anipassion.com
Partagez
 

 [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Je suis : Skadi Meyelfeïn,
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante Voir le profil de l'utilisateur

Skadi Meyelfeïn
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Hellow ! Concernant moi-même, y a pas à être effrayé, je ferai pas de mal à un joueur sans son accord (duh!)

Mais restez tout de même prudents ! Skadi est une fille assez radicale dans ses idées et elle n'aime pas du tout que l'on aille pas dans son sens. Etant Mâaliste jusqu'à la moelle, elle trouvera toujours une bonne excuse pour vous renvoyer aux flammes de Kamaâl, si besoin se fait Razz

Mais dorlotez là quand même ! =D

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 1 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
40


[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty


MessageSujet: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... EmptyLun 20 Mai - 23:16

N'en déplaise à sa majesté ... Information hors-RP :
Rien à signaler sur le Hors hp
Information lancers de dés : Rien à signaler sur mes lancers.


Gravorn, Borderoc ... la région prodigue. Partout où j'allais on me décrivait ce recoin de brutes paysannes comme la contrée la plus axée sur la force et la résilience qui soit. J'attendais tant d'eux, j'attendais tant des Vornois et la seule satisfaction qui me fut donnée d'être ne subsista que l'idiotie passive dont ils faisaient preuve. Impétueux, spontanés, irréfléchis, de parfaits imbéciles dont les nerfs sont aussi manipulables qu'un feu de camp. Tout ce dont on a besoin, c'est d'un peu de petit bois pour déclencher un vrai brasier. Les outils parfaits ...

Je fus déçue à deux reprises. La première, c'était lorsque j'ai constaté qu'un originaire du Gravorn était aussi facile à tuer que dans n'importe quelle région, la deuxième, c'est quand je l'avais tué trop tôt pour que je puisse le lui faire remarquer. J'agis de plus en plus, mais je ne laisse jamais de témoin, pour l'instant, personne ne connait mon visage, dans ce monde. Mais ça ne restera pas ainsi, pour le meilleur ou pour le pire. Kamaâl ne saurait se fourvoyer sur la destinée qu'il me réserve, je sais que jamais je ne m'égarerai du chemin tracé devant mes pieds.

Et mes oreilles saisirent le vent, et avec, un petit écho venu de la capitale. J'avais assez sillonné les campagnes à envoyer des moins que rien rendre visite à mon maître. Il n'avait que faire de ce genre d'offrandes, je suppose, car il ne m'était toujours pas apparu. Le sang impur qui sent le foin n'était pas un présent digne de mon amour et de ma dévotion, je devais faire plus, mais même les nobles ce n'était pas assez. Il me fallait toujours plus ... un régent, par exemple.

Un tournoi s'organisait, un tournoi à l'épée, une festivité locale aussi subtile que ce que la réputation de la région laissait entendre. J'allais pouvoir m'amuser et me défouler, le tout, dans la légalité la plus totale. Oui, je suis bien plus petite qu'un homme, oui, je n'ai pas des bras aussi forts qu'un mastodonte. Mais j'ai passé ma jeunesse à forger des armes, j'ai passé ma vi entière à les manier. Je ne serai pas la demoiselle en détresse du peloton, oh que non, j'écraserai sous ma botte chaque adversaire qui aura l'impudence de me sous-estimer, car je ne comptais pas la jouer honorable. La force n'a rien à voir avec la puissance des bras, la force, c'est la capacité d'atteindre le succès. Bientôt, tout le monde le comprendra.

J'avais marché jusqu'à la capitale sur une route faite par des imbéciles, pour des imbéciles. Rien à voir avec l'architecture des Creux-Lacs, c'était bien plus rustique, dans cette région décevante. Amusant, partout où je posais le pied, je pouvais sentir la boue, l'alcool et la pisse qui émanaient du sol. Et dire que je pensais vouloir voir le Marvier brûler en premier ... il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.

Enfin, j'avais attendu devant l'arène à l'inscription, j'avais attendu dans l'arène, pour les préparations, j'avais attendu derrière les portes pour le combat et maintenant, j'en avais vraiment marre d'attendre. Ouvrez les portes, sales pochtrons ! Avez-vous donc peur d'admettre que la force que m'offre Kamaâl sera éternellement plus ardente que celle de votre usurpateur ? Ce n'est pas de la faiblesse qui vous anime, non, seulement de la lâcheté, alors ouvrez ces grilles !!

Je bouillonnais, même quand les portes s'ouvrirent, mon impatience me pressait le pas. Première à poser le pied sur le sable, je voyais mon adversaire arriver des salles d'en face. Nos épées étaient mauvaises, de facture médiocre, aussi bien équilibrées qu'un ivrogne unijambiste. Autour de moi, j'observais les gradins, tous ces gens venus de si loin, dans l'espoir dévorant de satisfaire leurs obsession de sang au travers de la souffrance d'autrui. Voilà encore une preuve de lâcheté du peuple naâmiste, moi, je ne fuis pas ma violence, je la manie.

Mon adversaire s'était enfin mis à même niveau que moi, on m'avait dit que j'affrontais un Marlois, visiblement, on ne s'était pas trompé. Il était clairement plus là par orgueil que par réel désir de victoire. La fierté mal placée ... quelle arrogance. Son visage était celui d'un homme gentil, honorable. Net, il regroupa ses pieds l'un contre l'autre, faisant face à une personnalité dans la foule. Considérant ses origines, j'aurais dit qu'il s'agissait de sa reine, et au vu des atours qu'elle arborait, je devais forcément avoir raison. Mon ennemi s'agenouilla, main contre le coeur ... Kamaâl me vienne en aide. Je ris en fond de gorge, mon épée posée sur mon épaule droite.

- Oh, pitié ! Tu pourrais crever ici, elle n'en aurait rien à foutre. T'es jamais qu'un autre clampin de ses sujets assez con pour obéir à une simple mortelle. Je tournai la tête vers l'assistance, m'adressant alors à sa "Majesté" en levant ma voix. Pour son propre honneur et ta dignité, de grâce, ignore son hommage !

On avait autre chose à faire que d'amuser la galerie avec des cérémonies impies. Il n'y a qu'un seul seigneur en ce monde, et il n'a de clémence que le fil de mon épée.
Je suis : Ariane Hautiare,
Reine des Trois-Lieux Voir le profil de l'utilisateur

Ariane Hautiare

Crédits avatar :
KateMaxPaint

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Doit jouer sa transcendance, 4e don choisi : Illusionniste

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max] ➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max] ➔Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
353


[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty
MessageSujet: Re: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... EmptyMar 21 Mai - 9:09


N'en déplaise à sa majesté

★ ft Skadi Meyelfeïn

[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... 1558417425-sans-titre-1

Le printemps avait cédé sa place aux journées chaudes d’un été qui s’annonçait beau, et avec Dollune s’accompagnait d’un emploi particulièrement chargé pour Ariane. Déjà bien conséquent le reste du temps, elle ne disait jamais non aux distractions que représentaient les événements festifs qui avaient lieu durant l’année dans les duchés sous sa tutelle. Et aujourd’hui marquait le début de plusieurs jours de festivités à Borderoc : les jeux des affrontements. Probablement était-ce, d’ailleurs, la réjouissance qui l’amusait le moins. Ces jeux étaient d’une brutalité sans nom, mais ils étaient si fidèles aux valeurs ancestrales de leur duché. Toujours à vouloir prouver leur force depuis des temps immémoriaux, la guerre qui les opposèrent au Marvier et qui dura cinq ans ne semblait pas leur avoir coupé l’envie d’être les meilleurs, en prouvait ces jeux qui existaient pour élire respectivement le meilleur combattant à l’épée de l’année, et le meilleur survivant.

Arrivée la veille avec toute sa délégation de conseillers et de gardes, Ariane arriva à l’arène de l’épreuve de l’épée au matin, dans un cortège où elle put, à force de grands sourires et de gestes gracieux de la main, saluer annuellement ses fidèles sujets du Gravorn. La ruelle centrale pavée qui menait à l’arène était recouverte d’un tissu soyeux étendu, usé par endroit. Ariane sourit. Le même que l’année précédente. Après tout, le Gravorn était un duché brut de caractère, faisant souvent fi des fioritures de richesse, même si, lors de son passage, elle pouvait toujours constater qu’un léger effort avait été fait spécialement pour sa venue. Elle ne leur en tenait pas rigueur, elle acceptait ce duché tel qu’il était, avec amour et bienveillance.

Si Albatra pouvait être considérée comme une cité majestueuse et architecturalement riche, le savoir-faire des vornois ne devait pas être sous-estimé. L’arène gigantesque qui se trouvait devant ses yeux la laissait souvent pantoise d’admiration. Elle pénétra à l’intérieur, et remonta l’immense couloir aux plafonds hauts, garni d’arches de marbre, jusqu’à arriver dans la tribune royale, orientée à l’ouest, directement en face de la tribune ducale qui recueillait les membres de la famille Rochefer présents.

Lorsque Ariane fit son entrée, une clameur s’éleva dans l’assistance et c’est tout naturellement qu’elle s’approcha du balcon pour en saluer, une nouvelle fois, la foule des gradins, avant de s’asseoir, enfin, sur son siège.
Des panneaux de toiles avaient été, comme de coutume, tendues au-dessus des têtes des spectateurs afin de les protéger du soleil. Cette épreuve allait durer trois jours complets, et pour peu que Naâme se sentait d’humeur généreuse, on pouvait facilement souffrir du soleil et de sa chaleur. La reine n’entendit absolument rien du discours annuel du représentant ducal du Gravorn, qui accueillait ses gens, et ceux des autres duchés dans ce lieu. Elle était bien trop occupée à faire la liste mentale de toutes les attributions qui l’attendraient en fin de journée et qui allaient lui demander toute son attention.

L’homme qui avait pris place directement à sa gauche n’était autre que son fidèle Odion, sorte d’homme à tout-faire qui ne la quittait jamais lorsqu’elle était en déplacement. C’est lui qui s’assurait que la reine ait tout ce dont elle avait besoin, et envie, et pour cela, il bénéficiait d’une place particulière à ses côtés dans la tribune. Il interrompit ses pensées en effleurant à peine son bras.  

Majesté, ils attendent votre discours ...

Si Ariane fut décontenancée brièvement, tirée de ses réflexions, elle n’en montra rien et se releva majestueusement pour faire face à l’arène. Elle n’avait rien préparé du tout comme discours : les années et l’expérience lui permettaient de parler avec son coeur et avec une totale improvisation. Quant aux spectateurs, ils attendaient avec impatience ce fameux discours qui marquerait le début des jeux - et des paris - , et ainsi donc, de l’ouverture des grilles qui allaient faire entrer dans quelques instants, les deux premiers participants.

On amena une sorte de grande corne de cuivre doré, que deux gardes placèrent directement sur le rebord du balcon, destinée à amplifier sa voix afin que tous puissent l’entendre et la comprendre. Mécanisme indispensable pour cet événement. Ariane s’éclaircit brièvement la voix, et annonça.

Mes fidèles sujets, soyez les bienvenus ! Je ne parlerai pas longtemps, je sais combien ces jeux vous tiennent à coeur et loin de moi l’idée de voler la vedette à nos concurrents de cette année …  

On éclata de rire dans l’assemblée.

Je remercie une fois encore le Gravorn et la famille Rochefer pour nous accueillir dans leur splendide capitale, c’est toujours un plaisir inouï pour la couronne que de venir assister à ces jeux qui font votre fierté. Merci également à vous, bonnes gens, qui une fois encore êtes présents pour vous assurer du succès de ces festivités. Ces jeux marquent l’identité profonde de ce duché, et c’est dans cet esprit combatif, cette fierté d’être reconnu comme le meilleur de l’année que vous êtes si nombreux chaque année à y participer, ou à y assister. Bonne chance aux épéistes des quatre coins des Trois-Lieux et que force et ambition vous mène aux portes de la gloire !

Après quoi, conformément à la coutume royale, Ariane extirpa un mouchoir de soie de son décolleté qu’elle tendit à bout de bras avant de le laisser tomber. Un silence nerveux planait dans l’arène, en attendant que l’étoffe touche le sable, et une fois cela fait, des cors résonnèrent de part et d’autre de l’édifice annonçant le début des jeux, et l’ouverture des grilles.

Elle se rassit élégamment, souriant à Odion, et observa l’entrée des participants. Pendant les trois prochains jours, ils allaient défiler sous ses yeux les uns après les autres et s’élancer dans ces combats parfois d’une violence exagérée selon elle, mais qui était lourdement sanctionnée en cas de mort dans l’arène. C’était également l’occasion de voir les bénédictions de Naâme entrer en scène, lorsque les pierres rouges s’activaient pour certains, afin de les guérir tant bien que mal en cas de blessures. Chaque année, quelques uns étaient protégés par la main même de Naâme, que d’autres semblaient l’avoir fâché et étaient boudés du dieu. Rarement un participant ignoré de Lui emportait l’épreuve et elle se devait d’admettre qu’elle était toujours curieuse de savoir si un jour, quelqu’un allait s’illustrer sans bénéficier de Son aide. Mais cela n’était encore jamais arrivé, ou du moins, pas qu’elle s’en souvienne.

Le premier des participants était un homme de son propre duché, venu fièrement défendre les couleurs du Marvier. Il se tourna vers la tribune royale et la salua respectueusement. Son opposant était une petite jeune fille, et d’après ce qu’elle put entendre, à la langue bien acérée. Elle s’adressa à elle d’une impolitesse qui souleva l’indignation de Odion.

Ma reine !

Mais elle l’interrompit d’un geste et d’un sourire bienveillant. Frustré et serrant des dents, il se rassit. Ariane ne savait que trop bien que dans ces jeux, tout était permis. Les provocations entre concurrents faisaient partie des stratégies les plus communes pour déstabiliser l’adversaire, et cette petite avait bien raison d’en profiter.

La reine inclina la tête à son sujet, en réponse à ses salutations, mais demeura stoïque en regardant fixement la jeune rousse. Hautaine, et immobile, elle ignora royalement ses tutoiements déplacés et elle lui exposa même clairement l’un de ses plus beaux sourires narquois.

Je suis : Skadi Meyelfeïn,
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante Voir le profil de l'utilisateur

Skadi Meyelfeïn
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Hellow ! Concernant moi-même, y a pas à être effrayé, je ferai pas de mal à un joueur sans son accord (duh!)

Mais restez tout de même prudents ! Skadi est une fille assez radicale dans ses idées et elle n'aime pas du tout que l'on aille pas dans son sens. Etant Mâaliste jusqu'à la moelle, elle trouvera toujours une bonne excuse pour vous renvoyer aux flammes de Kamaâl, si besoin se fait Razz

Mais dorlotez là quand même ! =D

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 1 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
40


[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty


MessageSujet: Re: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... EmptyMar 21 Mai - 10:46

N'en déplaise à sa majesté ... Information hors-RP :
Rien à signaler sur le Hors hp
Information lancers de dés : Rien à signaler sur mes lancers.


Elle souriait, cette salope. Peut-être croit-elle que je joue à un jeu, un numéro simplement pour me faire mon image dans l'arène ? J'aurais tant aimé l'avoir en face de moi, sur le sable, plutôt que cul sur une chaise à plusieurs mètres au-dessus de ma tête. Je jette moins bien les épées que les lances, et si j'avais eu le loisir d'amener mon arme véritable dans cette arène, non seulement j'aurais été certaine de gagner, mais en plus, j'aurais débarrassé le monde d'une de ses plus grandes usurpatrices.

J'entends le public me huer, je vois la désapprobation sur le regard de l'assistant de sa "Majesté". Il n'y a de grâce dans la vie de la reine que celle d'un jour trouver l'espoir de rencontrer le créateur véritable. Kamaâl n'aura pas de clémence pour elle, alors, si l'occasion se présente, je n'en aurai pas plus. Au sourire narquois qu'elle me lance, je réponds d'une expression désobligeante, secouant ma tête en imitant l'ombre d'un sourire moqueur. Je lève les yeux au ciel, main sur la hanche, puis les rabat sur mon adversaire.

Etait-il en train de fulminer ou étais-je en train de rêver que je faisais face à un autre parfait imbécile ? Qu'importaient les circonstances, l'issue était déjà décidée. Ce qui était amusant dans cette arène, c'est que personne ne souhaitait vraiment se blesser. Je ne pense pas à des écorchures ou des coupures, mais à des plaies toutes autres ... j'aurai tôt fait de démontrer le fond de ma pensée si mon adversaire est aussi stupide qu'il n'y paraissait. Avant que la poussière ne retombe, j'aurai effacé le sourire demeuré de cette usurpatrice.

J'avais toujours la même posture ingrate, main sur la hanche, bout de l'épée dans le sable, je ne faisais même pas face à mon ennemi. Je fixais la reine, encore et toujours, sous les plaintes du public qui voulaient que le combat commence, certainement. Profitez, il sera terminé bien vite. On ne met pas un écuyer face à une envoyée du dieu véritable. Peut-être en a-t-il marre de mon manque de considération ? En tout cas, c'est ce qu'il laisse démontrer au travers d'une brusque invitation.

- Mets-toi donc en garde, qu'on en finisse !
- Je suis en garde. Allez ! Attaque, le clebs.

Il réprima un crachat, les marlois étaient définitivement trop bien éduqués, au lieu de ça, il  me fit même un salut de l'épée ... quel ridicule. J'avais en face de moi le cliché du chevalier galant, ça me rappelait cet imbécile qui avait ruiné mon rituel en éternuant. Je déteste que l'on me contrarie, autant que je déteste ce genre de favori né avec un manche de glaive en argent dans la bouche. Nourris aux histoires chevaleresques, ils ne sont que de petits noblions qui rêvent de gloire ... en témoigne son poignet trop leste, signe que du combat à l'épée, il n'a que les rudiments.

Il m'attend. Quel honneur, j'en viendrais presque à me montrer magnanime. Mais la faiblesse d'âme comme de corps sont des crimes que Kamaâl ne pardonne pas, alors, je serai sans remords. J'avance vers lui, arme levée à la "Meyelfeïn" ... notre style n'est pas des plus fins, mais il est fait pour neutraliser. Enfin, le combat commence lorsque mon adversaire oscille une fente prévisible. Je bloque, facilement, de surcroît. Il recommençait, je parais, il recommençait et je parais ... cet imbécile visait mon épée, il ne voulait vraiment que me désarmer. Quelle pitié pour lui, dans ces cas là, c'est la main que l'on vise. J'avais définitivement un enfant en face de moi. Il était temps de briser ses rêves et de le faire grandir.

Ses attaques étaient régulières, la rythmique, facilement déchiffrable, un pas, un coup, un pas, un coup. Tout ce dont j'avais besoin, c'était d'un bon réflexe. L'estoc qui suivit n'aboutit pas, mais commença l'échéance d'une défaite écrite. La lame passa sur mon flanc, m'occasionnant une coupure qui n'était que détail. Ma main gauche attrapa alors le poignet qui maniait la lame, et, sans lâcher mon emprise, je passais sous son bras. Qui avait dit qu'on ne se limitait qu'à l'épée, après tout ? Le creux de son coude était à l'opposé d'où je m'étais positionné, lui, faisait face au soleil, moi, j'étais en-dessous.

Alors, avec le bras sur mon épaule, et, appuyant sur la main comme poussant avec mon buste, je lui retourne l'os en un craquement qui signe le succès de mon entreprise. Il hurle, mais ne lâche pas son épée. Oui, les articulations retournées, ça peut être douloureux. Son bras remuait dans le sens inverse de ce qu'un coude normalement arrangé aurait dû faire. Mais ... il refusait de laisser partir le manche. Tant pis pour lui.

Je circule jusqu'à son côté, alors qu'il est occupé à se tortiller sous l'impulsion de la douleur. Il tient son coude de sa main opposé, visiblement alarmé par l'état anormal de son membre. Ce n'était rien, voyons, rien par rapport à ce qui arrivait désormais. Postée dans l'axe latéral de mon adversaire, je le voyais pleurer de profil, son poignet, mis en évidence. Alors, j'arque la lame par-dessus mon épaule et l'abat sans retenir mon bras. Un autre cri retentit, un silence dans l'arène se fait entendre et moi, je me satisfaisais de ma victoire.

La main coupée avait laissé une traînée de sang à la frontière de sa peau, mais il n'y a que des bourges pour avoir peur de se salir. Je récupère mon trophée, délestant l'épée des doigts toujours contracté, le bruit du métal dans le sable résonne alors. Je m'avance alors vers la reine, arrangeant la position des phalanges d'une manière bien particulière. Satisfaite, je reprends la parole qui m'est toute attribuée.

- Un présent à la mesure de l'estime que je te voue, "Altesse".

Et je lance la main, dont le majeur était le seul doigt déplié, dans la tribune royale. Les clameurs désapprobatrices couvrent l'arène, mais leur mépris n'est qu'un autre instigateur de ma satisfaction. Je souris et soulève mes épaules.

- Ton peuple t'aime, usurpatrice ! Je désigne mon adversaire du doigt et je m'approche de lui, épée en main. Lui aussi, il t'aime ! Pourtant, rien de ce que tu pourrais faire ne m'empêcherait de lui trancher la gorge. Alors ?! A quoi serais-tu prête pour sauver un de tes précieux petits sujets ?

Je ne plaisantais pas, je me fichais de ces jeux et du règlement qui les concerne. Être éliminée, c'était le cadet de mes soucis, j'avais une tyran en face de moi et je comptais bien la forcer à faire tomber le masque.
Je suis : Ariane Hautiare,
Reine des Trois-Lieux Voir le profil de l'utilisateur

Ariane Hautiare

Crédits avatar :
KateMaxPaint

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Doit jouer sa transcendance, 4e don choisi : Illusionniste

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max] ➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max] ➔Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
353


[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty
MessageSujet: Re: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... EmptyMar 21 Mai - 15:14


N'en déplaise à sa majesté

★ ft Skadi Meyelfeïn

[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... 1558417425-sans-titre-1

La jeune insolente resta là, à fixer longuement Ariane, la défiant du regard. Mais elle en avait vu bien d'autres, et n'était pas celle qui allait si aisément répondre à cette provocation insensée.

S'ensuit alors une bataille qui eut le mérite de ravir le public. Les épées s'entrechoquaient et même si, secrètement, les encouragements de la reine s'en allaient auprès de son sujet marlois alors même qu'elle se devait d'être impartiale, les paris plaçaient l'impertinente gagnante.

A bien l'observer, il y avait quelque chose dans son regard de déterminé, certes, mais également de féroce, d'intransigeant, et même parfois l'on pouvait y voir une noirceur assassine. Au premier craquement lugubre, elle entendit Odion grincer des dents de douleur, en bon empathique qu'il était. Pour sa part, malheureusement, Ariane n'en était pas à ses premiers jeux : c'était triste à dire mais elle avait déjà vu bien plus cruel, aussi elle demeura impassible. On s'écria dans les gradins, la populace aimait ce genre d'effusion, et elle ne pouvait leur en vouloir. Les meilleurs combats étaient les plus animés.

Toutefois, lorsque l'assaillant marlois était totalement à la merci de la jeune fille, que le combat aurait pu s'arrêter là, et que les spectateurs clamaient déjà la victoire de ce brin de femme, cette dernière ne se montra pas magnanime pour autant. A la place de le désarmer comme tout un chacun l'aurait fait, elle trancha net la chair.

Cette action des plus violentes autant qu'inattendue jeta un froid dans l'assistance. Tous les participants connaissaient la règle, et retenaient en général leurs coups pour ne pas aller jusqu'au trépas de l'adversaire et risquer la disqualification. Les blessures n'étaient régulièrement que des plaies qui étaient bien facilement guéries après quelques jours, voir semaine lorsque l'Advictâme ne s'en chargeait pas. Pourtant, cette gamine semblait ne pas s'en soucier du tout, et presque éprouvant un malin plaisir, elle priva tout usage de sa main à l'homme.

Le membre fut récupéré par la victorieuse, manipulé et perverti en un geste qui souleva l'indignation de Odion, déjà debout, criant au scandale. Une vague de panique s'insinua dans l'assistance et dans les gradins les plus proches de la tribune royale. On se demandait ce qu'il se passait, parfois même, on mentionnait un début d'attentat envers la couronne. La main coupée vola en sa direction et retomba sur le plancher, faisant presque hurler les dignitaires qui l'accompagnaient, ainsi que les serviteurs. Puis, l'effrontée s'adressa à elle et menaça l'homme allongé dans le sable mouillé de son sang.

Ariane marmonna quelques mots discrètement, puis se leva de toute sa hauteur. Le silence était lourd de tension, mais elle l'ignora et toisa la jeune fille avec sévérité. Elle avait trop longtemps usé de sa patience, et elle ne pouvait décemment plus mettre tout ceci sous l'excuse de la jeunesse, ou la stratégie guerrière du duel. Il s'agissait d'autre chose. Pour une raison qui lui était encore inconnue, l'enfant lui en voulait personnellement. Peut-être même était-elle venue jusqu'ici pour se faire entendre.
Ce manquement au protocole l'irritait au plus haut point, mais elle ferait fi de le lui montrer, déjà par fierté, mais surtout en raison de la présence des Rochefer, leur hôte, et de la présence de son peuple. Elle se devait de garder son calme, et de régler cette histoire de la seule manière qu'elle connaissait : avec sagesse.

Je n'ai aucune incidence sur l'issue du duel, mon enfant ...

clama-t-elle avec une douceur forcée.

Je n'ai même pas à intervenir. Vous souhaitez abattre votre adversaire, soit. C'est votre choix. Tout ce que je peux faire, c'est de vous rappeler que les morts dans cette arène sont sanctionnées d'une disqualification directe et immédiate. Souhaitez-vous réellement en arriver là ?

La question était stupide, elle savait que la détermination de cette fille était sans appel, cela se voyait dans ses yeux : elle n'avait cure des jeux, de même qu'elle n'avait cure d'ôter une vie. Ariane ne pouvait qu'appeler à la sérénité, et gagner du temps avant que ...

Les grilles s'ouvrirent à nouveau et laissèrent passer de nombreux gardes armés dans l'arène. Ils encerclèrent rapidement les deux adversaires, dardant leurs propres épées la jeune fille.

Je suis : Skadi Meyelfeïn,
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante Voir le profil de l'utilisateur

Skadi Meyelfeïn
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Hellow ! Concernant moi-même, y a pas à être effrayé, je ferai pas de mal à un joueur sans son accord (duh!)

Mais restez tout de même prudents ! Skadi est une fille assez radicale dans ses idées et elle n'aime pas du tout que l'on aille pas dans son sens. Etant Mâaliste jusqu'à la moelle, elle trouvera toujours une bonne excuse pour vous renvoyer aux flammes de Kamaâl, si besoin se fait Razz

Mais dorlotez là quand même ! =D

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 1 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
40


[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty


MessageSujet: Re: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... EmptyMar 21 Mai - 16:10

N'en déplaise à sa majesté ... Information hors-RP :
Rien à signaler sur le Hors hp
Information lancers de dés : Rien à signaler sur mes lancers.


Chaque dieu a son pouvoir, moi, j'ai hérité de mon seigneur la peur que j'inspire. Je la sens tout autour, dans chaque murmure, dans chaque expression scandalisée, dans chaque bouche muée par l'émotion, je sens que l'on me craint et c'est grisant. J'attends que la reine s'exprime, elle prend son temps, peut-être pèse-t-elle ses mots ... peut-être que derrière ce visage rigide et ridé se cache l'expression non-assumée de la peur. Je ne peux qu'imaginer la terreur du peuple s'il voyait sa régente poussée à la panique.

Je tirerai un hurlement d'effroi hors de cette bouche royale, je fais le serment solennel que je ne mourrai pas avant d'avoir atteint cet objectif. Elle se lève enfin, et moi, j'appuie avec mon genou contre les vertèbres de mon otage. Mon épée est sous sa gorge, mais je ne frôle même pas sa peau, pas encore du moins. Les mots que prononcent l'usurpatrice résonnent dans l'arène, ils sont remplis du venin du mensonge. Le mensonge de ses émotions réprimées, le mensonge de son manque d'incidence sur le duel et le plus grand mensonge de tous, celui de faire croire qu'elle avait quelconque forme de contrôle sur la situation. Mais, moi, je sais qui est vraiment reine, ici. C'est moi, j'ai la foule sous mon joug, la régente sous mon joug parce qu'ils sont trop faibles pour accepter qu'une vie est perdue.

Les grilles s'ouvrent, des gardes entrent, preuve que je suis bien monarque en ces lieux. Si ce n'était pas le cas, je n'aurais aucunement une telle incidence. Ces ... réactions sont la preuve manifeste de la peur que je leur inspire, du don dont Kamaâl m'a fait présent. Mon dieu attendait beaucoup de moi et jamais je ne le décevrai, pas tant que je pouvais encore respirer. Un duel, une disqualification ? Ce n'étaient que des excuses !

- Tu n'es pas idiote au point de croire qu'il ne s'agit que d'un duel, si ?! Non ... bien plus que des jeux c'est un jugement !

Ici, dans cette arène, j'allais appliquer la balance incassable de la justice de mon seigneur. Pas d'égal, pas de couronne, pas de possibilité de s'y esquiver, pas sans accepter de sacrifier quelqu'un d'innocent. Et dans ce cas, quelle différence entre les actions de la reine et celles de mon dieu ? On a accusé mon maître de monstre, sous prétexte qu'il ait tué de sang-froid, comment pourrait-donc appeler une régente qui tue pour garder son pouvoir ?

Autour de moi, les soldats s'approchaient lentement, alors, je relevais le visage de mon captif qui pleurait, mêlant les larmes au sang. Lui tirant les cheveux en arrière, je déposai la lame dans la pliure entre sa gorge et sa mâchoire, le chemin le plus direct pour décapiter quelqu'un. Oh, non, mon épée n'était certainement pas assez aiguisée pour cela ... mais je savais comment procéder.

- Faîtes retirer vos gardes ! Faîtes-le immédiatement ou je tue cet imbécile dans la seconde !

Qu'importait la décision de son "altesse", c'était à elle que je voulais parler, pas à son peuple. Sa sagesse n'était que fausse façade et j'allais prouver qu'elle n'était pas la femme aimante et protectrice que tous adulaient. Serrant les dents, je sentis mes yeux s'orner de leur plus bel éclat, celui de la fureur ardente du feu qui coule dans mes veines. Je n'avais pas peur, j'étais impatiente.

- Tu aimes ton peuple, usurpatrice ? Cet homme pourrait mourir pour toi, si l'ordre lui en était intimé. Je regardai dans les yeux de mon otage, lui relevant encore plus la tête. Pas vrai ? PAS VRAI ?!
- Ce ... serait mon plus grand honneur ! Il pleurnichait presque comme un gosse ...
- C'est touchant ! Tu entends, mégère ? Tu vois ce parfait inconnu qui pourrait te donner sa vie ? Lui rendrais-tu la pareille ?! Pourrais-tu donner ta vie pour la sienne ? Pourrais-tu seulement donner ta couronne pour le sauver ?! ... fais-le.

Je me calmai, ne laissant de marque de colère sur mon visage que les yeux arrondis accusateurs qui miraient la régente. Les regards se tournaient vers elle, comment pourrait-il en être autrement ? Mais il fallait que j'insiste. De ma main gauche, j'écrase sèchement le front de mon prisonnier contre le sol et le relève aussitôt.

- FAIS-LE !
Je suis : Ariane Hautiare,
Reine des Trois-Lieux Voir le profil de l'utilisateur

Ariane Hautiare

Crédits avatar :
KateMaxPaint

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Doit jouer sa transcendance, 4e don choisi : Illusionniste

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max] ➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max] ➔Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
353


[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty
MessageSujet: Re: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... EmptyMar 21 Mai - 21:08


N'en déplaise à sa majesté

★ ft Skadi Meyelfeïn

[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... 1558417425-sans-titre-1

De toute évidence, cette fille était sévèrement malade. Véritablement cinglée. Un danger pour elle-même, autant que pour les autres, ou plutôt, ici en l'occurrence pour le pauvre bougre à la main coupée.

Odion devenait de plus en plus nerveux, la main sur la garde de son épée, prêt à intervenir, mais Ariane savait qu'il ne ferait rien tant qu'elle n'en avait pas donné l'ordre. Pour l'heure, elle n'était pas encore certaine de la marche à suivre. Il lui faudrait obtenir d'autres informations avant de pouvoir agir au mieux, et en attendant, il était préférable de jouer son jeu même si l'envie irrémédiable de la faire enfermer pour outrage et cruauté était terriblement tentante.

Crois-tu que je vais obéir sagement simplement parce que tu l'exiges, épée sous la gorge de ce malheureux ?

Ce n'était sans doute pas la meilleure approche pour une bonne entente, mais la colère qui bouillonnait en elle était bien trop forte. Les affronts qui venaient de lui être faits s'étaient enchainés les uns après les autres, et d'ordinaire, jamais elle n'aurait laissé passer ça. Encore maintenant, elle hésitait à la faire enfermer.

Concernant son otage ... c'était bien triste s'il venait à être un dommage collatéral, mais on ne lui avait pas appris à traiter avec les maitres chanteurs.

Inspirant profondément pour y trouver un peu de quiétude, et surtout, la force de se tempérer, elle reprit.

Ton adversaire s'est inscrit, tout comme toi, à ces jeux. S'il est prêt à mourir, ce n'est pas pour moi, mais parce qu'il était conscient en montant dans cette arène qu'il pouvait ne pas en sortir vivant.

Elle attendit que cette dernière déclaration fasse son petit effet, décidée à mettre au pied du mur cette petite renégate. Mais si elle ne s'y trompait pas en contemplant la vive flamme dans ses yeux, elle retomberait bien vite sur ses pattes, et trouverait une nouvelle folie.

Pourquoi es-tu donc si déterminée à me tenir tête, jeune fille ? Si tu avais un message à faire passer, il était inutile de le faire à force d'effusions de sang, et devant un public. Tu souilles le sol de Borderoc et piétines des décennies de traditions. Je ne peux le tolérer, j'espère que tu en es consciente... Si tu déposes ton arme et te laisse mener par mes hommes, je suis prête à faire preuve d'indulgence.


Je suis : Skadi Meyelfeïn,
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante Voir le profil de l'utilisateur

Skadi Meyelfeïn
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Hellow ! Concernant moi-même, y a pas à être effrayé, je ferai pas de mal à un joueur sans son accord (duh!)

Mais restez tout de même prudents ! Skadi est une fille assez radicale dans ses idées et elle n'aime pas du tout que l'on aille pas dans son sens. Etant Mâaliste jusqu'à la moelle, elle trouvera toujours une bonne excuse pour vous renvoyer aux flammes de Kamaâl, si besoin se fait Razz

Mais dorlotez là quand même ! =D

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 1 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
40


[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty


MessageSujet: Re: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... EmptyMer 22 Mai - 14:24

N'en déplaise à sa majesté ... Information hors-RP :
Rien à signaler sur le Hors hp
Information lancers de dés : Rien à signaler sur mes lancers.


Hé ... héhé. C'était exactement comme je l'avais pensé, c'était exactement ce que je voyais arriver. Le refus de la reine était catégorique, bien qu'elle n'ait jamais dit "non". Lâche, elle cherchait un compromis à cette situation, elle cherchait une solution qui n'incomberait pas une effusion de sang. De la clémence ? Non, simplement la peur primaire de se salir les mains ! Ce monde empestait l'hypocrite bienveillance de gens comme elle ! Tout ce qu'elle cherche, c'est la survie, de sa couronne, comme de la sienne. Que ce soit le symbole ou la personne, j'abattrai un jour tout ce qu'elle incarne.

Et ces menaces qui fton si peeeeur ... j'aurais pu être intimidée si j'étais restée la fillette de quatorze ans toute dévouée à l'usurpateur. Il n'y a aucun temps que je regrette plus que celui-là, jamais je ne retournerai à cet état de pensée, jamais je ne serai encore un outil. J'avais une manipulatrice, devant moi, quelqu'un qui essayait de faire chanceler mes convictions pour servir ses intérêts propres. Il était hors de question d'y céder ! Pourtant, j'ai peu de chances de sortir de cette arène libre, si je mets ma menace à exécution.

Alors, je retire mon épée de là où elle était restée, sous la gorge de mon captif, fixant la reine d'une expression neutre. Toujours assise sur le dos de mon adversaire, je garde la tête haute, même lorsque je jetai ma lame sur le côté. Un air résolu se dessina sur mon visage, tandis que je laissai mes mains balancer le long de mes flancs. Tranquillement, j'ouvre la bouche, relevant doucement la tête du jeune homme vers la régente.

- Ta reine t'a abandonné..

J'entendis le début d'un hurlement mêlé à des pleurs, et, lâchant un sourire, je repris l'élan de mes mains pour briser la nuque de mon prisonnier. J'avais soumis mes conditions, la couronne ne les avait pas respectées, maintenant, il était temps pour nous deux d'affronter les conséquences de nos actes. Une dizaine de gardes, c'était trop pour que je puisse me défendre, je n'avais pas à résister. Je ne voulais pas encore mourir, j'avais trop à faire pour mon dieu. C'est pourquoi, dans l'instant-même je remettais mon destin entre les mains de Kamaâl.

Je me relevai, m'évertuant à une dernière palabre adressée à l'arène toute entière.

- Votre reine révérée préfère son pouvoir à VOS vies ! Je lui ai donné le choix d'une vie contre l'abandon de sa vanité ! Je me retourne vers la véritable coupable, la fixant. Voyez comment elle a décidé ...

Et je me mets à genoux, sans jamais arrêter de regarder cette immondice. Elle était pathétique dans son idiotie, dans son ignorance, aucune flamme en ce monde ne serait assez cruelle pour lui donner la punition qu'elle mérite. Les terres ardentes devraient pouvoir rectifier cette tare.
Je suis : Ariane Hautiare,
Reine des Trois-Lieux Voir le profil de l'utilisateur

Ariane Hautiare

Crédits avatar :
KateMaxPaint

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Doit jouer sa transcendance, 4e don choisi : Illusionniste

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max] ➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max] ➔Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
353


[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty
MessageSujet: Re: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... EmptyMer 22 Mai - 17:40


N'en déplaise à sa majesté

★ ft Skadi Meyelfeïn

[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... 1558417425-sans-titre-1

Le craquement sonore et lugubre résonna dans l'enceinte, auquel Ariane ne réagit en rien. Elle l'avait pressenti à sa détermination et à ses yeux emplis de folie qu'elle ne se laisserait pas faire, et qu'envoyer ses gardes directement dans l'arène ne ferait qu'accélérer les choses. Mais elle ne regrettait pas son choix : le sort du marlois était scellé à l'instant même où il avait passé ses grilles après s'être inscrit aux jeux.  

L'aliénée prit une fois de plus la parole, s'adressant à la populace et essayant de la rendre responsable pour ces actions. La reine préféra alors l'ignorer et se pencha vers Odion.

Que tes hommes amènent cette enfant à l'arrière de la tribune, que j'ai un entretien avec elle. Aucun mal ne lui sera fait. Il faut que les jeux se poursuivent.

Odion hocha de la tête et accompagna d'un sifflement un geste à l'encontre d'un des gardes en contre-bas. Celui-ci donna quelques ordres et l'insolente fut maitrisée et extirpée de l'arène.

Une clameur s'éleva alors des gradins. On ne saisissait pas bien ce qu'il venait de se passer, mais cet instant d'incertitude fut bien vite troqué contre un nouvel engouement pour la suite des festivités, marquée par un signe de la main d'Ariane qui incita à ce qu'on fasse bientôt entrer les prochains participants.

En réalité, Ariane n'en avait que faire des raisons qui avaient amené cette gamine jusqu'ici. Pour l'heure, les jeux n'étaient plus perturbé, elle n'avait pas perdu la face et cette cinglée avait été maitrisée. Cependant, elle ne pouvait ignorer les affronts qui lui avaient été faits, de même qu'elle ne pouvait laisser l'enfant repartir comme si de rien n'était, comme s'il était normal de faire fi du protocole en sa présence.
Elle ignorait encore ce qu'elle allait dire, ou quelle sanction elle allait lui imposer, mais elle avait assurément réglé des problèmes bien plus grands que celui-ci, et avec une étonnante efficacité. Ici, elle n'y repenserait même plus ce soir, en allant se coucher.

Elle observa des préposés à l'événement trainer le cadavre hors de l'arène, et d'autres recouvrir le sang de quelques pelletées d'un sable nouveau. Puis, les grilles se levèrent à nouveau et laissèrent entrer les prochains à se confronter.
Quand des bruits de pas armurés se firent entendre dans le corridor, Ariane, escortée de Odion, traversa la tribune royale et rejoignit ses gardes hors de la vue de tous.

La jeune femme maintenait, semblait-il, son attitude aussi désinvolte et hautaine. L'ennui c'est qu'à ce petit jeu, elle partait perdante.
Perdant son sourire, maintenant qu'elle ne se trouvait plus en public, elle mit son masque austère de sévérité. Deux gardes préféraient la maintenir, même si pourtant, elle était désarmée. Au cas où.

Aurais-tu des tendances suicidaires, bougresse ?


Je suis : Skadi Meyelfeïn,
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante Voir le profil de l'utilisateur

Skadi Meyelfeïn
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Hellow ! Concernant moi-même, y a pas à être effrayé, je ferai pas de mal à un joueur sans son accord (duh!)

Mais restez tout de même prudents ! Skadi est une fille assez radicale dans ses idées et elle n'aime pas du tout que l'on aille pas dans son sens. Etant Mâaliste jusqu'à la moelle, elle trouvera toujours une bonne excuse pour vous renvoyer aux flammes de Kamaâl, si besoin se fait Razz

Mais dorlotez là quand même ! =D

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 1 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
40


[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty


MessageSujet: Re: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... EmptyJeu 23 Mai - 9:58

N'en déplaise à sa majesté ... Information hors-RP :
Rien à signaler sur le Hors hp
Information lancers de dés : Encore raté les dés Sad


A genoux. Ce n'était pas de la soumission, c'était de la patience, rien d'autre qu'une vertu. De toute manière je ne me soumets à personne, pas à un mortel, en tout cas. Les gardes viennent me saisir, ils ne rencontrent aucune résistance, ce que j'avais à faire est fait, j'ai mené l'essentiel de mon chemin à bien. Je pourrais même m'immoler maintenant tant j'ai bien servi mon maître. Mais "bien" servir, ce n'est pas assez. Ce n'est ni digne de lui, ni digne de moi.

Ils me font sortir de l'arène, sous des intonations de regard différentes d'une paire d'yeux à l'autre. Je franchis ainsi tout un panel d'émotions, partant du mépris, allant à la peur en passant par le doute. Sur autant de personnes, comment se pourraient-ils qu'il n'y en ait pas une seule qui ne croit pas en la vérité ? En fait, il y en a forcément au moins une ...

On me fait passer par les mêmes grilles que j'ai franchies, plus tôt, bien vite, je me retrouve dans les caves des combattants, où ceux qui passent après moi ne sont désormais plus sûrs de vouloir y aller. Et si leur adversaire était aussi capable du pire ? Pourtant, le prochain participant n'a pas l'air de s'en soucier, putain d'idéaliste. Je croise alors un semblant d'oeillade, à laquelle je renvoie un abaissement des yeux. Tout se déroulait bien, pour le moment.

Dépassant les caveaux, on me mena à l'arrière des gradins, là où personne ne pouvait me voir et où personne n'aurait pu me deviner. N'étais-je donc pas désignée à la prison, où bien me réservait-on simplement une visite de courtoisie avant de m'en faire l'honneur ? Evidemment, la majesté vexée aura voulu m'imposer un entretien, quelle insolence. Seule l'effronterie peut renvoyer sa propre image à l'usurpatrice, alors, je m'arme de mon plus beau sourire lorsque je la vois s'avancer. "Bougresse" ? Ha ! On m'a déjà appelée catin, connasse, salope, chienne, ordure, monstre mais je crois bien que c'est la première fois que l'on m'insulte avec tant de délicatesse. Le sang noble ... aussi fragile que le dieu qui le protège.

- Vous et vos favoris n'êtes que de la crasse, ce n'est pas être suicidaire que d'agir à ma façon, c'est simplement faire du ménage.

Kamaâl me protège, de toute manière, quoi qu'il advienne je resterai dans son voile et je survivrai. Ce n'est pas une mégère avec un peu de dentelle qui mettra fin à mes jours. J'avais deux gardes dans mon dos, je m'attendais à recevoir une beigne, mais j'imagine que plus on monte dans la hiérarchie, moins on a les couilles d'assumer les interrogatoires. Je crachai au sol devant l'hypocrite que j'avais en face de moi. Lâche.

- Dis-moi, Majesté, toi qui aimes tant ton pouvoir, combien de temps penses-tu que la couronne restera sur ta tête ?

Moi, je connaissais la réponse, j'allais simplement voir à quel point elle se berçait d'illusions.
Je suis : Ariane Hautiare,
Reine des Trois-Lieux Voir le profil de l'utilisateur

Ariane Hautiare

Crédits avatar :
KateMaxPaint

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Doit jouer sa transcendance, 4e don choisi : Illusionniste

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max] ➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max] ➔Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
353


[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty
MessageSujet: Re: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... EmptyVen 24 Mai - 17:30


N'en déplaise à sa majesté

★ ft Skadi Meyelfeïn

[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... 1558417425-sans-titre-1

La colère montait. Inévitablement. Telle une cuve sous la pluie qui se remplit d'eau. Elle l'avait réprimée aisément, grâce à l'expérience, en public, afin de faire bonne figure, mais elle n'y était plus obligée désormais.

La cause en était-elle que la mort de celui qu'elle avait sciemment sacrifié alors même qu'elle savait avoir pris la bonne décision ? Peut-être, après tout, cette gamine l'avait forcée à agir de la sorte.
Ou était-ce son insolence qui la faisait sortir de ses gonds ? Son mépris total pour l'étiquette ? La politesse ? Toutes les valeurs qu'elle respectait profondément et sur lesquelles elle venait de cracher ? Sans doute tout ceci à la fois, oui.

Mais quand cette morveuse s'évertua à s'adresser à elle comme si elle était une bonne copine, c'en était de trop. Sa main trancha l'air à la vitesse de l'éclair, et résonna contre les arches décoratives le son d'une claque bien sentie, claque qui laissa son empreinte rougie sur la joue de la jeune impudente.

En ma présence, tu t'adresseras à moi avec le respect qui m'est du.

Elle ne réagit pas plus à ses propos qu'elle prenait pour de la provocation, et rien d'autre. Au fil des années, elle avait eu son lot de personnages rebelles qui avaient tenté de l'assassiner, et elle était encore là pour en témoigner. N'en déplaise à ses détracteurs.

Ariane se pencha vers l'un des gardes qui se tenait à l'écart, des armes dans ses mains.

Est-ce les armes qu'elle détenait ?


Oui, ma Reine. L'épée du duel, et des armes qu'elle a mis en gage à l'inscription.


Ah ! Une insignifiante épée et le reste de mauvaise facture. On ne peut pas dire que tu te sois véritablement donné les moyens pour avoir ma peau.


Ariane soupira avant de reprendre.

Faisons semblant un instant que cela m'intéresse ... Quel est ton nom, et quels griefs as-tu contre moi ?


Je suis : Skadi Meyelfeïn,
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante Voir le profil de l'utilisateur

Skadi Meyelfeïn
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Hellow ! Concernant moi-même, y a pas à être effrayé, je ferai pas de mal à un joueur sans son accord (duh!)

Mais restez tout de même prudents ! Skadi est une fille assez radicale dans ses idées et elle n'aime pas du tout que l'on aille pas dans son sens. Etant Mâaliste jusqu'à la moelle, elle trouvera toujours une bonne excuse pour vous renvoyer aux flammes de Kamaâl, si besoin se fait Razz

Mais dorlotez là quand même ! =D

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 1 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
40


[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty


MessageSujet: Re: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... EmptyVen 24 Mai - 22:32

N'en déplaise à sa majesté ... Information hors-RP :
Rien à signaler sur le Hors hp
Information lancers de dés : Rin


Hmhm ... alors j'avais bel et bien faire trembler quelque chose dans ce corps croulant, hum ? J'étais certaine que personne ne pouvait prendre la culpabilité d'un meurtre sur les épaules sans en éprouver le plus grand remords. Personne, sauf moi, bien entendu, car il en est de mon devoir de faire ainsi. L'usurpatrice, en revanche, n'a jamais escompté perdre ce misérable petit noblion qui aurait dû s'entraîner à l'épée, au lieu d'écouter les contes de fée que lui ont crachées ses aînés. Les rêves ne sont que de l'espoir, jamais une promesse. *

En tout cas, j'ai énervé la mégère, tant mieux, on n'est jamais plus soi-même que lorsque l'on s'énerve. Si j'incline le visage sous la baffe et si ma peau me brûle, je n'esquisse néanmoins aucune réaction dans l'instant qui suit. Je garde la tête baissée, sous d'épaisses mèches luisantes d'une subtile touche de sueur. Il fait chaud, oui, et j'ai beau me haïr autant que m'est possible pour ce défaut ; mais je reste "humaine". Supérieure aux autres mortels, bien sûr, mais des contraintes similaires me sont imposées. Question d'égalité.

Une fois encore, elle ne répond pas à ma question. Un peu plus et je me sentirais insultée, en fait, je me sens déjà insultée et cette chienne ne va pas tarder à le regretter. De mauvaise facture ? Ma lance ? Alors, ça doit vouloir dire que je suis sacrément douée pour avoir survécu à tant d'effusions sanguines avec de la camelote. Mieux que de simplement survivre, j'ai triomphé. Reine ou pas, tout le monde saigne de la même manière. Sauf moi.

- Des griefs ? Huh ... Je me permets un rire bien mérité. Mais, chère usurpatrice, vous ne m'avez rien fait.

Oh non, je ne suis pas du genre à aimer ma propre rancune, je ne fais que servir celle de quelqu'un d'infiniment plus légitime que moi. Si la "reine" ne m'a offensé d'aucune manière, son existence est en revanche un crime que je n'ai pas le droit de pardonner. C'est triste pour elle, oui, mais elle doit mourir car Kamaâl le désire, et moi, je m'exécuterai.

- N'y vois rien de très personnel, tu n'es simplement plus en droit de porter tes atours royaux. Moi ? Je n'ai rien contre toi... à quelques détails près. Par exemple, ta vieillesse grandissante, ou bien ton incapacité à te défendre ...

... je souris, avec de grands yeux remplis de satisfaction. En fond, je commence à entendre les hurlements que j'avais tant espérés.

- ... ou peut-être le fait que tu aies restreint la disponibilité de la sécurité en me faisant embarquer par autant de gardes.

Et je relevai mes yeux dans ceux de l'usurpatrice, armée de la plus belle risette que j'ai jamais pu donner à qui que ce soit. Car dans l'arène, à l'instant où nous parlions, les dagues de mes pantins effilaient les gorges innocentes de ces jeux désormais devenus accessibles à tous. Comment avait-elle dit, déjà ? Ah oui !

" Bonne chance aux innocents des quatre coins des Trois-Lieux et qu'injustice et oppression vous mène aux portes de la mort ..."
Je suis : Ariane Hautiare,
Reine des Trois-Lieux Voir le profil de l'utilisateur

Ariane Hautiare

Crédits avatar :
KateMaxPaint

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Doit jouer sa transcendance, 4e don choisi : Illusionniste

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 3 [10 max] ➔Passage à la Transcendance : 3 [6 max] ➔Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
353


[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty
MessageSujet: Re: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... EmptyLun 27 Mai - 21:02


N'en déplaise à sa majesté

★ ft Skadi Meyelfeïn

[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... 1558417425-sans-titre-1

Elle ne répond pas non plus, à croire qu’il s’agit d’une conversation de semi-sourde, où l’une et l’autre n’ont décidé de répondre qu’aux questions qui méritent réponse. Ariane n’en est que plus contrariée, et retient toute l’énergie de son corps qui s’apprêtait à être concentrée dans une nouvelle gifle. Si cette petite ne montrait pas quelques signes d’intelligence dans sa répartie, elle semblait posséder des tendances suicidaires pour continuer à être aussi effrontée malgré qu’elle ait été durement remise à sa place.

Elle dit ne pas avoir de griefs, et elle se perd dans des allégations folles, menaçant presque son trône. Depuis toutes ses années de règne, il lui était déjà arrivée de voir des attentats à son encontre être déjoués, et en cause, des énergumènes qui pensent que la couronne devrait changer de tête. C’était les aléas de sa condition, elle ne pouvait pas faire que des heureux, ou contenter tout le monde : il y avait toujours des insatisfaits.

Elle s’y était fait depuis longtemps, mais aujourd’hui, cette effrontée n’en menait pas large: chacun de ses mots étaient une insulte, et telles des aiguilles, elles titillaient sa patience mise à rude épreuve.

Rien ni personne ne l’avait mise dans un tel état de colère. Cette enfant n’avait aucun respect pour elle, ni même pour son rang, et cela lui donnait des envies irrépressibles de la faire « ôter » de cette terre rien que pour son insolence.
Elle hésitait d’ailleurs grandement à réfléchir pour trouver de quoi mettre fin définitivement à la conversation, ou à la soustraire de sa vue - la menace d’un petit séjour à Vissomort devrait calmer ses ardeurs, mais des clameurs provenant de l’arène se faisaient entendre. Des clameurs … différentes de ce qu’elle était censée entendre.

La porte de la tribune, derrière elle, s’ouvrit à la volée et une de ses suivantes sortit, le visage blême et les yeux presque exorbités.

Ma...ma...majesté ! Ils ...une attaque …

Ariane haussa un sourcil, davantage agacée que réellement soucieuse.

De quoi me parlez-vous ? Alignez vos mots, je vous prie !

ordonna-t-elle, excédée.

Mais la suivante affichait un tel effroi qu'elle en perdit la parole. Odion crut bon de pénétrer en vitesse, à nouveau, dans la tribune et d'aviser lui-même de la situation. Lorsqu'il réapparut devant Ariane, il lui fournit enfin la réponse à ses interrogations.

C'est un massacre, Majesté. De sombres inconnus prennent pour cible les bonnes gens. Égorgés. Un vrai bain de sang !


COMMENT ?

tonna-t-elle, de colère.

Un attentat ? Non, impensable. On s'en serait pris directement à elle, et non au peuple qui venait, très innocemment, assister aux jeux annuels de Borderoc ! Ariane leva à nouveau un regard vers la gamine qui, avec fierté, lui répondait par un sourire victorieux.

Nous devons vous évacuer, et en vitesse, Votre Grandeur !

s'excita Odion, énonçant déjà ses ordres aux quelques gardes présents.

Mais il ne plaisait pas à Ariane de céder du terrain aussi vite. Dans l'immédiat, il avait raison et elle le savait, il lui fallait quitter les lieux, pour sa propre sécurité. D'ailleurs, la famille Rochefer devait probablement en avoir déjà fait autant à l'heure qu'il était.

Envoyez un message aux Lames de la caserne la plus proche, en urgence, qu'ils viennent en renfort pour arrêter ces criminels. Qu'enquête soit faite, et si arrestation il y a, je veux que ces odieux personnages répondent de leurs actions devant moi.


Elle regarda une dernière fois la rouquine droit dans les yeux, furibonde, et de toute sa hauteur, la considéra comme un insecte répugnant.

Quant à elle ... qu'elle disparaisse. Tuez-la, cela m'importe peu. Odion, je vous suis.


Je suis : Skadi Meyelfeïn,
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante Voir le profil de l'utilisateur

Skadi Meyelfeïn
fille de forgeron, membre de la secte Mâaliste et itinérante

État d'Advictâme :
État éveillé

Informations sur le personnage :
Hellow ! Concernant moi-même, y a pas à être effrayé, je ferai pas de mal à un joueur sans son accord (duh!)

Mais restez tout de même prudents ! Skadi est une fille assez radicale dans ses idées et elle n'aime pas du tout que l'on aille pas dans son sens. Etant Mâaliste jusqu'à la moelle, elle trouvera toujours une bonne excuse pour vous renvoyer aux flammes de Kamaâl, si besoin se fait Razz

Mais dorlotez là quand même ! =D

Inventaire de dés :
➔Dés d'éveillé : 1 [10 max]
➔Passage à la Transcendance : 0 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
40


[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty


MessageSujet: Re: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... EmptyMar 28 Mai - 20:14

N'en déplaise à sa majesté ... Information hors-RP :
Rien à signaler sur le Hors hp
Information lancers de dés : Sur un dé de hasard, gros échec sa mort =(


Ouh panique, panique, c'est que t'as du soucis à te faire majesté, c'est pour toi qu'ils sont là, mes chers confrères. La plupart sont des pions à sacrifier, des abrutis qui ne sont même pas au courant d'à quel point leur insignifiance est manifeste. Mais ils sont doués pour tenir une petite dague en traître et la glisser sous la gorge d'infidèles. J'avais testé le public, leurs ovations se tournaient vers la reine. Ils étaient tous coupables de leur hérésie, ils méritaient tous de mourir, aucune exception ne serait faite.

La terreur sur les visages de la petite suite de la reine était délicieuse, si fragile. Oh le vilain regard méprisant qu'elle me lance, mais elle sait, "sa majesté" que je suis la plus grande tare qu'elle ait jamais rencontrée. L'épine qui refuse de se déloger du pied, le caillou qui ne s'enlève pas de la botte. Essayez donc me tuer, vieille chienne, vous n'arriverez qu'à vous fatiguer. Je suis protégée ! Je suis divine ! Je suis la volonté de Kamaâl et rien ne saurait endiguer ma ra...

... j'ai ... mal. Quelque chose me tient le ventre et c'est ... affreux, comme sensation. J'ai l'impression de devoir régurgiter mes entrailles, mais aussi que l'on me vide de l'intérieur. Qu'est-ce que ... quelque chose coule sur ma peau, c'est chaud et ... ma tête tourne ? Je baisse les yeux. Le garde à ma gauche achevait juste de retirer une dague de mes tripes, et elle était entièrement maquillée de rouge. Le mien ... ça faisait mal, trop mal.

Mes jambes me lâchent, je ne suis maintenue droite que par l'emprise des deux soldats. Alors, lorsqu'ils me laissent tomber à l'unisson, je ne parviens pas à avoir le réflexe de me remettre sur pieds. Non. Je rampe. Je n'y arrive même pas, en fait, je suis juste affalée sur mon flanc, une main sur la plaie. Arrête de tousser ! Ma dignité s'envole avec ma perception des alentours. Être à terre devant ... eux ? C'était risible. La reine n'avait même pas pris la peine de s'assurer du bon déroulement de son ordre. Mourir comme ça ?! C'est indigne de moi ... c'est indigne de ... mon dieu ...

Entre mes paupières presque fermées, je distingue le bout d'une botte. Je relève le visage en tremblant et vois l'un des masques de mon église. Il ... venait m'aider ? J'étais celle qui avait proposé le plan, c'était peut-être normal pour lui ? Mais ... est-ce qu'il était sérieusement en train de détourner le regard pour ne pas voir mon visage ?!

- Arrête ... avec les bonnes pratiques ... sale déchet ! Je suis en train ... de mourir !

Je n'en avais rien à foutre qu'il voit ma face, par Kamaâl ! Je vis pour notre culte, j'ai toujours vécu pour notre culte ! C'est la seule chose qui m'importe, je n'ai pas de vie à protéger en dehors de celle qui concerne ma foi. Il a l'air d'hésiter, moi, j'ai du mal à parler, je ne peux que résumer grossièrement des ordres maladroits.

- Relève-moi ..!

Ah, aïe ! L'enfoiré s'y prenait comme la pire des brutes ! C'est à peine s'il me brisait les vertèbres en essayant de me relever ! Et en plus il écartait ma plaie et je sentais ma peau se déchirer ... Kamaâl, faîtes que ça cesse ! Je m'appuie en titubant sur l'épaule de mon pantin ... et je retombe. Sauf que cette fois, je ne ressens même pas la chute. Le sol s'approche, mais tout était déjà si sombre. Je ne m'étais jamais endormie aussi vite.

~~~~~

Et quand je me suis réveillée ... je ne reconnus d'abord pas où j'étais. Les yeux en l'air, je ne voyais qu'une tapisserie de roche mal taillée et de la poussière qui me tombait sur le nez. On m'avait ramenée au sanctuaire avoisinant, je reconnaissais bien ce brouillon de refuge qui aurait aussi bien pu abriter des taupes !

J'essaie de me redresser et serre les dents quand je ressens encore cette morsure dans mon ventre. Je soulève mon haut ... quelqu'un a soigné la plaie et y a mis un bandage. En fait, à mieux y regarder, il y avait carrément quelqu'un à mon chevet ! Qu'est-ce que ça signifiait ? Qui osait donc m'épier ainsi pendant que je dormais. Il portait son masque, mais je n'en avais rien à foutre de qui se cachait derrière, alors lorsqu'il commença à parler.

- Tu as eu beaucoup de chance.
- Ferme-la ! Comment s'est déroulé l'assaut ? Parle !
- Calme-toi, ça s'est très bien passé.
- Combien sont morts dans le public ?
- Notre seigneur a reçu de très nombreuses vies en tribut. Mais certains d'entre nous ont été capturés.

Parfait ! C'était parfait ! Mon dieu devait être fier de moi, j'avais eu si peur que mon instant de faiblesse ne ruine l'intégralité du plan, mais tout s'était bien passé. Ceux d'entre nous qui ont été emprisonnés auront le bon sens de s'immoler.

Je me relevais, remettais mes bottes et retournait dans les couloirs, malgré les contestations de l'autre abruti. Il fallait absolument que je prenne l'air, en fait, j'allais m'en aller d'ici. Si ceux d'entre nous qui ont été capturés n'ont pas eu le réflexe de détruire leurs pierres, le sanctuaire serait bientôt mis à sac. Je ne devais pas rester là ... je n'avais plus ma lance, je n'avais plus ma hache, j'étais tout aussi bien nue, mais je n'avais pas le choix. Je devais bouger.

Alors, je m'exilai là où mon instinct me dit d'aller. Je devrais peut-être rejoindre les Creux-Lacs ... et cacher ma blessure à tout prix. Maintenant, le Gravorn connaissait mon visage et s'ils ne me présumaient pas morte, bientôt, je serai certainement sur pas mal d'affiches dans les rues. Je me referai une lance quand j'aurai le matériel adéquat. Peut-être que rendre visite à mon cher père serait une bonne idée ...

... j'aviserai.
Je suis : Contenu sponsorisé,




[18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty
MessageSujet: Re: [18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...   [18 Dollune - ???  1100] N'en déplaise à sa majesté ... Empty

 
[18 Dollune - ??? 1100] N'en déplaise à sa majesté ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Advictâme-RPG :: Zone de jeu :: Le Gravorn : ville de Borderoc :: Sujets en cours-
Sauter vers: