat, mais aussi le nom du vide qu'elle ressent constamment et qui la dévore
→ Cueilleuse itinérante
→ Don : Bond Spontané (capacité qui lui permet de s'évaporer et de s'éloigner d'une zone dangereuse sous le coup de l'émotion - essentiellement la peur. Peut être assimilée à de la téléportation)
Ma fiche de suivi
Ma présentation complète

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
328


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Lun 30 Juil - 7:43

25 Kallune 1093, rues de Lackness, Creu-Lac Information hors-RP :
Tu as bien fait ! J'ai fait un peu pareil ici, j'espère que ça ira, sinon MP moi et je changerai sans soucis ^^ (et remarque générale : je suis preneuse pour tout éventuel conseil afin de m'améliorer .o/)
Information lancers de dés : Aucun lancer effectué pour l'instant.


« Ashena Duval. Mes amis m’appellent Ash...

Un sourire amusé s'étira sur ses lèvres rosées. De son point de vue, prendre un surnom pour un prénom déjà pas bien long était bel et bien un signe de rébellion, pis encore, il sonnait bien plus neutre, pour ne pas dire masculin. Finalement, elle ne l'avait pas si mal cernée que cela mais, ne s'en vanta pas.

...Plus grande que toi, cheveux bruns-auburn assez courts, plutôt jolie, un peu garçon manqué ? Je vous ai déjà vues traîner ensemble. Ses parents ont une boutique pas très loin, non ? »

Alera stoppa net, étonnée par la description exacte qu'elle venait de faire de son amie Lore. Ainsi, la petite Ash' les connaissait également de vue. C'était un fait qu'elle jugeait plutôt cocasse compte tenu du monde incroyable qui peuplait la capitale et qui, pourtant, n'avait pas empêché les filles de se croiser et de se remarquer l'une les autres. Elle rattrapa son retard, et, pour toute réponse, Alera acquiesça en un hochement de tête. Cette information ne nécessitait pas plus de précisions.

Quelques ruelles plus tard, Ash' passa la porte de chez elle et, aussi curieuse que timide, la jeune rousse la suivit, s'assurant derrière elle qu'elle n'éprouve plus de difficultés à se mouvoir avec sa canne, surtout dans l'embrasure de la porte et avec tous ses paquets sous le bras.
Une voix retentit à leur arrivée, et Alera s'apprêtait à formuler les politesses d'usage.

« Oh mais tu as ramené une amie ! Bonsoir, je suis madame Duval. Mais vous pouvez m’appeler Rosalyne.

La jeune fille s'inclina modestement en avant, les joues rosies par la chaleur ambiante qui lui avait fouetté son visage glacé par le froid du dehors, et marmonna ce que la bienséance exigeait d'elle.

- Bonsoir, Alera Vaelken. Merci de m'accueillir en votre demeure.

L'échange mère-fille demeura obscur pour la jeune fille qui, déjà, observait le moindre recoin de la bâtisse. Ce n'était pas tous les jours qu'elle pénétrait le lieu d'habitation de personnes nouvellement rencontrées, et de plus, il lui avait semblé que cette conversation là ne la regardait pas du tout. Seuls quelques derniers mots retinrent son attention : "...restera dîner ?"

Comprenant bien vite qu'on parlait d'elle, elle se concentra à nouveau sur ses hôtes, et croisa le regard de Ash', interrogateur, qui lui demandait silencieusement si elle comptait rester - ce qui n'était pas prévu à la base -, ou si elle repartait une fois les premiers soins prodigués à sa coupure.

Alera hésita une fois encore. Elle avait déjà abusé par le choix de faire ce détour, et déjà retardé son retour à la maison. Pourtant, quelque chose en elle la poussait à retarder davantage encore, à profiter de ces nouveaux visages et surtout ... à envoyer un message clair à Ebelline. Ses mirettes papillonna entre Ash' et Rosalyne, qui attendaient toutes les deux une réponse. Arborant un sourire jovial dont elle avait le secret, elle opina du chef.

- Si je ne suis pas de trop, j'accepte volontiers !

Après quoi, Alera laissa Ash' la guider jusqu'à sa chambre, en priant pour qu'il n'y ait pas d'escaliers à franchir car elle avait peur de la voir tituber dans cet obstacle, et de la voir laisser, à nouveau, tomber toutes ses affaires...
Une fois la pièce franchie, elle balaya l'endroit de son regard curieux, quelque peu excitée par la nouveauté. Elle se débarrassa rapidement, sans attendre, et aida Ash' à faire de même.
Après quoi, elle trouva un coin de lit qui n'était pas occupé par les courses et s'y installa en attendant de la voir préparer bandages et lotions.
Je suis : Ashena Duval, soigneuse/Sang-Visage, résidente d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Ahua

État d'Advictâme :
État transcendant

Informations sur le personnage :
→ Soigneuse et assasin âgée de 23 ans, membre des Sang-Visage
→ 1m58 mais porte des talons pour se grandir, fine d’apparence mais plus musclée qu’elle n’y paraît
→ Originaire de Creux-Lac, habite actuellement à Albatra mais songe à rentrer chez elle
→ Souriante, serviable, presque toujours de bonne humeur
→ Souvent accompagnée d’une griffolette nommée Mélodie
→ Grande connaissance des plantes de leurs usages, que ce soit pour soigner ou tout le contraire…

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
132


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Lun 30 Juil - 13:00

Demeure Duval, Lackness, Duché de Creux-Lac — 25 Kallune 1093


  Alera hésite encore une fois à la nouvelle proposition qui lui est faite mais, comme précédemment, elle finit par accepter joyeusement. Au moins, se dit Ash, si elle se sentait obligée, elle y mettrait certainement moins d’entrain. La mère Duval hoche la tête avec satisfaction et réplique avec bienveillance.

« À la bonne heure ! J’espère que tu aimes les tomates farcies ? Après avoir laissé à l’invitée surprise le temps de répondre, elle ajoute : Bon je ne vous retiens pas plus longtemps et je vous laisse aller poser tout ça. Il y a le temps pour dîner, Hubert n’est pas encore rentré. »

  Ash, qui n’a pas attendu l’incitation de Rosalyne pour indiquer le chemin à Alera et se mettre elle-même en mouvement, hoche simplement la tête pour marquer qu’elle a bien entendu et pris note, avant de s’arrêter brièvement pour ajouter :

« Oh, tu pourras me faire chauffer de l’eau pour mon infusion ?

  La maîtresse de maison hoche simplement la tête avant de disparaître enfin dans la cuisine, tandis que la soigneuse s’est remise en route dès qu’elle a eu confirmation que sa requête a été entendue. Au bout du couloir, les deux jeunes filles entrent dans la chambre d’Ash, où cette dernière indique à Alera de simplement tout poser sur le lit — elle rangera plus tard, ce sera beaucoup plus simple avec les mains libres…

« Merci. Ne fais pas attention au désordre. »

  La chambre est en réalité plutôt bien rangée. Un petit lit — certes actuellement encombré, mais seulement par ce que les jeunes filles viennent d’y déposer — qui semble confortable, une table de chevet sur laquelle se trouvent une chandelle et quelques bibelots, une armoire dans un coin, et à l’opposé des étagères supportant divers pots et boîtes soigneusement étiquetés, des bandages roulés ou pliés, et quelques ustensiles. Les étagères sont loin d’être remplies, la soigneuse ayant emporté la majeure partie de son matériel lorsqu’elle est partie s’installer à Albatra pour poursuivre sa formation. Elle veille tout de même à conserver le strict minimum ici, au cas où, et parce qu’elle sait que certains voisins profitent de ses visites pour venir bénéficier de ses talents. Seul le bureau pourrait éventuellement justifier la remarque, plusieurs livres étant posés en vrac dessus, l’herboristerie côtoyant sans gêne l’anatomie.

  Après s’être débarrassée de son fardeau, avec l’aide précieuse d’Alera, et avoir posé négligemment son lourd manteau sur la chaise du bureau — non sans avoir fait signe à son invitée d’en faire de même — la soigneuse est allée farfouiller dans ses étagère puis est revenue s’installer sans manière sur le lit à côté de la jeune femme, ajoutant un petit pot et une bande de gaze à l’encombrement déjà présent.

« Fais-moi voir ta main. Elle attend patiemment que la concernée la lui tende pour la prendre entre les siennes et examiner délicatement la blessure. Même pour quelque chose d’aussi superficiel, elle n’en perd pas les bonnes habitudes acquises au cours de ses années de formation. C’est propre, c’est bien. Elle n’en saisit pas moins l’un des pots qu’elle a rapporté, d’une seule main car elle garde celle de sa patiente dans l’autre, et en extrait du bout des doigts une substance crémeuse à l’odeur agréablement fleurie. Malgré la simplicité de la tâche, elle affiche une mine concentrée. Avant de l’appliquer, elle précise : Ça ne devrait pas piquer. »

  Elle a cru noter que les patients se crispaient moins — et ressentaient moins la douleur — lorsqu’ils s’attendaient à en pas avoir mal. Bien sûr, ça ne marche pas à tous les coups, mais en l’occurrence elle n’a guère de doute : la crème est un antiseptique doux à base de plantes que même les enfants supportent sans broncher. Elle a des choses plus efficaces — et plus désagréables — bien sûr, mais en l’occurrence ça ne lui semble pas nécessaire : la coupure est propre et superficielle, elle connaît l’origine du verre qui en est à l’origine, elle n’a pas été salie… le risque est vraiment infime. La plupart des gens l’auraient simplement passée à l’eau, voire ne s’en seraient pas occupé le moins du monde, et s’en seraient portés tout aussi bien.

  Une fois la crème appliquée, elle enroule la bande de gaze autour de la main d’Alera, veillant à ne pas trop la serrée avant d’y faire un nœud. Enfin seulement elle daigne lâcher sa patiente.

« Bouge ta main pour voir si ça ne te gêne pas ? Elle observe attentivement alors que la jeune femme s’exécute, puis ajoute en souriant : Tu pourras le retirer demain matin, et tu devrais être comme neuve. La magie des plantes ! »

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Aucun lancer effectuéRien à signaler sur le hors-RP



Je suis : Alera Vaelken, cueilleuse, résidente de Lackness Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Cris Ortega, puzzle-art

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ Orpheline de base, ne reste que sa mère adoptive
→ La Louve est son surnom d'enfance à l'orphelinat, mais aussi le nom du vide qu'elle ressent constamment et qui la dévore
→ Cueilleuse itinérante
→ Don : Bond Spontané (capacité qui lui permet de s'évaporer et de s'éloigner d'une zone dangereuse sous le coup de l'émotion - essentiellement la peur. Peut être assimilée à de la téléportation)
Ma fiche de suivi
Ma présentation complète

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
328


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Lun 30 Juil - 18:14

25 Kallune 1093, Demeure Duval, Creux-Lac Information hors-RP :
Rien à signaler.
Information lancers de dés : Aucun lancer effectué pour l'instant.


Ne pas faire attention au désordre ... Mais quel désordre ?!

Contrairement à ce que Ash' avait laissé entendre, cette chambre était parfaitement bien agencée.
En attendant paisiblement que son hôtesse s'apprête, Alera l'observait attentivement. En réalité, elle venait seulement de comprendre, avec un peu de retard, que ce serait elle qui s'occuperait de sa coupure. Il était vrai qu'elle l'avait mentionné en l'invitant chez elle, mais elle avait cru qu'il ne s'agissait que d'une façon de parler, et qu'en réalité, ce serait plutôt sa mère qui se chargerait de tout. C'était une agréable surprise de voir encore une jeune personne capable de ses deux mains.

Dire qu'avec Ebelline, moins on en fait, mieux on se porte ...

Durant sa préparation, elle en profita pour zieuter le bureau, à l'évidence LA zone de travail d'Ashena. Elle pencha la tête pour tenter de voir de quoi parlaient les livres ouverts, mais déjà, la soigneuse revint s'asseoir près d'elle et lui demanda de lui tendre la main - ce qu'elle fit distraitement. De plus en plus fascinée par ses gestes, elle ne l'écoutait même pas faire quelques commentaires très sérieux sur l'état de sa minuscule plaie. De prime à bord, elle semble savoir ce qu'elle fait. Un pot fut ouvert, et une substance à l'odeur agréable fut étalée généreusement sur sa peau. Aucune douleur. C'est à peine si elle eut senti quelque chose. Dans le fond, est-ce que ça nécessitait vraiment de déranger des gens pour si peu ?

De ses deux mains expertes, et à une vitesse hallucinante, elle emballa sa main avec une telle facilité que c'en était déconcertant. Alera pouvait être simplette, parfois, mais pas idiote au point de ne pas voir qu'Ashena avait une habitude certaine à effectuer ces gestes. Amusée, elle se demanda rapidement si sa dextérité venait du fait qu'elle se blessait elle-même très souvent, au vu de ses propres pansements.

Peut-être une grande maladroite ...

Dans tous les cas, Alera se sentait bien dans cet endroit, et en particulier, en compagnie de son hôtesse tout juste plus jeune qu'elle. Il régnait une ambiance spéciale, qu'elle ne pouvait cependant définir. Peut-être la chaleur de l'habitation, peut-être tout simplement l'amabilité et les sourires furtifs d'Ash'. Elle n'en saurait jamais rien. Le silence régnait en maitre, à tel point qu'il était fort possible qu'on entende sa respiration, ou ses battements de coeur qui tambourinait dans sa poitrine sous l'excitation de la nouveauté.

« Bouge ta main pour voir si ça ne te gêne pas ? Tu pourras le retirer demain matin, et tu devrais être comme neuve. La magie des plantes ! »

Après avoir fait non de la tête, la rouquine prit un faciès perplexe. Les plantes ? Soudain, sa main emballée fut vue d'un autre oeil. Ainsi, c'était ça, l'odeur si douce qui avait chatouillé ses narines, un peu plus tôt ?

Tout devint clair l'espace d'un instant. Bien entendu, plus jeune et en vadrouille avec Lore, elle avait découvert bien des choses - il ne fallait pas compter sur Ebelline pour lui enseigner quoi que ce soit. En observant le boulanger des heures durant, elle connaissait les ingrédients d'un pain. En harcelant le cordonnier, elle connaissait la quantité exact de cuir qu'il fallait pour obtenir une paire de bottes. Mais s'il y avait bien un métier qui ne l'avait jamais rendue curieuse, c'était l'apothicairerie. Elle s'était toujours tenue à distance de ces échoppes-là au vu des odeurs âcres, parfois, qui s'en dégageaient. De plus, Lore lui avait toujours dit que ces remèdes de grand-mère nécessitaient des ingrédients qu'elle ne voulait pas connaitre. Et tout bonnement, elle l'avait crue.

Passé le premier moment d'étonnement, elle retrouva un peu de superbe pour poser l'une ou l'autre question, sur un ton qu'elle se voulait approprié pour une conversation posée, malgré la multitude d'interrogations qu'elle mourait d'envie de lui lancer au visage, telle une salve de crachats de grenouilles du Marvier.

Tu en fais quoi des fleurs ? Et on peut tout faire avec ? Y'a combien de variétés ? On n'utilise que ça dans les lotions médicinales ? Et on peut faire du poison avec ? Tu les étudies ? Tu vas devenir apothicaire ? Soigneuse ? Chercheuse ? Herboriste ? Tu les as trouvés où ces livres ? Y'a une bibliothèque à Lackness ? J'irai bien faire un tour ! Et puis ... qui les ramassent, ces fleurs ?

- Des plantes, hein. Hm. Intéressant. Tu les étudies ? questionna-t-elle, faisant le lien avec les ouvrages qu'elle avait aperçus sur le bureau.

A peine les mots avaient-ils passé ses lèvres qu'elle ne se reconnu en rien. Sa voix était faussement calme, presque trop désintéressée alors qu'intérieurement, c'était tout l'inverse. Oui mais, si elle laissait son naturel l'assaillir de plein fouet, la pauvre ne risquerait pas de la saluer en rue, la prochaine fois qu'elles se croiseraient ...

Refusant cette possibilité, elle se rattrapa.

- Je veux dire, ça semble passionnant comme sujet, et je ne m'y suis jamais intéressée auparavant, confia-t-elle, désolée tout en se massant la nuque de sa main non-emballée. Et puis, il faut dire qu'ici, ce n'est pas notre sujet de préoccupation principal ... L'éducation.
Je suis : Ashena Duval, soigneuse/Sang-Visage, résidente d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Ahua

État d'Advictâme :
État transcendant

Informations sur le personnage :
→ Soigneuse et assasin âgée de 23 ans, membre des Sang-Visage
→ 1m58 mais porte des talons pour se grandir, fine d’apparence mais plus musclée qu’elle n’y paraît
→ Originaire de Creux-Lac, habite actuellement à Albatra mais songe à rentrer chez elle
→ Souriante, serviable, presque toujours de bonne humeur
→ Souvent accompagnée d’une griffolette nommée Mélodie
→ Grande connaissance des plantes de leurs usages, que ce soit pour soigner ou tout le contraire…

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
132


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Mar 31 Juil - 14:43

Demeure Duval, Lackness, Duché de Creux-Lac — 25 Kallune 1093


  Apparemment le bandage ne semble pas gêner Alera dans ses mouvements, ce qu’elle confirme d’un geste de la tête. Très bien. Quand la soigneuse mentionne les plantes, la mimique perplexe d’Alera est du plus cocasse. Manifestement elle ne s’est jamais demandé comment sont faits les onguents et autres cataplasmes… Amusée, Ash lui laisse le temps de la réflexion et se contente de sourire en silence, attendant patiemment que le cheminement se fasse de lui-même.

  Pensant s’être fait une plutôt bonne idée de la personnalité de son invitée, elle s’attend à faire face à un assaut de questions survoltées, mais quand Alera reprend la parole c’est d’un ton détaché, presque avec désintérêt, qui contraste fortement avec les expressions qu’elle affichait quelques instants plus tôt. Soit la Sang-Visage s’est entièrement trompée sur son compte — ce qui, après tout, peut lui arriver, même si ça l’étonnerait fort en l’occurrence — soit elle se contient pour une raison ou pour une autre… Intriguant. Sa curiosité est piquée, pourtant son expression ne change pas d’un cil, et c’est d’un ton parfaitement naturel qu’elle répond à la question.

« Entre autres. Pas de façon aussi poussée que ne le ferait un herboriste par exemple, mais j’essaie d’avoir des bases solides disons. »

  Difficile de dire si elle reste évasive en réponse au désintérêt apparent de son interlocutrice pour ne pas l’accabler d’informations dont elle se fiche, au contraire pour l’inciter à poser davantage de questions, ou tout simplement par jeu.

  La dernière remarque d’Alera lui tire un hochement de tête d’acquiescement. *C’est pour ça que je suis partie étudier à Albatra.* La remarque est purement mentale, mais repenser à la capitale Marloise ramène immanquablement à sa mémoire les événements qui l’ont fait revenir. Très brièvement, le masque se craquèle et une ombre passe dans son regard. Quand elle réplique, une note d’amertume se dissimule sous son ton enjoué et le sourire qu’elle affiche.

« C’est peut-être parce qu’ici on s’est rendu compte qu’il y avait des choses plus importantes… »

  Le cours de ses pensées est opportunément interrompu par quelques coups légers sur la porte de la chambre, précédant de peu l’entrée de madame Duval apportant du bout des doigts une tasse remplie d’eau fumante.

« Tiens, pour ton infusion.
Ah oui, merci. »

Une fois la matriarche repartie et la porte refermée, la soigneuse fouille dans son étagère et en extirpe un sachet de poudre, dont elle verse une petite quantité dans sa tasse. Ce faisant, elle ne manque pas de lancer des regards et des sourires vers Alera pour l’inviter à répondre ou à reprendre la parole si elle le souhaite ; elle est tout à fait capable de discuter tout en préparant une infusion.

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Aucun lancer effectuéRien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Alera Vaelken, cueilleuse, résidente de Lackness Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Cris Ortega, puzzle-art

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ Orpheline de base, ne reste que sa mère adoptive
→ La Louve est son surnom d'enfance à l'orphelinat, mais aussi le nom du vide qu'elle ressent constamment et qui la dévore
→ Cueilleuse itinérante
→ Don : Bond Spontané (capacité qui lui permet de s'évaporer et de s'éloigner d'une zone dangereuse sous le coup de l'émotion - essentiellement la peur. Peut être assimilée à de la téléportation)
Ma fiche de suivi
Ma présentation complète

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
328


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Mar 31 Juil - 17:47

25 Kallune 1093, Demeure Duval, Creux-Lac Information hors-RP :
Rien à signaler.
Information lancers de dés : Aucun lancer effectué pour l'instant.


« C’est peut-être parce qu’ici on s’est rendu compte qu’il y avait des choses plus importantes… »

Ashena lui avait répondu précédemment sans plus de détails. Il était bien venu à l'idée de la rouquine qu'à une question limitée, son interlocutrice se serait montrée plus bavarde, mais apparemment, c'était manqué, même si cela n'avait jamais été son intention.

Quoi que ...

En revanche, la dernière réflexion prononcée suscita l'étonnement chez Alera. Plus important que l'éducation ? Ici, à Lackness ?

- Oui, boire et faire la fête, marmonna-t-elle dans ses dents.

Mais sur ce point, la jeune Vaelken était peut-être un peu trop sévère car, en définitive, elle aimait cette ville où il ne se passait jamais rien de mauvais. Ou presque. La fête du lac en automne était le parfait exemple de la vie particulièrement animée de la capitale, avec ses jeux, ses concours de boisson et les étrangers qui arrivent de toutes parts pour festoyer avec les lacquois. D'ailleurs, maintenant qu'elle y pensait, elle avait adoré les décorations bleutées de la fête du lac de cette année : une pure merveille. Et puis, les gens étaient accueillants. Festifs. Généreux, la plupart du temps. Et il fallait reconnaitre qu'il n'y avait pas de quoi s'ennuyer. Si on aimait le poisson.

Rosalyne interrompit leur conversation pour apporter la tasse d'eau chaude demandée et disparut presque aussitôt. Ashena en profita pour préparer son infusion tout en demeurant accessible pour toute future interrogation.

Alera fit semblant de réfléchir - mais pas trop - car il était évident qu'elle avait déjà la question suivante qui n'avait qu'une hâte : être formulée.

- Que feras-tu après avoir étudié tout ça ? Tu te destines sans doute aux soins ... , ajouta-t-elle en soulevant et mettant en avant sa main coupée. Tu es bien partie, hé hé. Il doit y avoir énormément de plantes dans la nature ... et tu les as vraiment toutes étudiées ? Je suis impressionnée ! Et euhm, par exemple, pour faire une potion pour faciliter la digestion ... il te faudrait quoi comme plante exactement ?

Soudain, Alera se figa, portant ses mains à sa bouche. Elle avait recommencé ... Sans s'en rendre compte, elle avait laissé filer tout le flot incommensurable de ses pensées sans donner l'occasion de répondre à la malheureuse Ashena qui patientait avant de boire son breuvage.

Chassez le naturel .... Tu es incorrigible, Alera !

- Ex...excuse-moi, bafouilla-t-elle, je me suis emballée, on dirait. Je t'en prie, prends le temps de répondre, je me calme.

La rouquine ne savait plus où se mettre. D'ordinaire, son naturel énergique était pénible pour les autres. Amusant dans un premier temps, puis rapidement agaçant. C'était l'unique raison qui l'obligeait, la plupart du temps, à se temporiser.
Je suis : Ashena Duval, soigneuse/Sang-Visage, résidente d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Ahua

État d'Advictâme :
État transcendant

Informations sur le personnage :
→ Soigneuse et assasin âgée de 23 ans, membre des Sang-Visage
→ 1m58 mais porte des talons pour se grandir, fine d’apparence mais plus musclée qu’elle n’y paraît
→ Originaire de Creux-Lac, habite actuellement à Albatra mais songe à rentrer chez elle
→ Souriante, serviable, presque toujours de bonne humeur
→ Souvent accompagnée d’une griffolette nommée Mélodie
→ Grande connaissance des plantes de leurs usages, que ce soit pour soigner ou tout le contraire…

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
132


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Mar 31 Juil - 19:50

Demeure Duval, Lackness, Duché de Creux-Lac — 25 Kallune 1093


  La réplique d’Alera, tout juste marmonnée, tire un sourire en coin à Ash. Un sourire teinté d’ironie, presque amer, qui contraste avec le sourire jovial qu’elle affiche d’ordinaire, et qui paraît presque déplacé sur son visage. Elle ne répond qu’à mi-voix, presque pour elle-même.

« L’acceptation sans condition, le soutien, le partage… »

  Tant de choses qui lui semblaient tout bonnement naturel, tant elle a grandi dedans, avant de partir pour Albatra et de découvrir que ce qu’elle tenait pour des évidences ne l’est pas pour tout le monde. Que ce qu’elle est, qui ici n’a jamais éveillé plus qu’un haussement de sourcil et n’a même pas été source de question pour elle, peut être vu comme honteux, dégradant, sale… À effacer à tout prix…

  Ce n’est pas vraiment un sujet auquel elle a envie de penser pour l’instant, et heureusement il est écourté par le bref passage de Rosalyne. L’invitation tacite de la soigneuse semble être perçue car, après une courte réflexion, les questions finissent enfin par fuser comme elle s’y attendait un peu plus tôt. Son sourire amusé, plus doux, lui revient, et s’élargit devant le geste de son invitée cherchant à se faire taire. Elle laisse échapper un petit rire face à ses excuses, qu’elle balaye d’un revers de la main.

« Il n’y a pas de mal. »

  Sa décoction préparée, elle pose la tasse sur le bureau pour la laisser infuser et s’assoit sur la chaise, à l’envers, appuyant ses bras sur le dossier pour regarder Alera tandis qu’elle se repasse mentalement ses questions une à une pour y répondre. Heureusement qu’elle a bonne mémoire — l’un des nombreux aspects que Croc d’Acier lui a fait travailler…

« Je suis soigneuse oui. J’ai déjà suivi un apprentissage ici, mais j’ai voulu aller étudier à Albatra pour approfondir mes connaissances théoriques, notamment en ce qui concerne les plantes et leurs différents usages. Mais je ne les connais pas toutes non, il y en a beaucoup trop ! Un petit l’interrompt, puis elle reprend : D’ailleurs on découvre de nouvelles plantes, ou de nouvelles utilisations de plantes déjà connues tous les jours, c’est vraiment fascinant ! »

  Elle marque une pause, assez courte, pour repasser mentalement ce qu’elle a appris et répondre à la question d’Alera.

« Hmmm… Je dirais chardon-marie, angélique et sauge. Même si une soupe d’artichaut, fenouil et radis noir sera presque aussi efficace, et aura meilleur goût, mais ça impressionne moins les clients ! Un petit clin d’œil, tandis qu’elle ajoute : C’est toujours plus efficace quand le patient est convaincu de l’efficacité du remède, alors parfois il vaut mieux lui donner ce à quoi il s’attend plutôt qu’une réponse plus facile… »

  Elle attrape sa tasse pour boire, prudemment, une gorgée de son infusion, avant de ramener son attention sur son invitée.

« Et toi, tu sais déjà ce que tu veux faire ? Après une pause, elle ajoute un peu tardivement, avec un sourire bienveillant : Tu peux me poser d’autres questions si tu veux, ça ne m’embête pas du tout. »

  La dernière remarque est à la fois une invitation et une manière de rassurer la jeune femme, qu’une porte de sortie potentielle si jamais elle préfère éviter de parler d’elle-même.

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Aucun lancer effectuéRien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Alera Vaelken, cueilleuse, résidente de Lackness Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Cris Ortega, puzzle-art

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ Orpheline de base, ne reste que sa mère adoptive
→ La Louve est son surnom d'enfance à l'orphelinat, mais aussi le nom du vide qu'elle ressent constamment et qui la dévore
→ Cueilleuse itinérante
→ Don : Bond Spontané (capacité qui lui permet de s'évaporer et de s'éloigner d'une zone dangereuse sous le coup de l'émotion - essentiellement la peur. Peut être assimilée à de la téléportation)
Ma fiche de suivi
Ma présentation complète

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
328


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Mer 1 Aoû - 9:11

25 Kallune 1093, Demeure Duval, Creux-Lac Information hors-RP :
Rien à signaler.
Information lancers de dés : Aucun lancer effectué pour l'instant.


Posée nonchalamment sur sa chaise - et de manière peu orthodoxe pour une demoiselle - Ashena lui répondit dans l'exact ordre des questions précédemment énumérées, suscitant l'étonnement, puis l'admiration d'Alera. Elle s'était attendue, presque, à devoir se répéter tant son débit de parole avait été rapide. Souriant joyeusement, elle comprit qu'Ashena avait absorbé toutes ces informations comme le papier buvait l'eau, et n'en demeurait pas moins curieuse.

C'était le propre de la curiosité, toute réponse donnée à une question, en suscitait malheureusement d'autres ... souvent au grand dam de ses interlocuteurs, très vite fatigués par son intérêt vif et enfantin.

Albatra. Elle n'en avait entendu parlé que de par les bouches des touristes marlois venus à Lackness pour se détendre, ou encore pour la fête du lac. Et de ce qu'elle en savait, elle était la capitale du savoir. Cela faisait bien loin pour étudier quelques herbes, mais après tout, si tout ce qu'il y avait à en savoir se trouvait dans le Marvier, alors cela valait le déplacement.

Enfin ... pas pour moi ... Ebelline ne me laissera JAMAIS aller jusque là-bas, tu rêves ma p'tite ...

De ce qu'elle comprenait du récit d'Ashena, se spécialiser dans les plantes était presque un métier d'avenir, car si à chaque nouvelle herbe découverte, il y avait une utilisation à en faire à de justes fins, alors, de nouveaux remèdes seraient créés pour à peu près tous les maux. Et bien plus encore ! Il devait bien y en avoir qui se destinaient à autre chose qu'à la médecine ...
Hochant rapidement sa petite caboche, Alera était tout à fait d'accord avec elle : c'est vraiment fascinant !

Après quelques instants de réflexion, Ash' prit le temps de lui répondre sur les compositions de la décoction de digestion, dont elle n'écouta rien. Tous ces termes ne lui disaient rien, et puis, elle avait posé cette question bien plus à elle-même qu'à son interlocutrice. Et surtout ! D'autres interrogations affluaient en masse dans son esprit qu'elle se laissa submerger. Les unes après les autres, elles arrivaient sur le devant de la scène, à danser et à attirer l'attention d'Alera sur elles. Un vrai chaos ! Seule l'invitation de la jeune soigneuse mit fin à ce brouhaha mental.

« Et toi, tu sais déjà ce que tu veux faire ?

Han ! La question piège ...

Ce n'était pas tant qu'elle était indiscrète, mais elle touchait un point si sensible que toute sa bonne humeur s'effaça aussitôt. Si elle devait être franche, évidemment qu'elle savait ce qu'elle voulait faire ! Suivre les traces de son père d'adoption. La Garde de Saphir. Depuis toute petite, ses jeunes yeux s'émerveillaient devant cette pierre scintillante bleutée et cette gravure des trois duchés sur le plastron de l'armure de son tuteur. Et puis, quelle allure il avait, paré de la sorte, et sublimé par cette magnifique cape bleue aux trois lignes blanches ! Autrefois, ses nuits de sommeil étaient repoussées par des jeux d'enfants sous les couvertures, où elle brandissait une épée factice en bois achetée sur le marché de Lackness. Que d'aventures elle vivait ces soirs-là, à sautiller sur son lit et à attacher la taie de son oreiller autour du cou, l'imaginant cape qu'elle faisait voltiger de sa démarche assurée. Oui, c'était son rêve que de faire partie de cet ordre qu'elle admirait tant. Rêve qui s'était brisé en milles morceaux à la mort récent du patriarche, et au refus catégorique d'Ebelline pour qu'elle suive ses traces.

- Non, pas vraiment, répondit-elle tristement.

Confesser son rêve à, somme toute, une enfant qu'elle connaissait encore bien mal pour l'instant était prématuré, et à son sens, trop douloureux, car si elle était parvenue à se faire à la perte de son père, elle était encore en plein processus de deuil en ce qui concernait ses ambitions futures.

L'embarras l'emporta ensuite. A son âge, il était presque inconcevable qu'elle ne sache pas quoi faire de sa vie, et pouvait donner l'impression à ceux qui l'écoutait qu'elle n'avait pour d'autres envies que de ne rien faire de ses journées, à profiter du salaire de veuvage d'Ebelline. Elle savait qu'elle devrait rebondir, trouver un métier qui lui corresponde, mais force était de constater que rien ne l'enjouait autant que de parcourir le monde à la recherche de criminels, ou d'aider à rendre les Trois-Lieux plus sûrs.
Sentant le feu lui venir aux joues, et le regard insistant d'Ashena sur elle, elle se lança dans la contemplation insistante de ses chaussures et bredouilla quelques mots d'excuses.

- Disons que je cherche toujours ma voie ... - ce qui en soit, était vrai, même si elle n'était pas pressée de trouver.

« Tu peux me poser d’autres questions si tu veux, ça ne m’embête pas du tout. », coupa la soigneuse.

Alera leva subitement les yeux vers Ash', avec de la brume dans le regard sous l'émotion de cette invitation plus que bienvenue. Avait-elle senti qu'il s'agissait d'un sujet épineux ou avait-elle compris, à tort, qu'elle refusait de se livrer ? Difficile de savoir.
La jeune Vaelken se ressaisit, inspirant profondément pour chasser toute faiblesse du coeur, et parla plus librement.

- Rien ne me ferait plus plaisir que de te parler de moi, Ashena. Ou Ash' ? - cette dernière réflexion avait été dite sur un ton hésitant, demandant l'autorisation de se montrer plus familière -, Mais j'ai peur ne pas être très intéressante. Tout du moins, pas autant que ces fantastiques fleurs qui résolvent tous les maux ! ajouta-t-elle, son énergie et son entrain retrouvés. D'ailleurs, avant de les étudier de plus près, il faut bien les trouver et les ramasser, j'imagine. Ce sont les herboristes qui s'en occupent ? Ca doit être revigorant comme métier, quand on y pense : une moitié de l'année à tout apprendre des herbes et les revendre, et l'autre moitié à parcourir le pays, à voir du paysage, et en quelques sortes ... vivre des aventures, non ?

Si elle possédait quelque don pour le commerce, peut-être aurait-elle pu s'orienter dans cette voie. C'était peut-être moins élégant que Garde de Saphir, mais ça promettait d'être palpitant tout de même ...
Je suis : Ashena Duval, soigneuse/Sang-Visage, résidente d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Ahua

État d'Advictâme :
État transcendant

Informations sur le personnage :
→ Soigneuse et assasin âgée de 23 ans, membre des Sang-Visage
→ 1m58 mais porte des talons pour se grandir, fine d’apparence mais plus musclée qu’elle n’y paraît
→ Originaire de Creux-Lac, habite actuellement à Albatra mais songe à rentrer chez elle
→ Souriante, serviable, presque toujours de bonne humeur
→ Souvent accompagnée d’une griffolette nommée Mélodie
→ Grande connaissance des plantes de leurs usages, que ce soit pour soigner ou tout le contraire…

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
132


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Jeu 2 Aoû - 12:01

Demeure Duval, Lackness, Duché de Creux-Lac — 25 Kallune 1093


  À la question d’Ash, la bonne humeur d’Alera disparaît brusquement, comme une bougie qu’on viendrait de souffler. Manifestement, la soigneuse a involontairement touché un point sensible. Devant les réponses plus qu’évasives de son invitée, la jeune fille présume que son invitée préfère éviter le sujet et, sans vraiment y penser, lui propose une possibilité de changer de sujet l’air de rien.

  Le regard humide de gratitude qu’elle lui adresse est des plus éloquents, pourtant elle décide de ne pas saisir l’occasion. Si Ashena est surprise elle n’en montre rien, se contentant de sourire avec bienveillance, et de hocher la tête en signe d’assentiment en réponse à la question laissée flottante par l’utilisation de son diminutif. Elle écoute avec attention et intérêt, affichant toujours son air bienveillant, amusée par la vitesse à laquelle Alera retrouve son entrain. Elle laisse échapper un petit rire avant de répondre :

« Si on aime ce genre de vie, oui, j’imagine. Elle-même n’a jamais cette envie d’aventure, peut-être parce que la partie la plus secrète de sa vie pourrait déjà être considérée comme en étant une — bien qu’elle ne le voie pas de cette manière-là. Elle ne marque qu’une très légère pause avant de préciser : Certains herboristes procèdent de cette façon, mais d’autres aiment autant s’éviter d’avoir à aller crapahuter à Kamaâl-Vauvert et engagent quelqu’un juste pour ça. Pas que des herboristes d’ailleurs, des apothicaires aussi, et même des soigneurs directement, quand on veut faire nos mélanges nous-mêmes. Et sûrement d’autres métiers que je connais moins, comme les teintures et tout ça… »

  Même si elle s’intéresse pour sa part qu’à un type d’utilisation — d’aucuns diraient deux, mais ce sont pour elle deux faces d’une même pièce — elle a eu l’occasion au cours de ses études d’en survoler d’autres, mais à cet instant il n’y a que la teinturerie qui lui revient. Enfin peu importe, ça n’a pas grande importance en l’occurrence. Alera, en revanche, semble tout à fait passionnée par la conversation, à croire qu’elle a entièrement oublié sa tristesse et sa gêne de quelques instants plus tôt. Ce qui donne une idée à la soigneuse.

« De ce que j’ai cru comprendre ce n’est pas un métier qui demande tellement de formation, ça s’apprend surtout sur le tas. Je connais un peu une cueilleuse qui travaille souvent pour l’apothicaire de la rue des moineaux, et à qui j’ai déjà demandé des services quelques fois… Je peux te donner son adresse si tu veux, je suis sûre qu’elle sera ravie de te parler plus en détails de son métier. Enfin si ça t’intéresse. »

  Après tout, rencontrer quelqu’un et lui poser des questions n’engage à rien, et Alera semble si intéressée, et avait l’air si mal à l’aise de ne pas encore avoir trouvé sa voie un peu plus tôt… Peut-être que ça pourrait lui donner des idées.

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Aucun lancer effectuéPardon j’ai eu un peu de mal avec cette réponse, j’espère que ça t’ira quand même !



Je suis : Alera Vaelken, cueilleuse, résidente de Lackness Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Cris Ortega, puzzle-art

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
→ Orpheline de base, ne reste que sa mère adoptive
→ La Louve est son surnom d'enfance à l'orphelinat, mais aussi le nom du vide qu'elle ressent constamment et qui la dévore
→ Cueilleuse itinérante
→ Don : Bond Spontané (capacité qui lui permet de s'évaporer et de s'éloigner d'une zone dangereuse sous le coup de l'émotion - essentiellement la peur. Peut être assimilée à de la téléportation)
Ma fiche de suivi
Ma présentation complète

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
➔Passage à la Transcendance : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
328


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Sam 4 Aoû - 8:38

25 Kallune 1093, Demeure Duval, Creux-Lac Information hors-RP :
Rien à signaler.
Information lancers de dés : Aucun lancer effectué pour l'instant.


Alera sautilla rapidement, tout sourire, lorsque Ashena acquiesça à la demande à peine voilée de l'utilisation de son surnom. Peut-être s'aventurait-elle trop vite si elle s'autorisait à la proclamer son amie, mais dans tous les cas, étaient-elles sur la bonne voie.

Ashena rit aux réflexions de la jeune Vaelken, qui haussa un sourcil, rapidement interdite et curieuse de savoir ce qu'elle avait dit de mal, ou d'erroné.

« Si on aime ce genre de vie, oui, j’imagine.

Cette toute petite phrase eut le don d'éveiller quelque chose en la rouquine qui ne manqua pas de le cacher. Comment pouvait-on ne pas aimer crapahuter dans les bois et parcourir du pays pour une noble cause ? Et puis, qu'y avait-il d'autre à faire à part à Creux-Lac, prendre part aux marchés, aux fêtes diverses, aux beuveries, aux spectacles ? Ce n'était ni le Marvier ni le Gravorn, ici. Les Lacquois ne pouvaient prétendre à une carrière prestigieuse, en dehors de la Garde de Saphir. Et encore une fois, c'était une porte qui s'était violemment refermée sur elle, se devait-elle s'y resonger.

Alera écoutait toujours les explications de Ash' et avait dressé une oreille attentive en découvrant qu'en réalité, ce qu'elle considérait comme le plus amusant, était relégué à d'autres personnes qui, visiblement, ne méritaient même pas un titre pour cela. Pourtant, ils étaient amenés à côtoyer du monde, et de nombreux professionnels de la science, de la médecine et de l'artisanat.

Puis enfin, un mot prit tout son sens. Cueilleuse. Alors, il s'agissait vraiment d'une activité à part entière ? Des gens partaient le matin cueillir des herbes, des fleurs, des plantes de toutes sortes pour revenir le soir ? Sans doute était-ce une excellente alternative à la pourchasse des criminels dans les Trois-Lieux ... et quand Ash' mentionne une de celle avec qui elle a déjà collaboré par le passé, l'invitant à prendre contact avec elle pour de plus amples informations, la jeune femme trépigne d'impatience. Probablement était-ce la meilleure nouvelle qu'elle avait entendue de la semaine, peut-être même, depuis le décès de son père, en définitive.

Attrapant les mains de Ash' et les enfermant dans les siennes, elle se mit à les secouer joyeusement.

- Et comment que ça m'intéresse ! exulta-t-elle, presque.

Et elle ne feignait pas. Ash' venait probablement de lui ouvrir tout un monde, duquel elle ignorait encore tout, mais qui somme toute pouvait se dévoiler comme un avenir potentiel. Si Alera devenait cueilleuse ... si elle s'en donnait les moyens ... alors, la vie à Lackness serait probablement terminée. Au revoir Ebelline et son amour devenu étouffant, et bonjour les grands chemins à parcourir. Peut-être irait-elle voir et découvrir les hauts lieux des duchés de Marvier, ou même du Gravorn ! Y rencontrer d'autres gens, et vérifier qu'ils sont aussi sympathiques et amicaux que les Lacquois !

Ses yeux brillaient, non, étincelaient plutôt, devant ses images, cet avenir qui pouvait se concrétiser. Et elle ne cacha pas sa joie.

- Tu m'imagines ? Moi, cueilleuse ? Je verrai autre chose que ces terres tranquilles ! Je passerai derrière les Alles, je retournerai voir près de l'Arche. Ou mieux ! Peut-être pourrai-je un jour proche - je l'espère - te rendre visite à Albatra ?

Ses yeux s'écarquillèrent soudainement, sous l'impact d'une nouvelle idée qui s'était imposée à son esprit comme une évidence. Se redressant et se levant si vite qu'on aurait pu croire qu'un insecte lui avait piqué les fesses, elle se planta devant Ash', un sourire nettement plus mystérieux sur les lèvres, et le regard à la fois brillant et déterminé.

- Je pourrais même travailler pour toi ! suggéra-t-elle avec un entrain démesuré qu'elle ne prit même pas la peine de calmer. Pas même besoin de me payer ni quoi que ce soit, du moment que cela me permet de rester en contact avec toi, lança-t-elle vivement en secouant des mains, toutes paumes pointées vers Ash'. Je suis certaine que tu pourras me présenter tes amis, ou même me faire le tour du propriétaire de l'endroit où tu étudies ! Enfin ... - elle se rassit soudainement - si je ne m'emballe pas trop vite et si je ne suis pas en train de t'effrayer.

Peut-être Alera avait sous-estimé son désir de quitter Lackness car, sans s'en rendre compte, elle avait tenu des propos hors de ses propres pensées. Ou plus exactement, elle avait prononcé tout haut le fil de ses réflexions sans le moindre filtre. Et peut-être, aussi, avait-elle également sous-estimé son désir de fuir à tout prix ce qui restait de sa famille.
En y songeant bien, elle n'éprouvait pas l'ombre d'un remords, et pourtant, elle aurait du. Ebelline n'était pas une si mauvaise femme, que du contraire. Mais depuis son récent veuvage, elle était devenue imbuvable.

Retrouvant un calme aussi rapidement qu'elle l'avait perdu, elle se rappela de la présence de Ash', et surtout, de sa vie en dehors de Lackness. Sans doute se serait-elle trompée, mais quelques fois, elle avait cru déceler l'exact opposé d'Alera : là où elle ferait tout pour changer de vie et voir du pays, Ash' montrait les signes de retrouver la vie paisible du Creux-Lac.
Reprenant un ton conversationnel, elle se risqua à le lui demander.

- C'est comment la vie à Albatra ? Tu t'y plais ? interrogea-t-elle. Le vieux Giraut dit toujours que les habitants ont la réputation d'apprécier s'asseoir sur des balais, ou quelque chose comme ça - je ne suis pas toujours ses allusions étranges ...
Je suis : Ashena Duval, soigneuse/Sang-Visage, résidente d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Ahua

État d'Advictâme :
État transcendant

Informations sur le personnage :
→ Soigneuse et assasin âgée de 23 ans, membre des Sang-Visage
→ 1m58 mais porte des talons pour se grandir, fine d’apparence mais plus musclée qu’elle n’y paraît
→ Originaire de Creux-Lac, habite actuellement à Albatra mais songe à rentrer chez elle
→ Souriante, serviable, presque toujours de bonne humeur
→ Souvent accompagnée d’une griffolette nommée Mélodie
→ Grande connaissance des plantes de leurs usages, que ce soit pour soigner ou tout le contraire…

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 6 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
132


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   Sam 4 Aoû - 14:19

Demeure Duval, Lackness, Duché de Creux-Lac — 25 Kallune 1093


  Alera est de toute évidence fascinée par ce qu’est en train de lui raconter Ash, et l’écoute avec une attention grandissante. Son regard s’illumine à la mention de la cueilleuse comme s’il s’agissait d’une révélation divine. Il semble que la jeune fille ait bien fait d’aborder le sujet… comme en témoigne la réaction de son interlocutrice, et le flot de paroles qui s’en suit.

  Une ombre passe dans le regarde de la soigneuse quand son interlocutrice évoque son lieu d’étude et la possibilité de venir l’y voir et d’y rencontrer ses amis, même si elle n’affiche aucune autre réaction à ces paroles. Des amis, il ne lui en reste pas tellement à présenter, après la débâcle qui l’a ramenée ici — et il lui en resterait encore moins s’ils connaissaient toute l’histoire, bien sûr, mais étrangement cette idée la dérange beaucoup moins. Malgré ces sombres pensées, c’est avec enthousiasme et bienveillance qu’elle répond aux inquiétudes d’Alera.

« Tu n’es pas du tout en train de m’effrayer, au contraire ça me ferait très plaisir ! Par contre hors de question de ne pas te payer si je te fais travailler ! Je veux bien qu’on garde contact pour le plaisir de ta compagnie, mais pas pour t’exploiter. » Elle ponctue sa tirade d’un petit clin d’œil pour bien montrer qu’il ne s’agit pas d’une réprimande, même si elle a bien l’intention de s’y tenir si jamais ces projets devaient se réaliser.

  Quand la jeune femme l’interroge directement sur sa vie à Albatra, le visage d’Ash s’assombrit. Elle a d’ordinaire une excellente maîtrise de ses émotions, une disposition naturelle que Croc d’Acier a soigneusement veillé à développer au cours de son entraînement, mais face à cette histoire elle se sent comme la plus émotive des adolescentes de roman, et ne parvient pour une fois même pas à les empêcher d’apparaître sur son visage comme un livre ouvert.

  Malgré tout, elle laisse échapper un petit gloussement en entendant la formulation du vieux Giraut, et l’ombre de son sourire se glisse au bout de ses lèvres, car elle comprend très bien, elle, l’allusion en question. Il faut dire que les patients qu’elle soigne n’ont pas tous le langage le plus châtié, et qu’elle a eu l’occasion de découvrir des expressions on ne peut plus imagées — bien qu’elle évite généralement de les utiliser depuis que son mentor a manifesté sa désapprobation à ce sujet.

« Il veut dire qu’ils sont coincés, traduit-elle gentiment. Et il n’a pas tort. Elle marque une légère pause, le temps de rassembler ses idées pour tenter de répondre à la question d’Alera. C’est… différent. Il y a des choses fascinantes. Leurs bibliothèques sont incroyables ! La première fois que j’y suis entrée, je crois que j’ai vu plus de livres qu’au cours de toute ma vie avant ça… Et c’était même pas la plus grande de la ville ! Il y a des livres sur tous les sujets, même les plus improbables. Pour les gens qui cherchent à apprendre, c’est vraiment l’endroit parfait. Les érudits là-bas ont des connaissances impressionnantes sur leurs sujets et sont généralement ravis de les partager, tout le monde sait lire et peut se renseigner tout seul en cherchant dans les livres. Mais ils ont aussi très conscience de ça et ça a tendance à les rendre assez… orgueilleux. Enfin ils ne sont pas tous comme ça bien sûr, mais j’en ai croisé beaucoup qui ont l’air de considérer qu’il n’y a que des ignorants illettrés dans les autres duchés. Si tu avais vu le nombre de gens qui se sont étonnés que j’aie su lire et écrire avant d’y aller… Et puis ils n’aiment pas trop ce qui sort des sentiers battus. Si tu penses que j’attire les regards ici, tu devrais voir ceux que je reçois là-bas. »

  Ce qui semble plutôt l’amuser, étant donné la lueur de défi et le léger sourire en coin qui vient lui donner un air un peu narquois. Elle marque une pause, dont elle profite pour terminer sa tisane qui commence à refroidir. Quand elle reprend, sa voix se fait plus mélancolique ; son sourire a disparu et son regard éteint se détourne petit à petit d’Alera pour fixer le vide devant elle.

« Surtout, c’est un peu comme si… le savoir était plus intéressant que les gens, d’une certaine façon. Ils ont une certaine idée du mérite, et si tu ne rentres pas dedans, alors tu ne vaux rien. Ils se sont fixé des règles tout à fait arbitraire sur ce qui est acceptable ou pas, et si jamais tu n’y corresponds pas il faut te corriger »

  Elle s’interrompt à nouveau, un peu brusquement. Si la formulation semble générale, son expression suffit à montrer qu’elle fait référence à un sujet précis, bien qu’elle n’arrive pas à le mentionner directement. C’est étrange d’ailleurs, elle n’a jamais eu de mal à aborder son orientation, avant. Mais là, devant Alera, elle en semble incapable, comme si elle redoutait sa réaction. Bien sûr, même au Creux-Lac, il se trouve des gens pour désapprouver, faire des remarques désobligeantes ou lancer des regards éloquents. Mais ça ne l’avait jamais dérangée jusqu’ici. Parce que ça n’a toujours été qu’une minorité, que par ailleurs elle se sentait acceptée, normale. Une certitude que sa confrontation avec la culture Marloise a manifestement ébranlée.

  Elle ramène un regard hésitant sur Alera et ajoute à mi-voix, comme pour elle-même, avec un sourire triste :

« Pour être honnête, je ne suis pas très sûre de vouloir y retourner… »

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Aucun lancer effectuéRien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Contenu sponsorisé,


MessageSujet: Re: [25 Kallune 1093] Fleurs des villes   

 
[25 Kallune 1093] Fleurs des villes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nom des villes en normands
» Villes et développement durable.
» Villes et animations de cet été 2010.
» Les Fleurs de Bach : un coup de pouce pour vos émotions
» Le Barbier de ces villes (Razorantium)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Advictâme-RPG :: Zone de jeu :: Le Creux-lac : ville de Lackness :: Sujets terminés-
Sauter vers: