Partagez | 
 

 [20 Allune 1100] La découverte du Veilleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Je suis : Killian Sang-Blanc, cadet chez les Lames de Saphir, résident de Lackness Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits avatar :
Deviantart - Merwild

État d'Advictâme :
État transcendant

Informations sur le personnage :
- Amnésique total : première mémoire : Bellune 1099
- Toi est un Griffolet particulièrement attaché à Killian
- Killian est un ancien Sang-Visage (surnom : Le Veilleur, masque à composer)
- Killian est un Garde de Saphir - Grade : Cadet
- Métamorphose Partielle - une capacité qui permet au transcendant de changer des éléments de son physique : la couleur de ses cheveux, la couleur de sa peau, la forme de ses yeux etc. Il sera même capable de changer des parties de son corps pour des éléments animaux ex : changer ses ongles en griffes, se faire pousser des cornes sur la tête etc. Enfin, s’il po

Inventaire de dés :
➔Bonus d'éveillé : 5 [6 max]
Acheter des lancers avec ses points

Reserve de point(s) :
494


MessageSujet: [20 Allune 1100] La découverte du Veilleur   Sam 25 Aoû - 22:46

La découverture du Veilleur - Le 20 Allune 1100 à la future ferme de Killian


Liam connaissait les lieux comme sa poche, avait probablement arpenté le Creux-Lac en long, en large et en travers - du moins Anne le prétendait et Killian était prêt à croire n’importe quoi venant d’elle - et lui avait indiqué la direction. Killian avait considéré l’option équestre, prendre Havoc avec lui et pratiquer un peu plus la monte à cheval mais il avait passé la veille en selle et ses muscles le lui rappelaient bruyamment. C’était donc à pieds qu’il avait suivi les indications d’Anne et celles de Liam.

La route, d’abord parfaitement entretenue et assez large pour laisser charrettes et calèches circuler dans les deux sens, s’était rétrécit. Désormais, il s’agissait davantage d’un sentier que d’une route mais Killian ne s’en sentait que plus à l’aise. Il ressentait toujours une intense tension lorsqu’il se trouvait à milieu découvert dans une zone aussi ouverte que celle d’une route. L’aspect trop prévisible, trop vulnérable, semblait le mettre en alerte. Ce n’était rien de plus qu’un autre élément qu’il pouvait mettre sur le compte d’un instinct construit au fil des années par sa vie passée. Il ignorait toujours qui il avait été, avant de devenir Killian “Griffin” Sang-Blanc, mais il doutait avoir été un simple fermier ou charpentier. Ses mains portaient les cals d’une vie passée à manier les armes. Bien que n’appréciant que peu le poids et la longueur d’une épée, sa main s’enroulait autour de la poignée avec l’aisance de l’habitude. Il n’était peut-être pas à l’aise, une épée à la main, mais il la maniait avec l’habitude d’un homme qui en avait manié une des années durant.

Liam s’en était étonné et avait ensuite modifié l’angle de ses recherches, posant des questions et consultant les archives des Lames de Saphir, envoyant des messages à certaines casernes dans les autres duchés. Les Lames de là-bas connaissaient-elles un homme correspondant à sa description ? Toutes n'avaient pas encore répondu mais chaque réponse obtenue, jusqu’à présent, était négative.
L’éclat impressionné, presque fier, dans les yeux de Liam s’était mué en quelque chose de plus sombre, de plus soucieux.

Killian n’avait pas posé la question, il en connaissait déjà la réponse et n’appréciait guère les implications.

Bien sûr, les possibilités étaient infinies. Killian pouvait avoir été maître d’armes, instructeur ou même mercenaire, chasseur de primes semblait même s’être déplacé en tête de liste compte tenu de ses capacités et multiples talents.

Quelques jours après l’apparition du nuage de doutes et de suspicion, Liam était revenu à la normal et semblait plus déterminé que jamais à emmener Killian partout avec lui. Il y a des mots qui ne s’oublient jamais et Killian savait parfaitement quelle raison poussait le patrouilleur à passer le plus clair de son temps avec l’amnésique mais il était impossible, pour Killian, de lui en tenir rigueur. Si Liam suspectait Killian d’avoir un passé peu recommandable, tenter de tirer le meilleur parti de cette amnésie semblait une excellente idée. Construire l’espoir et le renouveau sur des fondations noires où rôdaient des possibilités peu amènes faisait honneur à l’esprit on ne peut plus optimiste de Liam. Collait tant et si bien au personnage que Killian n’en était pas surpris.

Lorsqu’il s’était posé la question, tentant de se mettre à la place de son supérieur et ami, la première réponse qui lui était venue ne s’approchait en rien de celle de Liam.

Se débarrasser du problème réduisait considérablement les risques et ne requérait que peu d’effort.

Peut-être que le nuage d’ombres et de doutes dans les yeux de Liam n’aurait jamais dû les quitter.

Parfois ces pensées, ces premières réflexes avaient de quoi effrayer Killian mais si son lui d’avant semblait quelqu’un de peu scrupuleux, il semblait également avoir été d’une incroyable maîtrise de lui-même. Cette maîtrise lui était accessible et se reflétait dans la manière qu’il avait de réfléchir à un problème sans s’élancer tête baissée. Cette même maîtrise lui permettait de garder un visage neutre tandis que l’horreur ressentie lorsque les premières “solutions” à un problème se présentaient à lui. Rare étaient les occasions où ces solutions étaient légales ou, plus généralement, considérées comme “normales” ou même “justes”.

Une branche lui fouetta la joue et Killian revint à l’instant présent avec un sursaut surpris. Portant une main à sa joue meurtrie, il jeta un regard trahit à la branche responsable et la contourna avec un froncement de sourcils, vexé.

- Tu parles d’un guerrier en alerte, bougonna-t-il avec un regard noir par-dessus son épaule.

Il s’engagea sur le sentier forestier, constatant avec une moue que celui-ci avait été laissé à l’abandon depuis plusieurs années. Dans le meilleur des cas. Herbes, buissons et racines avaient envahi le chemin, rendant le trajet compliqué et tendant multiples pièges. Killian s’amusa à les déjouer, oubliant bien vite l’affront de la branche pour s’enfoncer avec joie dans le plaisir simple d’enjamber, de sauter et danser hors de portée des végétaux mutins. Il esquiva habilement les branches suivantes, adressant un regard suffisant aux traîtresses dont les plans s’étaient vu déjoués par son agilité.

Bien vite, cependant, il du abandonner toute fanfaronnade pour se contenter de se frayer un chemin à travers les fougères et les amas de mauvais herbes qui atteignaient désormais ses genoux et grimpaient parfois jusqu’à ses hanches.

- J’espère que Liam ne s’est pas foutu de moi ou je jure qu’il va me le payer, maugréa-t-il en se défaisant d’une liane qui s’était prise dans ses cheveux.

Les plantes grimpantes, il n’y avait rien de pire, songea-t-il avec humeur.

A part peut-être les toiles d’araignées.

L’air dégoûté, il s’essuya le visage et trébucha hors du petit bout de forêt qu’il venait de traverser. Devant lui s’étirait des champs d’herbes sauvages et, niché au milieu de vallons verts et ors, un corps de ferme.

- Pas de vengeance pour cette fois,, murmura-t-il en approchant lentement, le regard passant d’un élément à un autre.

Les bâtiments semblaient avoir été abandonnés au moins aussi longtemps que le sentier qui y menait. Les herbes grimpantes et la nature elle-même s’en était emparé, gagnant du terrain à mesure que l’homme ne la repoussait pas. Elle reprenait ses droits sur la lande, peignant de vert ce qui fut de pierre et de bois, aujourd’hui brisé ou sur le point de l’être. Une clôture en mauvais état entourait un terrain à proximité du bâtiment secondaire, probablement une grange si Killian devait en croire les grandes portes.

Plus il approchait, plus l’état de délabrement semblait évident mais pas excessivement avancé. Il n’était pas architecte et n’avait qu’une connaissance toute relative concernant les structures mais le corps de ferme pouvait être réparé. Avec du temps, de l’argent et de la patience. Avec son poste à la Garde de Saphir, il possédait de l’argent et n’avait pas besoin de grand chose en dehors de nourriture et de vêtements civils. La patience, semblait-il, il en avait en quantité pour tenir des années durant. Le temps, en revanche, était un peu plus inquiétant à plus d’un titre. Disposait-il du temps nécessaire ? Son ancienne vie le rattraperait-elle et foutrait-elle le bordel si bien que son projet tomberait à l’eau ?

Cette pensée restait celle qui l’avait retenu, jusqu’à présent, de faire l’acquisition d’un lieu de vie qui lui serait propre. Se contentant de passer d’une caserne à une autre ou de passer quelques jours chez Liam lui suffisait. Un an après, cependant, Killian se sentait le besoin d’un lieu qui lui appartiendrait et qu’il pourrait appeler son chez lui. Un peu d’intimité et de solitude, le calme et le silence.

Le seul inconvénient d’un tel lieu de vie restait la distance mais une caserne ne se situait pas si loin de là - de façon toute relative. Il lui faudrait s’occuper du sentier, cependant, afin de maintenir un niveau d’accessibilité plus acceptable. Que ce soit pour lui-même ou pour n’importe quel visiteur bien que Killian ne s’attendait pas à voir grand monde le rejoindre ici. Le corps de ferme était était hors de vue, masqué par le rideau d’arbres et la petite forêt que traversait le sentier en mauvais état.

Un léger sourire ourla les lèvres de la Lame tandis qu’elle faisait son chemin vers la bâtisse, bien décidé à en faire le tour.

***


Vautré dans le pré occupant le côté de la grange, Killian regardait le ciel avec l’intensité d’un homme en pleine considération. La propriété était immense mais dans un tel état de délabrement que circuler sur le plancher se révélait être un réel danger. Certaines planches s’étaient déjà effondrées, rendant certaines parties de la maison inaccessible pour la plupart. Killian, cependant, était déterminé et se déplaça aisément à travers les pièges tendus sur son chemin.

Le terrain, pour ce qu’il en savait, était immense et lui offrait une tranquillité certaine. La forêt à proximité lui offrait la possibilité de chasser pour son propre compte s’il en ressentait un jour l’envie ou le besoin. Havoc aurait tout l’espace dont il pouvait rêver lorsque Killian l’emmenait chez lui. Ce dont il avait déjà convenu avec le maître des écuries de la caserne où Killian avait obtenu le vieil hongre. Le vieux cheval était proche de la retraite et, pour être tout à fait honnête, l’homme semblait espérer que Killian le garderait une fois que l’animal serait trop vieux pour officier.

Ce qui lui semblait de plus en plus probable à mesure que le temps passait.

Bien qu’un jeune étalon semblait être une excellente idée dans le cadre de son engagement, Killian avait de moins en moins hâte de récupérer l’animal. Havoc lui convenait parfaitement.

Il faudrait du temps pour remettre les lieux en état, rénover et assainir et rebâtir les parties effondrées. L’avantage serait que la première partie, proche de l’entrée de ce qui était la maison du corps de ferme, était relativement habitable. Un petit coup au niveau du toit pour réparer quelques fuites, tendre quelques pièces de tissu afin de “fermer” la pièce et l’isoler du froid serai suffisant. Killian n’avait pas besoin, dans l’immédiat, de dormir dans un lit ou d’avoir tout le confort du monde. Juste d’une zone tranquille à utiliser comme lieu de vie en attendant de réparer le reste, hors cette partie là suffisait amplement.

Aussi, clairement, le pré était un endroit idéal pour se reposer au calme. Le vent était frais mais enroulé comme il l’était dans sa cape, Killian n’en sentait que la caresse fraîche et rien de sa morsure.

Inspirant doucement, il ferma les yeux et se laissa porter au gré du vent et du bruissement des hautes herbes.

***


S’éveillant lentement, dérangé par un inconfort mineur mais suffisant pour le tirer de sa torpeur, Killian ouvrit les yeux, cillant contre la luminosité du ciel et du soleil. Il remua légèrement, le visage froissé par les derniers tendrils du sommeil et de cette mauvaise humeur qui entachait parfois ses réveils, tôt le matin.

Quelque chose de lourd était posé sur son estomac et en travers de sa poitrine. Quelque chose qui irradiait de la chaleur et définitivement vivant.

Sans se raidir pour ne pas alerter quoique ce fut, Killian baissa les yeux et échangea un regard avec une bête qu’il n’avait - depuis son réveil chez Liam - jamais croisé par le passé. La gueule massive et dotée de crocs effilés qu’il pouvait voir malgré ses mâchoires fermées, le Veilleur lui rendait son regard, patient et détendu.

Le corps musculeux était allongé à proximité de Killian, permettant à l’animal de poser sa tête sur sa poitrine et de le regarder, très clairement éveillé et attentif. Les épines au sommet de son crâne et autour de celui-ci étaient “au repos” et l’allure générale de la créature était détendue et reposée.

- Je suppose que hurler ne me sauvera pas.
Information lancers de dés : Information hors-RP :
Rien à signaler sur mes lancers de dés
Rien à signaler en HRP ! <3
[/color][/color]
 
[20 Allune 1100] La découverte du Veilleur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dernière découverte dans le grand sud - Nouvelle Calédonie 2010
» 1100 à 2000: cartes historiques et politiques de l'Europe
» Quizz 1100 ans de la Normandie.
» Rallye découverte
» Découverte d'une tribu isolée en Amazonie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Advictâme-RPG :: Zone de jeu :: Le Creux-lac : Le duché du Sud :: Sujets en cours-
Sauter vers: