Partagez
 

 [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Je suis : Skadi Meyelfeïn,
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

Skadi Meyelfeïn
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Hellow ! Concernant moi-même, y a pas à être effrayé, je ferai pas de mal à un joueur sans son accord (duh!)

Mais restez tout de même prudents ! Skadi est une fille assez radicale dans ses idées et elle n'aime pas du tout que l'on aille pas dans son sens. Etant Mâaliste jusqu'à la moelle, elle trouvera toujours une bonne excuse pour vous renvoyer aux flammes de Kamaâl, si besoin se fait Razz

Mais dorlotez là quand même ! =D

Disclaimer : Les opinions de madame ne représentent pas forcément celles du joueur

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
139


[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Empty


[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Qve1
MessageSujet: [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt   [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt EmptyMar 17 Sep - 20:54

Juste une question d'intérêt Information hors-RP :
Rien à signaler sur le Hors hp
Information lancers de dés : Rien à signaler sur mes lancers.


Les landes du Gravorn avaient cette odeur ... cette senteur sèche, altérée par une brise indicible qui avait soufflé toute eau de ces terres. Entre toutes ces montagnes, il n'y avait que roche, terre et sueur, parsemant les routes comme les empreintes de pas de voyageurs. Une atmosphère dans les grains de sable soulevés par le vent faisaient penser à Skadi que tout ce monde reviendrait un jour à une ère de prospérité, de beauté, d'harmonie comme jamais l'humanité n'en a connu. Ces chemins sans saveurs se borderont d'herbe, une rivière coulera sous les arbres morts qui auront arboré leur plus belle parure émeraude. Toute cette rêverie deviendra concrétisation lorsque Kamaâl décorera l'aurore de son étincelante figure.

- A quoi tu penses ?
- Ta gueule.

Il fallait qu'elle soit venue ruiner cet instant d'onirisme, cette pouffiasse. On lui avait refilé un fardeau pour cette mission, comme quoi il fallait de la "diplomatie" pour mener rondement cette affaire. La bonne blague, le tact est le langage de ceux qui ont peur d'encaisser la vérité de plein fouet. Il fallait être dur, ferme, direct, imposer le seul point de vue qui doit être. Enfin, sa "comparse" semblait avoir pris sa réponse d'une manière bien singulière.

L'indifférence avait orné ses traits de la plus magistrale manière qui soit. Entre ses mèches rousses illuminées par le soleil, une moue blasée s'illustrait d'un ton altier, presque auguste. Elle avait pris l'injure avec grande dignité, comme si elle ne l'avait absolument pas atteinte. Pire encore, rien n'indiquait qu'elle l'ait mal pris ... en fait, la réponse à sa propre question n'avait pas l'air de lui importer en premier lieu.

Elles avaient rendez-vous avec un complice pour le "plan" à venir, bien que l'on ne l'ait que brièvement informée au préalable de la nature de cet associé. Le responsable de l'arène lui-même, disposé à négocier pour que l'on massacre son propre peuple. Intriguant, peut-être partageait-il les valeurs du culte.

Le bâtiment circulaire perça l'horizon sous l'étonnement absent de Skadi comme de celle qui l'accompagnait. C'était une vue bien commode, mais apparemment, ni l'une ni l'autre n'étaient du genre à s'émerveiller de ce genre de choses. Mira, l'autre rousse du duo, pressa le pas, se plaçant devant l'ardente de manière à être la première à parler. C'est qu'elles approchaient des portes et il fallait bien informer les présents mercenaires de leur arrivée.

La beauté, épaules découvertes et toge en lin orange héla les gardes postés à la porte d'une voix calme et impérieuse.

- Nous sommes attendues par votre employeur.

Skadi se garda de commentaire, mais son regard méfiant dirigé vers les soldats lui gratifia l'espérance qu'elle puisse dominer en duel. Fouillant dans son sac, Mira se prépara à porter son masque. Si la rouquine à la lance se fichait d'être reconnue, la seconde semblait apparemment penser qu'il était inutile de dévoiler son visage à leur contrepartie.
Je suis : Voliark Zaler,
Responsable de l’arène de Borderoc, contrebandier de l'ombre

Voliark Zaler

État d'Advictâme :
Non renseigné

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max] ➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max] ➔Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
94


[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Empty
MessageSujet: Re: [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt   [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt EmptySam 28 Sep - 11:09

Un 14 Dollune 1100 à L'arène de Borderoc


Un long sanglot semblant durer une éternité. Voliark tendit nonchalamment un mouchoir à la jeune femme devant elle pour qu’elle se mouche.

« S’il te plait Voliark … Mon mari et toi étiez bons amis … Tu peux faire ça pour moi non ? … »


Le jeune homme à la chevelure argentée fit taper successivement chaque doigt sur la table de bois à plusieurs reprises. Après quelques longues secondes à fixer la femme de son regard glace comme s’il était en train d’analyser en détail son histoire, le jeune dirigeant de l’arène finit par arrêter le bruit, reculant lentement dans sa chaise pour venir se recoiffer.

« Tu sais, Rinah… Ça fait longtemps que je travaillais avec ton mari. On a eu quelques soucis, quelques fois, mais jamais rien qui n’a détruit notre relation. Mais tu sais comme moi que ce qu’il faisait à ces femmes c’était mal … »

« Jamais il n’aurait levé la main sur elles… C’est un complot ! »


«  Rinah rinah rinah … Ce n’est pas un mercenaire qui la tué … C’est un sang visage … tu sais comme moi que c’est la preuve qu’il était responsable … Il faut que tu tournes la page … tu devrais prendre des vacances… Vers Albatra peux être ? Je connais une très bonne amie qui s’occupe de bain publ… »


La jeune femme venait de cracher au visage du gérant ce qui l’arrêta net

« T’es comme tous les autres Voliark ! T’as du sang sur les mains et tu le payeras bien assez tôt »

Le jeune homme à la chevelure argentée prit un mouchoir à son tour pour enlever le crachat de son visage.

« Tu … devrais quitter Borderoc … Gravorn même… toi, ta sœur, son mari et vos enfants… je pense que ce serait mieux pour vous… d’ici ce soir, je pense. Ce serait mieux. »


Voliark lui offrir un beau sourire chaleureux. Du genre tellement chaleureux qu’il en était terrifiant. Le genre de visage qu’on aimerait trouvé quand on est au plus bas, mais qui sonnait ici comme le glas d’une exécution public. La jeune femme ne se fit pas attendre pour partir en courant terroriser à l’idée de ne pas pouvoir sortir de l’arène en vie. Voliark soupira doucement et s’approchât de la personne dans le font de la pièce rester dans l’ombre depuis le début.

« Aslak tu fais passer le message dans tous Borderoc que j’offre une prime à celui qui me ramènera vivant ou mort un membre de leurs familles. Je ne peux plus voir un seul de ces ingrats dans toute la ville. Que le message soit clair. »


Le jeune homme fit un signe de la tête et lui tendit un papier. Voliark l’ouvrit doucement. Le masque … C’était donc ça son prochain rendez-vous… Il n’avait été que peu explosé de la situation par rapport à tout ça, mais il était toujours bon de négocier avec eux. Leur foi sans limites à Kaamal était un avantage incroyable dans les négociations. Voliark se servit un verre de vin faisant brûler le papier à une des bougies qui éclairaient un peu mal la pièce.

« Fais les entrées »

L’homme dans l’ombre sans un bruit vient à ouvrir la porte laissant rentrer les deux jeunes femmes. Voliark les regarda en détail. Une des deux était masquée et l’autre semblait particulièrement peu chaleureuse.

Super, tu parles d’une journée de négociations … J’espère au moins qu’elles viennent avec un projet crédible les minettes par ce que j’ai pas que ça a faire …


Venant leur faire un sourire chaleureux et accueillant, Voliark ajouta

« Oh je vois que j’ai de la chance. Le masque m’envoie leurs plus belles dames pour négocier… Assiez vous n’hésitez pas. Vous voulez boire quelques choses ? Je viens d’ouvrir une bouteille de vin »

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Skadi Meyelfeïn,
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

Skadi Meyelfeïn
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Hellow ! Concernant moi-même, y a pas à être effrayé, je ferai pas de mal à un joueur sans son accord (duh!)

Mais restez tout de même prudents ! Skadi est une fille assez radicale dans ses idées et elle n'aime pas du tout que l'on aille pas dans son sens. Etant Mâaliste jusqu'à la moelle, elle trouvera toujours une bonne excuse pour vous renvoyer aux flammes de Kamaâl, si besoin se fait Razz

Mais dorlotez là quand même ! =D

Disclaimer : Les opinions de madame ne représentent pas forcément celles du joueur

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
139


[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Empty


[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Qve1
MessageSujet: Re: [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt   [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt EmptyDim 29 Sep - 0:36

Juste une question d'intérêt Information hors-RP :
Rien à signaler sur le Hors hp
Information lancers de dés : Rien à signaler sur mes lancers.


La sueur et le sang, il n'y aurait qu'un état comme le Gravorn pour en faire une devise, et même eux n'ont pas eu le cran de se l'approprier. Et pourtant quelle odeur bien familière revient en visitant les couloirs de l'arène ? La sueur et le sang. Mais aussi la crasse, la pisse, les fauves, l'humidité et la peur. De la peur dans les souterrains des combattants comme sur le visage des gardes. Impassibles. On ne dissimule les émotions que par peur d'être lus. Skadi, elle, avait tout à assumer et aucune peur à démontrer. Elle était fière de sa posture et de son arrogance, comme le dindon se pavane, crête au levant.

Sous le masque, Mira pinçait ses narines d'une main dissimulée par l'atour facial comme par ses manches longues. Elle continuait néanmoins à suivre la voie, toujours aussi illisible. Ce fut cette dernière qui passa en premier la porte que désignait le flanc gauche du mercenaire qui les avait guidées. La moins patiente des deux entra pourtant la dernière, observant le décor prospère qui les accueillait. Skadi ne put s'empêcher de lâcher une bruyante expiration moqueuse, d'abord à l'opulence de la pièce mais aussi à la phrase qui les accueillit. D'un ton aussi sec que son expression, elle cracha.

- Garde ta boisson pour les catins, infidèle ! Nous ne sommes pas venues pour complaire aux yeux d'une crapule charognar...
- Du vin sera très bien.

La voix monotone et sereine qui s'était éclipsée du masque acheva les dires de sa collègue qu'elle avait jugé trop ardente, du moins, pour lui permettre l'introduction. Avec une élégance aérienne et des mouvements légers comme l'eau, elle arrangea sa robe pour s'asseoir sur le siège le plus proche.

- Les us de notre culte veut que nous gardions notre visage pour nous-même, bien que ma consoeur n'ait pas grand-chose d'orthodoxe, je me tiendrai à cette obligation.

Skadi, occupée à fouiller l'intégralité de l'endroit des yeux, refusait de laisser filtrer la moindre possibilité de trahison. Avec la lance au dos, elle observait les murs, les étagères, le bureau et leur interlocuteur. Hmpf, un homme sans doute plus vieux qu'elle avec une balafre sur le visage. Il se l'était certainement infligée en rangeant ses chaussettes, les gens qui vivent derrière un bureau sous souvent aussi sensibles qu'ils sont précieux. Une fois le vin servit, Mira pinça son verre poliment et en prit une gorgée, en faisant attention de ne pas trop dévoiler de son faciès.

- De toute manière, vous n'avez aucun intérêt à connaitre mon nom, il est toujours plus facile de prétendre l'ignorance quand on est ignorant. Et pour le marché que je viens vous proposer, vous avez tout intérêt à vous réserver autant d'innocence que possible.
- Encore faudrait-il qu'il lui en reste. - cingla la lancière. Qui sait de combien de péchés cet homme est responsable ?

Les doigts de Skadi avaient coulé le long de sa propre lame, se frottant ensuite les uns sur les autres comme pour en apprécier le tranchant. Le regard latéral qu'elle lança au responsable promettait de rattraper ce manquement qui avait été le leur. Comment pourrait-elle seulement accepter de traiter avec un hérétique ?

- Oui ... bien heureusement pour tout le monde ici, ce n'est pas pourquoi nous sommes là. Sous le masque, les yeux de Mira se plongèrent dans les flocons oculaires de Voliark.- Monsieur Zaler, on nous a parlé de vous comme d'un homme d'affaires intrépide, pragmatique et fort intéressé. Aussi limiterai-je ma première requête à une simple question ; pourriez vous nous expliquer pourquoi votre personne passe avant votre nation ? N'y voyez aucune critique, mais pour recevoir des Masques dans ses locaux il faut être soit fou, soit en désaccord avec l'intendance actuelle, soit profondément ennuyé.
Je suis : Voliark Zaler,
Responsable de l’arène de Borderoc, contrebandier de l'ombre

Voliark Zaler

État d'Advictâme :
Non renseigné

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max] ➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max] ➔Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
94


[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Empty
MessageSujet: Re: [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt   [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt EmptyJeu 10 Oct - 21:21

Un 14 Dollune 1100 à L'arène de Borderoc


On peut dire qu’elles savent parler les deux là … Aller fou tout ça dehors Voli, on a mieux à faire.

Venant porter le verre à ses lèvres doucement, Voliark semblait particulièrement apaiser. Il fallait dire qu’il était en pleine zone de confiance ici. Aslak dans l’ombre de la pièce, la garde prête à agir au moindre problème … Non, ce n’était pas vraiment des rapports d'égalité quand les gens venaient négocier ici … Mais … La violence est la solution des faibles d’esprit… Il n’était pas question de s’abaisser à un tel niveau … La tête tournée vers la femme à la lance, il esquissa un sourire amusé.

“ Oui en effet … même si vous n’avez pas la réputation d’être les gens les plus pieux au monde …”


Inspirant le divin nectar qui était dans son verre, il retourna son regard jusqu'à la jeune femme en masque

“ Disons que je suis fou alors … “
il ricana doucement amusé de sa propre remarque

“ Non à vrai dire, je ne juge pas les gens qui viennent me voir … Je n’ai que faire de votre passer, de votre personne, de votre religion ou votre réputation. Ce qui importe ici c’est dans quelles conditions on peut négocier. Qu'est ce que je peux vous apporter et en échange qu'est ce que vous pouvez m’apporter. Et si vous pensez que cet échange termine forcément par un accord alors vous avez frappé à la mauvaise porte. Je ne suis pas un bon croyant, une âme charitable, ni même un responsable sympathique. J’échange, je troque, je négocie… C’est tout. Je ne fais que ça…”


Il inspira à fond, se balançant un peu sur sa chaise en arrière :

“ maintenant, si vous avez décidé de passer votre temps à m’insulter, les esclaves sont dans les cellules justes a gauche. Ils sont d’une bien meilleure écoute…”

Recentrer la discussion. C’est ça qui est important surtout quand on est en sous-nombre pour la négociation. Aller au plus direct, ne pas passer 2 heures sur des histoires à côté voir même pour sympathiser bêtement. Tout acte a son temps, tout temps a sa valeur.

“ Aussi mesdemoiselles, dites-moi en plus sur comment je peux vous venir en aide. “


Il fit un petit signe de la main, son index montrant lui puis la jeune rousse à visage découvert, incitant à l’homme dans l’ombre à rester à l'affût du moindre faux mouvement de la jeunette à la lance. Se faire exécuter chez soi était assez courant, mais pas quelque chose que Voliark voulait essayer de si tôt.

Tu vas t’attirer des emmerdes Voli … tu sais très bien qu’il ne faut pas négocier avec les religieux … Ça finit toujours par se retourner contre toi pour des principes de foi, de croyance ou autre connerie du genre…


Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Skadi Meyelfeïn,
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

Skadi Meyelfeïn
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Hellow ! Concernant moi-même, y a pas à être effrayé, je ferai pas de mal à un joueur sans son accord (duh!)

Mais restez tout de même prudents ! Skadi est une fille assez radicale dans ses idées et elle n'aime pas du tout que l'on aille pas dans son sens. Etant Mâaliste jusqu'à la moelle, elle trouvera toujours une bonne excuse pour vous renvoyer aux flammes de Kamaâl, si besoin se fait Razz

Mais dorlotez là quand même ! =D

Disclaimer : Les opinions de madame ne représentent pas forcément celles du joueur

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
139


[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Empty


[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Qve1
MessageSujet: Re: [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt   [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt EmptyMar 15 Oct - 14:02

Juste une question d'intérêt Information hors-RP :
Rien à signaler sur le Hors hp
Information lancers de dés : Rien à signaler sur mes lancers.


Mira resta silencieuse aux mots du jeune homme, mais Skadi, elle, avait déjà commencé à sourire avec bien trop d'ardeur pour s'empêcher de laisser un fin rire aussi amusé que tordu s'extirper hors de ses lèvres. Alors, elles négociaient bien avec un hérétique sans foi, superbe. Vraiment superbe. Au moins, la rouquine s'était dite qu'elle n'aurait pas de remords à le brûler lorsque toute cette affaire serait terminée. C'était tant mieux, elle ne l'appréciait pas, à partir du moment même où il avait ouvert sa bouche, une immonde odeur d'arrogance avait envahi la pièce.

Et maintenant, on les redirigeait vers les cellules des esclaves ... bien, il faudra vraiment faire un immense feu pour brûler toutes les charognes qu'il y avait ici. Et au vu de la quantité, il faudrait plusieurs bûchers. Skadi en rêvait, tandis qu'un long silence se mit à planer, interprète du respect que les deux masques requéraient de la part de leur interlocuteur. La femme à la lance secoua la tête, amusée, tandis que celle qui était assise prit une sobre gorgée de son verre, avant de soupirer.

- Comme je l'ai dit plus tôt, il ne fallait voir aucune critique. Je n'ai aucun doute que vous n'êtes rien d'autre que très ouvert à toute proposition qui soit.

L'avantage d'un masque, c'est qu'il n'y avait pas besoin de sourire ... aurait pensé l'idiot. Mais un sourire change un ton, et un ton change une relation. Alors, la plus calme des deux rouquines sourit et le fit entendre. L'autre, en revanche, ne fit que lâcher un rire bien moins discret, encore. Regardant le propriétaire de l'arène, elle ne put s'empêcher d'exprimer l'une de ses pensées.

- Si tu trouves les couilles de les suivre, néanmoins.

Mira se figea un instant, avant de reprendre.

- Ce que veut dire ma collègue, c'est que notre "proposition" est plutôt ... audacieuse.

Posant son verre, elle joignit ses mains sur la frontière entre ses deux jambes. Après un peu d'hésitation, elle lâcha.

- Nous voulons exterminer le public de votre arène, avec nos effectifs.

Skadi fut étonnée par à quel point Mira fut directe, elle s'attendait à plus de sucre mélangé au poison. Mais à la place, la diplomate avait balancé le seau sans aucune délicatesse en plein au visage de sa contrepartie.

- On est chez des hérétiques. Comment peux-tu espérer que pareils rats soient seulement doués de raison ? Ou simplement de pouvoir de négociation ? Je ne vois rien d'autre que des lâches et des morte-couilles, ici. Pas d'hommes.
Je suis : Voliark Zaler,
Responsable de l’arène de Borderoc, contrebandier de l'ombre

Voliark Zaler

État d'Advictâme :
Non renseigné

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max] ➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max] ➔Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
94


[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Empty
MessageSujet: Re: [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt   [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt EmptyMar 19 Nov - 23:23

Un 14 Dollune 1100 à L'arène de Borderoc


Voliark plongea sa main dans une poche pour en sortir une pièce. Il commença à jouer avec la faisant passer d’un doigt à l’autres avec une aisance assez stupéfiante. C’était pour lui un moyen de canaliser ses pensées. Occuper ses mains pour recentrer son esprit dans toutes ses pensées … et toute sa complexité.

Tu ne vas pas les laisser faire un truc pareil ! L’arène c’est ton domaine ! tu as tout fait pour en arrivé là ! Ne déconne pas Voli, et fait les parties avant que ça aille plus loin !


“ C’est un projet intéressant … même si ça voudrait dire me faire porter énormément de risque … pour un assassinat de cette ampleur, il faudrait qu’un maximum de vos hommes soit armé … Qui puis est, il vous faudrait une diversion solide … mais accepter qu’une partie des gens s’en sorte … “

Il arrêta la pièce la regardant avec une certaine insistance. Puis il plongea son regard sur celui de la dame au masque.

“ Vous imaginez bien les répercussions que cela peut avoir sur ma carrière, mon niveau et que cela me ferait encourir des gros risques. Aussi il va me falloir un certain nombre de garanties vie à vie de tout cela. “


Venant poser sa main contre sa tête doucement, l’index maintenant l’extrémité de son sourcil droit levé, il semblait perdu dans ses pensées ignorant presque les remarques injurieuses de la jeune rousse.

“ Mais j’imagine que vous seriez prêt à faire un certain nombre de sacrifices pour pouvoir organiser un coup pareil … De plus vous savez que je suis un homme de paroles et que si nous arrivons à un accord durable alors vous en tirerez bien plus qu’un simple assassinat de quelque centaine de personnes … “


venant se relever pour faire les cent pas calmement Voliark ajouta

“ De plus, le nombre de notables prêt à s'allier à vous doit être particulièrement faible. La plupart préfèrent ignorer complètement les religions pour profiter pleinement de leurs situations… De plus avec un argumentaire bétonner, on pourrait facilement imaginer que vous n’êtes pas allé au plus simple pour un coup pareil et je pourrais me faire disculpé rapidement…”

se recoiffant doucement il vient arriver devant la jeune gueularde

“Vous savez, je ne suis pas né une cuillère en argent dans la bouche.”

Il plongea son regard cristallin dans le regard de la jeune femme d’une voix se voulant la plus calme et posé possible.

“ Je me suis sali les mains pour en arriver là … Et je ne parle même pas d’Aslak … Alors t’es beau discours, garde-les pour ceux qui en ont quelque chose à foutre. J’ai pas de temps à perdre avec gamine qui se met à insulter tout le monde parce qu’elle se prendre pour une dure à cuir. Ici t’es chez les adultes. Si tu ne sais pas utiliser sa salive autrement demande aux putains des bordels elles te donneront un cours. “


Il se recula de la jeune rousse, Aslak se rapprochant prêt à intercepter la jeune rousse a la moindre tentative d’attaque. Voliark se rassit sur sa chaise et regarda la jeune femme au masque. Son visage se retransforma comme si toute la froideur qu’il avait montrée avant n’avait jamais existé.

“ Alors nous disions. “


Il reprit une gorgée de vin doucement

“ Qu'est ce que vous êtes prêt à m’offrir en échange d’un tel risque pris de mon côté ? Et quel genre de garantie vous êtes aptes à m’offrir ? “


Il fit un grand sourire sincère à la femme au masque montrant tout son intérêt et son écoute.

T’es un malade … tu joues directement avec le feu … Et sans protection …

Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler sur le hors-RP
Je suis : Mira Noblesang,
Résidente de Borderoc, Notaire-comptable et orfèvre.

Mira Noblesang

Crédits avatar :
Valentina Remenar

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
— Pleine de sourires avenants, mais d'une totale perfidie.
— Beau regard et riches bijoux, autant que ses mèches rousses et son parfum d'amande entêtant.

— Notaire-comptable dans le Gravorn, renommée pour ses contrats précis et son interprétation de la loi cruelle.
— Orfèvre, moins réputée: excellente technique, mais aucune fibre artistique.
— Ancienne comptable pour les Masques Maâlistes.

Fiche RP.
— Sa servante est Andalie Solet d'Olâtre.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 5 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 2 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
198


[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Empty
MessageSujet: Re: [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt   [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt EmptyMar 21 Jan - 19:41

Information HRP :
Je m'incruste vu que mon personnage figurait dans le RP, n'hésitez pas à me dire si ça gêne ou si je dois modifier quoique ce soit!
Information lancers de dés : Rien à signaler.


Mira resta immobile, droite sur sa chaise, le regard inquisiteur planté droit dans celui de son interlocuteur, et patienta. Elle s'était évertuée à donner une excellente impression: richement habillée d'une toge aux motifs mirobolants, cintrée afin de mettre en valeur son corps et découvrir ses épaules, un port de tête royal et un ton aussi doux qu'accueillant, presque empli d'une affection feinte ; tout ceci sembla s'effondrer lorsque Zaler sortit un lieuton avec lequel il commença à jouer et que Mira comprit qu'il n'était pas seulement aveugle à son étiquette, ses efforts ou ses charmes, mais à l'entièreté de sa personne. Elle fit un effort surhumain pour éviter de soupirer de dépit et suivit la pièce des yeux. Pensait-il que cela lui donne un genre ? Que cela renforce son image de manipulateur émérite, d'une cruauté à toute épreuve ? Non, il ressemblait à une petite frappe ainsi, à un crâneur, à de la vermine. Souhaitait-il donner raison à sa comparse, prouver qu'il n'y avait si bas que des rats et des lâches ? Ne pouvait-il pas négocier en se présentant comme un homme fort, sûr de lui, à la manière d'un aristocrate qui gère ses investissements et non avec des manières de sordide mafieux mesquin ?

« C’est un projet intéressant... Même si ça voudrait dire me faire porter énormément de risque... Pour un assassinat de cette ampleur, il faudrait qu’un maximum de vos hommes soit armé... Qui puis est, il vous faudrait une diversion solide... Mais accepter qu’une partie des gens s’en sorte... »

Voilà qu'il réfléchissait à tête haute. La comptable pouvait entendre la ponctuation dans son discours, et ce ton compassé était horripilant. Mira le fixa à travers son masque, de lointaines émotions se disputant dans son cœur —perplexité, colère et lassitude— mais rien ne pouvait l'éloigner de son impassibilité naturelle. Elle détailla le visage de Zaler, ses yeux, son poil blanc, sa cicatrice hideuse et son jeu de pièce. Payait-il des sbires pour l'écouter déblatérer ? Si oui, pourrait-on en saisir un par le col, lui écraser la tête contre le pavé et répandre tous les secrets de Zaler ainsi, dans la nature ? Remarquerait-il l'absence du dit sbire, tant il était concentré sur son orgueil ?

Mira aurait aimé que quelqu'un lui éclate les phalanges et lui fasse gober son lieuton ; le mouvement cessa, comme s'il l'avait entendue. Il redressa son regard vers elle et reprit:

« Vous imaginez bien les répercussions que cela peut avoir sur ma carrière, mon niveau et que cela me ferait encourir des gros risques. Aussi il va me falloir un certain nombre de garanties vis-à-vis de tout cela. »

Ô Kamaâl, pourquoi permets-tu des hommes si faibles et si arrogants ?

Puis il recommença à penser tout haut. Mira s'était attendue à ce qu'il les trahisse. Cela venait de soi: il travaillait pour ses propres intérêts, prétendait s'être construit seul, dégoulinait d'orgueil. Des hommes comme lui, il en existait des milliers. Mais celui-ci ? Il parlait trop. Bouffi d'arrogance, gonflé de mégalomanie. Il parlait trop. Pire, il s'écoutait parler. Tôt où tard, il divulguerait des informations critiques sans même le vouloir. Sa langue le dépasserait, son besoin de reconnaissance maladif le consumerait, et persuadé d'être intelligent, manipulateur, fin, il serait comme un pamphlet: lu de long en large avec moquerie, utilisé à des fins politiques et jeté dans la boue.

Mira réduirait sa toge en cendres et fonderait ses bijoux dès qu'elle serait rentrée, après maintes détours et s'être assurée de ne pas être suivie, à son atelier. Cet homme décrirait, à coup sûr et par mégarde, tout son accoutrement, les motifs dorés en forme de griffolettes sur ses manches, les belles boucles d'oreilles aux pierres de jade, peut-être même se souviendrait-il de la parure en maillons autour de son cou et le mentionnerait-il au détour d'une conversation. Elle ne pouvait se risquer ainsi ; non, elle jetterait tout, et le seul détail qui corroborerait les diatribes involontaires de Zaler serait la rousseur des cheveux de Mira, contre laquelle elle pouvait difficilement lutter.

« Mais j’imagine que vous seriez prêts à faire un certain nombre de sacrifices pour pouvoir organiser un coup pareil... De plus vous savez que je suis un homme de paroles et que si nous arrivons à un accord durable alors vous en tirerez bien plus qu’un simple assassinat de quelque centaine de personnes... »

Un homme de parole ? La notaire-comptable réprima un ricanement, bien trop occupée à garder son sourire aussi faux qu'inutile derrière son masque. Non, Voliark Zaler n'était définitivement pas réputé pour être un homme de parole. La paranoïa louvée bien au chaud, au fond du crâne de Mira, grognait. Va-t'en! conseillait-elle.

Un homme de parole ? C'était même le contraire ; il était ambitieux et franchissait toutes les lignes rouges, incapable de les concevoir. On ne lui connaissait pas une promesse qu'il aie tenu à d'autres qu'à lui-même. C'était l'une des raisons pour laquelle les masques allaient vers lui, n'était-ce pas ? Qu'il ne soit limité à aucun carcan, ne se conforme pas aux règles, ne s’embarrasse pas de conscience. Elle l'aurait respecté, admiré même, si ce manque cruel de fiabilité n'allait pas être sa perte, et ses longs discours... Par Kamaâl, foudroyez-le et ses longs discours, pensa-t-elle.

Elle le laissa aller et venir, et tergiverser encore un moment, perdant le fil des insultes qu'il destinait à sa collègue. Pourquoi tous ces artifices, tout ce fard, si ce n'était pour cacher quoique ce soit ? Pourquoi s'entourer d'un garde dans une pièce sombre, se donner des airs, jouer des doigts, afficher ses bagues et prétendre à tout un palmarès d'ambitions, de projets, de force de caractère, pour ensuite tout expliquer à haute voix ? Peut-être cherchait-il à se montrer ainsi, incompétent ? Si oui, pourquoi ? Que tirerait-il à donner l'impression de ne pas pouvoir tenir sa langue, de ne pas pouvoir garder un secret, de n'avoir aucune fiabilité ? Ses interlocuteurs se méfieraient plus encore, lui offriraient moins, couvriraient leur savoir. Que pouvait être son objectif ? Faire échouer l'entrevue ?

Mira lança un regard derrière son épaule, vers sa collègue. Elle respirait une telle violence, une telle ardeur de combattre, que Zaler ne pouvait imaginer ne serait-ce qu'un instant vouloir les piéger toutes deux. Skadi aurait tôt fait de tous les envoyer devant Kamaâl. Il se lisait une telle colère, un tel fanatisme dans ses yeux que Mira ne doutait pas que même blessée mortellement, elle continuerait de battre les alentours de sa lance, même la gorge tranchée, la seule puissance primordiale de sa haine l'empêcherait de tomber avant d'avoir assassiné tous les coupables.

Le contraste entre la passion hyper-focalisée et impérieuse de Skadi et le laxisme poisseux de Zaler était si criant que Mira s'interrogeait comment la première n'avait pas consumé le second, par simple état de fait. Zaler aurait pu mourir, raide, sa pierre brisée par la seule volonté de sa comparse que cela ne l'aurait pas étonnée.

« Alors nous disions. »

Enfin. Il revenait à ses moutons, qui n'allaient pas s'égorger tous seuls. Qu'avait-il réalisé alors, de sa longue diatribe, mhm ? Comptait-il lui soumettre un prix ? Proposer un marché ?

« Qu'est ce que vous êtes prêt à m’offrir en échange d’un tel risque pris de mon côté ? Et quel genre de garantie vous êtes aptes à m’offrir ? »

Mira se départit du sourire figé qu'elle arborait jusque là pour claquer de la langue. Peut-être s'évertuait-il à passer pour un incompétent en espérant provoquer l'énervement des deux rousses ? Les déconcentrer, pour que la négociation n'en soit que plus facile ? Espérait-il que les sentiments parlent, plus que la raison ?

Elle s'assura à nouveau d'un regard que sa collègue était toujours à ses côtés, se tenait et n'allait pas l'interrompre pour refaire le portrait de son interlocuteur, ce à quoi elle aurait volontiers assisté pourtant, avant de répondre:

« Vous n'avez pas saisi. Ce massacre est notre offre. »

Mira inclina la tête et patienta un instant, espérant que l'homme réalise de lui-même la teneur de la proposition. Comme ses lèvres restaient closes et la pièce dans sa main inerte, la comptable entreprit de développer son raisonnement d'une voix douce et neutre.

« Le sang appelle le sang. Lorsque la population sera remise de la terreur du massacre, elle exigera vengeance et réparation, et nous savons tous ici que cela se fera dans votre arène. »

Elle écarta les paumes, dans un geste d'accueil amical, tandis qu'elle commençait son énumération.

« Alors, voici tout ce que notre marché vous aura offert: la possibilité d'accueillir la politique ducale dans votre arène, car les autorités auront hâte de rassurer cette population par de longs discours. La possibilité de lui offrir de merveilleux spectacles morbides en exécutant les conspirateurs et masques que ces autorités arrêteront, car tous voudront, pour le symbole, que cela soit fait là où le sacrifice a été réalisé. La possibilité d'organiser des quêtes et levées de fonds pour les familles touchées, vous offrant ainsi une part de la richesse, et surtout, le respect et les bonnes grâces de votre public pour de telles œuvres. La possibilité, également, de proposer des cérémonies aux défunts, des festivals et des combats à leur honneur durant les années à venir. En vérité, nous devrions vous demander rétribution fiduciaire pour l'acte de charité que nous accomplissons envers vous avec ce massacre. »

Mira laissa une courte pause pour permettre à Voliark Zaler de tout saisir, avant d'adresser sa seconde question d'un ton guilleret, son sourire factice revenant s'étirer sur ses lèvres.

« Vous vous inquiétez de votre carrière, mais celle-ci n'en ressortira qu'enorgueillie de hauts faits. Prétendez l'ignorance, condamnez le personnel que vous haïssez ici, et ce seront ces bouc-émissaires qui récolteront la vindicte populaire. Vous êtes bien assez intelligent pour les faire inculper à votre place. »

La comptable croisa ensuite les jambes, toujours droite sur son siège, curieuse d'entendre dans quel monologue allait se lancer le balafré désormais. Ce massacre lui offrait un tel chaos, une telle opportunité de s'enrichir et grimper dans la société qu'elle concevait mal comment Zaler pouvait prétendre à négocier la moindre garantie. Si elle avait été propriétaire de l'arène de Borderoc, elle aurait orchestré un tel évènement des décennies auparavant, tant le gain était grand, et damnés fussent les risques.
Je suis : Skadi Meyelfeïn,
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

Skadi Meyelfeïn
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Hellow ! Concernant moi-même, y a pas à être effrayé, je ferai pas de mal à un joueur sans son accord (duh!)

Mais restez tout de même prudents ! Skadi est une fille assez radicale dans ses idées et elle n'aime pas du tout que l'on aille pas dans son sens. Etant Mâaliste jusqu'à la moelle, elle trouvera toujours une bonne excuse pour vous renvoyer aux flammes de Kamaâl, si besoin se fait Razz

Mais dorlotez là quand même ! =D

Disclaimer : Les opinions de madame ne représentent pas forcément celles du joueur

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
139


[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Empty


[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Qve1
MessageSujet: Re: [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt   [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt EmptyMer 22 Jan - 23:06

Juste une question d'intérêt Information hors-RP :
Bienvenue dans le rp, Mimi !! \o/
Information lancers de dés : Rien à signaler sur mes lancers.


... un hérétique sans humilité qui aimait s'écouter, sans même réaliser qu'il n'était rien d'autre qu'un rat coincé dans sa cage parée d'or. Les murs autour étaient épais, personne ne pouvait s'échapper de pareille vie d'hypocrisie, de subterfuge ... de péchés. Kamaâl trouverait son âme bien assez tôt, si toutefois Skadi ne volait pas l'honneur au seigneur. Chaque petite syllabe, chaque petit mot, la moindre variation de ton faisaient gonfler les veines sous la peau de la guerrière. Alors, voilà pourquoi ils ne l'avaient pas envoyée seule. C'était compréhensible. On lui parlait de massacre et de foi, et lui négociait argent et intérêt. L'ardent maître emporte sa sécurité ! Ils auraient déjà dû massacrer ses quelques gardes et terminer cette affaire à la pointe d'une lance ! Rien n'attendait pareils porcs si ce n'étaient les flammes qui grilleraient leur viande infâme.

Alors, lorsque ce misérable vint affronter son regard, la jeune femme souleva un sourcil, armée d'un regard aussi amusé que méprisant. Il jouait les grands garçons pour se donner un air, mais la vérité était qu'il n'était encore en vie que par simple pitié. Enfin, il était toujours souhaitable d'avoir un bouc émissaire à blâmer pour que les grandes têtes de la nation doutent de la foi de leurs subordonnés. Une religion divisée est une religion en décomposition et l'usurpateur n'était pas du genre à se mouiller pour changer les choses. A respirer l'infecte haleine du responsable, Skadi se sentait presque d'humeur à sortir le poignard sur sa cuisse gauche, pour lui faire comprendre qu'une lame plantée dans la gorge est un argument bien plus convaincant que n'importe quelle offre.

Et à la tentative d'insulte de l'infidèle, elle n'eut aucune autre réaction qu'un sourire accentué. Mais lorsqu'il se fut écarté et qu'elle entendit les pas de la brute se rapprocher dans son dos, la rouquine éclata de rire. Lorsqu'elle reprit un peu de son souffle, la dévote retrouva immédiatement un air sérieux de défi, mais n'ajouta rien. Ce n'était pas pour ça qu'on l'avait envoyée ici, mais elle n'oublierait certainement cette attitude de lâche. Cet homme là devra brûler, au nom de la dignité humaine ou par simple rancune, il finira en cendres.

Mira compléta simplement l'argumentation constructive qu'ils se livraient ... plus ou moins constructives, même si Skadi n'en voyait pas le bout. En revanche, elle pouffa bien fort lorsque sa collègue eut le cran de réclamer une compensation monétaire. Bien plus que leur argent, c'était de leur âme qu'ils devraient les repayer, car par cette action, peut-être, et bien peut-être, trouveront-ils un semblant de récompense dans le monde d'après. Kamaâl n'était pas ingrat, c'est un trait que l'humanité a appris d'elle-même, peut-être daignera-t-il ne pas trop les faire souffrir lorsqu'il les expédiera dans les terres brûlées ?

Et à écouter sa collègue, la guerrière comprenait mieux pourquoi on l'avait missionnée avec elle. N'était-ce pas là un esprit d'un pragmatisme affligeant ? Comment autant de logique pouvait laisser quelconque place à de la foi ? En soi, ce n'était rien de bien étonnant, la réflexion mènera toujours à la vérité, dommage que seuls quelques esprits accomplis puissent ainsi la percevoir. Ce ne fut qu'un mot que prononça sa comparse qui fit réagir Skadi, lui laissant un air confus sur le visage et surtout, exagérément moqueur.

- Intelligent ? Lui ? Regarde-le bien, il est déjà trop idiot pour penser qu'on va le prendre au sérieux parce qu'il ose nous insulter en présence de gardes du corps ... tu crois vraiment qu'il peut comprendre que tout gain exige un sacrifice ?

Pendant ses petites piques, elle s'amusa à valdinguer autour du vrai duo négociant, elle, elle n'était là que par symbole. C'était son rôle que d'incarner la passion flamboyante du véritable seigneur, en complément avec son imparable logique. Un peu de provocation n'était jamais rien d'autre qu'une chose très coutumière. Avec un large, très large sourire, elle vint plaquer ses deux mains sur le bureau du responsable, se penchant en avant, exposant le blanc de ses yeux comme celui de ses dents. Lentement, elle articula.

- Non ... ce n'est pas un homme avec qui nous négocions, "très chère" ... c'est un enfant gâté qui n'a pas encore trouvé la manière de devenir un homme. Regarde dans ses yeux, toute l'ambition qui s'en dégage !

Posant une main sur sa hanche, Skadi inclina simplement la tête sur son épaule droite, qu'elle leva en signe de dépit.

- Quelle triste chose que cette ambition soit ainsi gâchée dans un esprit si ... elle aplatit l'air entre ses paumes, en guise de geste accompagnateur. ... étroit. Avant de te proclamer adulte, petit, peut-être que tu devrais apprendre à saisir les bonnes opportunités ... ou à menacer quelqu'un sans mercenaire pour te bercer.

De toute manière, la rouquine savait très bien qu'elle était du bon côté de la barrière, mais ce Voliark, lui, chevauchait la frontière, ne sachant quel pied poser. C'était bien là le signe d'un incompétent en affaires, de quelqu'un qui n'avait aucune idée de ce qu'il faisait et qui, pire encore, n'avait pas confiance en ses propres capacités pour échapper à la loi tyrannique de l'usurpatrice de la couronne ? Non, ce n'était pas un homme avec qui elles négociaient, pourquoi le traiter comme tel ?
Je suis : Mille Faces,
Personnage non joueur aux visages multiples

Mille Faces

Crédits avatar :
Witch Mask by Midorisa

État d'Advictâme :
État éveillé

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 3 [6 max] ➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max] ➔Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
177


[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Empty
MessageSujet: Re: [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt   [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt EmptySam 2 Mai - 11:10

Juste une question d'intérêt Information hors-RP :
Voilà je fais un petit post pour clore ce rp. Globalement, j'en profite pour repousser la réponse de Voliark, en glissant la possibilité que les Masques ne lui ont pas forcement laisse beaucoup voix au chapitre.

Information lancers de dés : Rien à signaler sur mes lancers.


L'intransigeance de la Foi se confrontait à l'ambition vornois. Deux forces qui, dans l'histoire, avaient fait preuve de leur persévérance. Deux forces puissantes, face à face, refusant de laisser une miette de terrain à l'autre. Un jeu de pouvoir, dont on écrirait un jour l'histoire avec du sang... Peut être celui là même des protagonistes de la pièce.

Mais aujourd'hui, cela se jouerait dans l'échange des regards et l'indélicatesse d'insultes pas toujours formulées à voix haute.

Voliark Zaler avait ouvert sa porte aux serviteurs de Kamaâl. Le jeu était dangereux, suicidaire même auraient dis certains... L'organisation entière programmait un massacre dont l'Histoire se souviendrait et la place du chef d'arène n'était pas enviable... Le marché était déséquilibré quoi que prétende la Masque. Jouer l'ignorance ? Cela suffirait-il ? La reine elle-même devait venir à ces jeux et il lui faudrait un coupable... Sauf si... Sauf si la reine était la vraie cible...

Ce fous avaient-ils pareil ambition ?! Folie ! Folie. Ou... peut-être... opportunité... ?
Quoi qu'il en soit, le destin de l'histoire ne se décide pas sur un coup de tête. Les masques voulaient une réponse rapide, car il ne restait que 4 jours, mais le plan n'était pas aussi simple à mettre en place.

Ainsi, le maitre d'arène ne donnerait pas une réponse précipité... Oui; "Réfléchir à généreuse offre" s'imposait. La réponse ne pouvait pas être donné aujourd'hui. Mais elle viendrait, en temps et en heure. Si tenté que les Masques s'inquiétaient vraiment de son accord...


FIN DU RP
Je suis : Contenu sponsorisé,




[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Empty
MessageSujet: Re: [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt   [14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt Empty

 
[14 Dollune 1100] Juste une question d'intérêt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Advictâme-RPG :: Zone de jeu :: Le Gravorn : duché de l'Est :: Sujets en cours-
Sauter vers: