Partagez
 

 [22-?? Cellune 1100] Echappée belle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Je suis : Valérian Hautiare,
princer héritier, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Valérian Hautiare

Crédits avatar :
Vorpatril by kir-tat / Laurent of Vere by JP Illust & KK / Roroei

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Le Prince Célestin
➔ 24 ans, 1m78, 65kg, cheveux blond, yeux vert
➔ troisième don : intangibilité
➔ porte une chevalière en or blanc sertie d'une émeraude frappée de la grenouille marloise à l'auriculaire gauche
➔ rêveur, bienveillant, tolérant, timide, artiste, manque d'autorité, trop émotif, politicien inavoué, stratège sous-estimé mais surtout apprenti roi
➔ est le maitre d'Henri, vieux hongre et de Céleste, jeune drakalone

a eu une réussite pour la transcendance qui sera ultérieurement mit en scène en RP

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 6 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
548


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Sceau13“La véritable noblesse consiste non pas à être supérieur
à un autre homme, mais à ce qu'on était auparavant.”

MessageSujet: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyJeu 7 Fév - 14:56

 

Echappée belle.
22 Cellune 1100 - rives du lac Prospère

C'était une belle journée de printemps. L'été approchait à grand pas et la plus part des arbres étaient en fleur. Les températures étaient douces ce qui fut très profitable au petit convois composé d'une dizaine de gardes montés, de deux serviteurs dirigeant la carriole des bêtes de somme ainsi que du cocher du petit carrosse frappé des armoiries royales. A l'intérieur, une femme dont l'âge n'avait pas encore entachée la peau était accompagnée d'un homme lui bien plus âgé qui était assit à côté du jeune prince de la Terre des Trois-Lieux.

Le menton posée dans la paume de sa main, Valérian regardait la campagne défiler à travers la petite fenêtre de l'habitacle. Cela faisait déjà quelques minutes qu'il avait décroché de la discussion animée qu'il y avait entre son vieux précepteur marlois, maître d'Histoire entre-autre, et sa préceptrice lacquoise, instructrice d'art en général. Cette dernière participait au voyage pour la seule raison qu'elle connaissait très bien la région mais – comme était en train d'insister le vieux professeur – n'y connaissait strictement rien en Histoire. Il fallait dire que le but de ce déplacement était que le prince découvre et s'instruise du seul écueil encore debout d’ante Grand Fléau.

Les ruine de Sytovia et ses fouilles archéologiques étaient la seule preuve – encore à ce jour – de l'existence d'une vie humaine avant que celle-ci ne renaisse de ses cendres et que ne se créé la Terre des Trois-Lieux. Les deux instructeurs étaient donc en grand débat autour des mythes et légendes qui constituaient la vie de ces Temps Oubliés. Au début de l'échange, le jeune prince s'était montré très intéressé, après tout il était un véritable féru d'Histoire et de théogonie, mais alors que la discussion prenait un tournant tout autre et que le débat devenait de plus en plus stérile, il avait préféré s'en détourner.

Le convois poursuivait tranquillement sa route et bientôt la belle ville de Lackness se profila à l'horizon. Valérian n'avait jamais fait un aussi long périple et avait hâte de découvrir cette cité qui promettait monts et merveilles au jeune prince qui s'était toujours senti l'âme lacquoise. Une fois en ville, le trajet se poursuivit jusqu'au palais ducal où ils furent reçut en grande-pompe juste parce qu'une couronne ornait la tête du jeune homme qui ne s'était jamais senti réellement légitime dans son rôle d'héritier royal. Passé les principes d'usages, le jeune prince se retira dans ses appartements où il put jouir d'un repos bien mérité jusqu'au soir. Là, ils festoyèrent dans la renommée bonne humeur lacquoise et Valérian se laissa aller à discuter en toute simplicité avec Dala, héritière Tendrion, chez qui il avait trouvé beaucoup de ressemblances avec lui-même. Puis la nuit les entoura de ses ailes noires et Valérian d’endormi du repos du juste. Il sursauta – au petit-jour – lorsqu'une servante vînt le réveiller, l'informant que ses précepteurs l'attendaient déjà dans l'atrium pour profiter de cette journée de répit dans le voyage entrepris – qui allait durer encore plusieurs jours jusqu'aux ruines – pour découvrir et s'instruire de la capitale lacquoise.

Grognon, le prince déjeuna rapidement – refusant qu'on l'aide à s'habiller – et rejoignit ses professeurs. La matinée fut cependant bien plus agréable qu'elle n'avait commencée et Valérian s'amusa beaucoup de la légère tension qui se jouait entre la femme et l'homme qui n'en finissaient plus d'expliquer et de raconter mille-et-une annales à propos de Lackness. Comme la veille dans le carrosse, une véritable joute verbale se joua entre les deux personnes mais cette fois-ci, le jeune prince resta attentif car à mesure qu'ils progressaient dans la ville – monté lui sur sa drakalonne, ses professeurs sur un cheval, les trois entourés d'une dizaine de garde ducaux – il découvrait ce qu'il n'avait fait qu'imaginer jusque là.

De retour au palais, ils déjeunèrent frugalement – enfin, tant que faire ce peu dans une région réputée pour son accueil gastronomique – puis chacun se retira dans ses appartements pour un court temps de repos avant de reparti en ville. Assit au bord de la fenêtre dont il avait poussé le grand vitrail afin de sentir l'air frai sur son visage, Valérian rêvassait en regardant les rayons du soleil miroiter sur le Lac Prospère. Il ne lui fallut que peu de temps pour se décider.

Retirant son habit d'apparat, il revêtu ses vêtements de voyage ainsi que le pantalon d'équitation qu'il avait pensé à amener, rabattu sa cape sur ses cheveux blond et sorti le plus discrètement possible. Profitant que les palefreniers fassent eux aussi leur pause d'après-déjeuné, il se glissa dans la stabulation de Céleste, la scella, et sorti des remparts du palais sans demander son reste.

Une fois hors de la ville il lança sa jeune drakalonne au galop et la laissa se défouler. La pauvresse avait fait le voyage avec un garde bourru sur le dos et fut absolument ravie de retrouver son jeune et tendre maître. La dirigeant d'une main douce, Valérian les emmena tous deux vers le lac qui l'avait appelé de ses ondoyantes vagues lorsqu'il l'avait observé de sa fenêtre. Remettant Céleste au petit trot, il la laissa décider du chemin à suivre tandis que ses grands yeux verts s'émerveillaient des alentours. Sa capuche était depuis longtemps tombée sur ses épaules et ses mèches dorés voletaient autour de sa tête.

Tandis que Céleste prenait un chemin pour descendre vers le lac elle repéra une touffe d'herbe grasse et fit un bond par dessus le fossé. Surpris, Valérian en perdit un étrier, puis deux, puis s'accrocha à l'encolure de sa drakalonne alors que, sentant le désarroi soudain de son cavalier, elle s'était elle aussi mise à paniquer.

Oubliant totalement sa touffe d'herbe, Céleste se remit d'un coup au grand galop. D'ordinaire très bon cavalier, Valérian totalement perturbé ne pouvait que s'agripper du mieux qu'il pouvait aux glissantes écailles mordorées. Mais il ne fallait pas compter sur ses mains, qui devenant moites, lui firent lâcher sa prise...

Lorsque Céleste sauta par dessus un rocher, le prince se senti partir en arrière. Ayant le réflexe de se mettre en boule, il fit un joli roulé-boulé dans l'herbe – évitant heureusement la pierre – et fini sur le dos, le souffle coupé, bras en croix, à regarder le ciel bleu sans nuage.
Codage par Libella sur Graphiorum
Je suis : Achille Tiercélys,
bâtisseur et sculpteur, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Achille Tiercélys

Crédits avatar :
Littleulvar

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Fichette !
Carnet !
☾ #BOLD
☾ DC : Ludivine Permont

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 4 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
125


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty
MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyVen 8 Fév - 19:29

Échappée belle / 22 Cellune 1100


Achille s’est éparpillé dans les travaux de la maison. Il a cumulé les petits détails en attendant que le printemps soit assez chaud pour réchauffer les forêts et que les chevaux de traits puissent s’y aventurer sans s’enliser dans la neige et la boue - les premières cargaisons de bois fraîchement coupé vont lui permettre de s’attaquer à du lourd, comme au toit de la grange. Aujourd’hui, il flâne, détend son dos ; il sait qu’il passera les prochaines semaines perché dans le ciel à manœuvrer des poutres et des planches, et ses trapèzes semblent déjà appréhender la charge de travail qui les attend.

Le lac Prospère est un miroir bleu et lisse. Le bâtisseur a préféré venir ici plutôt que d’aller sentir l’agitation qui prend la ville de court aux retours des chaleurs. C’est ce qu’il a toujours préféré, pourtant. À Albatra, le printemps était sa saison favorite à passer au coeur de la capitale ; agitation, éveil, renouveau, tapage. Bon pour vibrer, ressentir l’élan commun de tout le monde comme le sien. Et aussi, bon moment pour décrocher des contrats, mettre en oeuvre des idées en dormance pendant l’hiver, participer à la réactivation des rouages du commerce. Creux-Lac lui aurait-il fait découvrir d’autres alternatives ?

Dans sa main, il tient ce qui, une heure plus tôt, n’était qu’un bout informe de tilleul - maintenant, le bois est lisse et rond, prêt à accueillir de petites encoches qui formeront les écailles d’un poisson. Les nageoires se détachent déjà du petit modèle réduit. Achille fait glisser le couteau avec lenteur, concentré sur la forme qu’il tente de dégager. Elle est là, il la sent, déjà toute faite dans sa tête et dans le bois. Mais ce qu’il sent surtout, une fois la lame à la moitié de son trajet, c’est une vibration dans le sol - à peine a-t-il le temps de relever le menton qu’une grosse bête chatoyante apparaît au tournant de la rive en faisant visiblement peu de cas de le piétiner au passage. La drakalonne fait un grand écart en l'apercevant, geste qu’Achille reproduit à peu de choses près en se redressant d’un bond. Son couteau lui entaille la main, mais le vornois n’a pas réellement de temps de s’y attarder. La petite danse improvisé que lui fait l’animal lui donne l’opportunité d’agripper les rênes et de la tirer à lui en essayant de la calmer - Achille n’est pas un bon cavalier et il n’est pas particulièrement à l’aise avec les chevaux, alors pour une drakalonne… Probablement plus impressionné que la monture, la bâtisseur met un temps déplorable à l’apaiser, et manque par deux fois lâcher la bride quand elle fait mine de vouloir lui envoyer un coup de sabot dans les rotules. Mais si elle est là, scellée, c’est que la personne qu’elle transportait n’est pas très loin, et c'est un facteur de motivation à ne pas négliger pour qu'Achille veuille ne pas la laisser filer.

À renfort de mots doux et de caresses, l’animal accepte de le suivre au pas pour refaire en sens inverse le chemin par lequel il est arrivé. Repérer le cavalier désarçonné n’est pas très compliqué ; il est là, seul sur le bord de l’eau, l’air d’être perdu comme s’il venait de tomber du ciel.

« He ! Est-ce que ça va ? »

La drakalonne à un mouvement d’humeur - elle relève brusquement la tête, comme pour s’assurer qu’il s’agit bien là de son propriétaire, puis se détourne aussitôt pour aller s’en prendre à une touffe d’herbe bien grasse. Achille se fait entraîner dans le mouvement. Putain, il doit bien avoir l’air con. Avec un rire jaune, il fait : « C’est une bête avec un sacré caractère que vous avez là. »

Pour sa part, un simple coup d’oeil ne lui suffit pas pour satisfaire sa curiosité. Ses yeux retournent se nicher sur la silhouette de l’inconnu et l’observent, mine de rien. Blond et jeune. Mais surtout, aisé. Achille s’interdit trop d’indiscrétion ; un bourgeois de la région, sans doute. Son raisonnement ne le pousse pas au-delà des frontières de Creux-Lac. Et quand les yeux verts du cavalier se pose sur lui, il détourne le visage et fait mine de vouloir donner un petit coup sur le rênes afin que la drakalonne cesse de s’empiffrer. Échec. Elle est bien résolue à le faire passer pour un homme de peu d’autorité et d’adresse.



Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Valérian Hautiare,
princer héritier, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Valérian Hautiare

Crédits avatar :
Vorpatril by kir-tat / Laurent of Vere by JP Illust & KK / Roroei

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Le Prince Célestin
➔ 24 ans, 1m78, 65kg, cheveux blond, yeux vert
➔ troisième don : intangibilité
➔ porte une chevalière en or blanc sertie d'une émeraude frappée de la grenouille marloise à l'auriculaire gauche
➔ rêveur, bienveillant, tolérant, timide, artiste, manque d'autorité, trop émotif, politicien inavoué, stratège sous-estimé mais surtout apprenti roi
➔ est le maitre d'Henri, vieux hongre et de Céleste, jeune drakalone

a eu une réussite pour la transcendance qui sera ultérieurement mit en scène en RP

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 6 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
548


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Sceau13“La véritable noblesse consiste non pas à être supérieur
à un autre homme, mais à ce qu'on était auparavant.”

MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyVen 8 Fév - 22:22

 

Echappée belle.
22 Cellune 1100 - rives du lac Prospère

Gisant toujours sur le dos, Valérian senti un puissant sentiment d'humiliation s'emparer de lui et notamment de ses joues. Son corps étant directement connecté à ses émotions il ne pouvait que très rarement contrôler ses rougissements et autres réactions physiques. Fermant alors les yeux, il souffla d'exaspération. Quelques minutes avaient dut passer lorsqu'il rouvrit les yeux à l'appel de l'homme qui avait récupéré sa drakalonne.

Sursautant légèrement, il se redressa sur les coudes pour regarder le nouveau venu qui avait gentiment ramené Céleste. La dite Céleste qui semblait fort aise de ce moment de répit et qui décida d'en faire à sa guise, déstabilisant l'incertaine prise de l'homme à la chevelure violette.

Cillant, Valérian regarda le drôle de couple. L'homme paraissait embarrassé, sans doute pas très à l'aise avec ce genre d'animal, alors qu'il lâchait un rire nerveux. Cela fit sourire Valérian qui d'une impulsion du ventre se remit sur ses pieds.

- Non, pas vraiment, répondit-il de sa voix basse, emprunte d'un certain embarra d'avoir été découvert en pareille décrépitude mais elle est jeune, disons qu'elle est encore en formation... ajouta-t-il tout en s'approchant, frottant ses mains l'une contre l'autre pour enlever la terre et l'herbe qui s'y sont collées

Le rouge de ses joues s’accrut à mesure qu'il avançait vers l'homme mais de toute façon il ne pouvait pas faire marche arrière et partir en courant comme la boule qui se formait dans son ventre lui criait de faire... Honte pour honte, il fallait qu'il assume. Ça n'était pas comme si c'était sa première chute et puis l'homme était un parfait inconnu, pas son maître d'équitation et encore moins sa mère.

Il se concentra sur sa respiration pour calmer les battements de son cœur et vînt récupérer la bride de Céleste.

- Merci de l'avoir récupérée. Généralement les drakalons sont du genre à revenir vers leur cavalier tombé mais comme elle ne connaît pas les lieux elle a dut paniquer. expliqua-t-il d'une voix toujours proche du murmure

S'approchant plus près de Céleste qui n'avait plus du tout l'air paniquée, broutant tranquillement sa touffe d'herbe, il lui flatta l'encolure avant de reposer son regard sur l'homme.

- Vous êtes blessé...! s'exclama-t-il soudainement, contrastant avec ses chuchotements juste avant, alors qu'il voyait des taches de sang sur le haut mais aussi le pantalon de l'homme

Elles n'étaient pas très larges, il ne faisait clairement pas d'hémorragie mais elles étaient assez conséquentes pour être remarquées. Se pinçant instinctivement les lèvres, il balaya sont regard vert sur tout le corps de l'homme, cependant sans s'approcher, craignant que ça soit Céleste qui l'ai blessé.
Codage par Libella sur Graphiorum
Je suis : Achille Tiercélys,
bâtisseur et sculpteur, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Achille Tiercélys

Crédits avatar :
Littleulvar

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Fichette !
Carnet !
☾ #BOLD
☾ DC : Ludivine Permont

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 4 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
125


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty
MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyJeu 21 Fév - 16:11

Échappée belle / 22 Cellune 1100


Que le jeune cavalier récupère la bride de sa monture achève de redonner à Achille la contenance qu'il avait perdu quelque part entre l’herbe et la berge. Le bâtisseur comprend qu'il n'est peut-être pas le plus perturbé des deux ; le blond le remercie à mi-voix. Y aurait-il sous la surface du lac un monstre qu'il ne faut pas réveiller ?

« Vous êtes blessé...! »

Le vornois tressaute et baisse la tête, beaucoup plus alarmé par le changement de ton que par l'information. Tout d’un même geste pourtant, il se détend en ramenant sa main contre lui - Achille a toujours été assez pudique sur les blessures, probablement un réflexe hérité de lointains ancêtres au mode de vie plus bestial. La vue de l'entaille réveille une douleur lancinante, mais soutenable. Ce n'est pas la première fois qu'il se coupe ; les objets tranchants ne sont pas ce qui manque dans son métier.

« On dirait bien. »

Sur son visage s'étire un fin sourire qu'il veut rassurant, moqueur aussi. C'est qu'il est difficile de résister devant l'air effaré du cavalier. Achille ne le fait pas marcher trop longtemps. Il s'accroupit près du lac et plonge sa main dans l'eau froide pour la nettoyer - la drakalonne semble trouver que boire est l'idée du siècle, aussi tire-t-elle sur sa bride jusqu'à pouvoir lapper près du vornois.

« J'étais en train de sculpter quelque chose et votre monture m'a surpris, j'ai fait glisser mon couteau… d'ailleurs il ne devrait pas être très loin. »

Sa voix fait résonner un quelconque esprit du lac aux penchants altruiste et, porté par un semblant de courant, le petit bout de bois en forme de poisson passe devant eux en flottant paisiblement. Achille tend le bras et l’attrape juste avant qu’il ne cogne sur le museau de la drakalonne. Il le fourre dans la main du blond avec un « tenez ça » concentré, ses yeux redescendant déjà vers le sol à la recherche d’une lame. Il fait quelques pas, la main gauche pressée dans sa droite comme si cela pouvait avoir un quelconque impact sur la plaie ouverte qui n’a jamais réellement cessé de saigner.

L’herbe est haute, verte et joueuse - elle s’enroule autour des mollets du bâtisseur et frissonne sous la brise en dissimulant, dans ses milliers de doigts fins, l’objet de son enquête. Achille fait claquer sa langue sur son palais et redresse un visage calme.

« … Bon, ce n’est pas très grave. »

Du menton, il pointe la statuette que tient le cavalier.

« Gardez-là si vous voulez, je l’avais presque terminée de toute façon. »



Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Valérian Hautiare,
princer héritier, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Valérian Hautiare

Crédits avatar :
Vorpatril by kir-tat / Laurent of Vere by JP Illust & KK / Roroei

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Le Prince Célestin
➔ 24 ans, 1m78, 65kg, cheveux blond, yeux vert
➔ troisième don : intangibilité
➔ porte une chevalière en or blanc sertie d'une émeraude frappée de la grenouille marloise à l'auriculaire gauche
➔ rêveur, bienveillant, tolérant, timide, artiste, manque d'autorité, trop émotif, politicien inavoué, stratège sous-estimé mais surtout apprenti roi
➔ est le maitre d'Henri, vieux hongre et de Céleste, jeune drakalone

a eu une réussite pour la transcendance qui sera ultérieurement mit en scène en RP

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 6 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
548


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Sceau13“La véritable noblesse consiste non pas à être supérieur
à un autre homme, mais à ce qu'on était auparavant.”

MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyVen 1 Mar - 23:30

 

Echappée belle.
22 Cellune 1100 - rives du lac Prospère

L'homme eut une réaction des plus tenues. Il semblait même carrément indifférent à sa blessure. Cillant, le jeune prince ne le quitta cependant pas des yeux et le suivit même alors qu'il s'accroupissait au bord du lac pour y baigner sa main ensanglantée.

Un « waaaa » étranglé sorti de ses lèvres alors que Céleste l'avait surpris en tirant brusquement sur ses rênes. L'animal avait trouvé judicieux d'aller boire l'eau teintée de sang. Instinctivement Valérian tira sur la bride pour l'en empêcher. L'homme était en train d'expliquer au prince les raisons de sa blessure.

En quelque sorte Céleste en était vraiment responsable... Une moue teintée de dépit se forma sur le visage du prince qui posa sa main sur le museau de sa drakalonne. Mais il n'a pas le temps de formuler d'une voix assez intelligible de bredouillantes excuses que l'homme est de nouveau debout et lui attrape la main pour y fourrer un poisson de bois.

Cillant, Valérian ne dit mot, portant à son regard l'objet sculpté dans le bois tendre. Une tache de sang avait été diluée par l'eau du lac et avait formé une traînée rosâtre sur le corps du poisson. Faisant lentement tourner l'objet entre ses doigts, il trouvait que cette teinte rose sur le bois blanc était du plus bel effet. Il aurait voulu le faire qu'il n'y serait pas parvenu...

Relevant les yeux vers l'homme, il se rendit compte que ce dernier cherchait son couteau. Remettant ses rênes autour de l'encolure de Céleste, il la laissa vaquer tandis qu'il posait à son tour ses yeux sur l'herbe verte. Tout en cherchant la lame son frère apparut dans ses pensées.

- Bon, ce n'est pas très grave...

Valérian releva la tête vers l'homme.

- Gardez-là si vous voulez, je l’avais presque terminée de toute façon.

Reportant son regard sur le poisson, le jeune prince se mit à sourire.

- Merci... dit-il simplement, ne protestant pas le moins du monde Mais vous devriez tout de même le terminer. il le lui retendit Votre couteau est juste là. de sa main libre il désigna l'étincellement de la lame qu'il voyait miroiter près d'une pierre
Codage par Libella sur Graphiorum
Je suis : Achille Tiercélys,
bâtisseur et sculpteur, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Achille Tiercélys

Crédits avatar :
Littleulvar

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Fichette !
Carnet !
☾ #BOLD
☾ DC : Ludivine Permont

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 4 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
125


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty
MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyDim 10 Mar - 20:55

Échappée belle / 22 Cellune 1100


Achille tourne la tête dans la direction indiquée. Fine vue, il doit l’admettre ; nichée contre la pierre, une lame envoie des signaux brillants sous le ciel sans nuages. Le bâtisseur avale la distance en quelques enjambées et se penche pour récupéré son couteau. Il le fait tournoyer dans sa main en lançant un coup d’oeil au blond. Son menton s’incline brièvement dans un remerciement silencieux. Après être retourné sur ses pas, Achille récupère la statuette en l’observant à son tour. Puis il fait sauter le poisson dans sa paume et le range dans la poche de son pantalon avant de replacer le couteau sous sa ceinture.

« C’est bon, je le terminerai. Il aura une petite histoire. »

L’artisan parle bien évidemment de cette journée, de cette rencontre. Un souvenir de Creux-Lac gardée par la force de son emblème. Il aime que les objets puissent avoir une mémoire, et souvent bien plus que les hommes. Les plus beaux monuments construits par leur peuple ne servent-ils pas d’abord et avant tout cet intérêt ? Les ruines servent toujours le même message : ne nous oubliez pas.

« Vous auriez pas… » qu’il ose tout de même demander en tendant sa main ; un linge, un bout de tissu, n’importe quoi.

Il a repéré la besace accrochée à la selle de la monture. En posant à nouveau ses yeux sur le profil jeune de blond, une impression étrange de déjà vue lui trotte dans la tête. Ils se sont peut-être déjà croisés ? Achille s’est déjà rendu à deux reprises à Lackness depuis qu’il a commencé à travaillé pour Killian, qui sait, c’est une ville assez populeuse.

« Vous venez du coin ? »

Il demande, tout innocemment. Ça pourra peut-être l’aiguiller. Il s'aventure là avec une certaine retenue ; Achille n'a pas perçu chez le jeune homme la suffisance qu'ont certains nobles ou personnes fortunés, mais il a conscience du fossé certain qui sépare leur monde. Le jour où il pourra se payer une drakalonne de cette allure, il aura le dos et les mains brisés par son métier.



Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Valérian Hautiare,
princer héritier, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Valérian Hautiare

Crédits avatar :
Vorpatril by kir-tat / Laurent of Vere by JP Illust & KK / Roroei

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Le Prince Célestin
➔ 24 ans, 1m78, 65kg, cheveux blond, yeux vert
➔ troisième don : intangibilité
➔ porte une chevalière en or blanc sertie d'une émeraude frappée de la grenouille marloise à l'auriculaire gauche
➔ rêveur, bienveillant, tolérant, timide, artiste, manque d'autorité, trop émotif, politicien inavoué, stratège sous-estimé mais surtout apprenti roi
➔ est le maitre d'Henri, vieux hongre et de Céleste, jeune drakalone

a eu une réussite pour la transcendance qui sera ultérieurement mit en scène en RP

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 6 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
548


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Sceau13“La véritable noblesse consiste non pas à être supérieur
à un autre homme, mais à ce qu'on était auparavant.”

MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyDim 17 Mar - 19:12

 

Echappée belle.
22 Cellune 1100 - rives du lac Prospère

Sans bouger d'où il est, la main toujours tendue pour rendre le poisson, il suit l'homme des yeux qui récupère son couteau avant de revenir vers lui. Le prince esquisse un sourire alors que la petite sculpture tournoie en l'air. La réplique de l'homme termine d'étirer ses lèvres. Puis la main ensanglantée lui provoque un léger haut-le-cœur.

- Heu ou-oui, je dois avoir quelque chose pour la bander... dit-il avant de se retourner vers Céleste afin de fouiller la sacoche accrochée à la scelle

Tandis qu'il revient avec une flasque d'eau bouillie et son mouchoir, il oublie totalement que ledit mouchoir est frappée aux armoiries Hautiare, ainsi que ses initiales brodées au fil d'or. C'est sans détour qu'il prend le poignet de l'homme et qu'il verse de l'eau sur la paume ouverte.

Autant qu'on le touche lui déplaît, autant toucher autrui n'est pas quelque chose qui le perturbe.

- N-non, je suis d'Albatra... dit-il dans un murmure rauque

Dire qu'il vit à la capitale n'est pas sujet à controverse mais il est vrai que le sujet de sa véritable identité est quelque chose qui l'inquiète un peu... D'autant plus qu'il semble avoir à faire à un plébéien, ou tout du moins un roturier, d'un premier abord frustre mais fort sympathique... Valérian étant très sensible aux attitudes et sachant pertinemment que la plus part des gens changent de comportement en sa présence espérait grandement que l'homme garde son naturel.

Il lui était tellement agréable de n'être qu'un homme parmi les autres...

- Vous allez sans doute avoir une cicatrice... ajoute-t-il toujours aussi bas alors qu'il applique son mouchoir plié en quatre sur la blessure, appuyant fortement pour arrêter le flot sanguinolent

Ce n'est qu'après avoir dit ces mots qu'il réalise que sa parole est surannée alors qu'il se rend compte que les mains de l'homme sont lézardées de balafres et autres stigmates, témoignant d'une activité manuelle régulière.

- … Mais vous semblez avoir l'habitude... dit-il à demi-mot, rougissant de sa bêtise mais aussi de son audace d'une telle remarque C-c'est votre métier qui vous blesse ainsi...? ajoute-t-il encore plus bas, les yeux rivés sur ses pieds
Codage par Libella sur Graphiorum
Je suis : Achille Tiercélys,
bâtisseur et sculpteur, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Achille Tiercélys

Crédits avatar :
Littleulvar

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Fichette !
Carnet !
☾ #BOLD
☾ DC : Ludivine Permont

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 4 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
125


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty
MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyMar 19 Mar - 15:50

Échappée belle / 22 Cellune 1100


Impossible de ne pas laisser ses billes s’attarder sur la broderie dorée du mouchoir. Lorsque le jeune homme l'appuie sur sa main, Achille marque un très léger tressautement, à peine ressenti dans un souffle qui se suspend et qui reprend - on pourrait croire à une douleur éclair lui remontant dans le poignet, mais le sursaut provient d'une réalisation soudaine. Le blond confirme la dernière ombre planant sur son doute... Il vient d’Albatra. Discret, le bâtisseur relève les yeux vers le visage concentré du blond. C’est un prince qui panse sa main, rien de moins. Les pensées du vornois se mettent à faire des cercles dans sa tête, ressassant les dernières minutes en boucle pour voir s’il n’aurait pas eu un comportement inadéquat, des paroles trop brusques, et plus Achille essaie de se trouver une faute, plus cette évidence grossit : ça ne change rien. Il n’aurait pas agi différemment sachant le statut du cavalier.

D’ailleurs, son comportement demeure le même, si ce n’est que la lueur taquine au fond de son regard revient se loger avec plus d’insistance.

« Vous allez sans doute avoir une cicatrice. »

Constat effrayant. Le calme du sculpteur répond au prince. Le regard d'Achille s'abaisse et achoppe sur chaque strie fine marquant sa peau - de ses mains à ses coudes, ses bras en sont couturés. Elles marquent, sur son teint basané, des années de métier. Ça n’a jamais dérangé Achille, impudique sur ce genre de choses ; ses plaies ne proviennent pas de la guerre, comme celles de son frère, ses blessures ne sont pas les résidus de la violence, mais de l’art.

« … Mais vous semblez avoir l'habitude… » Touché. « C-c'est votre métier qui vous blesse ainsi...? »

Un prince qui craint de demander. Il lui inspire quelque chose d’inhabituel qu’Achille ne saurait déchiffrer à l’instant.

« Oui. »

La réponse vient sans se faire attendre, égale, avec une fierté calme et assurée. La curiosité est une qualité, et le vornois ne veut pas que le blond s’imagine le contraire.

« Je suis Maître bâtisseur mais aussi… sculpteur, sans vous surprendre. Si j’avais le choix, je ne ferais que de l’art, mais ça ne rapporte pas assez. Alors je me rend utile. Et quand j’ai le temps, je me rabat sur des petits poissons en bois qui manquent de m’arracher la main. »

Il sourit, mais ça n’a rien de malicieux. Achille a compris que Valérian (c’est son nom, il le sait, maintenant) se sent responsable de sa blessure. Se sentir responsable de tout, c'est peut-être un poids nécessaire pour bien régner, que le vornois imagine. Le pouvoir, c’est ingrat. Achille n'hésiterait pas à s’en départir aussi le temps d’une balade anonyme autour d’un lac.

« Si vous venez d’Albatra, vous devez connaître l’Académie. » Bien entendu, qu’il connaît. Achille joue le jeu. « Ils ont rénové une partie dans l’aile nord, enfin, si vous êtes déjà passé par là… les sculptures sur les colonnes, sur les arcs, elles sont de moi. »

En général, il évite de le dire. À la va-vite, on le traite de menteur. Ce n’est pas grave. C’était deux ans de sa vie bien investi, et il serait resté sur le chantier si ça n’avait pas été de divergences… artistiques, disons le ainsi. Le vornois inspecte la main délicate du prince toujours refermée sur la sienne. S’il ne bouge pas, c’est presque confortable.

« En fait j’ai… longtemps habité à la capitale. Je suis à Lackness depuis quelques semaines seulement, je cherchais un nouveau chantier, j’avais besoin de changer d’air. Albatra, c’est une ville magnifique, mais épuisante. Ici, tout est plus calme. »

Par déduction, Valérian peut retracer le dernier endroit de la carte d’où le vornois provient. Achille a l’étrange impression qu’en lui en disant un peu plus sur lui, il calmera la crainte latente du prince à être découvert. Il n’a pas de soucis à se faire ; pour le bâtisseur, aujourd’hui, il ne sera qu’un jeune cavalier.

« Je crois que ça ne saigne plus… »




Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Valérian Hautiare,
princer héritier, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Valérian Hautiare

Crédits avatar :
Vorpatril by kir-tat / Laurent of Vere by JP Illust & KK / Roroei

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Le Prince Célestin
➔ 24 ans, 1m78, 65kg, cheveux blond, yeux vert
➔ troisième don : intangibilité
➔ porte une chevalière en or blanc sertie d'une émeraude frappée de la grenouille marloise à l'auriculaire gauche
➔ rêveur, bienveillant, tolérant, timide, artiste, manque d'autorité, trop émotif, politicien inavoué, stratège sous-estimé mais surtout apprenti roi
➔ est le maitre d'Henri, vieux hongre et de Céleste, jeune drakalone

a eu une réussite pour la transcendance qui sera ultérieurement mit en scène en RP

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 6 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
548


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Sceau13“La véritable noblesse consiste non pas à être supérieur
à un autre homme, mais à ce qu'on était auparavant.”

MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyDim 24 Mar - 15:28

 

Echappée belle.
22 Cellune 1100 - rives du lac Prospère

Immobile, bien campé sur ses si intéressants pieds, Valérian ne dit plus un mot. Parce que le sculpteur – ainsi tel est son réel métier – emplit l'air de paroles.

Le jeune prince est attentif, bien qu'il regarde toujours ses bottes, c'est la première fois qu'il a l'occasion de discuter sans ambages avec une personne qui ne soit ni de la noblesse, ni un intellectuel. Bien au contraire, cet homme aux cheveux lavande est un ouvrier de pure souche et leur différence de classe sociale ne pourrait être plus éloignée... Ça n'en était que plus intéressant, que plus excitant...

A mesure que le sculpteur s'épanchait – sans pour autant paraître orgueilleux – Valérian relevait lentement mais sûrement ses pupilles vers le visage aux traits aquilins – sans doute avait-il eu le nez cassé pour diverse raison que l'esprit onirique du prince passa en revu sans pour autant perdre le fil des paroles – et ancrait son regard dans celui à qui il aimerait pouvoir donner un nom. Mais pourtant il baissa de nouveau la tête alors que l'homme lui faisait remarquer qu'il n'avait appriori plus besoin de presser son mouchoir sur sa blessure.

Comme surpris, Valérian s'écarta presque d'un bon, retirant donc son mouchoir de l'entaille qui en effet ne saignait plus. Jetant un regard au tissu imbibé de liquide vermillon, il se dirigea vers le lac dans l'idée de le rincer. Après tout, ça n'était que du sang et mieux valait avoir son mouchoir propre, Naâme seul sait s'il allait en avoir de nouveau besoin dans les heures à venir. – et puis avec ce beau temps, il serait sec en un instant –

- Oui, Albatra est une ville bruyante et toujours en effervescence. répondit-il alors qu'il s'était accroupi au bord du lac pour y tremper son mouchoir Mais elle est bien moins tumultueuse que Borderoc si vous voulez mon avis...

Il rougit légèrement, lui qui n'avait pas l'habitude de justement donner si promptement son avis, d'autant plus qu'il ne connaissait Borderoc que de réputation et n'y avait encore jamais mis les pieds, pas même en visite aux Rochefer... Mais il s'imaginait fort bien l'agitation des passants, être toujours à l'affût des fripouilles prêtes à vous escroquer, des brigands de coin de rue et ceux de grands chemin de passage en ville... Les marchants ambulants criant pour vendre leur marchandises, les aubergistes gueulant en mettant dehors des clients récalcitrants ou trop ivres. Les courses de cheval en plein rue d'adolescents casse-cou et débridés, les matrones influentes qui menaient leur petit monde à la baguette, et les saltimbanque toujours prompts à des pirouettes...

Le prince se perdit quelques instant dans ses pensées, se remémorant au combien il avait envie de visiter cette ville, de découvrir par lui-même, de se frotter à son ambiance, à son âme... Il soupira doucement – une impatiente fièvre l'avait doucement pris à la gorge et il la chassa ainsi – tout en frottant son tissu contre une petite pierre plate, comme avait-il vu faire des lavandières.

Il reprit le cours de l'échange comme si de rien n'était alors que presque une minute s'était écoulée.

- Lackness n'est pas spécialement plus calme mais, il y règne une sorte de quiétude ambiante qui fait que le bruit n'est pas dérangeant... Peut-être parce que tout le monde sourit, semble heureux et détendu... dit-il pour conclure sur sa vision des grandes ville du royaume Les entrelacs forestiers aussi sont de vous...? demanda-t-il en se remémorant une arcade particulièrement belle, entremêlant feuilles, entrelacs, spirales et volutes, le tout mettant en valeur les si insignifiantes grenouilles marloises

Valérian s'était souvent imaginé enfant pauvre repéré par un maître et recruté à l'Ordre du Savoir. Ou alors, ayant quelques années de plus et faisant parti de ces maîtres et académiciens... Mieux encore : comme un paire reconnu pour ses talents d'homme de lettre. Puis il se souvenait qu'il n'avait aucun talent et chassait ces moroses pensées.

Il se releva après avoir essoré son mouchoir et se tourna vers l'homme dont il ne connaissait toujours pas le nom. Un sourire fin – légèrement forcé – sur les lèvres.
Codage par Libella sur Graphiorum
Je suis : Achille Tiercélys,
bâtisseur et sculpteur, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Achille Tiercélys

Crédits avatar :
Littleulvar

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Fichette !
Carnet !
☾ #BOLD
☾ DC : Ludivine Permont

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 4 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
125


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty
MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyVen 3 Mai - 17:02

Échappée belle / 22 Cellune 1100


« Oui, Albatra est une ville bruyante et toujours en effervescence. Mais elle est bien moins tumultueuse que Borderoc si vous voulez mon avis... »

Achille baisse le menton, sourit. Bien des gens ont bien des avis sur la tortueuse Borderoc.

« Vous avez raison, Borderoc est une ville qui ne dort jamais. Être la capitale la plus riche de Trois-Lieux attire toute sortes de voyageurs, même les plus indésirables... »

La phrase demeure en suspens, posant là l'avis que le Bâtisseur se fait de la capitale du Gravorn. Il sait que ce n'est pas une idée partagée par tous, et que bien plus souvent qu'autrement, elle choque. Borderoc, plus riche qu'Albatra ? Une curiosité légèrement déplacée pousse Achille à chercher la réaction du prince. La politique n'est peut-être pas si différente vue d'en haut. Enfin, pour ne pas paraître trop impertinent, il rajoute :

« Les vornois ont le cul assis sur des mines de pierres précieuses, mais heureusement pour tout le monde, ils considèrent bien plus la valeur qui se cache dans le coeur de leurs gens que dans des cailloux. »

Ça lui fait étrange de parler ainsi de son peuple. Après tout, n'a-t-il pas cherché à s'en éloigner toute sa jeunesse, coincé entre la tradition, les attentes de sa famille, et ses désirs ? Pourtant, cette affirmation lui semble naturelle. Plus Achille vieillit et s’éloigne, plus il ressent l’appel de la patrie. Il est monstrueusement normal. Parfois, ça l’immobilise, ça l’empêche d’avancer. Il ne sait plus.

Le Bâtisseur observe Valérian frotter le tissu sur la pierre. Il opine du chef sans trop s’en rendre compte : oui, Lackness est paisible. Il se demande ce qui fait que les populations diffèrent tant l’une de l’autre. La distance n’explique pas tout. Mais jusqu’à preuve du contraire, il a finit par se sentir chez lui partout où il a mis les pieds, preuve que l’humanité, elle, n’a pas de territoire.

« Les entrelacs forestiers aussi sont de vous...? »

Achille a la bouche ouverte. Il ne sait pas depuis combien de temps. Quand le jeune prince se redresse et lui fait face, il se ressaisit. « Oui… » qu’il répond bêtement. Il est surpris d’être surpris, c’est pour dire ; il n’y a pourtant rien d’extraordinaire qu’un membre de la famille royale aie foulé les couloirs de l’Académie. Sans trop mesurer ses gestes, le sculpteur s’est mis à bouger. Dans son mouvement, il entraîne le cavalier et sa monture. Un pas, puis deux, et ils marchent sur la rive du lac. Les écailles de la drakalonne chatoient sous les rayons du soleil et l’onde de sa peau qui roule sur ses muscles.

« L’Ordre voulait quelque chose d’assez conservateur. C’est beau mais… lassant, pour être tout à fait honnête. Vu, et revu. Je me suis légèrement - il sourit - fritté avec le Maître du chantier, alors j’ai dû quitter avant d’avoir terminé. Disons qu’on avait pas le même… sens de l’esthétique ? »

Une goutte malicieuse brille sur coin de sa bouche.

« Je ne veux pas vous retenir, si vous êtes attendu quelque part. »

Il l’observe. Il se dit qu’un prince, ça doit rarement avoir quelques minutes à soi. Et celui-ci a plutôt l’air d’être en escapade plus ou moins réglementaire. Aucun gardes, aucune armoirie visibles. Échapper à qui on doit être fait toujours un bien fou, Achille en sait quelque chose. Son regard est doux. Il n’enlèvera pas ce plaisir à Valérian de filer sous le radar s’il désire s’étirer encore un peu.




Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Valérian Hautiare,
princer héritier, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Valérian Hautiare

Crédits avatar :
Vorpatril by kir-tat / Laurent of Vere by JP Illust & KK / Roroei

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Le Prince Célestin
➔ 24 ans, 1m78, 65kg, cheveux blond, yeux vert
➔ troisième don : intangibilité
➔ porte une chevalière en or blanc sertie d'une émeraude frappée de la grenouille marloise à l'auriculaire gauche
➔ rêveur, bienveillant, tolérant, timide, artiste, manque d'autorité, trop émotif, politicien inavoué, stratège sous-estimé mais surtout apprenti roi
➔ est le maitre d'Henri, vieux hongre et de Céleste, jeune drakalone

a eu une réussite pour la transcendance qui sera ultérieurement mit en scène en RP

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 6 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
548


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Sceau13“La véritable noblesse consiste non pas à être supérieur
à un autre homme, mais à ce qu'on était auparavant.”

MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyLun 13 Mai - 23:38

 

Echappée belle.
22 Cellune 1100 - rives du lac Prospère

Si le sculpteur attendait une réponse ou une réaction du jeune prince au sujet des vornois plus sensibles qu'ils n'y paraissent, il pouvait toujours attendre... Non par que Valérian ne veuille pas donner son avis mais plutôt qu'il avait parlé au mauvais moment...

Le prince avait été embarqué par le fil de ses pensées et n'avait tout simplement pas entendu la subtile remarque. De toute façon, qu'aurait-il eut à répondre, lui qui ne connaît des vornois que son maître d'arme qui le traite encore plus comme un enfant que tous ses autres précepteurs... ? Mais la conversation avait de toute façon dévié sur un autre sujet et Valérian ne put retenir un fin rire aux mot « fritté ».

Il était en train d'imaginer le sculpteur rouge de rage en train de vociférer sur un vieux bonhomme rabougrit. Mais l'image s'inversa lorsqu'il comprit que se fut la cause de son départ. Avait-il voulu dire renvoie... ? Valérian ne saurait dire mais une chose état encore plus floue.

L'homme avait-il aimé sculpté les entrelacs dont parlait Valérian ou non.. ? Ça n'enlevait rien à leur beauté mais le prince les aurait d'autant plus aimé si leur créateur en éprouvait de même...

- Comment ? Heu... N-non, oui, peut-être... avait-il répondu d'instinct, totalement pris de cours par la question de l'homme

Ses émotions contraire se lisant sur sa figure juvénile, le prince trébucha légèrement sur une pierre alors qu'il mettait un pied en arrière pour prendre un meilleur appuis. Sa tentative pour reprendre contenance – comme le lui avait appris Ophélia – tournait court.

A dire vrai, le sculpteur venait de lui balancer la réalité en pleine figure et ça n'était pas ce qu'il avait espéré... Il aimait beaucoup la discussion commencée avec cet homme... Pourtant, toutes les bonnes choses ont une fin et là sonnait le glas.

Chassant la petite pierre dérangeante du bout des orteils, il profita de cet instant où il regardait ses pieds pour tenter à nouveau de mettre à profit les enseignements de la zoologiste. Se redressant de nouveau, il croisa ses bras dans son dos où il put allègrement triturer ses doigts de nervosité sans que ça ne soit remarqué.

- Pour tout vous dire si, je suis sans doute attendu... il avait pris une grand inspiration avant de parler Je ne devrais même pas être ici, continua-t-il, se forçant à respirer calmement et fixant un point entre les sourcils violets pour lui faire penser qu'il soutenait le regard mauve alors qu'il en était incapable j'ai profité du repos des mes... Compagnons de route pour aller me promener. il disait la vérité tout en continuant de cacher son identité Et je ferais sans doute mieux de les rejoindre, sans quoi j'attirerais sans doute les braises de Kamaâl sur moi... ! il lâcha un rire nerveux

Oui, il était temps de rentrer... Et ça le rendait triste.

- Mais peut-être pourrions-nous nous revoir...? osa-t-il sans vraiment réfléchir aux répercussions N-nous partons pour les ruines de Sytovia demain, v-vous pourriez nous accompagner... ? Un sculpteur tel que vous aura sans doute des choses à nous apprendre en voyant ces vestiges...

Il en avait sans doute trop dit. Ou pas assez... Mais le fait était que si l'homme acceptait, Valérian pouvait dire adieu à son anonymat... Bah, après tout, ça n'était peut-être pas plus mal. Il lui semblait avoir en tête l'idée saugrenue qu'une rouquine lui avait dite quelque chose du genre « Commence par assumer qui tu es car tu ne peux rien y changer ».

Il était peut-être venu le jour de le mettre en application.
Codage par Libella sur Graphiorum
[/b][/b]
Je suis : Achille Tiercélys,
bâtisseur et sculpteur, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Achille Tiercélys

Crédits avatar :
Littleulvar

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Fichette !
Carnet !
☾ #BOLD
☾ DC : Ludivine Permont

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 4 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
125


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty
MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyVen 24 Mai - 17:37

Échappée belle / 22 Cellune 1100



Valérian ment très mal. Enfin, disons qu’il contourne la vérité très mal, pour être plus impatiale. Achille demeure interdit devant une telle prestation ; le bafouillement, les contournements, le rire nerveux. Si le lignage royal est héréditaire, il n’y a bien que le titre qui suit une logique de continuité à travers les règnes - les qualités de seigneur, ce n’est pas biologique. C’est d’un autre ordre, un ordre cruel, il faut le dire. Se déformer soi-même pour devenir autre chose. Une image du pouvoir, une idée de piédestal, un rempart humain pour séparer le bas du haut. Mais Achille ne voit pas, dans le prince, cette digue infranchissable intimant à chacun sa place et ses frontières. Il y voit plutôt un mur poreux, une vitre, un miroir, peut-être, même… et pour un peu qu’on accepte que le pouvoir ne puisse pas uniquement résider dans la force brute ou la solidité d’un caractère modelé par les impératifs du commandement, Valérian pourrait bien incarner le genre de leader qu’on n’a que trop peu vu, et qui pourrait faire une différence.

« Mais peut-être pourrions-nous nous revoir...? »

Voilà, cette différence-là. Un sourire germe lentement sur le visage du sculpteur. Tout ceci n’est pas très procédural, et justement, c’est ce qu’il aime. Peut-être pourrions-nous effectivement nous revoir, Valérian. À toi de décider des règles, puisque c’est justement ton rôle. Achille l’observe calmement.  

« N-nous partons pour les ruines de Sytovia demain, v-vous pourriez nous accompagner... ? Un sculpteur tel que vous aura sans doute des choses à nous apprendre en voyant ces vestiges… »

Un temps mort. Ou plutôt, un temps absolument vivant. Le bâtisseur sent une lumière chaude et féroce lui remonter jusqu’à l’oeusophage. Il entre-ouvre même les lèvres, comme prêt à expirer, ou à parler, mais il demeure muet, statique. C’est la surprise, la possibilité, le cours des choses qui bascule vers un chemin auquel il n’osait plus penser. Pendant une fraction de seconde, son esprit pratique fait tout simplement : non. Non, il ne peut pas. Parce qu’il travaille pour Killian. Parce que s’autoriser un congé pour un rêve d’enfant ne fait pas de sens, fait déraisonnable. Parce qu’il en a tellement parlé avec Sancie lorsqu’ils étaient jeunes que de rapprocher le réel de l’ordre de l’imaginaire menace de tuer la magie dans l’oeuf. Parce que qui est-il, lui, Achille, rejeton le plus lambda de sa fratrie, l’effacé, le rôdeur qui n’ose pas trop s’élever, pour prétendre achever ce voyage vers l’extrémité sud de la Terre des Trois-Lieux afin de voir les vestiges de Sytovia ?

Avec le prétendant au trône, qui plus est.

À son tour d’émettre un rire nerveux. Sec, clair, coupé. Pourtant, il s’entend répondre :

« C’est une excellente idée. »

Il entend le ton de sa voix aussi, contrôlée, plus affirmée que ce qui boue au fond de lui. Le doute fait un carnage dans son ventre. Quelques semaines plus tôt, il aurait refusé. Il aurait peut-être même ricané avec un espèce de dédain et de désillusion mêlée à cette grotesque proposition. Il se serait joué à lui-même la carte de la fausse raison, de la fausse responsabilité, de la fausse j’ai-des-choses-plus-importantes-à-faire-ici. Mais en ce moment, rien ne lui semble plus important que de remonter sur son cheval et de remettre le cap vers les vestiges de l’ancienne vie. Peut-être toutes les réponses à ses questions informes, blanches, se trouvent là-bas, enfouies dans les souterrains d’une civilisation à la tête tranchée dont ils sont les descendants.

Achille caresse le ventre lisse du poisson en bois dans sa poche et pose à nouveau ses billes foncées sur le visage du blond.

« Partez, allez retrouver vos gens avant qu’ils ne s’inquiètent davantage. Je serai à l’orée de Lackness demain, à l’aube. »

Disons que de tous les prétextes qu’il aurait pu trouver pour abandonner le chantier de construction pendant une semaine ou deux, se joindre à l’escorte royale est bien celui qu’Achille n’aurait pas osé s’imaginer, même dans ses divagations les plus aventureuses. Dans son esprit, il voit déjà le visage de la Lame lorsqu’il lui annoncera ; ses sourcils qui vont se relever dans un mouvement presque imperceptible, le coin de ses lèvres qui va frémir, ombre d’un rire ou d’un soupçon. Oui, Killian sera économe sur ses mots et ses expressions, comme pour tout le reste.





Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Valérian Hautiare,
princer héritier, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Valérian Hautiare

Crédits avatar :
Vorpatril by kir-tat / Laurent of Vere by JP Illust & KK / Roroei

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Le Prince Célestin
➔ 24 ans, 1m78, 65kg, cheveux blond, yeux vert
➔ troisième don : intangibilité
➔ porte une chevalière en or blanc sertie d'une émeraude frappée de la grenouille marloise à l'auriculaire gauche
➔ rêveur, bienveillant, tolérant, timide, artiste, manque d'autorité, trop émotif, politicien inavoué, stratège sous-estimé mais surtout apprenti roi
➔ est le maitre d'Henri, vieux hongre et de Céleste, jeune drakalone

a eu une réussite pour la transcendance qui sera ultérieurement mit en scène en RP

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 6 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
548


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Sceau13“La véritable noblesse consiste non pas à être supérieur
à un autre homme, mais à ce qu'on était auparavant.”

MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyDim 26 Mai - 0:00

 

Echappée belle.
22 Cellune 1100 - rives du lac Prospère

Le rire nerveux qui s'échappa des lèvres de son vis-à-vis fit se crisper le jeune prince. Il connaissait ce genre de rire, car il en était souvent parcouru... Et ils ne présageaient jamais rien de bon. Aussi ouvrit-il les yeux comme des soucoupes alors que l'homme répondait positivement à sa proposition.

Cillant, il fixait le sculpteur, voulant être sûr et certain d'avoir bien entendu. Mais les mots qui suivirent finirent par rassurer totalement le jeune prince qui se mit à sourire.

- Très bien, nous vous y retrouveront alors. Vous pourrez prendre une place de laquais de ma voiture. Ah moins que vous ayez un cheval... ? Dans tout les cas je ne pourrais malheureusement pas vous inviter à l'intérieur... Mes gens verraient cela d'un trop mauvais œil... Sinon il y a la carriole à matériel. il avait dit cela d'une traite, sans aucune bafouille

Il siffla Céleste qui s'était un peu éloignée et remonta en selle.

- Prévoyez quelques vivres aussi, je vais demander à ce qu'on en emporte d'avantage mais je me dit que cela sera sans doute d'un meilleur effet si vous ne faites pas juste que profiter du convois... Enfin, je vous y invite, avec plaisir même ! Mais je n'ai pas toute autorité... Mes gens ne vous refuseront pas mais ils attendrons sans doute que vous fassiez vos preuves... Ils vont déjà devoir digérer que j'ai pu rencontrer et m'acoquiner avec une personne de votre rang. Non pas que vous soyez mon inférieur, loin de moi cette pensée mais, quand on fait parti de la haute noblesse les gens ont souvent des préjugés... Je ne veux juste pas que vous en fassiez trop les frais, ça n'est pas dans ma vision des choses...

Là encore, il avait exposé son point de vue d'une manière claire et intelligible. Sans doute parce qu'il parlait avec son cœur... Il sourit plus encore.

- Alors à demain, reposez-vous bien ce soir, un long voyage nous attend...!

D'un revers de chapeau, il salua son nouvel ami et claqua sa langue pour lancer sa monture au galop.

Il était peu de dire que le jeune prince eut rapidement perdu sa verve une fois face à ces deux précepteurs en colère... Mais il suffit d'un seul regard doux et compréhensif de son vieux et cher garde Bérard pour lui redonner un brin de fougue.

- J-je suis revenu entier. P-personne ne sait qui je suis par i-ici et j-j'ai bien le droit de faire comme bon me semble lors des temps morts... ! avait-il réussi à placer, se faisant violence pour parler distinctement même si ses pieds avaient toute son attention visuelle D-d'ailleurs, nous aurons un nouveau compagnon de route demain. J-j'ai rencontré un sculpteur qui en saura sans aucun doute bien plus sur ces vieilles pierres que vous deux réunis... !

Qu'est-ce qu'il n'avait pas dit... Il se crispa d'un coup alors qu'il entendait quelque chose que jamais personne n'avait dit à son propos.

- Quelle insolence... !

Pourtant, il n'y eut pas un mot de plus. Si ce n'est qu'un acquiescement.

- Bien mon prince.
- Comme vous voulez, mon prince...

Il avait alors rouvert les yeux et pu voir ces deux précepteurs tourner vivement les talons. Il cilla, son cœur battant à tout rompre et son regard croisa celui du vieux garde. Son sourire tendre fini d'apaiser son cœur et il sourit à son tour, se redressant instinctivement, soudainement extrêmement fier d'avoir ainsi réussi à s'imposer.

Il fila donc à la rencontre des deux serviteurs en charge du ravitaillement et leur demanda d'ajouter un convive sur les rations. Il profita ensuite d'un moment de quiétude inhabituelle pour flâner dans le palais ducal de Lackness avant le souper. Il aurait aimer croiser la jeune duchesse mais ne trouva la naine nulle-part. Le repas fut simplement pris avec ses gens et il alla se coucher tôt, l'esprit plein d'aventures...

Le petit convois royal fut à la porte sud de la ville alors que le soleil était tout juste entièrement visible à l'horizon. Valérian fit stopper son carrosse puis ouvrit la portière, sous l’œil courroucé de ses précepteurs qui n'avaient toujours pas digérer sa voie de fait de la veille... Mais Valérian lui était comme remonté à bloc et cette verve ne semblait pas prête de redescendre...

Ça n'était qu'une petite victoire pour le prince timoré mais c'en était quand même une.

Descendant de la voiture, il regarde autour de lui jusqu'à repérer la chevelure violine. Un sourire lui barra la visage alors qu'il s’élançait à sa rencontre.

- Monsieur ! Hey, monsieur! lança-t-il avant d'arriver face à lui B-bonjour, p-pardon mais je viens de réaliser que je ne connais pas votre nom... bafouilla-t-il légèrement, soudainement rouge de honte Le mien est Valérian... poursuivit-il, encore plus rouge, réalisant qu'à présent il ne pourrait passez outre ce qu'il redoutait M-mais devant les autres il ne faudra pas m'appeler ainsi... Même si je déteste le protocole, vous risquez sans doute plus à m'appeler par mon prénom qu'à faire ce voyage avec nous...! il lâcha un des ses propres rires nerveux

Voilà, on y était. Le jeune prince venait de révéler son identité au roturier qu'il avait pris en affection... A Kamaâl les doutes ! Valérian tenait trop à la compagnie du sculpteur pour ce voyage.

Ophélia lui avait conseillé d'assumer ses choix. Et c'était exactement ce qu'il faisait aujourd'hui.
Codage par Libella sur Graphiorum
Je suis : Achille Tiercélys,
bâtisseur et sculpteur, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Achille Tiercélys

Crédits avatar :
Littleulvar

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Fichette !
Carnet !
☾ #BOLD
☾ DC : Ludivine Permont

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 4 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
125


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty
MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyJeu 13 Juin - 17:21

Échappée belle / 22 Cellune 1100



Killian ne s’est pas interposé ; le projet d’aventure lui semble louable, ou alors ça lui importe peu. Achille a dit que c’était une affaire de quelques jours à peine. Et puis, de toute façon, les travaux sur la grange et la maison de Killian sont au point mort depuis le début de la semaine. Le bois pour la grange a été sorti des forêts et dois sécher, la cargaison de pierres en provenance du Gravorn mouille encore dans un port du Nord, aux prises avec un tarif de douane ou un quelconque droit de passage demandé par ceux qui se nomment eux-mêmes corsaires. Achille connaît les rouages qui régissent ce genre de livraison. Parfois, on ne peut rien faire de mieux que d’attendre.

Aux premières lueurs du matin, il se tient là où le prince lui a donné rendez-vous. Sa monture a pris ses aises depuis qu’ils sont arrivés dans le sud, et ça ne lui fait pas particulièrement plaisir de reprendre la route. Mais c’est un vieux cheval. Sa seule marque de désaccord se traduit par des coups de sabots impatients, et un peu lâches, dans la terre sèche. Achille lousse les rennes et emmêle ses doigts dans le crin noir de l’animal.

« Promis, ce sera une belle balade. »

Plus loin sur le chemin, le sculpteur voit venir l’escorte royale. Elle est réduite, mais pas moins reconnaissable. Les écu aux couleurs de la royauté luisent dans les rayons du matin, attachés au flanc de chevaux au port de tête deux fois plus haut que celui de sa propre bête. Une légère appréhension noue le ventre du bâtisseur. Il relève légèrement le menton, et laisse couler librement les mèches violettes dans son dos.

Monsieur ! Hey, monsieur!

Sa monture a dressé les oreilles. Elles sont rivées sur le prince qui descend de la voiture. Achille fait un effort pour ne regarder que Valérian. Il lui sourit poliment. Sur lui, les regards scrutateurs des gardes font leur chemin.

Le prince lui donne son nom, lui dit qu’il ne connaît pas le sien, lui parle de protocoles. Il est proche, maintenant. Le sculpteur le regarde du haut de son cheval - il est de bonne humeur. Le sourire s’agrandit.

« Et… comment préférez-vous que je vous appelle ? Votre altesse, votre majesté, mon prince… »

Un air gredin s’accroche à l’une de ses canines. Puis son visage s’adoucit, signe qu’il n’a pas besoin d’une réponse, qu’il taquine juste, qu’il comprend.

« Je m’appelle Achille. »

Puis il bute contre le nom de famille avec un silence qu’il brise, cette fois seulement, pour le protocole.

« Tiercélys. »

Si Valérien est du genre à bien connaître ses familles ducales - ce dont le sculpteur ne doute pas - et leurs proches fréquentations, ça lui sonnera peut-être une cloche. Après tout, sa soeur est marié à l’un des plus riches propriétaire foncier du Gravorn - et le plus benêt des hommes-, même si, théoriquement, toutes ces terres sont sous la juridiction de la couronne.

Un garde talonne sa monture pour venir se ranger près d’eux. Il lance un coup d’oeil rapide au prince, puis s’attarde sur les sacoches de voyage posées sur les flancs du vieux cheval.

« Pas d’armes ? » qu’il demande, expéditif.

Achille fait signe que non.

« Vous resterez à l’arrière de convoi. Vous ne devrez jamais être seul en présence du prince. Si vous avez une demande, une question, passez par moi. »

Ça a le mérite d’être clair. Achille hoche de nouveau la tête. Il a légèrement resserré la bride, et sa monture s’ébroue avec agacement. Celle du garde est imperturbable.

« Si vous êtes aussi doué que votre frère pour suivre les ordres, le voyage devrait bien se passer. »

Le sculpteur tilte. Le garde a entendu son nom, et sa réputation familiale le suit jusqu’ici, il faut croire. Pendant une seconde, il se remet à haïr ses aînés pour leur exubérance, leur entreprise, leur caractère coloré qui l’empêche, lui, de demeurer dans l’ombre. Ou qui l’oblige à le faire, justement. Puis la colère s’évanouit, rapidement remplacé par une espèce de fébrilité qui le contaminera tout l’avant-midi.

Avant de regagner l’arrière du convoi, il envoie un petit signe de tête à Valérian.

Aux alentours de midi, la troupe s’arrête pour manger. On attache les chevaux à l’ombre des arbres, on se dégourdit les jambes. Achille n’espère pas avoir la chance de parler au prince ; il est complètement accaparé par ses deux précepteurs qui le bombardent d’enseignements divers, de demandes, de principes - à la con, parfois -, et le bâtisseur se demande si le jeune homme retient réellement toutes les informations qu’on tente de lui enfoncer dans le crâne à coup de mais concentrez-vous, enfin.

Légèrement à l’écart, il observe le manège de cette vie étrange, étouffante, qui étreint le prince même dans les contrées sauvages et reculées du continent. Le temps est doux, le soleil tiède, et les prés sentent les fleurs. Ce serait un moment idéal pour se reposer. Valérian n’y a pas le droit. Parfois, il croise son regard, de loin. Il lui sourit une ou deux fois, contrit.

Puis, le garde du matin le tire de sa contemplation en lançant quelque chose à ses pieds. Achille tient son bol de ragoût dans ses mains et baisse les yeux vers l’épée.

« Prenez-la. »

Il veut le tester. Le sculpteur relève des yeux embarrassés vers la silhouette qui le surplombe.

« Désolé, je ne joute pas. »

Le garde pousse la lame du pied. Il est calme, mais déterminé.

« Je ne vous crois pas. Vous êtes vornois.
- Je suis surtout bâtisseur.
- Les vornois ont l'art de la guerre dans le sang.
- Je n’aime pas manier l’épée.
- Je ne vous ai pas demandé si vous aimiez cela. »

Les précepteurs ont momentanément cessé d’harceler le prince de questions pour les observer, curieux. En fait, tout le monde ou presque attend, les yeux rivés sur eux. Achille dépose son bol avec lenteur. C’est à cause de son putain de frère, c’est certain. Le garde veut savoir s’il lui arrive à la cheville. Achille connait déjà la réponse. Ça l’emmerde, ça l’angoisse, mais son poing se referme tout de même sur le manche de l’épée et il se redresse avec une appréhension qu’il camoufle derrière un visage soudain durcit, concentré. Le garde recule, se met en joue ; il est satisfait. Le sculpteur adopte sensiblement la même position.

La carrure qu’il s’est fait avec son métier semble soudain avoir été faite par des années d'entraînement au combat. Il tient l’épée avec une aisance qui le trahit. D’un moment à l’autre, il s’attend à entendre la voix autoritaire de son aîné qui lui demandera de se relever, de se battre, et d’arrêter de geindre. Ses doigts sentent la texture du cuir sous leur pulpe, et le poids du métal qui s’étire devant lui.

Le garde semble sourire. Il bouge vers la gauche. Achille va à droite. Les muscles de ses jambes n’ont pas oublié la chorégraphie, inlassablement répétée. Près du carrosse, il entend la voix d’un des enseignants du prince qui tente de le ramener à leur sujet de discussion, mais c’est sans entrain. C’est le premier divertissement de la journée, et personne ne veut le manquer. Les autres gardes observent, perchés entre nonchalance et amusement.

« Bon jeu de pieds.
- Merci. »

Achille a bien vu ; le garde sourit. Et d’un coup, il fonce. Quatre coups, et le dernier ressemble à une embrassade entre les deux lames. Elles glissent l’une contre l’autre, produisent un son langoureux et incisif qui va, dans la mémoire du sculpteur, faire écho à d’interminables séances d'entraînements se fondant l’une dans l’autre. Le garde s’éloigne, tourne encore. Il attaque à nouveau, plus fort. Cette fois, la troisième coup finit en une parade qui fait descendre la vibration du métal jusque dans les reins d’Achille ; on dirait un coup de fouet, ça le réveille.

« C’est bien, mais ça manque de vigueur. Tu fais quoi de tes journées ? Te prélasser au soleil sur le toit de tes constructions ? »

La pique fait serrer des dents au bâtisseur et un rictus pointu lui fend le visage. Il ne sait pas trop le sentiment qui l’habite, mais dans tous les cas, ça lui donne la propulsion nécessaire pour attaquer le premier, et avec force. Les épées fendent l’air et s’abattent l’une contre l’autre avec de plus en plus de violence ; les autres gardes commencent à gueuler des indications, à rire, à prendre des paris. Achille n’entend presque rien de tout ça. On dirait qu’un mur vient de se lever entre lui et le reste du monde. Il habite ses bras, complètement. Ses jambes, son buste, ses poumons. Son corps n’a rien oublié. Il ne sait pas si il aime ça. Mais plus il frappe, attaque, dévie, reprend le style de combat félin que son frère détestait tant, lui la grosse brute capable de le mettre à terre en une seule salve, plus il redécouvre un exercice à la fois identique, et à la fois bien éloigné de ce qu’il faisait bien des années plus tôt. Ça le grise.

Le garde prend son pied. Il l’accueille, le fait danser. Ne cherche pas à l’écraser, comme son aîné. Les enchaînements se succèdent jusqu'à ce que son adversaire sente sa fatigue. Le dernier coup du sculpteur se fait dévier avec une adresse qui le prend de court. La pointe de sa lame s’enfonce dans le sol, et celle de son adversaire vient se loger avec une vitesse et une précision déconcertante tout juste sous sa gorge. Achille s’immobilise, le souffle court. Il sent son coeur qui bat dans sa tête. Juste en face, un peu plus loin, il croise le regard de Valérian. Il lui semble plus vert qu’hier. Toutes les couleurs brillent.

« Pas mal. »

Le sculpteur se redresse. Il rend l’épée au garde qui lui agrippe le bras pour le lui serrer. Une secousse. Son regard prend le temps de rencontrer le sien, et ses yeux ne veulent pas dire pas mal. Ce qu'il y voit le rend mal à l’aise. Ça ressemble plutôt à on se demande pourquoi tu perds ton temps à construire des maisons. Achille retourne prendre son bol et s’asseoir. Mais il n’a plus faim. Un des gardes vient lui dire quelque chose, un compliment peut-être ; il ne l’entend pas vraiment. Il hoche la tête et s’oblige à prendre une bouchée. Ses yeux errent sur le campement.

Il a aimé reprendre l’épée et l’amertume lui barre le torse.





Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Valérian Hautiare,
princer héritier, résident d'Albatra Voir le profil de l'utilisateur

Valérian Hautiare

Crédits avatar :
Vorpatril by kir-tat / Laurent of Vere by JP Illust & KK / Roroei

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Le Prince Célestin
➔ 24 ans, 1m78, 65kg, cheveux blond, yeux vert
➔ troisième don : intangibilité
➔ porte une chevalière en or blanc sertie d'une émeraude frappée de la grenouille marloise à l'auriculaire gauche
➔ rêveur, bienveillant, tolérant, timide, artiste, manque d'autorité, trop émotif, politicien inavoué, stratège sous-estimé mais surtout apprenti roi
➔ est le maitre d'Henri, vieux hongre et de Céleste, jeune drakalone

a eu une réussite pour la transcendance qui sera ultérieurement mit en scène en RP

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 6 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
548


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty


[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Sceau13“La véritable noblesse consiste non pas à être supérieur
à un autre homme, mais à ce qu'on était auparavant.”

MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle EmptyLun 24 Juin - 15:46

 

Echappée belle.
23 Cellune 1100 - en route pour les ruines de Sytonia

Valérian aurait voulu répondre au désormais Achille. Mais le capitaine de sa garde rapprochée interfère et coupe l'échange. Et le prince est gentiment poussé par le cheval que son capitaine de cavalier mène de manière à diriger Valérian vers la voiture. Le jeune homme ne peut s'empêcher d'afficher une mine contrite mais, qu'à cela ne tienne ! Le voyage va durer au moins trois jours, ils vont sans doute rester sur place plusieurs jours de plus et le voyage de retour sera encore plus long...

Une fois dans le carrosse, Bérard, son vieux surveillant de couloir, lui fait un sourire avant de rejoindre le capitaine. Valérian n'entend pas ce qu'il se disent, mais il est prêt à parier que le vieux mais vaillant garde tente de raisonner son supérieur quant à la nature bienveillante de leur nouveau compagnon de route.

Et le voyage commence enfin.

La route d'abord pavées en partance de Lackness n'est bientôt plus que terre et gravats. La voiture avance plus lentement et cahote un peu plus. Valérian est déjà assommé de tout un tas d'enseignements proférés par ses précepteurs et son regard bien que vaquant de l'un à l'autre témoigne d'une envolée onirique pour ceux qui savent lire dans le regard vert.

Les heures passent et enfin sonne la pause de midi. Valérian est le premier dehors à étirer ses membres fourmillants. La tête blonde tournicote autour d'elle jusqu'à repérer l'objet – ou plutôt l'homme – de sa convoitise. Malheureusement il est rattrapé bien avant d'avoir approché Achille. Alors il s’assoit et se met à mâchouiller ce qu'on lui donne à manger – en écoutant d'une oreille distraite la suite de ses leçons –

Le bruit sourd mais reconnaissable à son vibrato du métal qui tombe sur la terre lui fait soudainement tourner la tête – à ses précepteurs aussi du reste – et il se rend compte que le capitaine est en train de provoquer Achille en duel. Une boule d'appréhension se forme instinctivement dans son ventre, nouant son estomac.

Aymeric est connu pour son amour de la joute. Il n'est pas foncièrement méchant mais il est de ceux dont la belligérance va au delà des duels, joutes et jeux d'affrontements. – Valérian s'est souvent imaginé Aymeric livrant bataille et menant le Marvier à la victoire lorsque le Gavorn avait proclamé son indépendance, il  a deux-cent-cinquante ans de cela – C'est un bon bretteur et le prince craint soudainement pour le pauvre lacquois aux cheveux lavande... Vornois... ? Mais, comment ça, qu'est-ce que... ?

Valérian a à peine le temps de faire le tris dans ses questionnantes pensées que déjà Achille – qui n'est en réalité pas plus lacquois que lui-même – est débout, épée en main. La boule dans son ventre se noue plus encore mais n'a pas la même saveur. L'appréhension s'est mue en crainte.

Peur que l'homme à l'allure douce et placide – certes vornois – et qui n'aime pas jouter – pourtant vornois – se retrouver humilié par Aymeric – pas méchant mais parfois un peu méprisant –

Son cœur se met à tambouriner alors qu'il ne quitte pas les deux hommes des yeux.

Et ça tourne, et ça vire, et ça chavire. Le métal claque, les respirations se raccourcissent, les corps transpirent... Cela ne dure qu'une dizaine de minutes, mais c'est bien assez pour que Valérian se prenne au jeu et qu'une saugrenue envie le prenne soudainement.

Il se lève d'un coup, faisant totalement fit du bol de ragoût tombé à ses pieds.

- A mon tour... ! déclame-t-il avec un enthousiasme qui ne lui ressemble guère, en tout cas à ce sujet
- Mon prince ! – gronde presque Aymeric
- J-j'ai d-dis, à-à mon tour... balbutie-t-il avec un semblant d'assurance M-ma mère de traite de danseur au fleuret et m-mon entraîneur de p-poltron... J-je fais ce voyage p-pour apprendre, manier l'épée aussi est une leçon.
- Altesse, ce n'est pas raisonnable... – tonne alors avec une contrastante douceur la voix de Bérard qui entre dans le champs de vision de Valérian – Achille n'a même pas repris son souffle... ! Cela fait apparemment un moment qu'il n'a pas jouté. Soyez patient, d'autres occasions se présenteront...

Un doux sourire et des yeux rieurs mais pas moqueurs, Valérian cille en fixant son vieux garde puis se met à rougir tout en retournant son regard vers Achille.

- J-je n'avais pas pensé à ça... murmure-t-il presque comme des excuses
- Bien ! Si tout le monde a terminé, il est temps de reprendre la route... ! – tonne alors avec fracas cette fois, la voix du précepteur de Valérian

Une moue déçue tord les lèvres du prince qui regarde Achille comme un enfant regarderait un gâteau dans une vitrine. Mais son précepteur lui tire le bras en marmonnant déjà de nouvelles leçon et Valérian ne peut qu’obtempérer.
Codage par Libella sur Graphiorum
Je suis : Contenu sponsorisé,




[22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty
MessageSujet: Re: [22-?? Cellune 1100] Echappée belle   [22-?? Cellune 1100] Echappée belle Empty

 
[22-?? Cellune 1100] Echappée belle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» émission "échapée belle" sur Jerry, Guern'sy et Sark
» Ma belle grenouille
» "La Belle et le Magnifique", de Catherine Laboubée
» Cadeau MAC pour les 60 ans de ma belle maman
» Yellow - Limited Pharaohs curse ver. Grown Up Belle [Explorer Boy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Advictâme-RPG :: Zone de jeu :: Le Creux-lac : Le duché du Sud :: Sujets en cours-
Sauter vers: