Partagez | 
 

 [4 Allune 1100] Le diable au corps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Je suis : Théa Morte-Branche, cueilleuse, herboriste, résidente du village de Sombre-bois Voir le profil de l'utilisateur
Théa Morte-Branche

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔ Théa est une croquemite. Elle a des yeux jaunes, des dents effilées et des membres filiformes.
À noter : les croquemites ne sont pas appréciés par la population
➔ Âgée de 27 ans, mais fait plus jeune que son âge.
➔ Accompagnée par sa chienne, un grand berger.
➔ Réside à Sombre-Bois, entre Albatra et les marais sinistres.
➔ 3e don : Prémonition
➔ Elle est la princesse Sélène Hautiare, mais personne ne le sait sauf la Reine. Elle ressemble à son frère, le Prince Valérian.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 4 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 4 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
362


MessageSujet: [4 Allune 1100] Le diable au corps   Jeu 8 Nov - 19:16

Le diable au corps - 4e jour d'Allune 1100 - Au croisement des 3 duchés


Aïka se retourna vivement, les oreilles plaquées vers l'arrière, et lança un regard perplexe à sa maîtresse. La chienne détestait le bruit provoqué par un éternuement. Et ce n'était pas un un, ni deux, mais trois éternuements que venait de lâcher Théa. La petite croquemite soupira, puis renifla bruyamment. Elle enfonça sa main dans sa poche pour en extirper un carré de tissu et se moucha sans la moindre discrétion. Dans ce coin reculé des Trois lieux, quelque part au croisement entre la chaîne des Alles et celle de la Fourche, personne ne s'offusquerait des bruits sonores qu'elle pouvait émettre.

La petite cueilleuse n'était pas en veine ces derniers jours. Il ne manquait plus qu'un mauvais coup de froid pour compléter la liste de ces déconvenues. Résignée à se passer d'un cheval pour rejoindre le Marvier, pour économiser quelques lieutons après s'être fait dérober sa bourse à Lotte, elle avait été surprise par une brusque chute des températures et par une pluie battante qui avait transformé sa nuit précédente en naufrage. Sans mauvais jeu de mot. Aujourd'hui, elle était obligée de marcher à travers une forêt humide et glaciale, les chaussettes encore trempées et les os congelés. Pourtant, elle suait comme un goret, tiraillée entre des frissons polaires et des bouffés caniculaires. Elle grelottait et claquait des dents, épuisée par la fièvre.

– On va s'arrêter là, mon chien.

Elle déposa ses affaires contre un arbre et commença à monter son bivouac. Elle réunit quelques grosses pierres en cercle, dans l'espoir d'y allumer un feu, mais l'humidité ambiante ne lui permit pas de créer la moindre étincelle avec son briquet. Mais meeerde, hein ! hurla-t-elle, submergée de colère et de frustration. Son regard, déjà larmoyant à cause du rhume, déborda en torrents de larmes. Théa grinça des dents, s'essuya nerveusement les yeux, le nez et les joues avec sa manche. Elle n'aimait pas se laisser aller à sa colère. Malade ou pas, dans une situation merdique ou pas, elle devait se contrôler ! Ne jamais devenir un monstre ! se martela-t-elle en tête, comme une litanie.

Après une énième tentative, elle jeta nerveusement son silex au loin. Regretta aussitôt son geste, car elle devait maintenant aller le récupérer. Elle se traîna sur quelques dizaines de mètres, comme une âme en peine, sous le regard de sa chienne assise sur son arrière train. Le reste se passa très vite. Théa trébucha sur une grosse racine, fut précipitée dans un petit fossé en contrebas et tomba la tête la première, se cognant le front contre un gros rocher saillant. Et puis, le noir absolu.

La jeune femme eut l'impression d'émerger d'un sommeil agité plusieurs fois, comme bringuebalée par quelque chose. L'épaule d'un homme ? La croupe d'un cheval ? Elle avait terriblement mal à la tête et elle ne parvenait pas à ouvrir les yeux. Elle se sentit partir plusieurs fois, retombant dans l'inconscience à chaque fois qu'elle commençait à reprendre ses esprits. Et à chaque fois, elle commençait à revenir à elle en entendant les aboiements furieux de sa chienne.   

Théa se réveilla alors qu'elle était allongée sur une surface dure, très peu confortable. Elle grommela, percluse de douleur, les tempes vrillées par une migraine affreuse et les yeux encore mi-clos. Et puis soudain, elle fut pleinement consciente, le regard grand ouvert et s'habituant à l'obscurité relative. La panique et la terreur lui coupèrent le souffle. Elle était dans une grotte sombre, qu'elle devinait en coude puisqu'elle ne voyait pas directement son entrée, ni la lumière du jour qui parvenait encore à éclairer l'endroit. Elle émit des sons plaintifs et répétitifs, entre le hoquet, l'hyperventilation et les pleurs, tandis qu'elle découvrait le macabre contenu de l'antre : un tas d'ossements disparates. Elle remarqua également une carcasse indistincte, ainsi que le cadavre encore fumant d'une biche éventrée. Et c'est alors qu'elle le vit, de dos, rongeant quelque chose qui ressemblait à... une patte ? Non, une jambe ?! Théa tourna de l’œil et s'évanouit de nouveau.

Devant l'entrée de la grotte du mange-corps, Aïka hurlait à la mort.  

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
On va pouvoir ajouter "poissarde" aux défauts de ma petite Théa  dég!
Je suis : Ilclaste Sang-blanc, chasseur, résident à Lackness Voir le profil de l'utilisateur
Ilclaste Sang-blanc

Crédits avatar :
Agron by nikitajuice

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔Né le 10 Allune 1063 (37 ans)
➔Natif du Gravorn
➔Résident du Creux-lac
➔Souffre de stress post-traumatique après son séjour à Vissomort

Présentation
Chronologie

➔Ilclaste a obtenu un succès dès de transcendance, mais je garde ça au chaud et pour le moment il est toujours éveillé.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 8 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
212


MessageSujet: Re: [4 Allune 1100] Le diable au corps   Jeu 8 Nov - 22:37

Il était une fois un 4 Allune 1100 dans le duché du Creux-lac Information hors-RP :
Information lancers de dés : RAS

Ilclaste patrouillait dans la forêt. Il était d'une bien forte mauvaise humeur, car bientôt il devrait se rendre au Gravorn et la perspective de ce voyage ne l'enchantait pas du tout... Alors, pour oublier sa grise humeur et éviter à ses camardes d'en subir l'amertume, Ilclaste était parti vers le nord, prétextant vouloir partir avec de l'avance pour ce fameux voyage. En réalité, il avait besoin de solitude et d'éviter les questions qu'on pouvait lui poser sur l’origine de son humeur. Peu de gens ici connaissaient son histoire et le chasseur préférait que cela reste comme tel...

Voilà ce qui expliquait qu'il se trouvait dans ces bois... Il avait contourné le lac Prospère par l’ouest, désireux d'allonger son voyage pour éviter d'arriver trop vite à la frontière. Trainant, délibérément, la patte il s'était donné comme objectif de chasser le renard et d'obtenir une ou deux belles peaux à vendre sur le marché. Il avait entendu que c'était une mode, chez les plus riches, d'avoir un colle en fourrure de renard. Il espérait s'en faire un bon prix.

Ce fut une plainte longue et macabre qui l'arracha à son pistage. Il identifia rapidement le hurlement d'un chien. Rien de très alarmant, mais la continuité du cri était gênante. Avec un tel boucan, impossible d'envisager chasser quoi que ce soit... Aussi intrigué qu'irrité par le bruit, il décida d'en chercher la source. Lorsqu'il tomba sur le chien, sa mauvaise humeur s'envola pour laisser place à un épieux d'angoisse.

Le chien, assis, était devant la grotte d'un mange-corps.

Il se dégageait de l'antre, une odeur infecte de mort et de décomposition qui lui fit froncer le nez, puis remonter son colle sur son visage pour tenter, vainement, de se prémunir de cette agression olfactive... Tout d'abord, il siffla la bête et si cela eut pour effet de stopper son hurlement ininterrompu, celle-ci refusa de s'approcher de lui. Elle rodait, obstinément, devant l'entrée...

Et merde ! Grogna Ilclaste, comprenant très bien ce que cela voulait dire...

Là dedans : dans ce boyau noir et nauséabond se trouver le maitre de la bête. Potentiellement blessé ou peut-être déjà mort...

Le chasseur se mordit la lèvre, en proie à un dilemme. S'il y avait la moindre de chance que le maitre soit vivant il devait l'aider... Mais... si le maitre était mort, alors, il s’apprêtait à affronter, seul, un mange-corps, juste pour aller récupérer un cadavre.

Reviens ici ! Si ton maitre est là dedans il est sûrement déjà mort ! Lança-t-il au chien qui venait de reprendre sa plainte... Et alors que mentalement il alignait les arguments pour passer son chemin, une phrase lui traversa l'esprit. "Vous n’êtes pas payé pour ramasser les ordures, Chasseur."

Cette phrase, c'était @"Vitala Rochefer" qui lui avait jeté, alors qu'il s'était obstiné à porter le cadavre de l'homme qui avait essayé de le tuer. S'il avait tout fait pour effacer cet épisode désagréable de sa vie, son esprit, lui, en avait gardé quelques séquelles...

Il avait l'impression qu'elle se trouvait là, à côté de lui, à le juger... Il voyait presque ses yeux glaciales et son air hautain et, dans sa retraite, le chasseur se figea. Merde ! C'était vrai, il ne pouvait plus passer son chemin si facilement devant la détresse d'autrui. Seuls les Vornois faisaient ça. Et les Vornois, Ilclaste les emmerdait, copieusement.

Sa décision était prise : il irait chercher ce malade. Parce que Vitala Rochefer lui aurait sûrement dit que ce n'était pas son travail, que c'était stupide et inutile... Alors si Vitala Rocherfer lui aurait interdit de le faire, il le ferait.

Je te préviens sale cabot ! Ton maitre a pas intérêt à être crevé ! Lança-t-il au chien, histoire de passer sa mauvaise humeur sur quelqu'un, alors que déjà, il déchargeait ses affaires pour les poser contre un arbre et qu'il s'emparait de son arc.

Il ignorait totalement comment aborder la bête qui vivait là dedans... Mais Naâme devait être bienveillant, car, quand le chasseur remarqua du mouvement dans la grotte et qu'il se dissimula derrière un buisson, il vit la bête passer placidement devant le chien qui aboyait toujours comme un fou, et s'enfoncer dans la forêt.

Son coeur battait comme un tambour. Si la chance voulait que la créature se soit éloignée, il ignorait pour combien de temps... Le chien, qui devait pas être si con pensa Ilclaste, accourra vers sa cachette, aboya deux fois et retourna vers l'entrée de la grotte.

-Oui, bha ça va j'ai compris ! Bougonna Ilclaste en se rapprochant à pas de loup de l'entrée... L'odeur qui flottait de l'antre lui mit le coeur aux bords des lèvres... Mais, là où il sentit son esprit commencer à défaillir pour de bon, c'est quand il remarqua la noirceur de la grotte... L'antre s'ouvrait, comme la gueule béante d'une créature gigantesque à l'haleine fétide... C'était noir... Si noir...

Le chasseur de figea à l'entrée, fébrile, alors qu'aux abord de son esprit, il sentait sa raison commencer à se disloquer.

*C'est rien. c'est juste une grotte. Une simple grotte...*

Se répétait-il, sans pour autant oser faire un pas de plus vers la noirceur qui lui rappelait bien trop facilement celle qui régnait à Vissomort. Le chien continuait à la harceler pour qu'il entre dans cette foutue antre, et le chasseur, irrité, du se retenir de ne pas lui filer un bon coup de pied pour le faire taire...

-HEY ! LA DEDANS !! Y'A QUELQU'UN ? J'SUIS AVEC VOTRE CHIEN ! Beugla-t-il sans quitter la rassurante clarté de l'entrée, espérait secrètement ne pas avoir de réponse pour avoir une bonne raison de ne pas s'imposer cette épreuve...

Je suis : Théa Morte-Branche, cueilleuse, herboriste, résidente du village de Sombre-bois Voir le profil de l'utilisateur
Théa Morte-Branche

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔ Théa est une croquemite. Elle a des yeux jaunes, des dents effilées et des membres filiformes.
À noter : les croquemites ne sont pas appréciés par la population
➔ Âgée de 27 ans, mais fait plus jeune que son âge.
➔ Accompagnée par sa chienne, un grand berger.
➔ Réside à Sombre-Bois, entre Albatra et les marais sinistres.
➔ 3e don : Prémonition
➔ Elle est la princesse Sélène Hautiare, mais personne ne le sait sauf la Reine. Elle ressemble à son frère, le Prince Valérian.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 4 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 4 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
362


MessageSujet: Re: [4 Allune 1100] Le diable au corps   Sam 17 Nov - 15:43

Le diable au corps - 4e jour d'Allune 1100 - Au croisement des 3 duchés



Quand son esprit émergea de l'inconscience dans laquelle elle avait sombré, Théa perçut le bruit et les vibrations provoqués par la démarche colossale du mange-corps. Tout son être se mit à trembler comme une feuille, tandis qu'elle gardait résolument les yeux fermés et qu'elle se recroquevillait sur elle-même, incapable de trouver le courage d'affronter le monstre. Alors que son cœur battait la chamade, au point qu'elle se demandait s'il n'allait pas traverser sa poitrine et attirer l'attention du mange-corps, Théa ne cessait de ressasser une terrible pensée : qu'avait-elle bien pu faire pour contrarier le dieu Kamaâl ? Assurément, elle avait dû faire quelque chose de terrible pour atterrir dans la caverne d'une ignoble bête mangeuse de cadavre, mais elle ne voyait pas vraiment ce qui aurait pu lui valoir d'attirer les foudres du dieu cruel.

La croquemite réalisa soudain que le bruit ne se rapprochait pas. Au contraire, il s'éloignait. Recouvrant l'espoir, Théa ouvrit les yeux et vit que la grotte était désertée. Elle ne put toutefois s'arrêter de frémir que lorsqu'elle fut certaine de ne plus entendre le pas lourd et cadencé du mange-corps. Naâme soit loué, elle avait une chance de s'en sortir. Elle essaya de se remettre debout, mais une douleur fulgurante la saisit à la cheville. Des larmes lui piquèrent les yeux tandis qu'elle retombait sur les fesses. Elle glissa sa main jusqu'à son pied et constata du bout des doigts que sa cheville avait doublé de volume, son cœur recommençant à faire des cabrioles dans sa poitrine. Avec un temps de retard, elle réalisa aussi que sa tête lui tournait et qu'elle avait envie de vomir. Elle passa une main dans sa chevelure et découvrit un agglomérat de cheveux collés par ce qu'elle imagina être du sang. Elle avait dû se fouler la cheville en trébuchant sur une racine et s'ouvrir la tête en tombant sur un rocher, mais son advictâme avait dû se déclencher pour refermer la plaie, car elle ne sentait pas de sang couler. Au moins Naâme, dans son malheur, ne l'avait-il pas complètement abandonnée.

Elle jeta un coup d’œil circulaire autour d'elle, avisant l'endroit et ce qu'elle pourrait ramasser pour s'appuyer et déguerpir de cette fichue grotte avant que le mange-corps ne revienne. Ce qu'elle vit ne fit qu'accentuer sa nausée.

– Aïka, souffla-t-elle.

Sa voix n'était qu'un mince filet à peine audible. Impossible que la chienne l'entende. Pourtant, comme si Aïka avait entendu l'appel de sa maîtresse, Théa entendit plusieurs longs aboiements lui répondre depuis l'entrée de la grotte. La jeune femme sentit un énorme poids quitter son estomac et ses épaules. Elle sentit le soulagement et l'espoir revenir.

Théa commença à ramper pour atteindre la paroi de la caverne, pour essayer de se relever et y prendre appui. Elle devait à tout prix se dépêcher. Mais elle fut coupée dans son élan en entendant la voix d'un homme résonner à travers toute la grotte. Son cœur bondit dans sa poitrine et ses yeux s'écarquillèrent de surprise. Des secours ! Aïka avait dû aller chercher des secours !

– Ici ! essaya-t-elle d'appeler. Mais sa voix était éteinte.

La panique la submergea. Elle devait signaler sa présence à cet individu avant qu'il ne décide de rebrousser chemin. Sinon, c'en était fini d'elle. Dehors, Théa entendit Aïka aboyer de plus en plus fort. La chienne agrippa un morceau de la tenue d'Ilclaste et essaya de le traîner de force vers l'intérieur.  

Théa ramassa... elle espéra que c'était une pierre, et pas un os... et lança le projectile aussi loin qu'elle le pouvait. Mais il ne dépassa même pas le coude de la caverne. Théa commençait à vraiment paniquer.

À l'aide, appela-t-elle encore. À l'aide !

Elle ramassa un autre projectile. Au moment de le lancer, sa pierre de vie changea de couleur et son bras s'entoura d'un halo lumineux qui illumina la grotte. Le projectile s'écrasa avec un bruit retentissant contre la paroi de la caverne et rebondit à plusieurs mètres. Entre la lumière de son advictâme et le raffut du projectile projeté par la magie, Théa pouvait être sûre que l'homme dehors l'avait bel et bien entendue.   

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
RAS
Je suis : Ilclaste Sang-blanc, chasseur, résident à Lackness Voir le profil de l'utilisateur
Ilclaste Sang-blanc

Crédits avatar :
Agron by nikitajuice

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔Né le 10 Allune 1063 (37 ans)
➔Natif du Gravorn
➔Résident du Creux-lac
➔Souffre de stress post-traumatique après son séjour à Vissomort

Présentation
Chronologie

➔Ilclaste a obtenu un succès dès de transcendance, mais je garde ça au chaud et pour le moment il est toujours éveillé.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 8 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
212


MessageSujet: Re: [4 Allune 1100] Le diable au corps   Sam 17 Nov - 22:23

Il était une fois un 4 Allune 1100 le duché du Creux-lac Information hors-RP :
Information lancers de dés : RAS

Pendant un instant le silence avait répondu a son appel, mais le chien avait refusé de laisser Ilclaste s'en aller. Il l'avait retenu, suffisamment longtemps pour que de la pénombre survienne un bruit sourd dont l'écho se répercuta sur les parois humides de la caverne. Une manifestation suffisante pour le chasseur relève les yeux vers le fond de la grotte et aperçoive un vague éclat rougeâtre qui lui faisait deviner une antre coudée, au bout de laquelle se trouvait quelqu'un.

Alors, après une inspiration profonde, Ilclaste s'était avançé.

Une seule enjambée et les ténèbres furent sur lui. La noirceur enveloppa sur frêle silhouette, réduisant son champs de vision à un mètre à peine. Il sentit l'angoisse lui sauter à la gorge alors que l'odeur nauséabonde lui retournait l'estomac. Comme un oiseau se débat dans sa cage, son coeur cognait dans sa poitrine à un rythme incontrôlable.

*Par les cornes de Naâme, J'vais crever*

S'entendit-il penser alors que, pas après pas, il remontait lentement le boyau macabre et fétide. La pénombre était si épaisse qu'il devait s'appuyer contre l'une des parois pour se guider. Le chien restait son repère principale. Le point sur lequel il fixait son esprit pour ne pas se dissoudre dans la folie. Il n'y avait jamais eu de chien à Vissomort, alors tant qu'Ilclaste pouvait apercevoir cette présence canine, il s'assurait de ne pas replonger dans ses cauchemars. Le chien, il ne voulait voir que le chien et n'entendre que ces gémissements pressants, car alors, le chasseur pouvait ignorer ces craquements secs et lugubres sous ses pieds. Ces os, étalés par centaines qui tapissaient les profondeurs de l'antre, transformant le sol en une surface irrégulière qui, tantôt, cédait sous le poids du chasseur, tantôt entravait sa progression.

Ses jambes étaient lourdes, sa poitrine douloureuse et l'odeur si puissante qu'il cru vomir à chaque inspiration qu'il osait prendre, mais Ilclaste avançait, encore et toujours, jusqu'à passer le coude. La noirceur était encore plus dense ici. Seules les ombres mouvantes du chien lui rappelaient sa présence. Le chasseur avait tellement focalisé son esprit sur lui qu'il en avait presque oublié pourquoi il était là. Quand, enfin, il distingua une autre présence, il se figea. Suspendu dans les ténèbres, il tenta de se rappeler pourquoi il était là. L'autre personne, peut-être lui parla, mais si ce fut le cas, le bourdonnement qui résonnait dans le crâne du chasseur l'empêcha de percevoir les détails. Ilclaste ne se rappellerait que d'une chose : il s'était avancé, avait tâté la silhouette pour juger de sa taille et une fois certain qu'elle était suffisamment menue pour qu'il la porte, avait glissé un bras sous les genoux et l'autre au creux du dos et l'avait soulevé sans autre forme de procès pour entamer le trajet inverse.


Quand de nouveau la lumière l'avait reprise, Ilclaste avait continué tout droit pour s'éloigner de la grotte. Le visage crispé, le regard lointain, l'échine suante, le souffle roque, il n'avait accordé à peine un regard à la femme qu'il portait et pas une parole. Oubliant même son sac qu'il avait posé non loin de l'antre. Il s'était enfoncé dans les bois, fuyant les ténèbres de la caverne de peur que, peut-être, elles ne restent accrochées à ses talons.

Puis, tout aussi brusquement, il s'était arrêté et avait déverrouillé sa mâchoire pour lâcher:

-Faut que j'vous pose. J'dois vomir.
     
A peine, la chose énoncée, qu'il s'était exécuté et avait déposé la dame dans l'herbe pour s'éloigner avant de se tordre en deux pour rendre la totalité de son repas contre le tronc modeste d'un bouleau.

Après s'être si vigoureusement et bruyamment délesté du contenu de son estomac et encore un peu vaporeux, il avait fait quelque pas pour s’asperger le visage dans le ruisseau qui coulait là. Et c'est à cet instant seulement qu'il avait réussi à émerger de nouveau.

*J'ai réussi... J'y suis pas resté... Je suis sorti*  

Alors il avait sourit, victorieux. Une sourire qui fendit sa mine austère. Un sourire, comme un soleil, qui illumina son visage bourru.

Un sourire qui se fracassa alors qu'il revenait vers la dame et qu'il l'apercevait, vraiment, pour la première fois. Ses poings se crispèrent alors qu'il faisait tomber sur elle un regard choqué.


-Z'êtes... Une croquemite. Constata-t-il avec la certitude que, si Kamaâl lui avait imposé cette épreuve pour rire, alors le Dieu avait vraiment un humour de merde.    
Je suis : Théa Morte-Branche, cueilleuse, herboriste, résidente du village de Sombre-bois Voir le profil de l'utilisateur
Théa Morte-Branche

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔ Théa est une croquemite. Elle a des yeux jaunes, des dents effilées et des membres filiformes.
À noter : les croquemites ne sont pas appréciés par la population
➔ Âgée de 27 ans, mais fait plus jeune que son âge.
➔ Accompagnée par sa chienne, un grand berger.
➔ Réside à Sombre-Bois, entre Albatra et les marais sinistres.
➔ 3e don : Prémonition
➔ Elle est la princesse Sélène Hautiare, mais personne ne le sait sauf la Reine. Elle ressemble à son frère, le Prince Valérian.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 4 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 4 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
362


MessageSujet: Re: [4 Allune 1100] Le diable au corps   Dim 23 Déc - 14:59

Le diable au corps - 4e jour d'Allune 1100 - Au croisement des 3 duchés



Théa retint son souffle après avoir lancé son projectile, guettant le moindre son en provenance de l’entrée de la caverne. Très vite, elle entendit du mouvement, puis perçut le bruit de pas venant à sa rencontre et le craquement lugubre de ce qui devait être des os écrasés sous des semelles. Ses yeux s’étaient progressivement habitués à la pénombre depuis son réveil et elle put distinguer la silhouette de sa chienne franchir le coude de la caverne, précédant de peu le profil d’une personne. Un homme vraisemblablement.

– Je suis là, dit-elle pour signaler sa présence. Ma cheville est foulée, je crois.

En deux ou trois foulées, Aïka était arrivée à sa hauteur, fourrant sa truffe humide sur son visage et dans son cou. Théa caressa énergiquement la tête de sa chienne pour la féliciter, sans quitter des yeux la silhouette de l’homme qui se rapprochait. Elle ignorait s’il l’avait entendue, car il ne lui avait pas répondu. Elle répéta une fois encore qu’elle avait la cheville tordue et avant qu’elle n’ait pu dire ou faire quoi que ce soit, elle se retrouva soulevée du sol. Elle poussa un petit gémissement de surprise, comparable au pépiement d’un oisillon qui serait tombé du nid. Après deux ou trois secondes d'hésitation, elle enroula ses bras autour des épaules de son sauveur sans poser davantage de questions. Elle n’avait qu’une envie : c’est qu’il l’éloigne le plus loin possible de cette maudite grotte.

Ils traversèrent les ténèbres pour rejoindre la lumière, escortés par la chienne. L’homme ahanait comme un bœuf, les traits de son visage contractés sous la violence de l’effort. Théa était aussi crispée que lui. Elle osait à peine respirer, comme si l’air que ses poumons inspiraient était capable d’alourdir le fardeau de son sauveur. Soufflant et suant, il traçait tout droit sans s’arrêter, de peur sans doute de tomber nez à nez avec l’horrible bête qui occupait la caverne. Ils s’enfoncèrent à travers les arbres, mettant le plus de distance possible entre eux et la tanière du mange-corps.

Soudain, sans n’avoir toujours rien dit, l’homme posa Théa à terre. Elle déverrouilla la clé de ses bras pour libérer ses épaules, puis il annonça sans autre formalité qu’il allait vider le contenu de son estomac. Heureusement pour elle, et contrairement à lui, son rhume lui avait complètement bouché les narines et elle n’avait pas trop souffert de l’épouvantable puanteur de la grotte.  

Théa ne put retenir une expression dégoûtée en l’entendant vomir tripes et boyaux. Elle essaya de ne pas trop y prêter attention, à la fois gênée et honteuse. Sa chienne, qui n’avait cessé de sautiller et bondir de joie depuis la sortie de la grotte, lui facilita la tâche. Elle se trémoussait, émettait des petits couinements, agitait frénétiquement sa queue et lui léchait tantôt les mains, tantôt les joues. Théa s’agrippa à l’encolure de sa compagne à quatre pattes, enfouissant son visage dans sa fourrure chaude. C’est à ce moment qu’elle réalisa que son cœur tambourinait toujours aussi fort dans sa poitrine, qu’elle tremblait toujours de peur et que de grosses larmes étaient en train de mouiller le poil d’Aïka. Elle s’essuya les yeux et les joues d’un revers de la manche quand elle entendit son sauveur revenir.

Dans d’autres circonstances, Théa se serait sans doute sentie offensée devant le ton employé par l’homme qui la dévisageait à présent. Il semblait si choqué et si préoccupé par son statut de croquemite qu’elle lui aurait sans doute demandé, si elle-même n’avait pas été encore sous le choc de son aventure, s’il regrettait de l’avoir sauvée. À sa question, elle se contenta d'acquiescer d’un signe de tête sans vraiment s’en rendre compte. Tout son corps était secoué de tremblements, à la fois occasionnés par la peur et par la fièvre.

– Vous m’avez sauvé la vie, merci, merci, merci… répondit-elle sans s’attarder sur ce qu'inspirait sa croquemitie à l'homme. Je suis tombée dans un ravin, j’ai dû me blesser la tête et j’ai perdu connaissance. Je me suis réveillée dans cet horrible endroit, j’ai bien cru que j’allais mourir.  Vous m‘avez sauvé la vie ! Merci, merci ! Je n’arrivais pas à me relever, je crois que je me suis foulé la cheville. Si vous n’étiez pas passé par là… je ne peux même pas l’imaginer ! Vous m’avez sauvé la vie, comme puis-je vous remercier ?

Sa nervosité se traduisait à présent par un flot de paroles ininterrompu. Complètement dépassée par le stress et par la situation, elle parlait trop et trop vite, sans même vraiment faire attention aux réactions de son interlocuteur.
  

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
RAS
Je suis : Ilclaste Sang-blanc, chasseur, résident à Lackness Voir le profil de l'utilisateur
Ilclaste Sang-blanc

Crédits avatar :
Agron by nikitajuice

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔Né le 10 Allune 1063 (37 ans)
➔Natif du Gravorn
➔Résident du Creux-lac
➔Souffre de stress post-traumatique après son séjour à Vissomort

Présentation
Chronologie

➔Ilclaste a obtenu un succès dès de transcendance, mais je garde ça au chaud et pour le moment il est toujours éveillé.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 8 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
212


MessageSujet: Re: [4 Allune 1100] Le diable au corps   Lun 24 Déc - 15:33

Il était une fois un 4 Allune 1100 dans le duché du Creux-lac Information hors-RP :  joyeux nowel !
Information lancers de dés : ...

La jeune croquemite à ses pieds était tremblante. Pour un monstre mangeuse de chaire, elle semblait plutôt inoffensive... Crasseuse, puante et grelottante, ça oui, elle l'était. Mais dangereuse ? ça, ça sautait moins aux yeux...

A cette pensée, le front d'Ilclaste se barre d'une ride soucieuse, mais quand la jeune femme l'inonda de gratitude, son austérité se brisa sous cette reconnaissance qu'il n'était pas habitué à recevoir. Détournant le regard, il se gratta la nuque sans trop savoir comment il était sensé réagir. Putain ouais, il lui avait sauvé la peau ! Mais il ne l'avait pas fait pour recevoir quelque chose en retour...

Ne sachant quoi faire de ces remerciements répétitifs, Ilclaste les écarta d'un geste distrait, puis s’accroupit face à elle.

-Criez pas victoire trop vite, j'ai pas abattu cette saleté et vu comme vous puez la mort, m'est avis qu'il va pas avoir trop de mal à suivre not' piste. Lâche-t-il abruptement.

Réalisant soudain la dureté de ces paroles, il tente d'adoucir son propos.

-Not' chance c'est que Naâme a l'air de vous avoir à la bonne. Commente-t-il en attrapant le visage de la jeune femme entre ses mains caleuses. Ignorant, la possible pudeur de la demoiselle, il écarte l'une de ses mèches blondes empoissée de sang. Malgré la teinte pourpre qui lui barre le front et englue sa chevelure de blé, le chasseur ne découvre aucune plaie sur le front de la croquemite.  

-Vot' tête n'a plus rien. Marmonne-t-il en repoussant les mèches une à une pour vérifier son intuition. Il remarque pourtant la chaleur que sa peau blême dégage... Elle est malade.  

-Mais vot' fièvre est toujours là. Et lui n'est pas médecin... Relâchant son emprise, le chasseur se redresse et grimace en s’écartant.

-Et vous puez la charogne à des kilomètres... Si on vous lave pas rapidement, on aura d'la chance si y'a qu'le mange-corps qui suit not' trace !
Pense-t-il tout haut en se passant une main dans les cheveux, anxieux.

Il réalise brusquement qu'il a la gorge sèche et une haleine de vomi. D'un geste vif il tâtonne sa ceinture mais n'y trouve pas sa gourde... Ses yeux s'ouvrent grands quand il réalise son erreur.

-Par les couilles du makicore ! J'ai laissé mes affaires devant la grotte !



Je suis : Théa Morte-Branche, cueilleuse, herboriste, résidente du village de Sombre-bois Voir le profil de l'utilisateur
Théa Morte-Branche

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔ Théa est une croquemite. Elle a des yeux jaunes, des dents effilées et des membres filiformes.
À noter : les croquemites ne sont pas appréciés par la population
➔ Âgée de 27 ans, mais fait plus jeune que son âge.
➔ Accompagnée par sa chienne, un grand berger.
➔ Réside à Sombre-Bois, entre Albatra et les marais sinistres.
➔ 3e don : Prémonition
➔ Elle est la princesse Sélène Hautiare, mais personne ne le sait sauf la Reine. Elle ressemble à son frère, le Prince Valérian.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 4 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 4 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
362


MessageSujet: Re: [4 Allune 1100] Le diable au corps   Dim 3 Mar - 16:37

Le diable au corps - 4e jour d'Allune 1100 - Au croisement des 3 duchés



...et vu comme vous puez la mort...

Mortifiée par la honte, Théa baissa les yeux et sentit le sang lui monter aux joues. Son visage était en train de devenir aussi rouge qu'un coquelicot et elle fut bien incapable de soutenir le regard du jeune homme qui, pour couronner le tout, s'était accroupi à sa hauteur et la dévisageait avec une insistance redoutable. Elle se sentait si honteuse, embarrassée et nerveuse qu'elle avait beaucoup de peine à écouter les paroles de son sauveur. Son cœur continuait de battre la chamade, et ce n'était plus la peur de finir dans l'estomac du mange-corps qui en était responsable. Théa se raidit et émit un petit couinement aussi ridicule qu'inoffensif lorsque le chasseur lui attrapa la figure sans même lui demander son avis, mais fut incapable de protester davantage. Quand bien même aurait-elle aimé qu'il fourre ses grosses paluches ailleurs ! Elle était tout simplement tétanisée.

...Naâme a l'air de vous avoir à la bonne...

Elle haussa les épaules et ne put réprimer la moue sceptique que lui inspiraient ces paroles. Elle n'était pas tout à fait certaine qu'on pouvait vanter la protection du dieu Naâme après tout ce qu'elle venait de subir, mais au moins avait-elle eu un peu de chance dans son malheur. Ça, au moins, elle voulait bien l'accorder au jeune homme. Après un examen minutieux, ce dernier lui confirma ce qu'elle avait cru deviner concernant sa plaie à la tête.

– Au moins un problème de moins à régler, souffla-t-elle. Pas sûr que le chasseur l'entendit, toutefois.

Elle s'aperçut qu'elle grelottait quand Ilclaste mentionna sa fièvre. Mais elle n'eut pas le loisir de s'attarder plus longtemps sur cette situation, le chasseur réaffirmant combien elle sentait mauvais. Théa fit une sorte de grimace bizarre avec son nez et sa bouche. À vrai dire, son nez bouché lui épargnait les mauvaises odeurs, ce qui lui avait été plutôt profitable dans la caverne. Elle devait s'en remettre au jugement de son sauveur, et il n'avait pas non plus l'air d'être le genre d'homme à prendre un bain tous les jours... Alors s'il lui disait qu'elle puait, cela devait être pire encore. Mais l'idée de devoir se laver en pleine nature, par ce temps, en étant déjà malade, cela ne l'emballait franchement pas. Mais plus encore, c'était l'idée qu'Ilclaste prenne part à la manœuvre – car il avait employé le « on » – qui l'indisposait. Il n'était pas question...

Les jurons proférés par le jeune homme interférèrent avec ses pensées. Ses yeux s'arrondirent en grand. Elle réalisait soudain qu'elle aussi avait perdu ses affaires :

– Et les miennes sont restées à mon bivouac !

C'était une catastrophe ! Elle devait absolument retrouver sa besace et ses affaires. Toutes les plantes qu'elles avaient récoltées ces dernières semaines au Creux-Lac... des heures de travail et des dizaines de lieutons à encaisser ! Elle tourna son regard vers le chasseur.

– Il faut absolument qu'on les récupère ! Comment on va faire ?!

 
Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Mille excuses pour ce très long retard !
Je suis : Ilclaste Sang-blanc, chasseur, résident à Lackness Voir le profil de l'utilisateur
Ilclaste Sang-blanc

Crédits avatar :
Agron by nikitajuice

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
➔Né le 10 Allune 1063 (37 ans)
➔Natif du Gravorn
➔Résident du Creux-lac
➔Souffre de stress post-traumatique après son séjour à Vissomort

Présentation
Chronologie

➔Ilclaste a obtenu un succès dès de transcendance, mais je garde ça au chaud et pour le moment il est toujours éveillé.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 8 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
212


MessageSujet: Re: [4 Allune 1100] Le diable au corps   Dim 10 Mar - 22:32

Il était une fois un 4 Allune 1100 dans le duché du Creux-lac Information hors-RP :
Information lancers de dés : RAS

Les choses n'allaient pas en s'améliorant. Ilclaste se passa une paluche sur la nuque, tendu et contrarié... A sa propre bêtise, s'ajoutait l'urgence de soigner la malade mais aussi celle de devoir se protéger des carnivores, sans oublier de retrouver les affaires de la jeune femme.

Il songea à la chambre qu'il avait à l'auberge... Mais c'était encore loin. Il s'était bien éloigné dans sa lubie de chasser le renard... Il n'était pas sûr que la jeune femme tienne jusque là et il ne pourrait pas la porter.

Le mieux aurait été qu'il fasse le trajet en deux fois car, à l'auberge, il pouvait espérer qu'elle soit en totale sécurité et protégée des carnivores...

L'idée lui sauta alors à l'esprit.

Votre bivouac ?! Questionna-t-il.

Vous dormiez à la belle étoile ?!
C'était peut-être la sa chance.

Vot' chien pourrait pister ? Retrouver la piste et vos affaires ? Questionna-t-il avec espoir. Si tel était le cas, son plan était le suivant : retourner récupérer ses affaires à lui, abattre le mange-corps et retrouver le bivouac de la jeune femme au moins pour disposer d'affaires s'ils ne parvenaient pas à rejoindre l'auberge ce soir.

'Coutez, j'ai une chambre dans une auberge. Mes affaires sont là-bas, mais il va falloir marcher deux bonnes heures pour y retourner, voir plus je pense vu vot' cheville, je vais pas pouvoir vous porter sur toute la route. On devrait le faire en plusieurs fois. Si on retrouve vos affaires entre temps, on aura au moins de quoi vous mettre à l'aise un temps, pour vous laisser récupérer... Vous aviez quoi comme affaires ? Lui exposa-t-il osant à peine rêver qu'elle dispose, dans ce bivouac, de quoi apaiser cette satanée fièvre .


Je suis : Contenu sponsorisé,


MessageSujet: Re: [4 Allune 1100] Le diable au corps   

 
[4 Allune 1100] Le diable au corps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guilde Diable-au-Corps
» Quizz 1100 ans de la Normandie.
» Modification du corps Lati Yellow
» comment notre corps maintient-il sa température à 37°C ?
» Quels produits pour faire tout un visage ou tout un corps?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Advictâme-RPG :: Zone de jeu :: Le Creux-lac : Le duché du Sud :: Sujets en cours-
Sauter vers: