Partagez
 

 [24 Allune 1100]Une proie commune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Je suis : Virgil Ombrargent,
mercenaire, résident de Borderoc

Virgil Ombrargent

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Il semble naturellement s’être levé du mauvais pied, donnant des réponses crus et franches et laisse rarement quelqu'un pénétrer dans son cadre intime, lui donnant air distant avec le monde ,mais ne laissera jamais quelqu'un dans le besoin.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 0 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
102


[24 Allune 1100]Une proie commune - Page 3 Empty
MessageSujet: [24 Allune 1100]Une proie commune   [24 Allune 1100]Une proie commune - Page 3 EmptySam 14 Déc - 15:55

Rappel du premier message :

Il était une fois un 24 Allune 1100 au Marvier Information hors-RP :
J’espère que tu prendras plaisir pour ce petit "Flash back"=)
Information lancers de dés : Rien à signaler sur mes lancers.



C'était un nouveau jour ensoleillé pour Virgil Ombragent. Lui, son chariot et sa monture parcouraient calmement et silencieusement la route menant au Gravorn,. Tout était calme au possible, en même temps il était encore loin de la capital, parcourant pour le moment  une simple petite route paysanne.

Ce genre de moment calme était toujours propice pour Virgil de ce souvenir de son passé, en avait il encore le droit après ce qui c'était passé ? Qui pouvait réellement le savoir ? Pourtant , Il ne pouvait pas s'en empêcher après tout son passé était serte couvert de sang et blessures, mais il y avait eu de belles rencontres aussi. Pour être exact trois grandes personnes avaient chamboulé sa vie.

Il y avait bien entendu le petit bout de choux se nomment Alera, un véritable petit bout de soleil qui avait le don de faire sourire Virgil a chaque fois qu'elle enflerait ses pensées.
Il y avait aussi ce vieil homme, mais pensait à lui, lui était encore bien trop douloureux et pénible.

Enfin, il y avait cette femme, Opaline. Virgil  s'était surpris un bref instant à rire alors qu'il repensait à elle. Une femme capable de faire frisonner n'importe quel homme pour le meilleur et pour le pire. Il devait se l'avouer très belle et pourtant si tranchante dans sa façon d'être. Il s'étonnait encore d'être ressorti en un seul morceau de cette histoire au vu de leurs caractère respectif.

Il s'en souvenait comme si c'était hier. A cette époque, il pouvait encore porter son véritable nom sans crainte. Cela faisait à peine quelque jours qu'il avait accompagné la petite Alera pour ses plantes, cherchant du travaille dans l’environnement du Marvier car il avait été peut être un peu trop gentil en ne faisant pas payer la petite pour l'escorte. Les peaux vendus lui avaient permis d'avoir un petit pécule mais rien de bien extraordinaire, mais en même temps le moineau semblait à peine s'en sortir alors lui extorquer de l'argent en plus aurait été bien cruel au yeux de Virgil.

Pourtant venir ici n'avait pas était peine perdue, au fur et à mesure de ses promenades ici et là, ses oreilles entendaient d'étranges rumeur.Non loin d'un village à quelques heures de sa position actuel. Il y aurait un camp de bandit fortement gardé, leurs chef étant un certain "Œil de charbon". Mais ce n'était pas ceci qui avait piqué sa curiosité , c'était l'autre parti de la rumeur qui le rendait curieux au possible.

Ce chef aurait la tendance a traiter pendant la nuit avec des hommes vêtus de noir ,portant un masque. Le cerveau du guerrier était en effervescence. Après tout ce temps, avait il vraiment enfin une piste concrète?

Avec un nouvel espoir, il avait donc rassembler ses affaires et parti sans tarder vers cette nouvelle aventure sans tarder, sans omettre d'avoir une pensée pour sa nouvelle amie mais bien entendu il n'allait jamais l'admettre de vive voix.

Comme convenu, il lui avait fallut peu de temps pour arriver sur place ayant une bonne enjambée maintenant qu'il était seul. De plus il n'avait qu'une idée en tête maintenant, agripper ses mains mains cette pourriture  et lui faire avouer tout ce qu'il sait, quitte a employer la force au besoin.  

C'est vers le milieu d’après midi qu'il que le mercenaire atteignait enfin sa destination. Bien entendu la pluie avait décidé d'être de la partie et battait son plein. Décidément cet endroit avait bien choisi son symbole et Marcus ne pouvait s’empêcher de grogner entre ses dents en arrivant, ses lèvres libérant divers nom d'oiseaux.

Malgré le temps ,ce petit village avait un certain charme, en bordure de montagne,toutes les maison étaient faites en pierre, libérant un aspect assez ancien.Il aurait presque aimé être en ce lieux si l'eau froide de la pluie ne s'infiltrait pas partout dans ses vêtements, lui donnant un air assez proche du chien trempé

Avec soulagement, il avait réussi à franchir le pas de la taverne "La goutte de pluie". Il s'était d’ailleurs fortement dit que le torrent était bien plus approprié tout en pestant une nouvelle fois contre le temps.Il ne semblait pas y avoir grand monde à l’intérieur, mais au moins il faisait chaud, un feu ronflant dans le font de la pièce.

Les regard s'était tourné vers lui et son piteux état, mais il n'y prêtait aucune attention et avançait vers le comptoir sous le regard mauvais de l'aubergiste qui n'était visiblement pas très heureux de voir une flaque vivante saloper son établissement.

- Il veut quoi l'étranger ? A part visiblement dégueulasser le sol.

Les dents de Marcus se serraient sous le regard méprisant du propriétaire. Il croyait quoi ? Que le guerrier avait plongé dans le lac à coté pour son plaisir ? Mais s'il voulait avoir des information, la diplomatie était de mise.

- Excusez moi...Il pleut très légèrement dehors. Je voudrais une boisson chaude...Et quelques informations.

A ses mots le mercenaire avait posé quelques pièces avant d'en ajouter de nouvelles après ces derniers mots. L'aubergiste c'était empressé d'empocher le tout avant de dire l'air dédaigneux

-J'en sais rien ,j'ai rien à vous dire moi buvez et partez.

Une colère froide envahi le regard du guerrier mais il posait une nouvelle somme sur le comptoir en la tenant cette fois.

Oeil de charbon...son camp il est où?

L'aubergiste méfiant semblait plus coopératif, regardant le guerrier avec attention dirigeant sa main prenant lentement la somme ,l'air de vouloir parler, avant de dire avec un grand sourire ,découvrant toutes ses dents.

- Hum...non ça me dit rien en fait...Partez

S'en était trop pour le guerrier, il voulait bien être gentil mais il avait en horreur qu'on se paie sa ta tête. Avec vivacité, sa main allait agripper la gorge de l’aubergiste , son regard perdant toute provocation au passage.

- Oeil de charbon tout de suite !

-Les...les...mon...tagne




AuteurMessage
Je suis : Virgil Ombrargent,
mercenaire, résident de Borderoc

Virgil Ombrargent

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Il semble naturellement s’être levé du mauvais pied, donnant des réponses crus et franches et laisse rarement quelqu'un pénétrer dans son cadre intime, lui donnant air distant avec le monde ,mais ne laissera jamais quelqu'un dans le besoin.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 0 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
102


[24 Allune 1100]Une proie commune - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [24 Allune 1100]Une proie commune   [24 Allune 1100]Une proie commune - Page 3 EmptyMer 15 Jan - 21:22

Il était une fois un .24 Allune au Marvier Information hors-RP :
Rien à signaler sur le Hors hp
Information lancers de dés : Rien à signaler sur mes lancers.


- Qu'est-ce que c'est que ... ça ?

Ils étaient sur la même longueur d'onde ,c'était bien le grand homme qui devait réunir tout les bandits de la régions ? Mais comment faisait il ? Un coup d’œil dans la tente suffisait a répondre en partie en tout cas, La richesse était le décors de la tente, or pierre précieuse ,bijoux il y avait de quoi nourrir une populace pendant plusieurs semaines ,voir mois. Probablement que tout ceci avait été volé  à d’honnêtes gens ,ce qui avait le don de passablement irriter le guerrier.

Visiblement le petit père avait apprécié que très peu la venue des deux aventuriers dans sa tente et semblait avoir un véritable caractère de cochon, un condensé de colère et mauvaise humeur dans un mouchoir de poche, ce qui avait occasionné un petit sourire chez Marcus. Opaline, elle, avait agis tout autrement et en quelque sorte au gout du combattant plus cruellement , mais après tout cette enflure l'avait bien mérité.

Elle c'était amusé a le ridiculiser de la pire façon possible dans sont cas. Le traitant comme une vulgaire poupée en le soulèvent à quelques centimètres du sol. Bien entendu, il avait tenté de se débattre mais  a part fulminer et lâcher de vaines menace , le cour sur pattes ne pouvait pas faire grand chose d'autre.

Au moins avec sa langue bien pendu, il était maintenant sur qu'il avait bien œil de charbon sur la main ou plutôt petit œil dans ce cas précis, Mais il n'allait pas ce plaindre, serte il s'était attendu à un dernier combat bien pénible, mais le fait de pouvoir en finir facilement le soulagé pleinement.

Il avait hoché la tête à la dernière remarque d'opaline car il avait beau avoir fait un massacre avec l'aide d'Opaline , rien n'indiqué que d'autres n'allaient pas arrivée. Il était plus que temps de prendre la poudre d'escampette.

- Oui parton et traînons mini pouce avec nous...


Ce que ne savait pas notre chère guerrier c'est qu'il avait commis une grave erreur. L'oeil du petit humain s'étaient illuminés de haine et avec une force surprenante avait réussi à se faire lâcher d'Opaline.

- Je ne suis pas un MINI POUCE!

Oui toute sa vie il avait été insulté de ce nom et c'est pour cette raison qu'il avait monté cet empire, son empire ! Pouvoir être a jamais plus haut que le reste du monde lui même ! Que la mention du nom de œil de charbon fasse trembler le plus puissant des combattant ! Il était temps pour lui de prendre sa vengeance ! Rugissent tel un chien enragé, il s'était jeté sur Marcus qui sous le coup de la surprise ,n'avait pas bougé à temps.

C'est alors qu'une douleur violente dû à une morsure plus que bien placé avait envahi l'entrejambe de Marcus. La petite créature visiblement avide de sang avait agrippé de ses dents les parties sensibles du guerrier qui avait eu pour réaction de crier de douleur. Grognant et bougeant dans toute la tente , il n'était parvenu a le faire lâcher seulement après s’être accroché à une table et donné de violents coups de hanches contre, répercutant le coup contre le crane du chef des bandit.

Haletant et ronchonnant, blessé dans sa fierté, il avait pris une corde attaché à un crochet et en  avait profité pour le saucissonner alors qu'il était encore dans les vapes avant de le traîner sur le sol ,un regard mauvais animant ses yeux tout tirant sur la corde.

- Allons l’interroger plus loin...

Marchant en canard à cause de la douleur vive, d’ailleur Virgil avait encore à ce jour deux marques de dent juste au dessus de l'outil reproducteur, il avait quitté la tente, puis le camp ,marchant vers les hauteur alors que le nabot insultait Marcus de tout les noms et rouspété alors qu'il se faisait traîner dans la terre et les cailloux

Ils avait bien fait visiblement de partir car aux loin , des lumières s'étaient dessinés au loin,allant visiblement vers le camps, heureusement ,les deux compagnons en étaient bien loin.
Marcus tout en attachant leurs proie commune , avait lancé un regard à Opaline, il semblait un peu mal à l'aise, voir...timide en parlant

- Pour tout à l'heure...Je voulais te dire ,sincèrement...merci sans toi...Je serais probablement mort sans toi.

- Hé rêve pas tu ne vas pas te la faire la peau blanche troufion ! Même si j'avoue ,j'y glisserais bien la tête et ferrais comme ça !

C'est alors qu'il mimait comme si il rentrait sa tête dans quelque chose ou plutôt entre deux choses,la secouant dans tout les sens rapidement tout en tirant la langue. Serrant les dent, Marcus abattait alors son poing sur le crane de ce malotru, visiblement exaspéré.

- Au lieux de dire des conneries... Répond moi. Il parait que tu traite avec un homme en cape, visage couvert. C'est pour lui que tu réuni tout ces bandit?  Tu dois lui revoir quand ?

-  Crève !

Il lui avait répondu ceci avec haine. C'est alors qu'un petit jeux entre eux c'était installé. Marcus reposait sa question à chaque fois et à chaque fois le nabot le nabot lui répondait la même chose avant de s'en prendre une et pousser un cri de douleur et ce jeux s'était répétait...encore et encore, augmentant inlassablement l'envie de Marcus de le tuer.


Je suis : Opaline Chantrelle,
Résidente de Borderoc, chasseuse de prime

Opaline Chantrelle

Crédits avatar :
Catherine Exellero, retouché par Athina ♥ / Bokki Tteok

État d'Advictâme :
État transcendant

Informations sur le personnage :
► Menteuse, manipulatrice, solitaire
► Mystique, non-violente, observatrice
► 3e don : Miasme sanglant
► 4e don : Projection astrale
Fiche de présentation
Fiche d'avancement

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 5 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
937


[24 Allune 1100]Une proie commune - Page 3 Empty


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100]Une proie commune   [24 Allune 1100]Une proie commune - Page 3 EmptyJeu 16 Jan - 14:00

Une proie commune



Si autant nabot était une insulte bien plus grave, c'est pourtant bel et bien mini-pouce qui réveilla la haine et l'énergie de l'Oeil. D'un bond agile, il s'était extrait de l'emprise de la vornoise et avait foncé vers Marcus. La scène suivante avait tout du grotesque, et si Opaline n'était pas là pour l'observer de ses yeux, jamais elle n'aurait cru pareil racontars. Le nabot lui avait sauté aux bourses, plantant ses dents dans le tissu, arrachant des cris de douleur à son compagnon, qui se débattait comme un forcément pour lui faire lâcher prise. Il s'était ensuite lancé dans une danse de hanches endiablée, parfaitement absurde au vu de la situation dans laquelle ils se trouvaient tous deux.

Hébétée par la scène, bouche ouverte, elle n'osait intervenir. Quand enfin il s'en eut débarrassé, Marcus consentit à quitter ce campement, avec l'Oeil ligoté. Bien trop occupée à mettre un pied devant l'autre pour échapper aux flammes et à s'éloigner dans les montagnes, Opaline ne resongea aux dernières images qu'elle avait vue que lorsqu'ils s'arrêtèrent, enfin en sécurité.
Au regard que lui jeta Marcus, la chasseuse de prime se remémora la façon que ce dernier avait eue pour se libérer de l'emprise de l'Oeil, à donner de grands coups de hanches à une table, pour assommer l'acharné. On aurait presque cru qu'il tentait de donner du plaisir au meuble ... La vision était si surréaliste et hilarante qu'elle partit pour la toute première fois de sa vie en un fou rire sincère. Se tenant les côtes, pliée en deux, Opaline mit un long moment avant de reprendre ses esprits, à l'intonation si sérieuse du mercenaire.

Il la remercia pour son intervention, tout embarrassé qu'il était. Oui, il pouvait l'être ! Ce n'était pas tous les jours qu'on se faisait bouffer le service trois pièces par un nain enragé ! Sa dignité en avait très certainement pris un coup, et à juste titre. L'Oeil intervint à ses excuses avec la plus grande vulgarité qui soit, en mimant un geste qui pourtant, laissait de marbre le Limier Blanc. Loin s'en faut, elle avait grande habitude des propos et allusions perverses à son encontre : à la Pie Écarlate, elle avait entendu et vu bien pire.

Son compagnon lui asséna un coup pour le rappeler à l'ordre, et espéra commencer son interrogatoire mais le nabot avait tout sauf envie de coopérer. Opaline pouvait aisément le voir, Marcus était bien trop près du but, et beaucoup trop remonté contre lui pour être efficace. Non, l'Oeil ne parlerait pas, même sous la torture.
Il lui faudrait prendre les choses en main, c'était évident.

Il était chef de bandit, et avait bien noté la blancheur de sa peau, et n'avait rien dit de plus à ce sujet. Il ne savait rien à propos d'elle, donc. Sa réputation s'arrêtait-elle à la frontière de la Fourche ? Soit. Il lui faudrait manœuvrer différemment. Il semblait avoir, comme tout homme, un penchant pour les femmes, alors, elle allait devoir établir un lien avec lui. S'armer de douceur et de compréhension. En un mot, le manipuler comme elle savait si bien le faire.

« C'est quoi ton p'tit nom, chouchou ? », interrogea-t-elle d'une voix faussement mielleuse.

L'Oeil-de-Charbon tressaillit, comme si tout son corps réagissait de lui-même à cette note de douceur. Minuscule ou non, il n'en demeurait pas moins un homme. Troublé, peut-être, mais un homme malgré tout.

- M-M-Milo, bredouilla-t-il en déglutissant avec difficulté, Milo pour te servir, ma jolie !
« Enchantée Milo, moi c'est Opaline », répondit-elle se levant et marchant dans sa direction, « Et si tu te demandes ce qu'une jolie poupée vient faire dans ce trou perdu, c'est parce que je l'accompagne », lança-t-elle en désignant Marcus.

Se rapprochant de plus en plus de lui, la différence de taille grandissante, elle prit le temps de retirer son manteau à col de fourrure, délaça un peu son corsage pour faire apparaître sa marchandise et se pencha vers lui, une fois lui faisant face. Par ce stratagème, elle savait bien que toute son attention serait captée par sa poitrine, scandaleusement offerte.

« Voilà des jours qu'il me parle d'un Oeil-de-Charbon. Comme quoi c'est le plus grand des bandits de la région, la célèbre Terreur de la Fourche, un maître dans son domaine. Des jours que je me faisais une joie de le rencontrer, de TE rencontrer. Et là, déception ... Tu me comprends ... tu n'es pas ... tout à fait ce à quoi je m'attendais, et en plus, tu n'as pas l'air de si bien t'y connaitre. Je veux dire, soyons sérieux deux minutes, si tant est qu'un de tes collaborateurs est l'homme que ce grand dadet recherche, ce n'est certainement pas toi qui pourra le renseigner. Tu n'es certainement au courant de rien, qui te confierait ses plans, voyons ? »

Et à cette provocation, Opaline éclata d'un faux rire narquois, espérant que le poisson allait mordre à l'hameçon.

- Quoi ? Mais ... Bien sur que j'sais c'que mes collaborateurs font et prévoient ! On dirait pas, poupée, mais on me confie énormément de choses ! J'ai même participé à des plans pas très ... pas très légaux. Et j'en suis fier ! réagit-il aussitôt, se sortant de la contemplation de poitrine de marbre de la chasseuse de primes.
« Ooh ? Vraiment ?! Hm. J'ai des doutes. Tu bluffes ! »

Oui. Jouer sur l'ego. Une astuce qui avait fait ses preuves avec le temps.

- Ah ça non, ma p'tite dame !! Si Milo n'est pas quelque chose, c'est menteur ! Et je peux vous le prouver !! Qu'est-ce tu veux savoir, l'autre ? , demanda-t-il, agressif, à Marcus.

Opaline sourit, conquérante. C'était bien trop facile, ça manquait presque de saveur. Un idiot.



ft. Virgil Ombrargent
Je suis : Virgil Ombrargent,
mercenaire, résident de Borderoc

Virgil Ombrargent

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Il semble naturellement s’être levé du mauvais pied, donnant des réponses crus et franches et laisse rarement quelqu'un pénétrer dans son cadre intime, lui donnant air distant avec le monde ,mais ne laissera jamais quelqu'un dans le besoin.

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 0 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
102


[24 Allune 1100]Une proie commune - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [24 Allune 1100]Une proie commune   [24 Allune 1100]Une proie commune - Page 3 EmptyDim 19 Jan - 16:23

Il était une fois un 24 Allune 1100 au Marvier Information hors-RP :
Rien à signaler sur le Hors hp
Information lancers de dés : Rien à signaler sur mes lancers.


Marcus avait particulièrement mal à la main, ,rouge à cause des multiples coups qu'il avait donné sur le crane de pierre de ce nabot. Il avait véritablement une tête de pioche le bougre et ceux sous tout les sens Marcus avait beau l'avoir travaillé au corps, il n'avait obtenu aucun résultat hormis des exclamations de douleurs et quelques insultes bien senti, ce qui avait bien entendu grignoté à grande vitesse le peu de patience de Marcus déjà bien entamé à cause de la douleur vulgaire battant en permanence entre ses jambes.

Une envie de meurtre avait grandi de plus en plus en lui, il avait bien de la chance d'être sa seul piste sinon il aurait probablement envoyé le nabot sur orbite à coup de pied aux fesses et cela depuis un bon moment. Serrant les dents de plus en plus à cause de la douceur, il avait frappé de plus en plus fort espérant qu'il craque songeant à prendre quelque chose de bien plus gros pour le frapper...comme le le gros bout de bois juste à coté ? Alors qu'il songeait de plus en plus à cette option ,une intervention surprenante c'était produit.

- C'est quoi ton p'tit nom, chouchou ?

La surprise n'avait pris place dans le regard de Marcus alors qu'il se posait sur Opaline. Allait elle faire un autre tour don elle avait le secret et surtout cela allait il fonctionner après la façon dont elle l'avait traitée ? Mais ce il fallait compter sur le fait que ce soit un homme...

Elle avait visiblement fait un un effet puissant sur lui, visuellement il semblait avoir succombé à son charme en une fraction de seconde, ce qui avait eu le don de grandement faire grogner Marcus. Ainsi donc la majeurs parti des hommes était ainsi, guidé par le manche...

En un rien de temps ,elle avait obtenu son nom avec une facilité déconcertante. Milo donc ? C'était peu commun, visiblement c'était loin d'être fini, le poisson avait complétement sauté sur l'hameçon et demandé lui même à se faire remonter

Voilà des jours qu'il me parle d'un Oeil-de-Charbon. Comme quoi c'est le plus grand des bandits de la région, la célèbre Terreur de la Fourche, un maître dans son domaine. Des jours que je me faisais une joie de le rencontrer, de TE rencontrer. Et là, déception ... Tu me comprends ... tu n'es pas ... tout à fait ce à quoi je m'attendais, et en plus, tu n'as pas l'air de si bien t'y connaitre. Je veux dire, soyons sérieux deux minutes, si tant est qu'un de tes collaborateurs est l'homme que ce grand dadet recherche, ce n'est certainement pas toi qui pourra le renseigner. Tu n'es certainement au courant de rien, qui te confierait ses plans, voyons ?

Le panneaux piège était pourtant affiché sur une pancarte d'au minimum quinze mètres de large, mais visiblement il n'était pas assez imposant au gout du petit monstre qui avait sauté dedans tête baissé et à pied joint pour à la fois, arrivant à la fois à exaspéré et soulager Marcus.

Ce n'était plus une bouche qu'il avait mais un débiteur à paroles.Elle aurait demandé de se mettre en slip qu'il l'aurait fait sur l’instant. Tel un chien faisait la parade, il avait remué la queue devant sa nouvelle maîtresse, se ventant au possible alors qu'une certaine gène avait gagné Marcus devant ce spectacle affligeant

- Ooh ? Vraiment ?! Hm. J'ai des doutes. Tu bluffes !

Un simple regard sur le petit suffisait pour contre qu'elle avait réussi a ferrer le perso et effectivement, il avait de quoi répondre et il avait surtout hâte de le montrer. Interrogatif, Marcus avait posé son regard sur Opaline, cette femme était elle une sorcière? dans tout les cas ,le court sur pattes avait hâte de démonter sa grandeur et la guerrier n'allait pas louper le coche. Finalement il s'était approché tout en regardant de manière neutre la personne.

- Si tu prêtent en savoir autant.Un homme vêtu de noir du pied à la tête qui traite avec beaucoup de brigant de la région...Un assassin. Çà te dit quelque chose ? Il parait que vous vous   assez régulièrement...J'ai besoin de savoir où et quand tu doit le revoir et c'est urgent.

C'est alors qu'il avait profité pour ajouté, tournant son regard vers Opaline avec un étrange sourire, il n'avait pas oublié le rire de tout à l'heure et il comptait bien prendre une légère vengeance, toute gentille.

- Je suis sur que la demoiselle ici pressente sera ravi de te faire un...bisous en remerciement des informations données, si tu es bien dans la tête pensante comme tu le prêtant..


Les yeux du nabot s'étaient alors mis a briller tel des feux de joie intense ,regardant Opaline avec convoitise alors qu'un filet de salive c'était mis lentement a couler de sa lèvre, semblant hypnotiser par cette idée.

- Si...si...Bien sur que si l'assassin...Je sais qui sais bien sur! *semble se ressaisir* Je ne sais pas qui l'envoi, mais depuis un temps...Il me fait des dons trés généreux pour rassembler les trous du cul de la région. Il a pas l'air de plaisanter en tout cas à chaque fois il me fait froid dans le dos à chaque rencontre... T'es sur que tu veux vois ce type ?

Marcus n'avait pas répondu se contentant de le regarder avec insistance et froideur.

- Bon ok...si tu veux te faire dépecer pas mon problème, après tout ça m'arrange tu court à une mort certaine* sourire mauvais.

Après sa menace, le petit avait ajouté où et quand voir l'assassin non sans ajouter encore une fois qu'il courait à sa perte, mais Marcus l'ignoré royalement et c'était tourné vers Opaline.

- Bon et bien...Voilà le nabot est à toi comme promis, j'ai ce que je voulais. Je suppose...que c'est là que je te dit adieu petite Opaline ?

Il avait rassemblait ses affaires ,avant de tout mettre sur son dos,avant de prendre une grande inspiration et de lui offrir un vrai sourire, véritable, pas les feux habituel juste pour faire plaisir. Il semblait avoir rajeuni de plusieurs années en arrière, à l'époque quand il était encore heureux, en compagnie de Clarissa.

- Je te souhaite bonne chance pour la suite et... C'était un plaisir de travailler avec toi même si j'ai du te faire de belles sueurs froide

Faisant un dernier signe de la main, il avait commencé a avancé dans l’obscurité, retournant là où est sa place avant de s’arrêter un cour instant.

- Oh...et j'ai aimé te voir rire tout à l'heure malgré les circonstances...Je te souhaite de trouver quelqu’un qui te fasse rire et sourire comme ça sans qu'il ai besoin de se faire maltraiter les bijoux.

Après un petit rire, il avait ajouté avec sérieux cette fois.

- Je te souhaite de trouver quelqu'un avec qui tu ne pourras mentir sans te sentir tristesse, quelqu’un te feras vraiment sourire. Ne fait pas comme moi...Ne laisse pas la solitude te consumer et te détruire.

Tel un fantôme, il avait déjà disparu au plus sombre de la nuit, dans le même état qu'il l'avait été au départ de cette aventure, seul.
Je suis : Opaline Chantrelle,
Résidente de Borderoc, chasseuse de prime

Opaline Chantrelle

Crédits avatar :
Catherine Exellero, retouché par Athina ♥ / Bokki Tteok

État d'Advictâme :
État transcendant

Informations sur le personnage :
► Menteuse, manipulatrice, solitaire
► Mystique, non-violente, observatrice
► 3e don : Miasme sanglant
► 4e don : Projection astrale
Fiche de présentation
Fiche d'avancement

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 5 [10 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
937


[24 Allune 1100]Une proie commune - Page 3 Empty


MessageSujet: Re: [24 Allune 1100]Une proie commune   [24 Allune 1100]Une proie commune - Page 3 EmptyMar 21 Jan - 10:29

Une proie commune



Et l'Oeil-de-Charbon causa. Causa. Et causa encore. Opaline n'écouta pas, à vrai dire, les informations qu'il délivrait à Marcus, après tout, cela ne la concernait pas du tout, et ce n'était pas comme si elle souciait d'une quelconque manière de la réussite, ou non, de sa petite vengeance dangereuse. Plus maintenant en tout cas, maintenant qu'ils avaient serré l'homme recherché.
Pendant qu'il récitait tout ce qu'il savait, la vornoise se demanda longuement pourquoi un tel surnom. Oeil-de-Charbon. Il était borgne, oui. Mais "de charbon" ...

Une fois Marcus satisfait, le bandit fut confié aux bons soins du Limier Blanc. Le mercenaire n'avait pas failli à sa parole, il lui laissait bel et bien la prime. Il remballa son bardas et lui fit ses adieux, non sans la gratifier de son aide, sans avoir dit avoir aimé son rire - même si c'était à ses dépends - et sans lui souhaiter trouver quelqu'un pour compagnon de vie, à qui elle n'aurait plus besoin de mentir. Il lui administra le conseil de ne pas se laisser consumer par la solitude.
Loin d'ignorer les bonnes manières, Opaline n'eut pour d'autre réponse qu'un simple hochement de tête qui pouvait être interprété de mille et unes façons. Remerciement, marquer son accord, affirmer suivre les conseils.
Mais c'était absurde. Le jour où elle ne mentirait plus n'était pas prêt d'arriver ...

Tirant sur la corde, l'albinos fit lever sa proie.

« En route, le nabot, je connais des Lames de Saphir qui payeront cher pour ta capture », ordonna-t-elle en reprenant la route.
- Hé !! Je veux ce qui m'a été promis, poupée ! Je veux un ... bisou, insista-t-il en déformant ses ignobles lèvres en cul de volaille.

Il tressaillait comme une jeune fille éprise. Écœurant. Opaline siffla entre ses dents, avant de ricaner et de lui lancer un regard plein de dégoût.

« Même pas en rêve, insecte. Tu n'es même pas la moitié d'un homme, alors sois juste mignon et avance... »
- Quoi ? Mais ... mais ... tu vas me dénoncer ? réagit-il aussitôt, scandalisé.
« Mieux que ça. Je vais te livrer comme une vulgaire marchandise. Contre une petite fortune, qui plus est ! »
- Mais ... mais c'est ignoble !!
« Et rassembler des criminels ? Détenir des esclaves ? Ce n'est pas ignoble, peut-être ? Et puis, c'est pas ma faute si tu es recherché... », rétorqua-t-elle en haussant les épaules et enfonçant sa bottine dans son dos pour le pousser à marcher plus vite.  
- Mais ... qui es-tu ?

Opaline sourit, fièrement.

« Oui, ta question est légitime. Tu pourras le graver sur les murs de ta cellule. Je suis le Limier Blanc. »

FIN DE RP



ft. Virgil Ombrargent
Je suis : Contenu sponsorisé,




[24 Allune 1100]Une proie commune - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [24 Allune 1100]Une proie commune   [24 Allune 1100]Une proie commune - Page 3 Empty

 
[24 Allune 1100]Une proie commune
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Advictâme-RPG :: Zone de jeu :: Le Marvier : duché de l'ouest :: Sujets terminés-
Sauter vers: